Chronologie des droits des femmes en France - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Chronologie des droits des femmes en France.

Chronologie des droits des femmes en France

Cet article propose une chronologie du statut juridique des femmes et de leur émancipation en France.


Sommaire :

560 - 1100 - 1200 - 1300 - 1400 - 1500 - 1600 - 1650 - 1660 - 1670 - 1680 - 1690 - 1700 - 1740 - 1750 - 1770 - 1780 - 1790 - 1800 - 1810 - 1830 - 1850 - 1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 - 1910 - 1920 - 1930 - 1940 - 1950 - 1960 - 1970 - 1980 - 1990 - 2000 - 2010 - 2020


VIe siècle

  • La loi salique publiée par Clovis comprend l’article De allodis sur la transmission des terres détenues en pleine propriété par un groupe familial. La transmission des biens se fait par les agnats les parents par le père et les cognats les parents par la mère. Les femmes héritent de la terre au même titre que les hommes[1].

589

VIIIe siècle

700

  • Sous la dynastie carolingienne, l'article De allodis de la loi salique concernant la transmission des terres devient : « quant à la terre salique, qu'aucune partie de l'héritage ne revienne à une femme, mais que tout l'héritage de la terre passe au sexe masculin »[4].

XIIe siècle

prêcheuse et amazone
prêcheuse et amazone

1132

1169

XIIIe siècle

1215

1234

  • Les Décrétales du page Grégoire IX interdit aux femmes de prêcher, dire la messe, conférer les baptêmes, confesser et toucher les reliques[5].

XIVe siècle

1310

1312

  • Le concile de Vienne adopte des canons qui condamnent les béguines. Le pape Jean XXII promulgue les lois en 1317[7].
  • Heluis de Conflans, religieuse au convent d'Origny finance un manuscrit contant la vie de sainte Benoîte martyre chrétienne du IVe siècle, illustré de 54 miniatures. Sainte Benoîte est représentée en train de prêcher, baptiser et expulser les démons[3].

1316

1317

  • À la suite de la promulgation par le pape des lois condamnant les béguines, l'évêque de Strasbourg Jean de Drubheim persécute 300 béguines[7].

1322

  • Philippe V le Long est remplacé sur les trônes de France et de Navarre par son frère, Charles IV. Sa fille aînée Jeanne III de Bourgogne est exclue de la succession royale et donc du trône de France, sans justification[8].

1328

XVe siècle

1405

1431

1456

  • Le 4 juillet, le jugement avec enquêtes et commissions sur le procès et la condamnation de Jeanne d'Arc est rendu. Elle est déchargée et disculpée[7].

1472

XVIe siècle

1555

  • Parution du recueil Euvres de Louise Labé qui contient une épître, dans laquelle elle exhorte les femmes à « élever leurs esprits par dessus leurs quenouilles et fuseaux »[5].

1593

  • Le 28 juin 1593, le Parlement de Paris introduit la loi salique dans le droit avec l'arrêt Le Maistre. Cet arrêt inscrit dans la loi, pour la succession du trône, l'exclusion des femmes ainsi que les parents par les femmes[11] .

XVIIe siècle

1608

  • L'ordre des Ursulines ouvre de nombreux couvents en France. Cet ordre féminin a pour quatrième vocation l'éducation des filles. Elle permet l'alphabétisation des filles[5].

1610

1622

  • Marie de Gournay réclame, dans son Égalité des Hommes et des Femmes, un meilleur accès à l’instruction pour toutes les femmes. Elle soutient que la femme n’est pas inférieure à l'homme par nature mais du fait de son éducation[3].

1630

  • Louise Moillon (1610-1696) est une peintre de renom, de nature morte aux fruits. Quatre-vingt tableaux sont recensés[3].

1635

1648

1652

1659

1663

1672

1673

  • François Poullain de la Barre publie De l’Égalité des deux sexes, discours physique et moral où l’on voit l’importance de se défaire des préjugés. Il condamne les différences d'origine. Il prend parti pour l'égalité des sexes et des individus[14].

1674

1675

1685

1695

  • Le 27 décembre, Madame Guyon, influencée par le quiétisme est arrêtée pour sa doctrine sur l'amour de Dieu de façon désintéressée. En 1706, elle fonde une confrérie qui regroupe protestants et catholiques[3].

XVIIIe siècle

1724

1740

1747

1750

1759

  • Madame du Coudray parcourt la France pour enseigner l'obstétrique, avec un mannequin qu'elle a fabriqué. Elle forme plus de 5000 femmes pendant 25 ans. En 1767, Louis XV lui accorde une pension et un brevet de maîtresse sage-femme[19].

1770

  • Les quatre sœurs Louise, Marguerite, Robertine et Constance Delemer créent une fabrique de porceleine à Arras[20].

1783

Gouache Jean-Baptiste Lesueur, Club Patriotique de Femmes
Gouache Jean-Baptiste Lesueur, Club Patriotique de Femmes

1788

  • Convocation des États généraux. Les femmes veuves ou nobles tenant fief prennent part au vote mais elles ne sont pas éligibles. Les femmes prennent une part très active à la rédaction des cahiers de doléances[21].
Pastel représentant Olympe de Gouges.
Pastel représentant Olympe de Gouges.

1789

  • 5 et 6 octobre, Marche des femmes de Paris à Versailles, pour réclamer du pain à Louis XVI[22].
  • Entre 1789 et 1793, on compte à Paris et en province 56 clubs de femmes[23].
  • octobre : la loi sur les élections de décembre exclut les femmes du droit de vote[5].
  • Les femmes sont actives en assistant dans les tribunes aux différentes assemblées et débats et en interrompant les orateurs. À partir de 1795, leurs adversaires les surnomment les tricoteuses[23].

1790

  • Nicolas de Condorcet plaide pour le droit de vote des femmes dans Sur l’admission des femmes au droit de cité : « songez qu’il s’agit des droits de la moitié du genre humain »[21].
  • Tous les enfants sont désormais égaux devant la succession, quel que soit leur rang de naissance et leur sexe.

1791

  • Constitution du 3 septembre : le mariage est un contrat civil[24].
  • Les femmes sont des citoyens passifs comme les affranchis, les libres métis et noirs, les pauvres et les domestiques[5].
  • Instauration du suffrage censitaire (environ 4,3 millions d’électeurs pour 40 000 personnes éligibles). Les femmes sont exclues du corps électoral[25].
  • Constitution du 3 septembre : « La Royauté est indivisible, et déléguée héréditairement de mâle en mâle [...], à l'exclusion perpétuelle des femmes »[26].

1792

  • Loi du 20 septembre : la loi établit le divorce par consentement mutuel sur simple allégation d'incompatibilité d'humeur ou de caractère [23].
  • Le 6 mars, Pauline Léon remet une pétition signée par 319 femmes réclamant le droit de porter les armes[5].
  • Les clubs politiques de femmes à Paris comme en province se radicalisent autour de la question de l’égalité politique[23].
  • Le 20 juin 1792, Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt est acclamée à la tribune des dames du Club des Jacobins. Elle revendique le droit des femmes à porter des armes comme les hommes[23].

1793

  • Fin des institutions royales : depuis 1663, date à laquelle à l'Académie royale de peinture et de sculpture s'ouvre aux femmes, quinze femmes ont pu y entrer[12].
  • Le 3 avril , le port de la cocarde tricolore est obligatoire, pour les hommes. Des femmes demandent également à la porter. Cela déclenche une guerre de la cocarde, à l'Assemblée, dans les faubourgs[5].
  • Le 7 octobre 1793, Claire Lacombe déclare à la barre de la Convention : Nos droits sont ceux du peuple, et si l’on nous opprime, nous saurons opposer la résistance à l’oppression[3].
  • 16 octobre : Marie-Antoinette est guillotinée[5].
  • 28 octobre : Des échauffourées ont lieu entre les républicaines révolutionnaires et les dames de la Halle sur le port de la cocarde[5].
  • 30 octobre : un décret interdit les clubs et sociétés populaires de femmes[26].
  • 3 novembre : Olympe de Gouges est guillotinée[5].
  • 8 novembre : Manon Roland est guillotinée[5].

1794

1795

XIXe siècle

1800

  • Loi du 7 novembre 1800 porte interdiction du port du pantalon pour les femmes. Cette loi est abrogée en 2013[28].
  • Marie-Guillaume Benoist expose au salon Portrait d’une femme noire. En 2019, le Musée d’Orsay modifie le titre en Portrait de Madeleine[13].

1801

1804

  • Le Code civil français déclare la femme incapable juridiquement. Elle est sous la tutelle de ses parents puis de son mari. Elle doit le suivre à son domicile jusqu'en 1975. Elle lui doit obéissance jusqu'en 1938. Elle ne peut pas exercer une profession sans on autorisation jusqu'en 1965[29]. Le mari a tout pouvoir pour gérer les biens communs et les biens propres de son épouse. L'âge légal pour contracter un mariage est de 15 ans pour les femmes, 18 pour les hommes[5].
  • art. 19 : une femme mariée prend la nationalité de son mari[26].

1806

  • Première chaire universitaire d'obstétrique est attribué à Jean-Louis Baudelocque. Les sages-femmes deviennent des auxiliaires des médecins accoucheurs[5].

1810

  • Le Code pénal (art. 324, 337, 339) qualifie l'adultère de délit pour les femmes. L'adultère de l'épouse est puni d’une peine de prison de 3 à 24 mois. L’entretien d'une concubine au domicile conjugale est puni d’une amende d'une amende de 200 à 2000 francs[30].
  • Le Code pénal (art.317) punit de réclusion les personnes qui pratiquent, aident ou subissent un avortement. Les médecins et pharmaciens impliqués sont condamnés aux travaux forcés[30].

1816

1832

1833

1835

  • Flora Tristan publie L'Émancipation de la femme ou le testament de la paria[3].

1837

  • Louise Dauriat, saint-simonienne est à l'initiative d'une pétition demandant la révision du code civil de 1804[5].

1838

  • Création de la première école normale d'institutrices[26].

1848

  • 5 mars. Deuxième République, suffrage universel pour les hommes[21].
  • Eugénie Niboyet fonde le journal féministe La Voix des femmes, interdit en 1850[34].
  • Fondation de clubs de femmes comme le Club de l'émancipation des femmes[35].
  • Les Vésuviennes établissent une Constitution politique des femmes, dans lequel le mariage est obligatoire pour les deux sexes, le partage des tâches ménagères. Les femmes porte le pantalon[36],[37]. Elles ont accès à tous les emplois publics, civils, religieux et militaires. Hommes et femmes effectuent un service civique et militaire[38].
  • 26 juillet : la loi interdit aux femmes d'être membre d'un club et d'assister à tout débat public.

1849

1850

  • La loi Falloux fait obligation pour les communes de plus de huit cents habitants d'ouvrir et d'entretenir une école pour filles. L'enseignement comprend les travaux d'aiguilles[26].

1853

  • Rosa Bonheur présente au salon un tableau de cinq mètres par deux : Le marché au chevaux[39].

1861

  • Julie-Victoire Daubié est la première bachelière française. Ce qui devrait lui permettre l'accès à l'Université. La Sorbonne lui notifie son refus. Il lui faut attendre 1871 pour être autorisée à suivre les cours en Sorbonne[40].
  • Emma Chenu est la première à obtenir le baccalauréat en sciences.

1862

1867

  • À la suite de la loi Falloux de 1850, la loi du 10 avril 1867 (Victor Duruy) une école pour filles est obligatoire pour les communes de plus de cinq cents habitants. L'enseignement secondaire pour filles est créé[26].

1869

  • Deux milles ouvrières de la soie se mettent en grève à Lyon[35].

1870

  • Le mot féministe sert à désigner en médecine, des hommes qui présentent des signes de féminité. Il est repris par Alexandre Dumas en 1872. Hubertine Auclert l'associe en 1882 à la lutte pour les droits et à l'amélioration des conditions des femmes[5].

1871

1872

1873

1874

  • Loi du 18 mars : le travail de nuit est interdit pour les enfants de moins de 13 ans[26]
  • Loi du 19 mai : Le travail de nuit pour les femmes de 13 à 21 ans est interdit[26].
  • Loi du 2 novembre : Le travail des femmes est interdit dans les mines et les carrières[26].
  • Joséphine Andrée, syndicaliste fonde le Syndicat féminin de la couture, premier syndicat féminin[44].

1875

  • Madeleine Brès devient la première femme docteure en médecine. L'accès des étudiantes au concours d'externat est effectif en 1882 et celui de l’internat en 1886[45].

1876

  • Hubertine Auclert fonde Le Droit des femmes, groupe suffragiste qui devient Le Suffrage des femmes en 1883. Lors du congrès de Marseille, elle proclame : « Qui dit droit, dit responsabilité, la femme doit travailler, n'étant pas moins tenue de produire que l'homme, vu qu'elle consomme… qu'il y ait pour les deux sexes même facilité de production, et application rigoureuse de cette formule économique : à production égale, salaire égal »[33].

1878

1879

  • 9 Août : la loi Paul Bert rend obligatoire l'entretien d'une École d'instituteur et d'une école d'institutrice dans chaque département français[26].

1880

  • La loi Camille Sée institue un enseignement secondaire féminin d'État, de cinq ans avec un diplôme de fin d'études. Il comprend enseignement ménager et instruction morale. Il ne comprend pas les langues l'étude de la philosophie ni les langues anciennes, matières obligatoires au baccalauréat. Il faut attendre 1924 pour que filles garçons reçoivent le même enseignement secondaire[42].
  • Fondation de l'Union des femmes qui devient l'Union des femmes socialistes[35].

1881

  • Loi du 9 avril portant création du livret de caisse d'épargne. Les femmes sont autorisées à ouvrir un livret et à y déposer de l'argent sans l'autorisation de leur mari, mais l'accord de celui-ci est nécessaire pour retirer de l'argent [46]. Il faut attendre 1910, pour qu'elles puissent retirer de l'argent[42].

1882

  • Loi du 28 et 29 mars dite loi Jules Ferry : L'instruction primaire est obligatoire pour les enfants des deux sexes de six ans à treize ans[26].
  • Hubertine Auclert reprend le mot féministe utilisé en 1872 par Alexandre Dumas fils et l'associe en 1882 à la lutte pour les droits et à l'amélioration des conditions des femmes[5].

1883

  • Création de l'agrégation féminine distincte. Ce n'est qu'en 1960, qu'il y a fusion des deux agrégations[47].

1884

  • Vingt-cinq étudiantes sont inscrites à La Sorbonne[40].
  • Création de deux agrégations spécifiques pour les femmes : lettres et sciences[40].
  • La loi Naquet rétablit le divorce, pour faute[31].
  • Clémence Royer, femme de sciences, donne des cours à la Sorbonne[33].

1885

1886

  • 30 octobre : L'enseignement primaire est donné par des instituteurs dans les écoles de garçons, des institutrices dans les écoles de filles[26].
  • Dorothea Klumpke est la première à obtenir une licence en mathématique et astronomie à la Sorbonne. En 1893, elle soutient une thèse de doctorat es sciences mathématiques [49].

1889

  • Paul Robin crée à Paris le premier centre d'information et de vente de produits anticonceptionnels[50].
  • Congrès international pour le droit des femmes a lieu à Paris. Il se prononce pour les droits politiques[35].
  • Le collège privé Sévigné prépare les jeunes filles au baccalauréat. Des professeurs des lycées de garçons complètent le programme[42].

1891

  • Maria Martin crée le Journal des femmes[3].
  • En juillet 1891, Marie-Louise Gagneur interpelle l’Académie française sur la féminisation des noms de métier restés masculins, tels que « auteur, écrivain, orateur, docteur, ... ». Sa demande est retoquée. Il faut attendre 2019, soit 128 ans plus tard, pour que l’Académie française, accepte et préconise l'usage du féminin pour les noms de métiers[51].
  • Création de la Fédération française des sociétés féministes (FFSF) pour regrouper les différentes associations[35].

1892

  • Le travail de nuit est interdit à toutes les femmes, quel que soit leur âge.
  • Le port du pantalon interdit pour les femmes depuis le Directoire, est désormais possible à condition qu’elles tiennent à la main une bicyclette ou un cheval. Cette loi est abrogée qu'en 2013[28].

1893

  • La femme mariée séparée de corps retrouve sa capacité civile[42].
  • Le Droit humain est la première loge mixte[35]

1894

  • 31 juillet : Les agrégations féminines créées en 1884 sont au nombre de quatre : lettres, histoire, mathématiques, sciences physiques et naturelles[40].
  • Création de l'alliance nationale des Unions chrétiennes de jeunes filles (UCJF).

1896

1897

1898

1899

  • Création du syndicat général des sténographes et dactylographes[44].

XXe siècle

1900

  • Le doctorat en droit qui permet d'exercer le métier d'avocat est accessible aux femmes depuis 1892. Jeanne Chauvin, docteure en droit en 1897, mène une bataille juridique pendant trois ans. Raymond Poincaré et René Viviani font voter la loi le 1er décembre 1900, autorisant les femmes à plaider. Jeanne Chauvin prête serment le 19 décembre et plaide son premier procès en 1901[42].
  • 15 mars : à 56 ans Sarah Bernhardt joue le rôle d'un adolescent dans la pièce L'Aiglon, écrite par Edmond Rostand[42].
  • Journée de travail de 10 heures pour les femmes et les enfants et 12h pour les hommes[26].
  • Du 18 au 23 juin : le congrès international des œuvres et institutions féminines a lieu au Palais de l'économie sociale et des congrès
  • Du 5 au 8 septembre : la ligue française pour le droit des femmes créée par Maria Deraismes en 1882, présidée par Maria Pognon organise le Congrès international de la condition féminine et des droits des femmes. La question du suffrage est posée[3].
  • Premier roman de la série des Claudine, par Colette[42].
  • Gabrielle Réval publie Les Sévriennes qui traite de l'émancipation des femmes[42].

1901

1903

1904

  • Le Prix Fémina est le premier prix littéraire avec un jury féminin. Il s'oppose au prix Goncourt. Il est financé par Hachette. Il n'a pas vocation à couronner une femme[42].
  • Le visage émerveillé d'Anna de Noailles fait scandale[42].

1905

  • Les ouvrières de Haviland à Limoges se mettent en grève et demandent le départ du contremaître Penaud qui exerçait un droit de cuissage. Il y avait déjà eu des grèves de femmes contre les violences exercées sur elles au travail. La grève de Limoges est la première qui rencontre un écho national par son côté insurrectionnel[53].
  • À Issoudun; les ouvrières se mettent en grève contre le harcèlement sexuel des contremaîtres[42].
  • Première grève des sardinières à Douarnenez qui mobilisent 3 000 femmes. Elle demande à être payée à l'heure et non au mille de sardines traitées. Une deuxième grève a lieu en 1924[42].
  • À Vizille, les ouvrières des soieries se mettent en grève pendant 54 jours pour réclamer un salaire plus élevé[42].
  • Brochure de Madeleine Vernet sur l'amour libre[42].

1907

  • La loi permet aux femmes d'être électrices aux tribunaux de prud'hommes. Seuls les hommes sont éligibles[26]
  • Loi du 13 juillet : Pour les femmes mariées, le régime de séparation de biens s'appliquent sur les produits de leur travail et économies. Les femmes disposent de leur salaire[54].
  • Hélène Picard publie L'instant éternel[42].

1909

  • Lily Laskine, harpiste est la première instrumentiste à l'Orchestre de l'Opéra de Paris. Elle rencontre une forte opposition à sa nomination[42].
  • La loi Enguerand instaure le congé maternité d'un délai de 8 semaines non rémunéré. En 1913, la loi accorde une indemnité. En 1928, la loi institue la gratuité des soins médicaux[55].
  • Les salaires des instituteurs et des institutrices deviennent égaux : première application du principe énoncé par Hubertine Auclert : « à travail égal, salaire égal ».
  • Le rapport Buisson propose à la Chambre des députés le droit de vote et d'éligibilité des femmes[21].
  • Grande manifestation à Paris pour le droit de vote des femmes[21].
  • Création de l'Union française pour le suffrage des femmes (UFSF)[21].
  • Rappel de la loi du 7 novembre 1800. Le port du pantalon n'est plus un délit si la femme tient un guidon de bicyclette ou les rennes d'un cheval[28].

1910

  • Les femmes mariées sont autorisées à retirer leur argent sans l'accord de leur mari sur le livret de Caisse d'Épargne. Elles avaient la possibilité d'ouvrir et de déposer de l'argent depuis 1881, mais pas d'en disposer[42].
  • Les institutrices obtiennent la rémunération de leur congé de maternité.
  • Marguerite Rouvière réussit le concours d'entrée en sciences physiques à l'école normale de la rue d'Ulm, réservée aux garçons. Le concours sera commun aux deux écoles Ulm pour les garçons et Sèvres pour les filles en 1985[47].

1911

  • Au sein du syndicat CGT des employés, création d'une section féminine.
  • Les employées des PTT obtiennent la rémunération de leur congé maternité
  • Marie Curie reçoit le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le radium. Marie Curie est la première personne à obtenir deux prix Nobel.
  • Madeleine Vionnet fait défiler ses mannequins sans corset. Le port du soutien-gorge et du pantalon délivre les corps des contraintes[42].
  • Lucienne Heuvelmans est lauréate du grand prix de Rome en sculpture[42].

1912

1913

  • La loi 17 juin accorde une indemnité pour le congé maternité de 8 semaines créé en 1909. En 1928, la loi institue la gratuité des soins médicaux[55].
  • Madeleine Pelletier publie L'éducation féministe des filles[42].
  • Lili Boulanger reçoit pour la troisième fois le grand prix de Rome[42].
  • Louis Couriau est exclu du syndicat des typographes parce qu'il n'a pas interdit à sa femme Emma de se syndiquer[42].

1914

1915

1917

1918

1919

1920

  • Décret du 26 mai : Les mères de familles nombreuses sont honorées par la création de la médaille d’honneur de la famille française. En 1929, elle donnera lieu à la création de la fête des mères[57].
  • Les femmes mariées peuvent désormais adhérer à un syndicat sans l'autorisation de leur mari[42].
  • La loi du 31 juillet alourdit les peines du code pénal de 1810 en cas d'avortement. L'avortement devient un crime, il est passible de la cour d'assises. Il redevient un délit en 1923. Cette loi sera abrogée en 1975[58].
  • La loi du 31 juillet. Le recours à des méthodes contraceptives ainsi que la production, la vente, l'affichage, l'information, la publicité sont interdites et passibles d'amendes. Cette loi est abrogée en 1967, par la loi Neuwirth[26].
  • Les agrégations de philosophie et de grammaires s'ouvrent aux étudiantes[42].

1921

1922

  • Le Sénat refuse d'examiner la proposition de loi sur le vote des femmes, par 134 voix sur 156[42].
  • Création d'un diplôme d'état pour les infirmières uniformisant la formation[42].

1923

  • Les filles sont autorisées à se présenter au concours général[42].
  • Loi du 27 mars correctionnalise l'avortement. L'avortement est un crime depuis 1920. Il redevient un délit. Les peines encourues sont alourdies. La loi de 1975 met met à la pénalisation de l'interruption volontaire de grossesse[58].
  • Jeanne Galzy reçoit le prix Fémina[42].
  • Eileen Gray, expose à Paris au Salon des artistes décorateurs, dans un esprit d'avant-garde. Elle fait toute sa carrière en France[42].
  • La souriante Madame Beudet de Germaine Dulac, cinéaste d'avant-garde rencontre le succès[42].

1924

  • Le décret Bérard institue des horaires et des programmes d'études identiques dans les établissements secondaires de garçons et de filles. Le baccalauréat féminin créé en 1919 est supprimé[42].
  • Une deuxième grève des sardinières à Douarnenez démarre en novembre. Elles demandent une revalorisation de leur salaire[42].

1925

  • Création de l'École polytechnique féminine[42].
  • La Chambre des députés adopte par 389 voix contre 140 une proposition de loi instaurant le vote des femmes lors des élections municipales et cantonales[42].
  • Tour de France suffragiste de Marthe Bray.
  • Des candidates communistes sont élues aux municipales. Mme Variot siège par exemple au conseil municipal de Malakoff. Ces élues sont finalement écartées par les tribunaux[42].
  • Sonia Delaunay ouvre une boutique et propose ses simultanés[42].
  • Joséphine Baker se produit à Paris[42].

1927

  • Les employés des deux sexes des PTT, de la Caisse des Dépôts et Consignations, et les professeurs du secondaire à niveau de diplôme égal ont désormais le même traitement.
  • Loi du 10 août : Une Française mariée à un étranger n'est plus obligée de prendre sa nationalité[26].
  • L’Assemblée vote une quatrième fois en faveur du droit de vote aux femmes par 396 voix contre 94. Le Sénat s'y oppose[21].
  • Alexandra David-Neel publie Voyage d'une Parisienne à Lhassa[42].

1928

  • Le congé de maternité de huit semaines, avec maintien du traitement, est étendu à toute la fonction publique.

1929

  • Philippe Berthelot signe un décret autorisant les femmes à passer les concours d'admission dans les carrières diplomatiques et consulaires[42].
  • Fondation de la Jeunesse étudiante chrétienne féminine[42].
  • Sophie Taeuber participe à l'exposition Cercle et carré à Paris. Elle a réalisé en 1926 la décoration de l'Aubette à Strasbourg[42].

1931

1932

  • La Chambre des députés vote par 446 voix contre 60 une résolution invitant le gouvernement à faire pression sur le Sénat afin de rendre possible l’adoption du texte sur le droit de vote aux femmes. Sans suite[21].

1933

1935

  • La Chambre des députés se prononce pour la cinquième fois pour le vote des femmes par 453 voix contre 124. Le Sénat rejette le projet de loi[21].

1935-1936

  • Plusieurs communes organisent des scrutins parallèles mixtes aboutissant à faire élire des conseillères municipales supplémentaires ; à Louviers, dont le maire est Pierre Mendès France, six conseillères sont élues et siègent avec voix consultative[21].

1936

1937

  • Les femmes sont autorisées à enseigner le latin, le grec et la philosophie.
  • Les femmes mariées peuvent obtenir un passeport sans l’autorisation de leur mari.

1938

  • Loi du 18 février : L'article 213 du Code Civil de 1804 est réformé et supprime l'incapacité juridique des femmes. La phrase «  la femme doit obéissance à son mari » est supprimée[61].

1939

  • Décret du 29 juillet relatif à la famille et à la natalité alourdit les peines en cas d'avortement[62].
  • Madeleine Pelletier, est arrêtée pour avoir pratiqué des avortements. Elle meurt six mois plus tard[42].

1940

  • Un décret-loi de Vichy restreint l'accès des femmes à l'emploi public[26].

1941

  • Les époux mariés depuis moins de 3 ans ne peuvent pas divorcer.

1942

  • Loi du 15 février : l'avortement, qui était un délit devient un crime contre la sûreté de l'État. Il est puni de la peine de mort. Plus de 15 000 condamnations sont prononcées jusqu’à la Libération. Marie-Louise Giraud est condamnée à la peine de mort et exécutée en 1943[63].
  • Le 23 juin. Le général de Gaulle déclare : « Une fois l'ennemi chassé du territoire, tous les hommes et toutes les femmes de chez nous éliront l'Assemblée nationale »[21].

1943

1944

  • 24 mars : Vote de l’Assemblée réunie à Alger du droit de vote pour les femmes par 51 voix sur 67[64].
  • 21 avril : Charles de Gaulle signe l’ordonnance donnant le droit de vote et l'éligibilité aux femmes[64].
  • En novembre, l'Assemblée consultative provisoire à Paris, compte dix femmes.
  • 18 novembre, fusion de plusieurs comités de femmes pour devenir l'Union des Femmes Françaises (UFF)[42].

1945

  • La notion de « salaire féminin » est supprimée. « À travail égal, salaire égal » s'inscrit dans la législation française. Plusieurs lois rappellent ce principe en 1972, 1983 et 2005, notamment.
  • 29 avril : premier vote pour les femmes françaises, lors des élections municipales[21].
  • En octobre : premier vote féminin lors d'un scrutin national : 34 femmes élues membres de l'Assemblée nationale constituante[21].
  • Loi instaurant le congé de maternité obligatoire et rémunéré de 8 semaines (2 semaines avant et 6 semaines après l’accouchement). Ce congé est rémunéré à hauteur de 50 % du salaire, 100 % pour les fonctionnaires[26].
  • Elsa Triolet reçoit le prix Goncourt pour Le premier accroc coûte deux cent francs[42].

1946

  • Loi du 13 avril dite Marthe Richard, les maisons de tolérances autorisées en 1903 sont interdites[26].
  • 30 juillet : suppression du salaire féminin « Aucune distinction ne peut être faite entre les deux sexes » [42].
  • Recrutement des premières hôtesses de l'air par concours, jusque là métier d'homme[42].
  • Constitution du 27 octobre : Inscription du principe d'égalité des droits entre les femmes et les hommes dans le préambule. « La loi garantit à la femme, dans tous les domaines des droits égaux à ceux de l'homme »[26]
  • La magistrature s'ouvre aux femmes[42].

1947

1948

  • Les femmes peuvent accéder aux professions auxiliaires de la justice[42].
  • 8 mars : 100 000 femmes défilent[42].
  • Les sculptures de Germaine Richier rencontre des réactions hostiles, dont le Christ qu'elle réalise en 1950[42].

1949

1950

1951

  • La publication posthume des ouvrages de Simone Weil marque les contemporains. Normalienne et agrégée de philosophie, pour son ouvrage La Condition ouvrière, elle travaille comme ouvrière d'usine, de façon à se confronter à la réalité[42].
  • Jacqueline Audry réalise Olivia interprétée par Edwige Feuillère[42].
  • La profession d'infirmière s'ouvre aux hommes[42].

1952

1954

1955

  • Décret du 28 novembre : l'avortement thérapeutique est autorisé[65].
  • La pointe courte, premier film d'Agnès Varda, reçoit un bon accueil de la critique[42].
  • La revue Antoinette dirigée par Madeleine Colin est destiné aux travailleuses. Elle se fait l'écho des luttes de la CGT[42].

1956

  • Création le 8 mars de « la maternité heureuse » qui devient le « Planning familial » en 1960[42].

1959

1960

  • Les mères célibataires peuvent avoir un livret de famille[42].
  • 28 juillet, la France ratifie la résolution 317 du 2 décembre 1949 des Nations unies concernant la répression de la traite des êtres humains et de l'exploitation de la prostitution[26]. La France devient un pays abolitionniste[42].
  • Les agrégations féminines et masculines fusionnent pour ne former qu'un seul concours[47].

1961

  • Première chauffeuse d'autobus[42].

1962

1963

  • Les serviettes hygiéniques disponibles uniquement en pharmacie sont vendues en supermarché[42].
  • La mixité des élèves est instituée, par décret, comme le régime normal des Collèges d'enseignement secondaire.
  • Nicole Questiaux est maître des requêtes au Conseil d'État[42].

1964

1965

  • Loi du 13 juillet 1965 : chaque époux a la pleine capacité de ses droits. Une femme peut avoir un emploi et un compte en banque sans avoir besoin de l'autorisation de son mari. Elle dispose librement de ses biens propres[66].

1966

  • La loi interdit de licencier une femme enceinte et pendant les 12 semaines suivant l'accouchement.

1967

  • 28 décembre. Abrogation de la loi du 31 juillet 1920. La contraception et sa diffusion sont autorisées par la loi Neuwirth[67]. Les décrets d'application sont publiés en 1969 et 1972[42].
  • Les femmes sont autorisées à pénétrer dans la Bourse de Paris[15].
  • Création du groupe FMA pour Féminin, Masculin, Avenir qui devient Féminisme, Marxisme, Action en 1970[68].
  • Jacqueline Dubut est la première pilote de ligne[42].

1968

  • Alice Saunier-Seïté est doyenne d'Université à Brest. En 1973, elle est la première rectrice d'académie. En 1975, elle est ministre des Universités[42].

1969

1970

  • La loi dispose que désormais « les deux époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille » : c'est la fin de la notion de « chef de famille » et de la puissance paternelle, remplacées par l'autorité parentale. Le mari reste le chef de famille sur le plan fiscal et social[42].
  • Ouverture de l'École polytechnique aux femmes[42].
  • Le congé maternité est indemnisé à 90 % du salaire brut par la sécurité sociale[26].
  • 26 aout : Une dizaine de femmes, dépose une gerbe à l'Arc de Triomphe avec pour slogans « Un homme sur deux est une femme » et « Il y a encore plus inconnu que le soldat, sa femme » [35].
  • Automne : des femmes se réunissent tous les quinze jours aux Beaux-Arts ce qui donne naissance au Mouvement de Libération des Femmes.
  • Automne : Libération des femmes, année zéro, numéro spécial de la revue Partisans, est réalisé uniquement par des femmes et rassemble des témoignages de militantes anonymes Françaises et des Américaines[68].
  • Le groupe FMA pour Féminin, Masculin, Avenir créé en 1967 devient Féminisme, Marxisme, Action. Il donne naissance avec d'autres groupes féministes au MLF en 1971[35].
  • Ariane Mnouchkine dirige une compagnie de théâtre[42].

1971

  • À la suite des réunions aux Beaux-Arts de 1970, le Mouvement de libération des femmes (MLF), mouvement informel, féministe, autonome, non-mixte publie Le torchon brûle. Il revendique la libre disposition du corps des femmes et remet en question la société patriarcale. Le mouvement prendra fin en 1979[35].
  • Publication dans Le Nouvel Observateur du « Manifeste des 343 » regroupant les signatures de 343 femmes affirmant avoir été avortées, appelant les autorités à prendre en compte cette réalité et réclamant l’avortement libre et gratuit. En 1973, 331 médecins s'accusent d'avoir pratiqué des avortements à la demande de leurs patientes[35].
  • Dans l'enseignement supérieur, les filles rattrapent les garçons en nombre.

1972

  • Loi du 3 janvier : l'enfant acquiert le nom de celui de ses deux parents à l'égard de qui sa filiation est établie, le nom du père si sa filiation est établie simultanément[69].
  • Égalité des droits des enfants légitimes et naturels[42].
  • La loi réaffirme le principe de l'égalité de rémunération entre les hommes et les femmes, pour des travaux de valeur égale[42].
  • Huit femmes sont reçues à Polytechnique ; la majore de la promotion est Anne Chopinet[42].
  • mars-avril : décret d'application portant reconnaissance législative des centres de planning familial[26].
  • 8 novembre Procès de Bobigny : en application de la loi de 1920, Marie-Claire mineure est jugée pour avoir avorté à la suite d'un viol. Les débats de ce procès sont relayés par les féministes et la presse. L'écho de ce procès va ouvrir les débats sur la dépénalisation de l'interruption de grossesse qui est votée en 1975[70].
  • Marcelle Campana est la première ambassadrice. Elle est nommée au Panama[42].

1973

1974

1975

  • Loi n°75-17 du 17 janvier : promulgation de la loi Veil autorisant l'interruption volontaire de grossesse pour cinq ans[71]. La loi sur l'avortement est adoptée définitivement en 1979.
  • Loi n°75-620 du 11 juillet relative à l'éducation dite loi Haby : réaffirme l'obligation de mixité dans l'enseignement primaire et secondaire, tant pour les élèves que pour les enseignements[72].
  • La loi sanctionne désormais les discriminations fondées sur le sexe, en particulier en matière d'embauche, et garantit l'accès à l'emploi des femmes enceintes.
  • Loi du 11 juillet soumet à un accord commun entre les époux le choix du domicile conjugal[73].
  • Loi du 11 juillet portant réforme du divorce : Instauration du divorce par consentement mutuel, pour faute ou rupture de la vie commune. Création d'une prestation compensatoire pour contrebalancer la disparité crée entre les époux par le divorce[73].
  • Ouverture du premier foyer d'hébergement dénommé Flora Tristan pour femmes battues à Clichy[74].
  • 118 chemisières, de la CIP (Confection industrielle du Pas-de-Calais) mènent une grève de juillet 1975 à décembre 1978[75].
  • Une centaine de prostituées de Lyon occupent l'église de Saint-Nizier[42].

1976

1977

  • Création du « congé parental d'éducation » pour les femmes dans les entreprises de plus de 200 salariés.
  • Monique Wittig initie la recherche sur le genre en France. Elle participe à la fondation de la première revue francophone d’études féministes : Questions féministes qui en 1980 devient Nouvelles Questions féministes[35].

1978

  • Secrétaire d’État chargée de l'Emploi féminin est créé. Il devient ministère en 1981.
  • Le 3 mai : Le verdict du procès d'Aix-en-Provence tombe. Anne Tonglet et Araceli Castellano sont reconnues victimes de viol. Les violeurs sont condamnés. Ce procès a lieu dans un climat de haine et de violence. Il marque une prise de conscience de la gravité des viols et de leurs conséquences sur les victimes. La loi sur le viol est modifiée en 1980[76].
  • Danièle Carré-Cartal remporte le titre de meilleure sommelière de France[42].
  • L'École de l'air de Salon-de-Provence s'ouvre aux femmes[42].
  • Evelyne Sullerot et Odette Thibaut publie Le fait féminin[42].

1979

  • Loi du 2 janvier : l'interdiction du travail de nuit est supprimée pour les femmes occupant des postes de responsabilité[26].
  • Premier festival international de films de femmes à Sceaux qui devient en 1985 Festival international de films de femmes de Créteil[42].
  • Antoinette Fouque, Marie-Claude Grumbach et Sylvina Boissonnas déclarent à la préfecture une association du nom de « Mouvement de libération des femmes - MLF ». Ce même nom est également inscrit comme marque commerciale à l’Institut de la propriété industrielle et commerciale. Le MLF, qui n’appartenait jusque là à personne et n'avait pas de structure officielle, devient par cet acte la propriété privée de quelques-unes, interdisant à toutes les autres femmes de s’en réclamer. Le tollé est général et signe la fin de MLF[68].
  • Yvonne Choquet-Bruhat est la première élue à l'Académie des sciences[42]

1980

  • Le congé maternité est porté à 16 semaines minimum avec versement du salaire. À partir du troisième enfant, le congé maternité minimum est de 24 semaines[26].
  • Questions féministes fondées en 1977 devient Nouvelles Questions féministes[35].
  • 6 mars : Marguerite Yourcenar est la première académicienne. Jacqueline de Romilly est la deuxième en 1987[42].
  • La loi du 23 décembre : à la suite de la condamnation des violeurs au procès d'Aix-en-Provence en 1978, le viol devient un crime et il est défini de façon précise : « Tout acte de pénétration sexuelle de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte ou surprise est un viol »[77].
  • Micheline Colin est la première capitaine des sapeurs-pompiers[42].

1981

1982

  • 8 mars : La Journée internationale des femmes est reconnue officiellement[79].
  • mars : les premiers États généraux des femmes de tous les pays, contre la misogynie ont lieu à La Sorbonne. Les États généraux suivants ont lieu en 1989[80].
  • Les femmes d'artisans ou de commerçants peuvent choisir entre trois statuts : conjoint collaborateur, salarié ou associé.
  • Loi du 31 décembre : L'interruption volontaire de grossesse est remboursé par la Sécurité Sociale[50].
  • Un projet de loi prévoit d'instaurer un quota de 25 % de femmes pour les listes de candidatures. Elle est rejetée par le Conseil constitutionnel.
  • Loi du 29 décembre : La notion de chef de famille est supprimée du code général des impôts et les époux doivent signer conjointement la déclaration de l'ensemble des revenus. Il faut attendre 1985 pour que la femme mariée puisse gérer les biens de la communauté[81].
  • Yvonne Brucker est la première femme à conductrice de métro[42].
  • Le colloque Femmes, féminisme, recherche qui a lieu à Toulouse marque le caractère légitime des recherches féministes et la reconnaissance de sa nécessité par l'université et les institutions[34].

1983

1984

  • Loi du 4 janvier : Le congé parental est ouvert à chacun des parents salariés sans distinction de sexe[26].
  • La loi confie aux deux parents la gestion conjointe des biens de leurs enfants mineurs.
  • Simone Rozès est la première présidente de la cour de cassation[42].
  • Florence Micharoff est la première croupière[42].

1985

  • Les femmes sont autorisées à intégrer le corps des agents de change. Sylvie Girardet est la première agente de change[15].
  • Les biens communs et ceux des enfants sont gérés conjointement pour les couples mariés[42].
  • Loi du 23 décembre : toute personne peut ajouter à son nom à titre d'usage le nom de celui des parents qui ne lui a pas transmis son nom[82].
  • Création de Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT) pour la prise en compte par les pouvoirs publics du harcèlement sexuel dont les femmes sont victimes et ouverture d'un numéro d'appel.
  • La fusion des deux écoles normales, celle de la rue d'Ulm réservée aux garçons et celle de Sèvres pour les filles fusionnent. Il y a un seul concours d'entrée avec classement unique à partir de 1986[47].

1986

1987

1988

  • Le ministère des droits des femmes est recréé à la suite de sa disparation en 1986. Il disparaît en 1993[26].
  • Les infirmières se mettent en grève et demandent la revalorisation de leur métier. Elles sont 50 000 à manifester le 3 novembre[42].
  • La pilulle abortive RU 486 est utilisée comme alternative à l'avortement mécanique[86].

1989

  • 10 juillet : les écoles, collèges, lycées et les établissements d'enseignement favorise l'égalité entre les hommes et les femmes[26].
  • mars : Les deuxièmes États généraux des femmes. Les premiers avaient eu lieu en 1982[87].
  • La célébration du bicentenaire de la Révolution française est l'occasion de célébrer les femmes révolutionnaires[42].
  • Dominique Godineau publie Citoyennes tricoteuses qui décrit la vie quotidienne des femmes et leurs participation à la Révolution[42].

1990

1991

1992

  • La du 2 novembre loi Neiertz sanctionne le harcèlement sexuel sur le lieu de travail[26].
  • La loi du 22 juillet réprime les violences conjugales. Aggravation des peines pour les époux ou concubins coupables de violences familiales[89].
  • Fédération nationale Solidarité Femmes, crée en 1987 ouvre le service téléphonique national d'écoute 3919, pour venir en aide aux femmes victimes de violences[90].

1993

1996

  • Françoise HÉRITIER anthropologue publie Masculin, Féminin. La pensée de la différence. Ses travaux portent sur les structures, organisations de la société, principes sur lesquels se fonde la hiérarchie des sexes[92].

1997

1998

  • 17 novembre : Le secrétariat des droits des femmes disparu en 1993 est recréé. Il disparaît en 2002[26].
  • 8 mars : Circulaire relative à la féminisation des noms de métiers, fonction, grade ou titre[94].
  • Projet de loi sur la parité adoptée en première lecture à l'assemblée nationale. Cette loi détermine « les conditions dans lesquelles est organisé l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives ». En décembre, le gouvernement rend public un projet de loi qui prévoit 50 % de candidates pour les scrutins de liste. Pour les élections législatives, les partis doivent également présenter 50 % de femmes, sous peine de sanctions pécuniaires[95].

1999

  • En janvier, le Sénat rejette le texte sur la parité en politique parce que cela aurait pour effet de distinguer l'électorat, ce qui est contraire à l'universalisme républicain[95].
  • La loi constitutionnelle du 8 juillet relative à l’égalité entre les hommes et les femmes ajoute à l’article 3 de la Constitution le principe selon lequel la loi « favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives. ». Cet article permet d'introduire la parité dans la loi[96].

XXIe siècle

2000

  • Le 6 juin 2000, à la suite de la révision de la constitution du 8 juillet 1999, le principe de parité est inscrit dans la loi. Elle contraint les partis politiques à présenter un nombre égal d’hommes et de femmes lors des scrutins de liste et prévoit une retenue sur la dotation financière pour les partis qui ne respectent pas ce principe[97]. Il faut attendre 2017 pour voir le nombre de femmes dépasser 30% à l'Assemblée Nationale[98].
  • Loi sur la contraception d'urgence : la pilule du lendemain en vente libre en pharmacie. Elle est gratuite pour les mineures[99].
  • Les études de genre en France se multiplient et s'ouvre à d'autres disciplines, littérature, sexualités, masculinités, anthropologie, histoire[35].

2001

2002

  • Loi du 4 mars : « Lorsque la filiation d'un enfant est établie à l'égard de ses deux parents [...], ces derniers choisissent le nom de famille qui lui est dévolu ». Depuis cette loi, les mères peuvent transmettre leur nom à leurs enfants au même titre que les pères[102].
  • Arrêté du 12 décembre : Tous les emplois de l'armée sont ouverts aux femmes, sauf les postes à bord de sous-marin et les postes de sous-officiers de la gendarmerie mobile[26].

2003

  • Fondation de l’association féministe et mixte « Ni pute, ni soumise » et de la marche des femmes des quartiers contre les ghettos et pour l’égalité[103].

2005

  • L'ouvrage Masculinities de Raewyn Connell est publié en français en 2005, soit 20 ans après sa première édition[104].

2006

  • Loi du 4 avril : L'âge légal du mariage est porté à 18 ans quel que soit le sexe. Il était de 15 ans pour les femmes depuis 1804[105].
  • Virginie Despentes publie King Kong Théorie chez Grasset. Elle reprend l’idée de Judith Butler selon laquelle le genre est performatif : il n’existe que des performances, des mises en scène de la masculinité et de la féminité[106].
  • La loi du 31 janvier 2007 impose une alternance stricte femmes-hommes dans la composition des listes électorales municipales[107].

2008

  • Loi constitutionnelle du 23 juillet : L’article 1er de la Constitution est complété par un alinéa ainsi rédigé : « La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales. » Cette modification permet de légiférer sur la présence de chacun des deux sexes au sein des conseils d’administration et de surveillance des entreprises cotées(loi n° 2011-103 du 27 janvier)[108].
  • Loi du 27 mai 2008 transpose la directive 2006/54/CE du Parlement européen et du Conseil du 5 juillet 2006 relative à la mise en œuvre du principe d’égalité de traitement entre les femmes et les hommes en matière d’emploi et de travail . Elle reconnaît le harcèlement moral et le harcèlement sexuel comme ayant un caractère discriminatoire, sexiste[109].

2009

  • De mai 2009 à mai 2010, l'exposition Elles@centrepompidou présente au public les œuvres de plus de 200 artistes femmes du vingtième siècle. Cette exposition a eu un impact sur le phénomène d'invisibilisation des artistes femmes[110].

2010

  • Loi du 9 juillet : Première loi relative aux violences faites spécifiquement aux femmes[111].
  • De nouveaux journaux papier ou en ligne font leur apparition : Clara Magazine, Femmes ici et ailleurs, Les Nouvelles News, Causette, 50/50, mademoiselle.com, Cheek Magazine, Terrafemina[34].

2011

  • La loi n° 2011-103 du 27 janvier instaure un objectif minimal à atteindre en 2017 de 40% d’un des deux sexes au sein des conseils d’administration et de surveillance des entreprises cotées[112].
  • 7 juillet : La PMA (Procréation Médicalement assistée) ou AMP (Assistance Médicale à la Procréation) est réservée au couple hétérosexuel stéril, dont les deux membres sont vivants, en âge de procréer, excluant les femmes lesbiennes en couples et les femmes célibataires[113]. Elle devrait être ouverte à toutes les femmes sans distinction en 2020[114].

2012

  • Création d'un ministère aux droits des femmes, institution disparue en 2007[115].
  • 21 février : La circulaire n°5575/SG « Mademoiselle », « nom de jeune fille », « nom patronymique », « nom d’épouse » et « nom d’époux » des documents administratifs en leur substituant respectivement les termes « Madame, « nom de famille » et « nom d’usage »[116].
  • mai : premier gouvernement paritaire[117].
  • 6 août : Loi 2012-954 définissant le harcèlement sexuel «  Le harcèlement sexuel est le fait d'imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante »[118].

2013

2014

  • Les postes à bord des sous-marins dans l'armée ne sont plus interdits aux femmes. Quatre femmes intègrent ce corps en 2018[121].
  • Création de l'institut Women Safe à Saint-Germain-en-laye qui prend en charge les femmes et les enfants victimes de violence[122].
  • 4 août : LOI n° 2014-873 du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes[123].
  • Création des collectifs afroféministes Afrofem et Mwasi[34].

2015

2016

  • Janvier 2016, aucune femme ne figure sur la liste des trente nominés pour le Grand Prix, au festival d'Angoulême. Le Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme s'insurge provoquant une prise de conscience[126].
  • 13 avril : LOI n° 2016-444 visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées[127].
  • juin 2016 : inauguration de la Maison des Femmes à Saint-Denis, structure de soins associée au Centre Hospitalier Delafontaine. Elle accueille toutes les femmes vulnérables ou victimes de violence[128].

2017

  • Juin élections législatives : 224 femmes sont élues députées représentant 38,6% des membres de l'Assemblée Nationale[98].
  • Rentrée scolaire : Pour la première fois, l'appareil génital féminin dont le clitoris est correctement représenté dans un manuel scolaire pour les classes de 4ème[129].
  • Octobre : Le mouvement #MeToo est mondial. En France, de nombreuses femmes racontent sur Twitter, via les mots-dièse #MeToo ou #BalanceTonPorc, le harcèlement sexuel, les agressions sexuelles, les viols dont elles ont été victimes. Ce qui a pour effet une augmentation du nombre de plaintes[130].
  • Septembre, le podcast Les Couilles sur la table, créé et animé par Victoire Tuaillon interroge les masculinités afin de comprendre pourquoi les inégalités perdurent[131]. De nombreux podcasts féministes, La Poudre, Un podcast à soi, Les sales gosses et d'autres renouvellent les médias féministes[132].

2018

  • juin : Madame de La Fayette est la première écrivaine qui fait partie du programme au baccalauréat littéraire de français[133].
  • 3 octobre : Lors du festival annuel Les rendez-vous de l'histoire à Blois, un collectif d'historiennes demandent plus de parité dans leur discipline[134].
  • 1er juillet : Simone Veil entre au Panthéon, portant à cinq le nombre de femmes[135].
  • 3 août : loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Le délai de prescription des crimes sexuels commis sur des mineurs est de 30 ans à partir de la majorité de la victime. L'infraction d’outrage sexiste est créé pour réprimer le harcèlement dans l'espace public. La définition du harcèlement en ligne est élargie[136].
  • septembre : La Part des Femmes, collectif pour lutter contre l'invisibilité des femmes photographes[137], interpelle le directeur des Rencontres d'Arles[138].
  • novembre : manifestation contre les violences faites aux femmes à l'appel du Collectif #NousToutes[139].

2019

  • 28 février : rapport sur la féminisation des noms de métiers et de fonctions de l’Académie française[140].
  • septembre : des collectifs féministes collent des affiches dans de nombreuses villes pour dénoncer les féminicides[141].
  • novembre : ouverture de Citad'elles à Nantes, un centre qui accueille 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, les femmes et leurs enfants victimes de violences sexuelles, physiques, verbales, psychologiques, conjugales. C'est la première structure de lutte contre les violences faites aux femmes initiée par une ville[142].

2020

  • février : Le Sénat vote la loi bioéthique permettant l'ouverture de la PMA aux couples lesbiens et aux femmes seules. Le projet de loi doit être adopté en deuxième lecture à l’Assemblée nationale[143].


es

  1. « La Loi salique (Traduction et annotation de J. P. A. PEYRÉ) », sur ledroitcriminel.fr (consulté le )
  2. Marc Reydellet, « Tours et Poitiers : les relations entre Grégoire de Tours et Fortunat », Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, vol. 13, no 1,‎ , p. 159–167 (lire en ligne, consulté le )
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u Bonnet, Marie-Jo, (1949- ...).,, Histoire de l'émancipation des femmes, Éditions Ouest France, dl 2012 (ISBN 978-2-7373-5364-2 et 2-7373-5364-5, OCLC 800940212, lire en ligne)
  4. « De la gaule mérovingienne à l'empire carolingien », sur www.lumni.fr (consulté le )
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v et w Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier, Françoise Thébaud, La place des femmes dans l'histoire. Une histoire mixte, Belin, dl 2010, 415 p. (ISBN 978-2-7011-5391-9 et 2-7011-5391-3, OCLC 708369112, lire en ligne)
  6. « Le mariage dans tous ses états - L'essentiel - Herodote.net », sur www.herodote.net (consulté le )
  7. a b c d e et f Theis, Laurent, (1948- ...).,, Chronologie commentée du Moyen âge français de Clovis à Louis XI (486-1483), Perrin, impr. 2010 (ISBN 978-2-262-03215-9 et 2-262-03215-7, OCLC 690492682, lire en ligne), p. 430
  8. a b et c Encyclopædia Universalis, « LOI SALIQUE », sur Encyclopædia Universalis (consulté le )
  9. Communiqué par Robert Paul le 30 avril 2012 à 15:03 et Afficher le blog, « Le livre de la Cité des Dames de Christine de Pisan », sur artsrtlettres.ning.com (consulté le )
  10. Catherine Claude, La querelle des femmes: la place des femmes des Francs à la Renaissance, Le Temps des cerises, (lire en ligne)
  11. Laurent Theis, « Le trône de France interdit aux femmes », L'Histoire,‎ (lire en ligne)
  12. a b c d et e Bonnet, Marie-Josèphe., Liberté, égalité, exclusion : femmes peintres en Révolution, 1770-1804, Vendémiaire, (ISBN 978-2-36358-041-2 et 2-36358-041-9, OCLC 818727471, lire en ligne)
  13. a et b « Camille Morineau : plus personne ne se fait attaquer pour une exposition sur une artiste femme - 22 décembre 2020 - L'ŒIL - n° 740 », sur Le Journal Des Arts (consulté le )
  14. a b et c Fraisse, Geneviève, 1948-, Les femmes et leur histoire, Gallimard, (ISBN 2-07-040601-6 et 978-2-07-040601-2, OCLC 40454242, lire en ligne)
  15. a b et c Paul Lagneau-Ymonet, « La Masculinité d'affaires. Le cas de la Bourse de Paris. 1724-1988 », in Régis Reventin (dir.), Hommes et masculinités de 1789 à nos jours, Éditions Autrement, 2007, p. 113-127, ici p. 113.
  16. « Institutions de physique | BNF ESSENTIELS », sur gallica.bnf.fr (consulté le )
  17. « Françoise de Graffigny | », sur ecritsdefemmes.fr (consulté le )
  18. Amouric, Henri., La Faïence de Marseille au XVIIIe siècle : la manufacture de La Veuve Perrin, Musées de Marseille, (ISBN 2-902634-48-X et 978-2-902634-48-4, OCLC 23972013, lire en ligne)
  19. « Angélique Du COUDRAY (1712 - 1790) sage-femme », sur www.medarus.org (consulté le )
  20. « La manufacture des sœurs Delemer ou les débuts de la porcelaine d’Arras - Un document à l'honneur - Découvrir - Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) », sur archivespasdecalais.fr (consulté le )
  21. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r « Le suffrage universel - Histoire - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  22. a et b Martin, J.-C. (Jean-Clément), La Révolution française : étapes, bilans et conséquences, Ed. du Seuil, (ISBN 2-02-023127-1 et 978-2-02-023127-5, OCLC 34643755, lire en ligne)
  23. a b c d e et f « Les femmes et la révolution française », sur Reseau-canope, Musée de la Révolution française,
  24. « La révolution du mariage civil », sur www.lhistoire.fr (consulté le )
  25. « Les étapes de la conquête du droit de vote| Vie publique.fr », sur www.vie-publique.fr (consulté le )
  26. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao et ap Pisier, Évelyne, (1941- ...).,, Le droit des femmes, Dalloz, dl 2007 (ISBN 978-2-247-07014-5 et 2-247-07014-0, OCLC 492847839, lire en ligne)
  27. Myriam Boussahba-Bravard, « Mary Wollstonecraft, Défense des droits des femmes », Clio. Femmes, Genre, Histoire,‎ (lire en ligne)
  28. a b c et d « Abrogation de l'interdiction du port du pantalon pour les femmes - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le )
  29. Laurence de Cambronne, Madame de Staël, la femme qui faisait trembler Napoléon, Paris, Allary éditions, , 243 p. p. (ISBN 978-2-37073-045-9)
  30. a et b « Code pénal de 1810 (Texte intégral - État lors de sa promulgation en 1810) : Livre III - Titre Second (Articles 295 à 463) », sur ledroitcriminel.fr (consulté le )
  31. a et b « Quand le divorce était interdit (1816 - 1884) », sur justice.gouv.fr (consulté le )
  32. amelie meffre, « Le non-consentement des mineurs inscrit dans la loi en 1832 », sur Club de Mediapart (consulté le )
  33. a b c d e f et g Bard, Christine (1965-....). et Chaperon, Sylvie (1961-....)., Dictionnaire des féministes : France, XVIIIe-XXIe siècle (ISBN 978-2-13-078720-4 et 2-13-078720-7, OCLC 972902161, lire en ligne)
  34. a b c et d Bousquet, Danielle. et Collet, Margaux., Le féminisme pour les nul.le.s (ISBN 978-2-412-03781-2 et 2-412-03781-7, OCLC 1126280517, lire en ligne)
  35. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v et w Riot-Sarcey, Michèle., Histoire du féminisme, La Découverte, impr. 2015, ©2015 (ISBN 978-2-7071-8630-0 et 2-7071-8630-9, OCLC 926901123, lire en ligne)
  36. Christine Bard, Une histoire politique du pantalon, Paris, Seuil, .
  37. Nejma Omari (trad. Adriënne Ummels), « Femmes en pantalons », NewsEye, .
  38. « Constitution des Vésuviennes, mars 1848. Paris. - d'Aïeux et d'Ailleurs, généalogie et archives », sur www.daieux-et-dailleurs.fr (consulté le )
  39. L'aventure de l'art au XIXe siècle., Chêne, (ISBN 2-84277-515-5 et 978-2-84277-515-5, OCLC 418267533, lire en ligne)
  40. a b c d e f et g Jean-François Condette, « « Les Cervelines » ou les femmes indésirables », Carrefours de l'éducation, vol. 15, no 1,‎ , p. 38 (ISSN 1262-3490 et 1969-6949, DOI 10.3917/cdle.015.0038, lire en ligne, consulté le )
  41. « Apprentissage (Écoles manuelles d?) », sur http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson (consulté le )
  42. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av aw ax ay az ba bb bc bd be bf bg bh bi bj bk bl bm bn bo bp bq br bs bt bu bv bw bx by bz ca cb cc cd ce cf cg ch ci cj ck cl cm cn co cp cq cr cs ct cu cv cw cx cy cz da db dc dd de df dg dh di dj dk dl dm dn do dp dq dr ds dt du dv dw dx dy dz ea eb ec ed ee ef eg et eh Montreynaud, Florence., Le XXe siècle des femmes, Nathan, (ISBN 2-09-290064-1 et 978-2-09-290064-2, OCLC 22069236, lire en ligne)
  43. a et b Bonnet, Marie-Jo, et Musée des beaux-arts de Rennes., Créatrices : l'émancipation par l'art (ISBN 978-2-7373-8127-0 et 2-7373-8127-4, OCLC 1108713186, lire en ligne)
  44. a et b Zylberberg-Hocquard, Marie Hélène., Féminisme et syndicalisme en France, Anthropos, (ISBN 2-7157-0310-4 et 978-2-7157-0310-0, OCLC 4967341, lire en ligne)
  45. « Madeleine Brès : médecin pionnière », sur www.defense.gouv.fr, (consulté le )
  46. Jules Grévy, Adolphe Cochery, Joseph Magnin et Pierre-Emmanuel Tirard, « Loi portant création d'une caisse d'épargne postale », Bulletin administratif de l'instruction publique, vol. 24, no 466,‎ , p. 592–596 (lire en ligne, consulté le )
  47. a b c et d Loukia Efthymiou, « Le genre des concours », Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 18,‎ , p. 91–112 (ISSN 1252-7017, DOI 10.4000/clio.613, lire en ligne, consulté le )
  48. Evelyne Barbin, « L’enseignement des mathématiques aux jeunes filles », sur www.femmes-et-maths.fr, reperes - irem. N° 97 -,
  49. (en) Thomas Hockey, The Biographical Encyclopedia of Astronomers, Springer Publishing, , 1348 p. (ISBN 978-0-387-31022-0)
  50. a et b « Le droit à la contraception et à l'avortement », sur https://travail-emploi.gouv.fr,
  51. Aurore Evain, « 128 ans plus tard, Marie-Louise Gagneur obtient gain de cause de l’Académie française – Aurore Evain », (consulté le )
  52. « La revanche des artistes femmes », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  53. Marie Victoire Louis, Le droit de cuissage: France, 1860-1930, Editions de l'Atelier, (ISBN 978-2-7082-3062-0, lire en ligne)
  54. « 13 juillet 1907 : libre salaire de la femme sans autorisation du mari », sur La culture générale, (consulté le )
  55. a et b Battagliola Françoise, « La loi Engerand, première loi sur la protection de la maternité », sur FranceArchives (consulté le )
  56. a et b Anne-Sophie Faullimmel, « Aux origines du scoutisme féminin en France : la naissance de la Fédération Française des Éclaireuses (1912-1927) », Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français (1903-2015), vol. 143,‎ , p. 439–501 (ISSN 0037-9050, lire en ligne, consulté le )
  57. « Médaille de la Famille française - 1920 - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le )
  58. a et b amelie meffre, « Loi du 31 juillet 1920 et l’avortement », sur Club de Mediapart (consulté le )
  59. « Fête des mères - 1929 - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le )
  60. « Les premières femmes au Gouvernement : les ministres du Front populaire - Histoire - Le suffrage universel - La conquête de la citoyenneté politique des femmes - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  61. Florence Rochefort, « Le débat sur la capacité civile de la femme mariée (1918-1938) », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 87, no 3,‎ , p. 129 (ISSN 0294-1759 et 1950-6678, DOI 10.3917/ving.087.0129, lire en ligne, consulté le )
  62. Décret-loi du 29 juillet 1939 RELATIF A LA FAMILLE ET A LA NATALITE FRANCAISE (lire en ligne)
  63. a et b « L'avortement devient crime d'État - 1942 - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le )
  64. a et b « En France, les femmes obtiennent le droit de vote - 1944 - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le )
  65. Décret n°55-1591 du 28 novembre 1955 ABROGE ET REMPLACE LE D. 47-1169 DU 27-06-1947, PORTANT CODE DE DEONTOLOGIE MEDICALE, (lire en ligne)
  66. Benoît de Boysson, « Promulgation de la loi portant réforme des régimes matrimoniaux », sur francearchives.fr
  67. « Loi Neuwirth autorisant la pilule contraceptive : la houle des débats parlementaires de 1967 », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  68. a b et c Françoise Picq, « MLF : 1970, année zéro », sur Libération.fr, (consulté le )
  69. Loi n° 72-3 du 3 janvier 1972 sur la filiation (lire en ligne)
  70. « Il y a 40 ans, le procès de Bobigny », sur justice.gouv.fr (consulté le )
  71. a et b LOI n° 75-17 du 17 janvier 1975 relative à l'interruption volontaire de la grossesse, (lire en ligne)
  72. Loi n°75-620 du 11 juillet 1975 relative à l'éducation *Loi Haby*, (lire en ligne)
  73. a et b « Loi n° 75-617 du 11 juillet 1975 portant réforme du divorce | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  74. « L'association », sur Centre Flora Tristan (consulté le )
  75. Vigna, Xavier, 19.-, L'insubordination ouvrière dans les années 68 : essai d'histoire politique des usines, Presses universitaires de Rennes, dl 2007 (ISBN 978-2-7535-0446-2 et 2-7535-0446-6, OCLC 422121054, lire en ligne)
  76. « "En 1978, le procès de mon viol a fait changer la honte de camp pour la première fois" », sur LExpress.fr, (consulté le )
  77. Loi n°80-1042 du 23 décembre 1980 PORTANT REFORME DE LA PROCEDURE PENALE RELATIVE A LA PRESCRIPTION ET AU JURY D'ASSISES, (lire en ligne)
  78. « Maison des femmes de Paris | Centre Hubertine Auclert », sur www.centre-hubertine-auclert.fr (consulté le )
  79. « Le 8 mars est officialisé en France - 1982 - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le )
  80. « États généraux des femmes contre la misogynie - 1982 - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le )
  81. Loi n° 82-1126 du 29 décembre 1982 de finances pour 1983 (lire en ligne)
  82. « Loi n° 85-1372 du 23 décembre 1985 relative à l'égalité des époux dans les régimes matrimoniaux et des parents dans la gestion des biens des enfants mineurs | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  83. « Un téléphone vert contre le viol - 1986 - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le )
  84. « Circulaire du 11 mars 1986 relative a la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  85. « Eva Thomas : celle qui en 1986 a brisé le silence sur l'inceste », sur L'Obs (consulté le )
  86. « RU 486, l'amère pilule », sur LExpress.fr, (consulté le )
  87. « États généraux des femmes - 1989 - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le )
  88. « Cour de Cassation, Chambre criminelle, du 5 septembre 1990, 90-83.786 », sur www.legifrance.gouv.fr,
  89. « Loi réprimant les violences conjugales - 1992 - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le )
  90. Delage, Pauline., Violences conjugales : du combat féministe à la cause publique (ISBN 978-2-7246-2035-1 et 2-7246-2035-6, OCLC 980865930, lire en ligne)
  91. Brigitte Le Mintier, « Présentation de la loi n° 93-22 du 8 janvier 1993 modifiant le Code civil relative à l'État civil, à la famille et aux droits de l'enfant et instituant le Juge aux Affaires Familiales », Revue Juridique de l'Ouest, vol. 7, no 1,‎ , p. 1–31 (DOI 10.3406/juro.1994.2126, lire en ligne, consulté le )
  92. Agnès Fine, « Françoise HÉRITIER, Masculin, Féminin. La pensée de la différence. Paris, O. Jacob, 1996. », Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 8,‎ (ISSN 1252-7017, lire en ligne, consulté le )
  93. Juliette Rennes, « Des féminismes face aux discriminations : MixCité », dans Féminismes II : 2005 : des femmes et du politique, Éditions de la Bibliothèque publique d’information, coll. « Paroles en réseau », (ISBN 978-2-84246-210-9, lire en ligne), p. 42–43
  94. « Féminisation des noms de métiers - 1998 - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le )
  95. a et b Antoine Guiral et Eric Aeschimann, « Dénaturé par le Sénat, le projet de loi revient devant l'Assemblée. Sénateurs et députés divorcent sur la parité. Le texte qui prévoit «l'égal accès des hommes et des femmes aux mandats électoraux» met Chirac et la droite dans l'embarras. », sur Libération.fr, (consulté le )
  96. Loi constitutionnelle n°99-569 du 8 juillet 1999 constitutionnelle relative à l'égalité entre les femmes et les hommes (lire en ligne)
  97. « Egalité entre les hommes et les femmes », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  98. a et b « Législatives 2017 : 224 femmes élues, un chiffre historique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  99. Loi n° 2000-1209 du 13 décembre 2000 relative à la contraception d'urgence (lire en ligne)
  100. « IVG : un droit garanti par la loi | IVG.GOUV.FR - N°Vert 0800 08 11 11 », sur ivg.gouv.fr (consulté le )
  101. « La pensée straight », sur France Culture (consulté le )
  102. LOI n° 2002-304 du 4 mars 2002 relative au nom de famille, (lire en ligne)
  103. « La marche des femmes des quartiers - 2003 - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le )
  104. Delphine Moraldo, « Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l'hégémonie », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne, consulté le )
  105. LOI n° 2006-399 du 4 avril 2006 renforçant la prévention et la répression des violences au sein du couple ou commises contre les mineurs, (lire en ligne)
  106. « Pourquoi il est urgent de (re)lire “King Kong Théorie”, de Virginie Despentes », sur Télérama.fr, (consulté le )
  107. Loi n° 2007-128 du 31 janvier 2007 tendant à promouvoir l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives (lire en ligne)
  108. LOI constitutionnelle n° 2008-724 du 23 juillet 2008 de modernisation des institutions de la Ve République (lire en ligne)
  109. LOI n° 2008-496 du 27 mai 2008 portant diverses dispositions d'adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations, (lire en ligne)
  110. « Elles@centrepompidou - Accueil - Ina.fr », sur Elles@centrepompidou (consulté le )
  111. LOI n° 2010-769 du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants, (lire en ligne)
  112. LOI n° 2011-103 du 27 janvier 2011 relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d'administration et de surveillance et à l'égalité professionnelle, (lire en ligne)
  113. « Code de la santé publique | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  114. « Procréation médicalement assistée (PMA) | service-public.fr », sur www.service-public.fr (consulté le )
  115. « Création du ministère des Droits des femmes - 1981 - 8mars.info », sur 8mars.info (consulté le )
  116. « Instructions et circulaires récentes | Legifrance », sur circulaires.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  117. AFP, « Ayrault : un gouvernement paritaire », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  118. LOI n° 2012-954 du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel, (lire en ligne)
  119. Décret n° 2013-8 du 3 janvier 2013 portant création du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, (lire en ligne)
  120. Delphine Moraldo, « Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l'hégémonie », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne, consulté le )
  121. « Voilà 10 endroits (toujours) interdits aux femmes, et c’est révoltant ! - Elle », sur elle.fr, (consulté le )
  122. « Accueil », sur Women Safe (consulté le )
  123. Ministère du Travail et Ministère du Travail, « LOI n° 2014-873 du 4 août 2014 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes », sur Ministère du Travail, (consulté le )
  124. Christine Siméone, « Comment le matrimoine culturel s'est imposé en quelques années », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  125. « Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz : deux combattantes au Panthéon », sur Bibliobs (consulté le )
  126. Laurence Le Saux, « Festival d'Angoulême : pas une seule femme parmi les nommés au Grand Prix », sur telerama.fr, (consulté le ).
  127. LOI n° 2016-444 du 13 avril 2016 visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées, (lire en ligne)
  128. « Ghada Hatem, la fondatrice de la Maison des femmes à Saint-Denis », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  129. « Le clitoris est enfin correctement représenté dans un manuel scolaire », sur Sciences et Avenir (consulté le )
  130. « Violences sexuelles : plus de plaintes et des chiffres en forte hausse, dans le sillage de #metoo », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  131. « Victoire Tuaillon, féministe d’utilité publique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  132. « Aux micros, citoyennes ! Six podcasts féministes engagés et drôles », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  133. « Madame de La Fayette, première femme au programme du bac littéraire », sur Livres Hebdo (consulté le )
  134. « L’appel des historiennes françaises : « Mettons fin à la domination masculine en histoire » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  135. « Simone Veil entrera au Panthéon le 1er juillet », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  136. « Chronologie des droits des femmes | Vie publique.fr », sur www.vie-publique.fr (consulté le )
  137. « Ras le bol d'être invisible ! », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  138. Un collectif du monde de la photographie, « Rencontres photo d’Arles : où sont les femmes ? », sur Libération.fr, (consulté le )
  139. « Le mouvement #NousToutes, sur les traces de #MeToo », sur Marie Claire (consulté le )
  140. « Féminisation des noms de métiers et de fonctions - Direccte Normandie », sur normandie.direccte.gouv.fr (consulté le )
  141. « « Aux femmes assassinées, la patrie indifférente » : les « colleuses » d’affiches veulent rendre visibles les victimes de féminicides », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  142. Cheek Magazine, « Citad’elles: ce lieu unique en France accueille les femmes victimes de violences à Nantes - ChEEk Magazine », sur cheekmagazine.fr (consulté le )
  143. Catherine Mallaval, « Loi bioéthique : le Sénat adopte un texte lourdement expurgé », sur Libération.fr, (consulté le )

Bibliographie


Annexes

Articles connexes

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Chronologie des droits des femmes en France
Listen to this article