On appelle boxes pieds-poings (en abrégé BPP), depuis la fin des années 1970, les sports de combat de percussion avec un port de gants de boxe se déroulant le plus souvent dans un ring (ou pour les styles à la touche contrôlée sur un praticable de tapis de chute d’arts martiaux assemblés) et appartenant à la catégorie des boxes dites « sportives[1]». Les combattants utilisent, suivant le règlement, la gestuelle de percussion avec le membre inférieur (coups de pied et coups de genou), avec le membre supérieur (coups de poing et de coups de coude), les coups de pied de balayages et suivant le règlement sportif, la gestuelle de projection et pour certaines disciplines les techniques dites d‘abandon (clés musculo-articulaires et étranglements sportifs). Le vocable « boxe pieds et poings » a été proposé au milieu des années 1970 par Alain Delmas[2].

Quick facts: Domaine , Forme de combat , A donné , Pratiqu...
Boxe pieds-poings
Sports de combat

Combat de boxe birmane ici en série « élite »

Domaine Percussion
Forme de combat Sport de combat de percussion généralement avec des gants de boxe
A donné • Boxe chinoise [BC] ou boxe boji (sanda)

• Boxes américaines : no-contact [NC], point-fighting [PF], full-contact [FC], low-kick [LK]

• Boxes de l’Asie du Sud-Est : boxe birmane [BB], boxe khmère [BK], boxe laotienne [BL], boxe thaïlandaise [MT], boxe vietnamienne [BV]

• Boxes françaises : savate [BF], chauss'fight [CF]

• Boxes japonaises : japanese kickboxing [K1], shoot-boxing [SB]

Pratiquants renommés Birmanie : Maung Gyi [K1] [BB] 1950, Nilar Win [BB] 1980

Cambodge : Hey Puthong [BK]

Canada : Jean-Yves Thériault [FC]

France : Joseph Charlemont [BF] 1890, Richard Sylla [BF] [LK] 1970-1980, Kamel Chouaref [BF] [LK] 1980-1990, Jérome Le Banner [FC] [K1] 1980-2000

Japon : Toshio Fujiwara [K1] 1960

Pays-Bas : Fred Royers [FC] [LK] 1980, Rob Kaman [LK] 1980, Peter Aerts [K1] 1980, Ramon Dekkers [LK] [MT] 1990, Ernesto Hoost [BF] [LK] [K1] 1980-2000

Thaïlande : Apidej Sit Hrun [MT] – 1960, Samarth Payakaroon [MT] – 1990

USA : Joe Lewis [FC] 1970, Bill Wallace [FC] 1970, Benny Urquidez [FC] [LK] [K1] 1970

Pratiquants 25 millions dans le monde
Fédération mondiale En bas de page la liste des fédérations internationales
Close
Attaque simultanée en coup de poing crocheté court lors d’un coup de pied en ligne basse.

Parmi les plus pratiquées en Occident à partir du XXe siècle, nous avons :

  • la boxe chinoise ou « boxe boji » (sanda) [BC] : version sportive et moderne des arts martiaux chinois , c’est-à-dire une boxe pieds-poings avec projections de type « lutte sportive ».
  • les boxes américaines, que l'on rencontre sous quatre formes principales :
    • le no-contact [NC] appelé en français, « boxe sans contact », est une forme de rencontre technique, face à face et à distance proche de l’aéro-kick ;
    • le point-fighting [PF] appelé également « semi-contact », combat aux points de type règlement de l’escrime olympique, plus proche d'un karaté sportif avec des gants et des chaussons en mousse que d’une boxe à proprement parler ;
    • le full-contact [FC], de son nom d’origine « full-contact karaté », habituellement sans coups de pied en dessous de la ceinture (une version des années 1970 existe avec low-kick et remise à la mode en 2008 par la FFFCDA), fut médiatisé lors du premier championnat du monde professionnel en 1970 et prit son véritable envol en 1975 lors de la création de la Professional Karate Association (PKA)  ;
    • le kick-boxing américain ou « low-kick[3] » [LK] - la boxe pieds-poings la plus popularisée dans le monde au XXe siècle ou « full-contact karaté » avec frappe en coup de pied circulaire dans les cuisses (en anglais, low kick), né en 1963 lors des premiers tournois américains de boxe birmane mis en place aux États-Unis par l’expert Maung Gyi. Cette forme de rencontre prit son véritable envol en 1976 lors de la création de la World kick boxing and karate association (WKA)  ;
Déviation du coup de pied circulaire .
  • les boxes de l’Asie du Sud-Est pratiques dénommées « martiales » car issues des arts de combat ancestraux, où une grande diversité de techniques de percussion et de projection sont autorisées. Ces disciplines sont dites à « neuf armes » (c’est-à-dire : les deux poings, deux pieds/tibias, deux genoux, deux coudes et la tête). À l’origine, dans ces disciplines, les rencontres interethniques se déroulaient « au finish » et sans véritables règles. Certains historiens pensent que ces cinq formes de combat traditionnelles se sont mutuellement influencées à la suite des mouvements de population, et notamment grâce aux ethnies communes aux pays de l’Asie du Sud-Est. On trouve :
  • les boxes françaises :
    • la savate [BF], aujourd'hui surnommée « savate-boxe française » ancêtre de l’art de combat de rue parisien ;
    • le chauss'fight [CF], ancêtre de l’art de combat marseillais (chausson) pratiqué notamment sur les bateaux ;
Offensive en coup de genou avec une saisie du cou.
Attaque simultanée en coup de pied arrière et retourné (dit en contre) lors d’un jab.

Oops something went wrong: