For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Système éducatif au Gabon.

Système éducatif au Gabon

Système éducatif au Gabon
Une école au Gabon.

Une école au Gabon.
Système éducatif
Langue de scolarisation Français
Scolarité obligatoire 16 ans
Durée de la scolarité  
· Primaire 6 ans
· Secondaire 7 ans
· Supérieur de 2 à 8 ans
Budget (2013)  
· Montant 156 milliards de Francs CFA
· Part du PIB 5 %
Organisme de tutelle Ministère de l'Éducation nationale
Indicateurs
Taux d'alphabétisation  
· Général 90[1] %
Scolarisation  
· Primaire 90 %
· Secondaire 96 %
Diplômés  

L'éducation au Gabon, ou système éducatif gabonais, concerne l'ensemble des institutions publiques et privées du Gabon ayant pour fonction d'assurer et de développer le système éducatif sur l'ensemble du territoire du pays.

Le système scolaire gabonais est en majorité public, laïc, gratuit et il est obligatoire de l'âge de 6 ans jusqu'à 16 ans[2].

Schéma du système éducatif au Gabon.
Schéma du système éducatif au Gabon.

Historique

Il existe très peu de sources sur l'éducation orale dans ce qui est actuellement le territoire du Gabon avant la colonisation française, en 1880[3]. La disparition ou l'amenuisement de certains clans à la suite de la traite négrière au XVIIIe siècle puis au fil du XIXe siècle a affaibli la mémoire lignagère orale de la période pré-coloniale[4]. C'est pourquoi les recherches anthropologiques font traditionnellement coïncider l'appellation de « système éducatif gabonais » avec la mise en place du système colonial vers 1880.

Les traces écrites les plus anciennes relatives à un embryon de système éducatif gabonais nous viennent principalement des missionnaires catholiques ou d'explorateurs, tel Paul Belloni Du Chaillu.

À partir de 1880, les premiers missionnaires français installent des lieux d'étude, autour de centres religieux (églises, chapelles, centres théologiques, cathédrales). À la suite de l'indépendance, la loi 16 de 1966 jette les bases de l'enseignement public universel, gratuit et laïc pour tous les gabonais[2]. 1970 voit l'ouverture de la première université du Gabon, l'université nationale du Gabon[2], devenue, en 1978, l'université Omar Bongo.

Préscolaire

L’éducation préscolaire s’adresse aux enfants âgés de 3 à 5 ans. Elle est dispensée dans les jardins d’enfants et des sections d’enseignement préprimaire ouvertes dans les écoles primaires. L’éducation préscolaire n’est pas obligatoire.

Le Gabon s'inscrit dans la politique de l'UNESCO qui plaide en faveur de l'éducation de la petite enfance. On observe une nette dynamique pour les inscriptions en cursus d'apprentissage pré-primaire ou pré-scolaire. Le chiffre des enfants éligibles effectivement inscrits passe de 5,6 % en 1990 à près de 42 % en 1999. Cette dynamique se poursuit dans les années 2000, mais elle est massivement tributaire de programmes et institutions privés[2].

Enseignement primaire

Jusqu’en 2002, l’enseignement élémentaire avait une durée de six années, réparties en trois cycles de deux ans chacun. Depuis la rentrée 2003-2004, la durée du cycle élémentaire est passée à cinq ans, organisés en trois sous-cycles : le cycle des apprentissages premiers (première année) ; le cycle des apprentissages fondamentaux (deuxième et troisième années) ; le cycle des approfondissements (quatrième et cinquième années). Les enfants sont admis à l’âge de 6 ans. L’enseignement primaire est obligatoire et la fin du cycle est sanctionnée par l’obtention du certificat d’études primaires élémentaires (CEPE)[5].

L'enseignement primaire conduit en cinq ans au Certificat d'enseignement primaire et au concours d'entrée en classe de sixième.

Enseignement secondaire

L’accès à l’enseignement secondaire général, dispensé dans les collèges d’enseignement général et les premiers cycles des lycées, est régulé par la voie du concours d’entrée en sixième. Il s’adresse à la tranche d’âge de 12 à 16 ans.

Le second cycle, d’une durée de trois ans (de la seconde à la terminale, littéraire ou scientifique), est sanctionné par l’obtention du baccalauréat donnant accès à l’enseignement supérieur.

L’enseignement technique et professionnel est dispensé dans les lycées professionnels, les lycées techniques et l’École nationale de commerce. L'accès est aussi possible par concours. Les formations professionnelles ont une durée d’une à trois années et leurs élèves sont généralement issus soit de la scolarité primaire complète, soit de la fin de la deuxième année secondaire ou classe de cinquième (année réussie). La formation est sanctionnée, selon le cas, par le certificat de formation professionnelle (CFP), le certificat d’aptitudes professionnelles (CAP) et le brevet d’études professionnelles (BEP)[5].

Enseignement supérieur et universitaire

Le cursus universitaire au Gabon dure de 2 à 8 ans, divisés en 2 ans de licence (Licence 1, 2), 2 ans de Master (Maîtrise) et 2 ans de Doctorat.

Éducation spécialisée

On note à Libreville une institution pour handicapés et un centre d'accueil pour enfants abandonnés, 7 jardins d'enfants du Ministère de la défense, 4 jardins d'enfance de la municipalité de Libreville et quelques jardins d'enfants privés et laïcs[2].

Éducation des pygmées

Le Gabon a décidé d'éduquer les pygmées vivant sur son territoire et plus particulièrement dans sa forêt de la moitié Est du pays. Les gouvernements successifs ont entrepris un inventaire des moyens financiers nécessaires pour initier un programme didactique adapté qui permettrait de sortir cette communauté gabonaise de l'analphabétisme. Le travail d'inventaire s'est fait avec l'aide de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). Selon le Ministère de la Culture et de l'Éducation populaire, le programme pour l'éducation des pygmées bénéficie non seulement de l'appui financier et matériel de l'État gabonais et d'autres bailleurs de fonds comme le Canada, mais également du concours des sociétés forestières par ailleurs mises en cause dans les déforestations abusives. Selon des statistiques, il resterait environ 120 000 pygmées vivant dans la forêt équatoriale d'Afrique centrale[6].

Dysfonctionnements

Offre d'éducation dans l'enseignement supérieur au Gabon.
Offre d'éducation dans l'enseignement supérieur au Gabon.

Le système éducatif gabonais présente un paradoxe ; il affiche les meilleurs taux de scolarisation d'Afrique centrale, avec un taux national de scolarisation (TNS) de 93 % et un écart garçons-filles de seulement 1,5 %, mais les redoublements et les abandons sont exagérément élevés au primaire[2]. Les classes y sont aussi excessivement surchargées au primaire comme au secondaire, aggravant l'échec scolaire[7].

Les principales causes de l'échec du système scolaire gabonais au primaire et au secondaire sont d'abord[1] la faible performance d’encadrement quantitative et qualitative des élèves, qui se traduit par des classes en surnombre. En effet, le nombre moyen d’élèves par enseignant au Gabon est de 46 au primaire et 48 au secondaire, contre en moyenne 21 dans les pays à revenu intermédiaire (PRI) comparables. En second lieu, l'autre principale cause est la faiblesse des allocations budgétaires effectives. Ainsi, 60 lycées prévus au budget de l’État pour l'année 2013 n’ont jamais vu le jour[8].

Notes et références

  1. a et b Mays Mouissi, « Les carences du système éducatif au Gabon », sur mays-mouissi.com,
  2. a b c d e et f Gabon. Examen national 2015 de l’Éducation pour tous, UNESCO (lire en ligne)
  3. « Loi qui approuve le traité et actes signés, les 10 septembre et 3 octobre 1880, par M. de Brazza, enseigne de vaisseau, et le roi Makoko », Journal officiel de la République française. Lois et décrets, no 330,‎ (lire en ligne)
  4. Elikia M'Bokolo, « Le Gabon précolonial : étude sociale et économique », Cahiers d'Études africaines, nos 66-67,‎ , p. 331-344 (lire en ligne)
  5. a et b (en + fr + es) World Data on Education. Données mondiales de l’éducation. Datos Mundiales de Educación. Éd. VII, 2010-2011. Gabon, UNESCO (lire en ligne)
  6. « Le système éducatif gabonais », sur le site de l'ambassade du Gabon au Maroc
  7. Pierre Eric Mbog Batassi, « Les graves dysfonctionnements du système éducatif gabonais à l’étude », sur afrik.com,
  8. Mays Mouissi, « Gabon: Les 60 lycées financés par le budget de l’État que l’ANGT n’a jamais construit », sur mays-mouissi.com,
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Système éducatif au Gabon
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.