Allen Klein - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Allen Klein.

Allen Klein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Allen Klein
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Upsala College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Genre artistique

Allen Klein, né le à Newark, New Jersey, et mort le à New York[1], est un homme d'affaires américain et un dirigeant de label discographique. Il est connu pour avoir été le manager de groupes de rock comme les Rolling Stones et les Beatles (après la mort de Brian Epstein). Il décède à l'âge de 77 ans des suites de la maladie d'Alzheimer.

Il est considéré comme l'un des acteurs provoquant la fin des années 1960 avec la perte du catalogue des Rolling Stones et l'histoire de l'album Let It Be des Beatles (avec les bandes confiées à Phil Spector) comme une des raisons de leur dissolution.

Avec les Beatles

Le , la direction d'Apple, compagnie de disques des Beatles, annonce que ceux-ci verront leurs affaires gérées par Allen Klein. En mars, Klein entame des négociations avec NEMS pour dégager les Beatles de leur contrat, cette société ne leur étant plus utile et touchant encore des royalties sur leurs activités. Allen Klein devient le manager des Beatles contre l'avis de Paul McCartney qui refusera toujours de signer le moindre contrat avec lui. L'homme d'affaires américain fait le ménage chez Apple Corps et renégocie de façon très avantageuse les contrats de distribution avec EMI au Royaume-Uni et Capitol Records aux États-Unis.

Il décide aussi, en , suivi en cela par John Lennon et George Harrison, de confier les bandes du projet Get Back enregistrées plus d'une année auparavant au producteur américain Phil Spector, qui produit donc le disque Let It Be à sa façon. Paul McCartney à qui personne n'a demandé son avis, se met en colère en écoutant le résultat, interpelle Allen Klein par courrier (« Ne refaites plus jamais ça! ») et finira par évoquer cette histoire comme une des raisons de son départ du groupe, officialisant sa séparation le . À la fin de cette année-là, il lance un procès contre ses trois anciens camarades afin de prononcer la dissolution juridique des Beatles, et avant tout, dans son esprit, de se débarrasser d'Allen Klein.

Par la suite, Allen Klein détourne les fonds du concert de charité organisé par George Harrison en 1971 en faveur du Bangladesh, et voit ainsi les relations rompues avec les trois anciens Beatles qui l'avaient engagés à l'époque[2].

Avec les Rolling Stones

En 1965, le contrat entre le groupe les Rolling Stones, son label Decca et la société Impact Sound créée par son producteur Andrew Loog Oldham et son associé Eric Easton permettant de gérer les droits d'auteur n'est pas renouvelé car ces deux derniers se sont fâchés à ce sujet. Oldham doit alors chercher un nouvel associé et Allen Klein tombe à point nommé. C'est ainsi que le groupe et le label signent un nouveau contrat de rémunération de droits d'auteur avec Klein à hauteur de 700 000 $ par an.

Mais en 1971, décidés de quitter Decca définitivement, les Stones s'aperçoivent qu'ils ont perdu leur catalogue jusqu'en 1970, désormais géré par le label de Klein, ABKCO. Le groupe décide de virer l'homme d'affaires (avec qui ils étaient liés jusqu'en 1974) et de fonder leur propre label, Rolling Stones Records. Depuis, la discographie est toujours coupée en deux.

Notes et références

  1. (en) Allen Klein, 77, Dies; Managed Music Legends - The New York Times, 4 juillet 2001
  2. Philippe Margotin et Jean-Michel Guesdon, Les Rolling Stones, la totale, Chêne E/P/A,

Annexes

Article connexe

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Allen Klein
Listen to this article