Art naïf

mouvement artistique / De Wikipedia, l'encyclopédie libre

L’art naïf désigne la manière d'aborder la peinture par les « peintres naïfs », dont l'une des principales caractéristiques plastiques consiste en un style pictural figuratif ne respectant pas — volontairement ou non — les règles de la perspective sur les dimensions, l'intensité de la couleur et la précision du dessin. Le résultat, sur le plan graphique, évoque un univers d'enfant, d'où l'utilisation du terme « naïf ». L'inspiration des artistes naïfs[1] est généralement populaire et le terme s'applique aussi à des formes d'expression populaires de différents pays, notamment au courant artistique le plus connu d'Haïti.

Moi-même, portrait-paysage, du Douanier Rousseau, 1890.

L'art naïf n'est plus, aujourd'hui, considéré comme un art mineur. Il est un art authentique, consacré lors de la grande exposition « Maîtres populaires de la réalité » organisée dans la Salle Royale à Paris en 1937[2], exposition qui circulera ensuite à Zurich et dans plusieurs villes aux États-Unis.

Dans le reste des arts, ce terme désigne les œuvres d’artistes, le plus souvent autodidactes, qui se trouvent en décalage avec les courants artistiques de leur temps.

La Charmeuse de serpents (1907) du Douanier Rousseau - Huile sur toile - Musée d'Orsay, Paris

Au Québec, on emploie plus volontiers le terme d’« art indiscipliné », bien que celui d’art naïf soit plus souvent utilisé et reconnu.