cover image

Les Églises catholiques orientales (ou parfois, le terme utilisé, péjoratif, des Églises uniates) sont la composante de rite oriental de l'Église catholique. Elles se caractérisent par le fait d'être en communion avec l'évêque de Rome (le pape), dont elles reconnaissent la primauté, et d'utiliser les rites liturgiques orientaux (copte, syriaque occidental, maronite, syriaque oriental, byzantin, arménien, guèze). Elles sont définies dans la terminologie catholique comme étant des Églises autonomes ou « Églises de droit propre », au sens juridique sui iuris, et sont considérées comme étant pleinement l'Église catholique, au même titre que l'Église latine de rite latin.

Les évêques catholiques orientaux lors du concile Vatican II.

Selon les chiffres de l'Annuaire pontifical, elles comptent 18 millions de fidèles en tout, soit 1,5 % des catholiques, qui sont plus de 1,2 milliard.

Parfois appelées « uniates », les Églises catholiques orientales sont diverses par leurs origines et par leurs dates de ralliement à Rome. L'Église maronite qui remonte à l'époque patristique a, comme les Églises copte, arménienne ou indienne, vécu longtemps de façon autonome pour des raisons principalement géographiques. Les relations entre l'Église maronite et les latins se sont intensifiées dès le XIIe siècle. Comme il n'y a jamais eu de situation de rupture avant l'établissement et le renforcement de ces liens, l'Église maronite peut faire valoir qu'elle a « toujours été catholique ». Cependant, la plupart des autres Églises catholiques orientales ont rejoint l'Église catholique entre le XVIIe et le XXe siècle, parfois par détachement de la communion dans laquelle elles se trouvaient, et même par la fondation de patriarcats ou d'Églises catholiques avec une partie du clergé et des fidèles des Églises locales. Cette méthode qualifiée d'« uniatisme »[1], fut pratiquée dans un contexte global d'activité missionnaire et d'influence diplomatique de l'Église catholique. La distinction entre ces Églises catholiques maintenant unies à Rome et les Églises orthodoxes locales reste ténue : liturgie, discipline sont presque identiques et seul le rattachement juridique à Rome et à son patriarche (le pape catholique) fait parfois la différence. Les Églises catholiques orientales conservent leurs rites orientaux et leurs traditions ecclésiales propres (par exemple, l'ordination sacerdotale d'hommes mariés), mais sont dans l'Église catholique dont elles acceptent la théologie (purgatoire ; filioque ; dogmes proclamés depuis le XIXe siècle) et où elles sont nommées « Églises orientales catholiques ». Aujourd'hui, avec la diaspora de leurs pays d'origine, elles sont également implantées en Europe occidentale, en Amérique et en Océanie.

Pour les Églises qui ont déclaré l'unité avec Rome depuis le XIXe siècle, se placer dans la juridiction de l'Église de Rome avait l'avantage, pour les fidèles concernés, soit d'en faire des sujets à part entière dans les États catholiques tels que la Pologne ou l'Empire d'Autriche où les orthodoxes étaient parfois considérés comme des sujets de second ordre, soit de les placer sous une protection européenne dans les États musulmans déclinants tels l'Empire ottoman. C'est pourquoi les Églises grecques-catholiques font l'objet de débats et de critiques depuis leur origine de la part des Églises orthodoxes qui les considèrent comme des dissidences, responsables de leur propre affaiblissement. Ces critiques portent sur leur identité, en particulier sur leur niveau d’autonomie, sur les conditions de leur formation et de développement, ainsi que sur la légitimité de leur allégeance, à une période où la politique officielle du Vatican est le dialogue œcuménique et le respect des Églises orientales, notamment après le concile Vatican II. L'uniatisme est aujourd'hui considéré, tant par des catholiques que par les orthodoxes, comme une méthode du passé[1]. Tout de même, la dernière Église catholique orientale à être érigée est l'Église catholique érythréenne le par le détachement de l'Église catholique éthiopienne[2].

Oops something went wrong: