Fairey Spearfish - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Fairey Spearfish.

Fairey Spearfish

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fairey Spearfish

Constructeur
Fairey Aviation Company
Rôle Bombardier-torpilleur et bombardier en piqué
Statut Projet abandonné
Premier vol
Équipage
2
Motorisation
Moteur Bristol Centaurus Mk 57
Nombre 1
Type Moteur en étoile
Puissance unitaire 2585
Dimensions
Envergure 18,30 m
Longueur 13,70 m
Hauteur 4,90 m
Surface alaire 49,15 m2
Masses
À vide 6 895 kg
Carburant 1 860 kg
Avec armement 9 817 kg
Maximale 10 017 kg
Performances
Vitesse de croisière 315 km/h
Vitesse maximale 470 km/h (à 3 400 m)
Plafond 7 620 m
Vitesse ascensionnelle 8,7 m/min
Rayon d'action 561 km
Charge alaire 140,277 kg/m2
Rapport poids/puissance 0,28 kg/ch
Armement
Interne 1 torpille ou 900 kg de bombes en soute
jusqu'à 16 roquettes de 127 mm sous les ailes
Externe 4 mitrailleuses de 12,7 mm

Le Fairey Spearfish était un avion militaire britannique de la Seconde Guerre mondiale. Bombardier-torpilleur et bombardier en piqué monomoteur embarqué, réalisé par Fairey Aviation pour la Fleet Air Arm, il a été conçu pendant la guerre, mais le prototype n'a volé qu'en juillet 1945, alors que la guerre était terminée en Europe et un mois avant qu'elle se termine dans le Pacifique. Bien plus gros que les précédents modèles utilisés par la Royal Navy, il devait servir à bord des grands porte-avions de la classe Malta dont la construction a été annulée après la guerre. Sept prototypes ont été commandés, mais seuls cinq ont été construits, dont quatre ont réellement volé. Ils furent principalement utilisés pour des expérimentations, jusqu'à la mise au rebut du dernier avion en 1952.

Conception

Le Spearfish a été conçu par Fairey Aviation en réponse à la spécification Admiralty O.5 / 43, afin de remplacer le Fairey Barracuda dans son rôle de bombardier-torpilleur et bombardier en piqué. En comparaison avec le Barracuda, le Spearfish avait un moteur beaucoup plus puissant, une soute à bombes interne, et un radar de recherches en surface ASV Mk.XV, situé derrière la soute à bombes, rétractable dans le fuselage. Le Spearfish était deux fois plus lourd que le Barracuda, car il avait été conçu pour opérer à partir des porte-avions de la classe Malta, d'un déplacement de 45 000 tonnes, alors en développement.

Le Spearfish était un monoplan à aile médiane cantilever, doté d'un fuselage entièrement métallique, de construction monocoque. La section centrale de la voilure était intégrée au fuselage, et les panneaux extérieurs pouvaient être repliés hydrauliquement pour les opérations à bord des porte-avions. Le Spearfish avait un train d'atterrissage conventionnel, rétractable vers l'extérieur, avec une roulette de queue. Les ailes contenaient deux réservoirs de carburant de 830 litres, plus un réservoir de 200 litres dans le bord d'attaque de l'aile tribord, soit une capacité totale de 1 860 litres de carburant. Le poste de pilotage, biplace en tandem, avait une verrière à commande hydraulique.

La grande soute à bombes interne pouvait contenir jusqu'à quatre bombes de 500 livres (230 kg), quatre charges de profondeur, une torpille ou un réservoir de carburant supplémentaire de 820 litres. Le Spearfish devait avoir un armement fixe de quatre mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm : deux dans les ailes, et deux dans une tourelle télécommandée Fraser-Nash FN 95 située derrière le cockpit. Un armement offensif pouvait aussi être emporté en externe, sous la forme de 16 roquettes RP-3 accrochées sous les panneaux extérieurs de la voilure.

Engagements

En août 1943, la société Fairey a reçu une commande pour la construction de trois prototypes conformes à la spécification O.5 / 43. Le premier prototype, numéro de série RA356, a été construit dans l’usine de Hayes dans le Middlesex et a volé pour la première fois le à l'aérodrome de Heston. Les deux autres avions n'ont pas volé avant 1947. En novembre 1943, la compagnie reçut l'ordre de construire une variante d'entraînement au bombardement en piqué, à doubles commandes, suivant la spécification T.21 / 43. Cet avion fut construit à l'usine de Heaton Chapel, et assemble à Ringway où il a fait son vol inaugural le . Trois avions de développement supplémentaires devaient être construits à Heaton Chapel en mai 1944, les deux derniers étant équipés d'un moteur Rolls-Royce Pennine. Seul le premier avion, à moteur Bristol Centaurus, a été construit mais il n'a jamais volé.

La commande portait sur la production de 150 appareils de série, qui devaient être construits à Heaton Chapel. Les dix premiers avions devaient être dotés d'un moteur radial Bristol Centaurus 57 de 1 600 ch (1 900 kW), les 22 suivant de Centaurus 59, et tous les autres d'un Centaurus 60. En outre, les volets devaient être agrandis et le contrôle latéral assuré par des déflecteurs avec de petits ailerons. Avec l’annulation du programme des porte-avions de classe Malta, la Fleet Air Arm n’avait plus besoin de nouveaux bombardiers-torpilleurs, et le programme a été annulé. Les travaux sur les deux autres prototypes construits à Hayes après l'annulation du contrat se sont poursuivis, bien que très lentement.

Le pilote d'essai était le capitaine-aviateur de la Royal Navy Eric Brown. Il évalua le premier prototype et trouva que les commandes, en vol de croisière, étaient très lourdes. En fait, le contrôle latéral était si dur qu'il pouvait à peine actionner les ailerons avec une seule main à 130 nœuds (240 km/h). Par mauvais temps, un pilote cerclant autour d'un porte-avions alors qu’il attendait son tour d’apponter aurait été contraint de parcourir une telle distance qu’il n'aurait pas pu toujours garder le navire en vue. Les prototypes ultérieurs avaient des ailerons actionnés par la force hydraulique, mais Brown a découvert que le second prototype était beaucoup moins agréable à piloter. Le Spearfish ne donnait aucune avertissement avant de décrocher, ce qui aurait posé un sérieux problème en service opérationnelle, la vitesse d'approche et celle de décrochage étant assez proches. Pour l’appontage, l’avion s’est révélé très docile.

Le premier prototype a été utilisé par Napier & Son à Luton pour les essais des systèmes de dégivrage conçus par la société. Il a ensuite été brièvement utilisé pour l’entraînement au sol à compter du 30 avril 1952, jusqu'à sa réforme peu de temps après. Le deuxième prototype a été utilisé par l’unité des essais de la Royal Navy Carrier du RNAS Ford, Sussex, jusqu'à ce qu’il soit vendu à un ferrailleur le 15 septembre. Le troisième prototype a servi aux essais du radar ASV Mk.XV, mais il fut endommagé lors d'un atterrissage dur le . Sa réparation aurait été trop onéreuse, et il fut vendu à la casse le . Le quatrième prototype n'a jamais volé et a été utilisé comme réserve de pièces de rechange. L'unique avion construit par Heaton Chapel était le plus proche de la configuration de série prévue. Il a été utilisé pour des essais de refroidissement de moteur et de pilote automatique, jusqu'à ce qu'il soit radié le .

Par la suite, afin de répondre à la spécification O.21 / 44 pour un chasseur biplace, le Spearfish a été repensé avec un moteur Rolls-Royce Merlin actionnant des hélices contrarotatives. Plusieurs autres moteurs ont été envisagés. Bien qu'une commande pour la fabrication de trois prototypes ait été passée en 1944, le programme a finalement été abandonné.

Opérateurs

Royaume-Uni

Aéronefs comparables

Notes et références

Bibliographie

  • (en) Tony Buttler, British Experimental Combat Aircraft of World War II : Prototypes, Research Aircraft and Failed Production Designs, Hikoki Publication, (ISBN 978-1-902109-24-4).
  • (en) Martin Chorlton (dir.), Fairey : Company Profile 1915–1960, Kelsey Publishing, (ISBN 978-1-907426-60-5).
  • (en) Ray Sturtivant, Fleet Air Arm Fixed-Wing Aircraft Since 1946, Air-Britain, (ISBN 0-85130-283-1).
  • (en) H. A. Taylor, Fairey Aircraft Since 1915, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-208-7).
  • (en) Eric Brown, « The Spearfish... A Misconceived Welterweight », Air International, vol. 14,‎ .

Sur les autres projets Wikimedia :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Fairey Spearfish
Listen to this article