Euthana Mukdasanit - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Euthana Mukdasanit.

Euthana Mukdasanit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La mise en forme de cet article est à améliorer (mai 2019). La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Comment faire ? Les points d'amélioration suivants sont les cas les plus fréquents : Les titres sont pré-formatés par le logiciel. Ils ne sont ni en capitales, ni en gras. Le texte ne doit pas être écrit en capitales (les noms de famille non plus), ni en gras, ni en italique, ni en « petit »… Le gras n'est utilisé que pour surligner le titre de l'article dans l'introduction, une seule fois. L'italique est rarement utilisé : mots en langue étrangère, titres d'œuvres, noms de bateaux, etc. Les citations ne sont pas en italique mais en corps de texte normal. Elles sont entourées par des guillemets français : « et ». Les listes à puces sont à éviter, des paragraphes rédigés étant largement préférés. Les tableaux sont à réserver à la présentation de données structurées (résultats, etc.). Les appels de note de bas de page (petits chiffres en exposant, introduits par l'outil «  ⧼citoid-citefromidtool-title⧽ ») sont à placer entre la fin de phrase et le point final[comme ça]. Les liens internes (vers d'autres articles de Wikipédia) sont à choisir avec parcimonie. Créez des liens vers des articles approfondissant le sujet. Les termes génériques sans rapport avec le sujet sont à éviter, ainsi que les répétitions de liens vers un même terme. Les liens externes sont à placer uniquement dans une section « Liens externes », à la fin de l'article. Ces liens sont à choisir avec parcimonie suivant les règles définies. Si un lien sert de source à l'article, son insertion dans le texte est à faire par les notes de bas de page. Insérer une infobox (cadre d'informations à droite) n'est pas obligatoire pour parachever la mise en page. Pour une aide détaillée, merci de consulter Aide:Wikification. Si vous pensez que ces points ont été résolus, vous pouvez retirer ce bandeau et améliorer la mise en forme d'un autre article.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2019). Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?
Euthana Mukdasanit
Euthana Mukdasanit au Festival International de Bahgkok en 2007.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
Nationalité
Formation
Activités

Euthana Mukdasanit (écrit parfois Yutthana Mookdasanit) (Thai: ยุทธนา มุกดาสนิท), né le , est un scénariste et réalisateur thaïlandais[1].

Euthana Mukdasanit est un des réalisateurs du renouveau du cinéma thaïlandais des années 1970 et 80 avec Permpol Choey-Aroon, Manop Udomdej, Chatrichalerm Yukol, Bandit Rittakol, Piak Poster[2] (เปี๊ยก โปสเตอร์) entre autres[3].

Biographie

Euthana Mukdasanit a étudié à l'université de Thammasat (1974). Son docu-fiction Tong Pan (1976) réalisé avec un groupe de militants étroitement lié aux mouvements étudiants de 1973 (Surachai Jantimatorn, Rasamee Paoluangthong, Khamsing Srinawk, Wittayakorn Chiengkul, Paijong Laisakul...) a été interdit en Thaïlande pour son approche trop socialiste et les membres de l'association ont été mis en prison ou forcés à l'exil[4].

Euthana Mukdasanit a été assistant réalisateur de Chatrichalerm Yukol et Cherd Songsri[5],[6].

Il est scénariste et réalisateur d'une quinzaine de films.

Il est le premier cinéaste thaïlandais à avoir employé de la musique américaine dans un film thaïlandais (au début du film Angel of Bar 21)[7].

Il reçoit une récompense pour honorer l’ensemble de sa carrière au Festival International de Bangkok en 2007.

Il est membre du Jury International du Festival International des Cinémas d'Asie[8] (FICA) à Vesoul en 2016.

Il est aussi metteur en scène de théâtre et professeur d’université en théâtre et cinéma[9].

Filmographie

  • 1976 : Tongpan (Tong Pan / Thong Pan) (ทองปาน)[10],[11]
  • 1977 : Damned Life / Damn Life / Saloperie de vie (ชีวิตบัดซบ /Chiwit Batsop)
  • 1978 : Angel of Bar 21 (เทพธิดาบาร์ 21)
  • 1980 : ไฟนรกขุมโลกันต์
  • 1982 : Factory Angel (เทพธิดาโรงงาน)
  • 1983 : เงิน เงิน เงิน
  • 1984 : Nam Pu / The Story of Nampoo / Namphu / Nampou (น้ำพุ)[12]
  • 1985 : Butterfly and Flowers (ผีเสื้อและดอกไม้)[13]
  • 1987 : The Red Roof (หลังคาแดง / Langkha Daeng)
  • 1991 : Withee Khon Kla (วิถีคนกล้า)
  • 1995 : Khu Gam (คู่กรรม)
  • 1996 : Sunset at Chaophraya
  • 1997 : Red Bike Story (จักรยานสีแดง)
  • 1998 : O Negative (scénariste)
  • 2000 : Boys Will Be Boys, Boys Will Be Man (ยุวชนทหาร เปิดเทอมไปรบ)
  • 2004 : Jumbo Queen
  • 2010 : แผ่นดินของเรา

Notes et références

  1. « Euthana Mukdasanit », sur premiere.fr, Première (Magazine de cinéma)
  2. (en) Kong Rithdee, « Poster Boy », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,
  3. (en) Kong Rithdee, « Reliving an era through film », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,
  4. Adrien Le Gal, « Thaïlande : Thammasat, le massacre oublié », sur lemonde.fr, Le Monde, 6 octobre 2016 (mis à jour le 18 octobre 2017)
  5. Sous la direction d'Adrien Gombeaud, Dictionnaire du cinéma asiatique, nouveau monde (édition), , 640 p. (ISBN 978-2-84736-359-3), Thaïlande pages 519 et 520
  6. Kim Lê, « Cinéma thaï, le même et toujours autre », sur asiexpo.fr,
  7. (en + it) Anchalee Chaiworaporn, « Books and special publications on thai cinema : Asia sings ! A survey of asian musical films (avril 2006) Roger Garcia (éditeur) Interview d'Euthana Mukdasanit par Anchalee Chaiworaporn », sur thaicinema.org,
  8. Bangkok Post Public Company Limited, « Thai movies ride the Euro circuit », sur https://www.bangkokpost.com (consulté le 29 mai 2019)
  9. (en) « Dialogue under a red roof », sur The Nation (consulté le 29 mai 2019)
  10. « Introduction au cinéma thaïlandais (par Gérard Fouquet) », sur cinematheque.fr, 20 septembre 2006 au 1 octobre 2006
  11. « Tongpan », sur cinemas-asie.com (Festival International des Cinémas d'Asie de Vesoul),
  12. (en) Kong Rithdee, « Reliving an era through film », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,
  13. « Butterfly and Flowers (Peesua lae dokmai) », sur cinemas-asie.com, Programme (catalogue papier glacé) du 22ème Festival International des Cinémas d'Asie de Vesoul du 3 au 10 février 2016,

Autres références

 La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (mai 2019). Découvrez comment la « wikifier ».

"Jouer le jeu (du divertissement) en y apportant un plus, tel fut le parti pris par des cinéastes..." "Euthana Mukdasanit, de son côté joua ce jeu au second degré avec une distanciation amusée, avant de lui donner une dimension résolument nouvelle dans Namphu (Nampou, 1984)...""Bien des espoirs du cinéma thaïlandais de l'époque ont commencé dans cette voie (en traitant des problèmes sociaux), quitte à s'en démarquer plus tard. Outre Euthana, déjà cité, il faudrait évoquer les noms de Permpol Cheyaroo - Chiwit batsop (Saloperie de vie, 1977) - ou encore de Manop Udomdej - Prachachon nok (En marge de la société, 1981)..." Source : Aséanie / Année 2003 / 12 / page 153

Jury International du Festival International des Cinémas d'Asie de 2016 (Vesoul); de gauche à droite, Euthana Mukdasanit, Nan Triveni Achnas, Mania Akbari et Im Sang-soo (Président).
Jury International du Festival International des Cinémas d'Asie de 2016 (Vesoul); de gauche à droite, Euthana Mukdasanit, Nan Triveni Achnas, Mania Akbari et Im Sang-soo (Président).

Référence Persée : Présentation : Profondeurs insoupçonnées (et remugles) des "eaux croupies" du cinéma thaïlandais [archive] par Gérard Fouquet

Aséanie, Sciences Humaines en Asie du Sud-Est / Année 2003 / 12 / p. 143-156.

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Euthana Mukdasanit
Listen to this article