cover image

Comté de Viru oriental

maakond (comté d'Estonie) / De Wikipedia, l'encyclopédie libre

Cher Wikiwand IA, Faisons court en répondant simplement à ces questions clés :

Pouvez-vous énumérer les principaux faits et statistiques sur Comté de Viru oriental?

Résumez cet article pour un enfant de 10 ans

AFFICHER TOUTES LES QUESTIONS

Le comté de Viru-Est (en estonien : Ida-Viru maakond) est l'un des quinze comtés d'Estonie. Il est situé à l'extrême Est du pays, coincé entre le Golfe de Finlande au nord, le lac Peïpous au sud et la frontière russe à l'est (Oblast de Léningrad). Les comtés estoniens limitrophes sont le comté de Jõgeva au sud-ouest et le comté de Viru-Ouest à l'ouest.

Narva_asv2022-04_img09_Castle.jpg
Château de Narva (ou château Hermann) à Narva, Estonie

Quick facts: Administration, Pays , Type , Préfecture , Au...
Comté de Viru-Est
Ida-Viru maakond
Blason de Comté de Viru-Est Drapeau de Comté de Viru-Est
Comté de Viru oriental
Localisation du comté
Administration
Pays Drapeau de l'Estonie Estonie
Type Comté
Préfecture Jõhvi
Autres villes Narva
Gouverneur Riho Breivel
Démographie
Population 166 548 hab. (1er janvier 2012)
Densité 50 hab./km2
Langue(s) estonien
Groupes ethniques estonien, russes
Géographie
Superficie 3 364,05 km2
    Close

    Avec 166 548 habitants (au )[1] soit 13 % du total du pays, c'est le deuxième plus peuplé pour une superficie de 3 364,05 km2[1].

    La préfecture de ce comté oriental de l'Estonie est Jõhvi.

    Cette région est en tous points particulière et radicalement différente du reste du pays. Elle a en effet connu dès avant la Seconde Guerre mondiale une industrialisation basée sur l'exploitation des gisements de schiste bitumineux, qui s'est accentuée à l'époque soviétique, faisant naître des villes minières et marquant à jamais le paysage. Les mines d'uranium de Sillamäe ont également conduit les Soviétiques à y installer un des principaux centres de recherche atomique de l'URSS.

    La composition ethnique est tout à fait singulière, fruit en particulier de la politique de "déplacements" de populations de la période stalinienne. La région compte actuellement 71 % de Russes, 6 % d'habitants issus des autres républiques soviétiques et tout juste 20 % d'Estoniens. Les russophones sont loin de tous posséder la nationalité estonienne, et leur statut est un problème récurrent dans la politique intérieure du pays, et ses relations avec son grand voisin oriental. Ils préfèrent souvent conserver la nationalité russe malgré le fait qu'ils vivent en Estonie, parce qu'il est plus aisé pour eux de se déplacer en Russie sans visa.

    Oops something went wrong: