Cristina Cifuentes - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Cristina Cifuentes.

Cristina Cifuentes

Cristina Cifuentes

Cristina Cifuentes en .
Fonctions
Présidente de la communauté de Madrid

(2 ans et 10 mois)
Gouvernement Cifuentes
Législature Xe
Coalition PP
Prédécesseur Ignacio González
Successeur Ángel Garrido
Députée à l'Assemblée de Madrid

(2 ans, 10 mois et 29 jours)
Élection
Législature Xe
Groupe politique Populaire
Déléguée du gouvernement
dans la Communauté de Madrid

(3 ans, 2 mois et 28 jours)
Président du gouvernement Mariano Rajoy
Prédécesseur María Dolores Carrión
Successeur Concepción Dancausa
Députée à l'Assemblée de Madrid

(20 ans, 6 mois et 27 jours)
Élection
Réélection




Législature IIIe, IVe, Ve, VIe
VIIe, VIIIe, IXe
Groupe politique Populaire
Biographie
Nom de naissance Cristina Cifuentes Cuencas
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Parti politique AP, puis PP
Diplômée de Université complutense de Madrid
Université Roi Juan Carlos
Profession Fonctionnaire
Religion Agnosticisme


Présidents de la communauté de Madrid
Délégués du gouvernement dans la communauté de Madrid

Cristina Cifuentes Cuencas, née le à Madrid, est une femme politique espagnole, membre du Parti populaire (PP).

Fonctionnaire de l'université complutense de Madrid, elle est élue députée à l'Assemblée de Madrid, en , à l'âge de 26 ans. Après s'être présentée sans succès aux élections européennes de , elle devient secrétaire de l'Assemblée en , puis vice-présidente en .

Au mois de , le nouveau gouvernement espagnol de Mariano Rajoy la nomme déléguée du gouvernement dans la Communauté de Madrid. Elle démissionne de ce poste après trois ans, pour se présenter aux élections à l'Assemblée de Madrid de comme cheffe de file du PP.

À l'issue de ce scrutin, le Parti populaire perd la majorité absolue dont il disposait depuis . Elle négocie alors le ralliement du parti libéral Ciudadanos, puis est élue présidente de la communauté de Madrid à la fin du mois de suivant. Nommée par Rajoy présidente par intérim du PP régional en , elle est élue à ce poste en .

Au printemps 2018, elle démissionne de la présidence de la communauté autonome, de la présidence de la fédération régionale de son parti et de son mandat de députée, après la révélation d'irrégularités dans l'obtention d'un master en droit public et la diffusion d'une vidéo d'un vol supposé dans un hypermarché. Elle a depuis été mise en examen pour « faux et usage de faux », la Justice la considérant à l'origine de la falsification de son certificat de soutenance de master. Elle est ensuite mise en examen en septembre 2019 dans le cadre de l'affaire Púnica pour faux, détournement de fonds publics et financement illégal du PP de Madrid.

Biographie

Vie privée

Née le à Madrid, Cristina Cifuentes Cuencas[1] est la septième des huit enfants de José Luis Cifuentes, général d'artillerie de La Corogne, et de Fuencisla Cuencas, femme au foyer d'Ourense. Elle est mariée avec l'architecte Francisco Javier Aguilar Viyuela et est mère de deux enfants[2].

Formation et débuts en politique

En , alors âgée de 16 ans, elle s'engage en politique et rejoint les Nouvelles générations de l'Alliance populaire (NNGG). Elle s'inscrit ensuite en droit à l'université complutense de Madrid (UCM). Elle obtient une licence dans ce domaine. Plus tard elle suivra d'autres formations académiques. La première, en 1999-2000, est un « Cours supérieur en administration publique » suivi à l'Institut de recherche universitaire Ortega y Gasset de l'UCM. Cifuentes a été critiquée pour avoir présenté cette première formation comme un « Master en administration publique et direction des entreprises »[3]. La seconde formation, suivie en 2011-2012, est un master en droit autonomique à l'université Roi Juan Carlos (URJC)[4]. Ce dernier diplôme fait l'objet de poursuites pour « faux et usage de faux »[5].

À la suite de ses études, elle passe avec succès le concours interne permettant d'accéder au corps des techniciens de gestion de l'université[6].

Débuts en politique

Dans la perspective des élections autonomiques du dans la Communauté de Madrid, elle est investie en 46e position sur la liste du Parti populaire (PP), conduite par Alberto Ruiz-Gallardón[7]. La liste obtenant 47 sièges, elle est élue députée à l'Assemblée de Madrid à 26 ans et siège dans l'opposition.

Elle se présente ensuite aux élections européennes du à la 60e place de la liste du PP, où Abel Matutes[8] figure en tête. Cette liste obtenant 28 sièges, elle n'est pas élue au Parlement européen.

Ascension

Réélue en , elle est désignée troisième secrétaire du bureau de l'Assemblée après les élections autonomiques du , puis promue première secrétaire au cours de la législature[9].

À la suite des élections du , elle intègre la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Tamayo-Sáez, où elle se fait régulièrement rappeler à l'ordre pour ses commentaires pendant les interrogatoires menés par les partis de gauche[10]. En l'absence de majorité, de nouvelles élections sont convoquées en . À l'issue de ce scrutin, elle est choisie par Esperanza Aguirre pour occuper un poste de porte-parole adjointe du groupe parlementaire, de nouveau majoritaire[10].

Nommée au comité exécutif régional (CER) du Parti populaire de Madrid (PPM) par Aguirre quand celle-ci en prend la présidence en [11], elle est désignée le par son groupe parlementaire pour exercer les fonctions de première vice-présidente de l'Assemblée de Madrid pour remplacer José Ignacio Echeverría, qui est devenu sénateur[12]. Elle prend ses fonctions trois jours plus tard[13] et se voit reconduite après les élections autonomiques du [14].

Déléguée du gouvernement

Pour les élections du , elle est investie à la 13e place de la liste présentée par le Parti populaire, menée par Aguirre[15].

Au début du mois de , des sources au PP de Madrid affirment qu'elle a été choisie comme prochaine déléguée du gouvernement dans la Communauté de Madrid, notamment grâce à sa capacité à faire consensus entre Esperanza Aguirre, la vice-présidente du gouvernement Soraya Sáenz de Santamaría et la secrétaire générale nationale du parti, María Dolores de Cospedal[16]. Elle est officiellement nommée le [17], à l'âge de 48 ans, et démissionne donc de l'Assemblée après plus de 20 années de mandat.

Présidente de la communauté de Madrid

Gouvernement minoritaire

Cristina Cifuentes, Mariano Rajoy et Esperanza Aguirre en mai 2015, en campagne pour les élections autonomiques et municipales.
Cristina Cifuentes, Mariano Rajoy et Esperanza Aguirre en , en campagne pour les élections autonomiques et municipales.

Le , à environ dix semaines des élections autonomiques du , le président du PP Mariano Rajoy annonce qu'elle sera la tête de liste du Parti populaire lors de ce scrutin, en lieu et place du chef de l'exécutif sortant Ignacio González[18]. Elle est donc relevée de ses fonctions administratives le [19].

Le jour de l'élection, le PP est de nouveau en tête, pour la huitième fois consécutive, mais perd sa majorité absolue avec 48 députés sur 129. Les forces de gauche obtiennent un total de 64 élus, une voix de moins que la majorité requise pour gouverner. Elle entreprend alors de négocier avec le parti libéral Ciudadanos (Cs) et les deux formations parviennent à un accord le , qui prévoit notamment de renforcer l'indépendance de la télévision publique régionale, de renoncer à la privatisation du canal Isabel II, de supprimer le conseil consultatif, et d'augmenter les dépenses dans l'éducation et la petite enfance[20].

Cristina Cifuentes est investie à 50 ans présidente de la communauté de Madrid par l'Assemblée de Madrid le par 65 voix pour sur 129[21]. Elle prend ses fonctions dès le lendemain[22].

Elle est nommée le présidente de la direction provisoire (en espagnol : Gestora) du Parti populaire de Madrid, constituée à la suite de la démission d'Esperanza Aguirre. Son ancien directeur de campagne Juan Carlos Vera est nommé secrétaire général par intérim[23].

En suivant, la Banque d'Espagne indique que la dette de la communauté autonome a augmenté de plus de trois milliards d'euros, soit une hausse de l'ordre de 11,7 %, depuis qu'elle est arrivée au pouvoir[24].

Présidente du PP de Madrid

Dans le cadre du 18e congrès national du PP, elle présente le un amendement aux révisions des statuts, qui permet l'élection du président du parti par le vote des militants, et non plus des délégués de ces derniers, à tous les niveaux[25]. Elle annonce le retrait de son amendement 18 jours plus tard, après que la direction nationale, opposé au principe des primaires, a accepté que la réforme statutaire donne aux fédérations régionales et provinciales le choix dans le mode d'élection de leur président[26].

Cristina Cifuentes, Ángel Garrido et Jaime González Taboada lors du congrès du PPM, en mars 2017.
Cristina Cifuentes, Ángel Garrido et Jaime González Taboada lors du congrès du PPM, en .

Elle annonce le qu'elle postule à la présidence du PPM dans le cadre du congrès régional prévu du au , et qu'elle abandonne donc la présidence de la direction provisoire[27]. Elle présente à la commission d'organisation du congrès plus de 3 700 parrainages, pour un minimum réglementaire de 90, et se trouve proclamée le candidate avec pour opposant l'ancien élu de l'arrondissement de Chamberí Luis Asúa[28]. Au cours du premier tour de l'élection, ouvert à tous les adhérents, le , elle remporte 6 944 voix, soit 86,4 % des suffrages exprimés. Ayant remporté plus de 50 % des voix et une avance supérieure à 15 % sur son adversaire, elle sera la seule à prétendre au poste de président du PPM lors du congrès régional[29].

Elle est officiellement élue à la direction de la fédération régionale du Parti populaire le par 93,3 % des suffrages exprimés, soit 2 316 voix sur 2 483, un résultat moins bon que sa prédécesseur Esperanza Aguirre, qui avait totalisé 97 % des votes en [30]. Elle forme alors une direction composée de fidèles, confiant les postes stratégiques à de proches collaborateurs, comme le porte-parole du gouvernement de la Communauté de Madrid Ángel Garrido, désigné secrétaire général ou le conseiller à l'Environnement Jaime González Taboada, nommé coordonnateur général[31].

Mise en cause pour corruption

La presse espagnole révèle le qu'elle est nommément citée dans un rapport complémentaire établi par la Garde civile le précédent, à propos de l'affaire Púnica : elle est accusée par les enquêteurs d'avoir accordé, en tant que présidente du bureau des marchés publics de l'Assemblée de Madrid, des marchés publics de manière irrégulière en , alors qu'elle était à l'époque administratrice de la fondation du PP de Madrid et membre du comité de campagne autonomique du parti. Le parquet anticorruption affirme de son côté qu'il n'y a pas de preuve qu'elle ait participé au détournement de fonds ayant financé la campagne électorale régionale de [32].

Dans un rapport complémentaire, remis au juge chargé du dossier le et révélé le au public, la Garde civile informe le magistrat qu'elle confirme ses soupçons contre la présidente de la Communauté de Madrid[33]. Le même jour, elle quitte la séance plénière de l'Assemblée de Madrid après avoir été prise à partie par un député de Podemos au sujet de ces rapports et ne regagne pas son siège lors du vote final du texte soumis à discussion[34].

Le , l'ancien conseiller à la Présidence Francisco Granados, l'un des principaux mis en cause dans l'affaire Púnica, la met personnellement et directement en cause dans les affaires de financement occulte des campagnes du PPM, affirmant qu'elle appartenait au noyau dur du parti du fait d'une « relation sentimentale » avec Ignacio González[35]. Alors que le PSOE et Unidos Podemos annoncent leur volonté de la faire comparaître devant la commission d'enquête parlementaire du Congrès sur le financement illégal du Parti populaire[36], elle dépose plainte contre Granados pour « atteinte à l'honneur »[37]. Elle comparaît devant la commission d'enquête parlementaire le suivant, une semaine après la comparution de Granados.

Controverse sur l'obtention d'un diplôme

Le média Eldiario.es affirme en mars 2018 que deux matières du master en droit des communautés autonomes qu'elle a suivi en 2012 à l'université Roi Juan Carlos (URJC) — d'une valeur de 27 crédits sur un total de 60 pour l'ensemble du master —, ont été d'abord notées comme « non présentées », puis, 2 ans plus tard et sans nouvelle inscription, ont été modifiées pour une note de 7,5 avec la mention « bien ». Eldiario.es accuse ainsi Cifuentes d'avoir obtenu ce diplôme d'une université publique avec des notes « falsifiées »[38]. En conférence de presse, le recteur de l'URJC a nié l'accusation et a soutenu que Cristina Cifuentes avait validé toutes les matières en 2012, attribuant cette différence de notation à un « oubli administratif »[39]. Cependant, le lendemain, il annonce dans un communiqué de presse l'ouverture d'une « procédure administrative nommée « information réservée » pour faire la lumière sur ce qu'il s'est passé et déterminer, le cas échéant, les responsabilités qui pourraient exister »[40]. Plusieurs étudiants de sa promotion affirment ne l'avoir jamais vue en cours[41].

Cifuentes présentant le document d'inscription dans les études de master le 4 avril 2018 à l'Assemblée de Madrid.
Cifuentes présentant le document d'inscription dans les études de master le 4 avril 2018 à l'Assemblée de Madrid.

Elle comparaît le lors d'une séance extraordinaire de l'assemblée de Madrid afin d'apporter des explications et précisions, mais celles-ci ne convainquent pas l'opposition. Aussi, le lendemain, le Parti socialiste (PSOE-M) dépose une motion de censure proposant son porte-parole Ángel Gabilondo comme candidat à la présidence[42]. Le , Ignacio Aguado, porte-parole de Ciudadanos — qui apporte son soutien sans participation à Cifuentes — donne un ultimatum de 48 heures au PP pour soutenir sa demande de création d'une commission d'enquête parlementaire. Dans le cas contraire, il demandera la démission de la présidente du gouvernement régional[43].

Cifuentes annonce le qu'elle « renonce » à son diplôme et — dans un courrier adressé au recteur de l'université — accuse l'URJC d'être seule responsable des nombreuses irrégularités qui ont émaillé son cursus de master[44]. La juge d'instruction du tribunal n°51 de Madrid instruit l'affaire à partir du 22 avril, après l'acceptation de la plainte de la professeure Ángela Figueruelo concernant la falsification de sa signature sur l'homologation du master de Cifuentes. L'ex-directeur de la formation, trois professeurs et les neuf étudiants sont entendus pour déterminer l'origine et la nature des possibles délits commis[45]. L'ex-directeur, la fonctionnaire de l'université qui a modifié les notes et une professeure qui a admis avoir signé l'acte de travail de fin de master sont mis en examen le 3 mai[46].

Démissions et mise en examen

Cristina Cifuentes et Ángel Garrido lors d'une conférence de presse en mars 2018.
Cristina Cifuentes et Ángel Garrido lors d'une conférence de presse en .

Le suivant, le journal espagnol Okdiario diffuse une vidéo de 2011 — à l'époque ou Cristina Cifuentes était première vice-présidente de l'Assemblée de Madrid — dans laquelle la présidente régionale apparaît aux côtés d'un agent de sécurité qui vérifie son sac à main, dans lequel elle aurait « involontairement et par erreur » volé des crèmes de beauté d'une valeur de 40 euros dans un centre commercial attenant à l'Assemblée[47].

Mariano Rajoy demande alors à María Dolores de Cospedal d'obtenir le départ de Cifuentes avant midi le jour même. La secrétaire générale du PP se rend aussitôt au siège du gouvernement de la Communauté de Madrid pour faire part de la décision du président du parti à la présidente de la communauté autonome[48]. Cifuentes réunit ses conseillers de gouvernement et leur fait savoir qu'elle pensait démissionner, face à la menace que la gauche puisse gouverner la région, mais après le , jour des festivités de la Communauté de Madrid qu'elle souhaitait présider[49],[50]. Au cours d'une conférence de presse immédiatement postérieure, elle annonce sa démission immédiate de ses fonctions de présidente de la communauté autonome et déplore une campagne qu'elle estime « non plus politique mais personnelle » menée par les journalistes[51]. Elle ne donne pas d'informations sur son mandat de députée et de présidente du Parti populaire de Madrid, ni quant à son possible successeur. Lors de la session parlementaire consacrée au débat des motions de rejet préalable du projet de loi de finances de l'État pour , le président du gouvernement Mariano Rajoy indique que Cifuentes « a fait ce qui devait être fait » et que « sa démission était obligée »[52]. L'intérim est assumé par le conseiller à la Présidence et à la Justice, Ángel Garrido, une fois la démission devenue officielle[53].

Deux jours suivant, le , elle envoie une lettre à Cospedal, dans laquelle elle lui annonce sa démission de la présidence du Parti populaire de la Communauté de Madrid[54]. Elle dépose le sa démission de son mandat de députée à l'Assemblée de Madrid. En renonçant à sa dernière responsabilité institutionnelle, elle met ainsi un terme à sa vie politique[55]. La veille, la direction nationale du PP avait désigné Ángel Garrido comme candidat à la présidence de la communauté autonome[56], et Pío García-Escudero comme nouveau président du PP de Madrid[57].

Après la politique

Elle est mise en examen le pour « corruption » et « faux et usage de faux »[58]. Le , une semaine après que le Tribunal suprême a classé sans suite l'enquête ouverte contre le président du PP Pablo Casado concernant l'attribution de son master, la juge du dossier de Cifuentes, Carmen Rodríguez-Medel, prend une décision similaire concernant les mises en examen pour prévarication et corruption. Elle maintient cependant les poursuites pour « faux et usage de faux » , la magistrate s'aligne ainsi sur la position de ses collègues de la haute juridiction, qui considèrent qu'il y a bien des indices d'un traitement de faveur mais pas de concertation en vue de la commission d'un délit[5].

Elle demande en un congé sans solde de trois mois à l'université complutense, dont elle est fonctionnaire, puis une mise en disponibilité de deux ans à partir du . Elle rejoint alors Paris, où réside sa fille, afin de travailler dans le secteur privé. Elle est chargée d'organiser des événements pour la haute société via l'entreprise d'une amie[59],[60].

En , le ministère public requiert trois ans et trois mois d'emprisonnement à son encontre pour « faux et usage de faux », la considérant à l'origine de la falsification d'un certificat de soutenance de travail de fin de master, utilisé lors de la révélation de l'affaire pour étayer sa défense face aux médias lors d'une conférence de presse et sur les réseaux sociaux[61],[62].

En août 2019, le parquet anticorruption demande sa mise en examen pour son implication présumée dans l'affaire Púnica[63], ce que le juge instruisant l'affaire fait le 2 septembre pour faux, détournement de fonds publics et financement illégal du PP de Madrid[64].

Notes et références

  1. (es) Junte électorale provinciale de Madrid, « Elecciones a la Asamblea de Madrid 2015 », sur juntaelectoralcentral.es, (consulté le ).
  2. (es) « Los 10 detalles más personales de la presidenta Cristina Cifuentes. », sur elmundo.es, (consulté le ).
  3. (es) « Cifuentes manipuló el nombre de su primer máster para añadirse méritos », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. (es) Assemblée de Madrid, « Excelentísima Señora Doña Cristina Cifuentes Cuencas », sur asambleamadrid.es (consulté le ).
  5. a et b (es) Carmen Lucas-Torres, « La jueza da carpetazo al caso Máster por prevaricación y cohecho y lo limita al título de Cifuentes », El Español,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (es) « Dionisio Ramos, el presidente del tribunal que ascendió a Cristina Cifuentes, debió abstenerse, según la ley, por ser amigos », sur elplural.com, (consulté le )
  7. (es) Junte électorale provinciale de Madrid, « Elecciones a la Asamblea de Madrid 1991 - Candidaturas proclamadas », sur juntaelectoralcentral.es, (consulté le ).
  8. (es) Junte électorale centrale, « Candidaturas proclamadas a las elecciones de Diputados al Parlamento Europeo convocadas por Real Decreto 646/1994, de 15 de abril (BOE núm. 117, 17 de mayo de 1994). », sur juntaelectoralcentral.es, (consulté le ).
  9. (es) Assemblée de Madrid, « La Mesa de la Asamblea en la V Legislatura », sur asambleamadrid.es (consulté le ).
  10. a et b (es) Manuel Cuéllar, « Aguirre nombra a Beteta portavoz del PP en la Asamblea, y a Cifuentes, portavoz adjunta », sur elpais.com, (consulté le ).
  11. (es) « Aguirre recupera a Álvarez del Manzano para la ejecutiva regional del PP », sur elpais.com, (consulté le ).
  12. (es) « El Partido Popular reforma su grupo parlamentario al ser nombrada Cifuentes vicepresidenta de la Asamblea », sur elpais.com, (consulté le ).
  13. (es) Assemblée de Madrid, « La Mesa de la Asamblea en la VII Legislatura », sur asambleamadrid.es (consulté le ).
  14. (es) Assemblée de Madrid, « La Mesa de la Asamblea en la VIII Legislatura », sur asambleamadrid.es (consulté le ).
  15. (es) Junte électorale provinciale de Madrid, « Candidaturas proclamadas por los diversos partidos políticos y coaliciones que concurren a las Elecciones a la Asamblea de Madrid 2011. », sur juntaelectoralcentral.es, (consulté le ).
  16. (es) Pilar Álvarez et Carlos E. Cué, « Cristina Cifuentes, nueva delegada del Gobierno en Madrid », sur elpais.com, (consulté le ).
  17. (es) Présidence du gouvernement, « Real Decreto 90/2012, de 13 de enero, por el que se nombra Delegada del Gobierno en la Comunidad de Madrid a doña Cristina Cifuentes Cuencas. », sur boe.es, (consulté le ).
  18. (es) Carlos E. Cué, « Rajoy prescinde de González y pone a Cifuentes de candidata para Madrid », sur elpais.com, (consulté le ).
  19. (es) Présidence du gouvernement, « Real Decreto 267/2015, de 10 de abril, por el que se dispone el cese de doña Cristina Cifuentes Cuencas como Delegada del Gobierno en la Comunidad de Madrid. », sur boe.es, (consulté le ).
  20. (es) José Marcos, « Cifuentes pacta con Ciudadanos 76 puntos para ser presidenta », sur elpais.com, (consulté le ).
  21. (es) Elisa Silió, « Cifuentes, nueva presidenta de la Comunidad de Madrid », sur elpais.com, (consulté le ).
  22. (es) Présidence du gouvernement, « Real Decreto 533/2015, de 24 de junio, por el que se nombra Presidenta de la Comunidad de Madrid a doña Cristina Cifuentes Cuencas. », sur boe.es, (consulté le ).
  23. (es) Jaime G. Treceño, « Cristina Cifuentes presidirá la gestora del PP de Madrid », sur elmundo.es, (consulté le ).
  24. (es) « El Ayuntamiento de Madrid reduce su deuda 1.000 millones en un año y la Comunidad la incrementa 3.000 millones », sur eldiario.es,
  25. (es) Javier Casqueiro, « Cifuentes enmienda a Rajoy y pide que toda la militancia vote al líder del PP », sur elpais.com, (consulté le ).
  26. (es) Javier Casqueiro, « Cifuentes retira su enmienda a favor de las primarias del Congreso del PP », sur elpais.com, (consulté le ).
  27. (es) Jaime G. Treceño, « Cristina Cifuentes se presenta a la Presidencia del PP de Madrid », sur elmundo.es, (consulté le ).
  28. (es) « Cifuentes y Asúa, proclamados candidatos a presidir el PP de Madrid », sur publico.es, (consulté le ).
  29. (es) Javier Casqueiro, « Cifuentes gana las elecciones a la presidencia del PP de Madrid con el 86,38% de los votos », sur elpais.com, (consulté le ).
  30. (es) Sara Medialdea, « Cifuentes, presidenta del PP con un 93 por ciento de los votos », sur abc.es, (consulté le ).
  31. (es) Jaime G. Treceño, « Cristina Cifuentes conforma un equipo de fieles y 'entierra' el aguirrismo. », sur elmundo.es, (consulté le ).
  32. (es) Fernando J. Pérez, Óscar López-Fonseca, José Jiménez Gálvez, « Cifuentes ve motivos políticos en la acusación de corrupción », sur elpais.com, (consulté le ).
  33. (es) Fernando J. Pérez, Óscar López-Fonseca, José Jiménez Gálvez, « La Guardia Civil ratifica sus sospechas sobre Cifuentes en un segundo informe », sur elpais.com, (consulté le ).
  34. (es) « Cifuentes abandona el Pleno tras las críticas de un diputado de Podemos », sur lavanguardia.com, (consulté le ).
  35. (es) Marcos Pinheiro et Pedro Águeda, « Granados sitúa a Cifuentes en la toma de decisiones del PP de Aguirre durante la época de las campañas en B », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. (es) « El PSOE y Unidos Podemos pedirán la comparecencia de Cifuentes en el Congreso ante las revelaciones de Granados », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. (es) « Cifuentes se querellará contra Granados tras sus acusaciones en la trama Púnica », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. (es) « Cristina Cifuentes obtuvo su título de máster en una universidad pública con notas falsificadas », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. (es) « La Universidad Rey Juan Carlos alega una «mala transcripción informática» en las notas de Cifuentes », abc,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. (es) Elisa Silió et Pilar Álvarez, « La Rey Juan Carlos investiga el máster de Cifuentes tras haberla respaldado », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  41. (es) « Alumnos del máster de Cifuentes: "No la vimos en clase ni un solo día" », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. (es) « El PSOE registra en la Asamblea la moción de censura contra Cristina Cifuentes », HuffPost,‎ (lire en ligne)
  43. (es) « Ultimátum de Cs al PP: o apoya la comisión de investigación del máster o en 48 horas pedirá la dimisión de Cifuentes », sur elmundo.es, (consulté le ).
  44. (es) « Cifuentes culpa al rector de la URJC de las irregularidades y dice que "renuncia" al máster », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. (es) Pilar Velasco, « Un juzgado imputa al exdirector del máster de Cifuentes por falsedad documental », Cadena SER,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. (es) El País, « Imputadas la profesora que firmó el acta de Cifuentes y la funcionaria que cambió sus notas », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  47. (es) « Cifuentes robó en un híper en 2011 siendo la nº 2 de la Asamblea de Madrid. », sur okdiario.com, (consulté le ).
  48. (es) « Así forzó Rajoy la dimisión de Cifuentes: "La quiero fuera antes de las 12 de la mañana" », sur eldiario.es, (consulté le ).
  49. (es) « Cristina Cifuentes dimite como presidenta de la Comunidad de Madrid. », sur elpais.com, (consulté le ).
  50. (es) « La oposición llama al "cambio" en Madrid durante un Dos de Mayo bajo "emergencia institucional" », sur elmundo.es, (consulté le )
  51. (es) « Cristina Cifuentes dimite apuntillada por un vídeo y sin esperar a que se lo pide Rajoy. », sur elconfidencial.com, (consulté le ).
  52. (es) « Rajoy, sobre la dimisión: "Ha hecho lo que tenía que hacer. Era obligado". », sur diariodeibiza.es, (consulté le ).
  53. (es) « Ángel Garrido, el escudero de Cifuentes, nuevo presidente interino. », sur 20Minutos, (consulté le ).
  54. (es) « Cifuentes renuncia a la presidencia del PP de la Comunidad de Madrid. », sur elpais.com, (consulté le ).
  55. (es) « Cifuentes también renuncia a su escaño en la Asamblea de Madrid y deja la política », sur eldiario.es, (consulté le ).
  56. (es) « Rajoy designa a Ángel Garrido como sucesor de Cifuentes », sur publico.es, (consulté le ).
  57. (es) Juan José Mateo, « El PP elige a Garrido como sustituto de Cifuentes al frente de la Comunidad de Madrid. », sur El País, (consulté le ).
  58. (es) « Cristina Cifuentes, imputada por falsedad documental y cohecho », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le )
  59. (es) « Cifuentes pide a la Universidad Complutense una excedencia voluntaria de dos años », El Español,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. (es) Juan Luis Galiacho, « Cristina Cifuentes se va a vivir a París tras encontrar trabajo », El Español,‎ (lire en ligne, consulté le )
  61. (es) Marcos Pinheiro, « La Fiscalía pide tres años de cárcel para Cristina Cifuentes por el caso Máster », sur eldiario.es, (consulté le )
  62. (es) Raquel Ejerique, « Qué hacen y cómo les va a los implicados del caso Cifuentes un año después del escándalo », sur eldiario.es, (consulté le )
  63. (es) Marcos Pinheiro, « Anticorrupción pide imputar a Aguirre y Cifuentes por la financiación ilegal del PP de Madrid », sur eldiario.es, (consulté le )
  64. (es) Elena Herrera, « El juez de la Púnica imputa a Aguirre y Cifuentes por la financiación irregular del PP de Madrid », sur eldiario.es, (consulté le )

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Cristina Cifuentes
Listen to this article