Le cinéma expressionniste s'est développé en Allemagne au début du XXe siècle. « Multiple et difficile à saisir », il est « impossible d'en parler sans le situer par rapport à la peinture, au théâtre, à la poésie... » en Allemagne et en Autriche ; il a été « tout autre chose qu'une panoplie de décors bizarres, une métaphysique du Destin ou une réaction politique plus ou moins consciente » : l'expressionnisme dans le cinéma allemand a ainsi pu être considéré comme « le point de départ de tout le cinéma fantastique et, du Golem à L'étudiant de Prague, une exploration de la nuit qui donne parfois le vertige »[1].

Couverture du magazine Das Plakat, octobre 1920, par Paul Leni.