Erast Garine - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Erast Garine.

Erast Garine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Erast Garine
Erast Garine (années 1920)
Nom de naissance Erast Pavlovitch Guerassimov
Naissance
Riazan (Empire russe)
Nationalité
 Soviétique
Décès (à 77 ans)
Moscou
Profession Acteur, metteur en scène, réalisateur

Erast Garine, de son vrai nom Erast Pavlovitch Guerassimov (en russe : Эраст Павлович Гарин), né à Riazan (Empire russe) le 28 octobre 1902 ( dans le calendrier grégorien) et mort le , est un acteur, metteur en scène et réalisateur soviétique[1]. Avec Igor Ilinski et Sergueï Martinson, il était l'un des principaux acteurs comiques de la compagnie de Vsevolod Meyerhold et du cinéma soviétique[2]. Il a aussi beaucoup travaillé dans le doublage des dessins animés. Il a reçu le titre d'Artiste du peuple de l'URSS en 1977[3].

Biographie

Fils de Pavel Erastovitch Guerassimov, un garde forestier, et de son épouse, Maria Mikhaïlovna, le futur artiste naît à Riazan. Scolarisé dans un gymnasium municipal, il s'engage dans l'Armée rouge en 1919. Il fait ses débuts sur les planches au théâtre amateur de l'unité de garnison stationnée à Riazan et prend à cette occasion le nom de scène Garine. De passage à Moscou avec son théâtre, en 1921, il est repéré par Vsevolod Meyerhold qui l'invite prendre les cours dans ses ateliers d'art dramatique qui à l'issue de multiples changements de nom deviendront le Théâtre de Meyerhold[4]. L'expérience qu'acquiert Garine au sein de cette troupe aura l'influence sur sa manière de jouer, sa prédilection pour le côté satirique et excentrique, proche de la bouffonade.

Parmi les rôles de cette époque qui lui valent la renommée et l'acclamation sont Gulyatchkine dans Le Mandat (ru) (1925) de Nikolaï Erdman[5], Khlestakov dans Le Revizor (1926) de Nicolas Gogol et Tchatski dans Le Malheur d'avoir trop d'esprit (1928) d'Alexandre Griboïedov[6]. D'une manière générale, Erast Garin se montrait inégalé dans des rôles comiques grotesques, incarnant les personnages négatifs[1].

En 1934, Garine devient acteur de théâtre Proletkoult dirigé par Sergueï Eisenstein. La même année, Alexandre Feinzimmer lui offre son premier rôle au cinéma, celui d'adjudant Kabloukov dans Le Lieutenant Kijé. Il apparait ensuite dans son propre film, l'adaptation du Mariage de Nicolas Gogol qu'il entreprend à porter à l'écran assisté de sa femme Khessia Lokchina en 1937. Après les premières projections, les pellicules du film désigné comme l'exemple de formalisme, seront détruites par les autorités et les recherches ultérieures menées par Garine, afin de trouver une copie sortie en dehors de l'Union soviétique n'aboutiront jamais[1].

En 1936-1950, il se produit au Théâtre de la comédie de Leningrad (ru) où il devient également metteur en scène à partir de 1938. Le reste de sa carrière sur scène se déroulera au Théâtre national d'acteur de cinéma[4].

Garine signe en tout huit films en tant que réalisateur. Lors du tournage du dernier d'entre eux Les Jours joyeux de Raspliouiev (1966, d'après La Mort de Tarelkine d'Aleksandre Soukhovo-Kobyline), un accident lui fait perdre un œil et la vision de l’œil restant est sensiblement altérée. Sa carrière au théâtre et au cinéma ralentit à partir de ce moment, mais il est encore employé par les studios Soyuzmultfilm pour le doublage des dessins animés[7].

Mort à Moscou le 4 septembre 1980, l'artiste est enterré au cimetière Vagankovo. Son héritage créatif comprend une quarantaine de films, sept spectacles radiophoniques, plusieurs scénarios, et la voix dans trois douzaines de films d'animation.

Filmographie partielle

Comme acteur

Comme réalisateur

  • 1939 : Docteur Kaliouzhny (ru) (Доктор Калюжный)
  • 1942 : Le Prince et le Pauvre (ru) (Принц и нищий)
  • 1964 : Un miracle ordinaire (ru) (Обыкновенное чудо)
  • 1966 : Les Jours joyeux de Raspliouiev (ru) (Весёлые расплюевские дни)

Doublage

Distinctions

Notes et références

  1. a b et c (ru) Андрей Хржановский, « Ученик чародея », sur izvestia.ru,‎ (consulté le 22 février 2017)
  2. (en)Alison Hodge, Twentieth Century Actor Training, Psychology Press, (ISBN 9780415194518, lire en ligne), p. 38
  3. (en) « Erast Garin », sur russia-ic.com (consulté le 19 septembre 2016)
  4. a et b (en)Peter Rollberg, Historical Dictionary of Russian and Soviet Cinema, Rowman & Littlefield, (ISBN 9781442268425, lire en ligne), p. 263-264
  5. Nikolaj Robertovič Erdman, Béatrice Picon-Vallin, Le Mandat : pièce en trois actes, L'Age d'Homme, , 207 p. (ISBN 978-2-8251-1119-2, lire en ligne), p. 11
  6. (en)Martin Banham, The Cambridge Guide to Theatre, Cambridge University Press, (ISBN 9780521434379, lire en ligne), p. 410
  7. (ru) « Биография Эраста Гарина », sur ria.ru,‎ (consulté le 25 février 2017)

Sur les autres projets Wikimedia :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Erast Garine
Listen to this article