Boléro cubain - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Boléro cubain.

Boléro cubain

Le boléro cubain apparaît à la fin du XIXe siècle, à Santiago de Cuba, dans la Province d'Oriente (es). Il est marqué par la clave, et n'a aucun lien avec la danse espagnole du boléro[1]. Cette musique de danse s'est répandue dans d'autres pays, laissant derrière elle ce qu'Ed Morales a appelé la « tradition lyrique la plus populaire d'Amérique latine ».

En tant qu'héritier du boléro espagnol, mais avec ses propres caractéristiques musicales, la fusion des facteurs hispaniques et afro-cubains est totale, qui apparaît à la fois dans la mélodie et dans l'accompagnement à la guitare. En 2021, ce genre est déclaré patrimoine culturel de la nation cubaine[2].

En 1793, l'existence des premiers chanteurs est déjà signalée qui, comme Javier Cunha et Nicolás Capouya (ce dernier n'a laissé aucune composition écrite), composèrent des chansons avec certaines similitudes avec le boléro, à la fois musicales et thématiques[3].

Dans les années 1840, le Boléro joué à Cuba subit une transformation rythmique. Au lieu de garder la signature rythmique du Bolero espagnol (en 3/4), il adopte une signature en 2/4. En 1860, on peut noter la disparition des dernières influences espagnoles. À partir des années 1870, la plupart des morceaux incluent le rythme du cinquillo dans la mélodie[4], souvent combiné au tresillo. Rythmiquement, il sera alors proche de la Habanera et du Danzón. Certains mélodies de Bolero sont même intégrées dans des Danzones[5].

L'un des talents cubains les plus légitimes, Matamoros, a révolutionné la musique de son temps, devenant l'un des boléros cubains les plus acclamés par le public. En 1925, il fonde le populaire Trío Matamoros. Ce groupe légendaire combinait dans son répertoire les meilleurs rythmes de l'est de Cuba : le son et le boléro. Rapidement, Cuba et le monde se sont fait l'écho de son aptitude incontestable et il a ensuite marqué une étape importante dans l'histoire universelle de la musique[6].

Avec Tristeza, composée en 1883 par José Sanchez, il est adopté ensuite par les Mexicains, puis par toute l'Amérique latine[7]. Influencé par la musique de variété américaine, le boléro cubain se transforme progressivement avec des pas proches du son ou du danzón.

Le boléro mexicain le plus célèbre est sans doute Bésame mucho, composé par Consuelo Velásquez en 1941, interprété entre autres par Joséphine Baker, Luis Mariano, les Beatles,[8] Plácido Domingo, Diana Krall, João Gilberto, Cesária Évora, Rosa Passos, Sara Montielwikilien, Sylvio Rodriguez et aussi, dans les coulisses du Festival de Bayreuth, par la basse wagnérienne finlandaise Matti Salminen.

Quelques boléros connus :

Parmi les interprètes renommés, il y eut María Dolores Pradera, Luis Miguel, Olga Guillot (surnommée « la reine du boléro »), Nana Mouskouri, Nat King Cole, le trio Los Panchos, Néstor Mesta Cháyres (surnommé « Le gitan du Mexique »[9]), Juan Arvizu (surnommé « Le ténor à la voix de soie »)[10], Tito Rodríguez, Daniel Santos, Julio Jaramillo et Gloria Estefan.

La danse de salon appelée rumba, née aux États-Unis, se danse en fait (contrairement à son nom, la rumba) sur des boléros.

Notes et références

  1. Carpentier, Alejo 2001 [1945]. Music in Cuba. Minneapolis, MN.
  2. (es) « Bolero - EcuRed », sur www.ecured.cu (consulté le )
  3. (es) « Bolero - EcuRed », sur www.ecured.cu (consulté le )
  4. (es) « Nosotros y el bolero - EcuRed », sur www.ecured.cu (consulté le )
  5. « Le Bolero », sur Musiques et danses cubaines par JulienSalsa, (consulté le )
  6. (es) by, « 10 boleristas cubanos famosos y sus boleros | Vive el feeling de Cuba », sur Cubago, (consulté le )
  7. (es) « Bolero - EcuRed », sur www.ecured.cu (consulté le )
  8. Last Night in Orient- LNO ©, « Bésame mucho, quand Les Beatles chantaient cette chanson de Consuelito Velázquez pour en faire du rock », sur Last Night in Orient (consulté le )
  9. (en) Biographies - Egly Hill Marin First - Nestor Mesta Chayres - Méjico Biographie de Nestor Mesta Chayres par Egly Colina Marín sur oneglycolinamarinprimera.blogspot.com.
  10. (en)Agustin Lara - A Cultural Biography Wood, Andrew Grant. Oxford University Press. New York. 2014 p. 34 (ISBN 978-0-19-989245-7) Juan Arvizu - biographie sur books.google.com

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Boléro cubain
Listen to this article