Famille Desjoyeaux - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Famille Desjoyeaux.

Famille Desjoyeaux

La famille Desjoyeaux (ou Desjoyaux, selon les branches) est une famille française, originaire de Saint-Étienne (Loire).

L'un de ses rameaux, implanté en Bretagne, a produit plusieurs constructeurs de voiliers et navigateurs à la voile.

Origines

Citée dès 1394 en Forez[1],[2], la famille Desjoyeaux est établie à Saint-Étienne à la fin du XVIe siècle. Son berceau est un alleu et un petit manoir situé sur la commune de L'Étrat (Loire)[3], toujours existant.

Personnalités

  • Matthieu Desjoyeaux, notaire de Malleval en 1532, procureur du bailliage de Bourg-Argental en 1537, notaire et lieutenant de Chavanay en 1536 et 1551[3].
  • Claude Desjoyeaux (né en 1735), maître de carrière à La Pareille. Délégué aux Etats provinciaux et électeur du Tiers à l'Assemblée de Montbrison en 1789, il fut écroué en 1794 en raison de l’engagement de ses fils dans l’insurrection de Lyon[4],[5].
  • Barthélémy Desjoyeaux (1766-1834), fils du précédent, maître de carrière. En 1793, pendant la Terreur, il s'engagea aux côtés des Lyonnais du général de Précy contre les troupes de la Convention. Lors du siège de Lyon, il prit part à la défense de la ville comme canonnier, avant de tenter de recruter des volontaires pour la cause lyonnaise en Forez[6]. Il fut à ce titre écroué à Saint-Étienne[5]. En 1814, à la Restauration, il fut décoré du Lys. Propriétaire de carrières de grès au Treuil (Saint-Étienne), il fut maître d'œuvre de plusieurs édifices importants, en particulier l'Hôtel de ville de Saint-Étienne[7]. Il se lança ensuite dans l'exploitation houillère[8],[9].
  • Étienne Desjoyeaux (1781-1858), officier français du Premier Empire, maire d'Outre-Furan de 1833 à 1850.
  • Claude Desjoyeaux (1836-1883), maire de Saint-Étienne de 1871 à 1874.
  • Mathieu-Marie Desjoyaux (1841-1911), frère du précédent, ingénieur civil des mines à la Compagnie des Houillères de Saint-Étienne. Il se distingua lors de la catastrophe du puits Verpilleux en 1889 en portant assistance aux victimes[10],[11]. Chevalier de l'Ordre Impérial de la Rose du Brésil.
  • Noël Desjoyeaux (né en 1861), organiste et compositeur de musique, frère de Léon Desjoyeaux. Élève de Massenet et de César Franck, il composa les opéra Gypsis[12], La princesse aux Abeille[13], Renaud d'Arles[14] et un Requiem pour les soldats morts pour la Patrie[15]. Il mit en musique le poème Nuit d'été de Paul Bourget et transcrivit pour le piano des œuvres de Bach[16]. Il fut aussi attaché d'ambassade, chef d'escadron de cavalerie au service de l'état-major pendant la guerre de 1914-1918, puis administrateur de sociétés[17]. Chevalier de la Légion d'honneur le 8 novembre 1915 et croix de guerre 14-18.
  • Joseph Desjoyaux (1862-1935), agriculteur et homme politique. Il fut dans sa jeunesse secrétaire particulier du Comte de Paris (Philippe d'Orléans)[18]. De tendance conservatrice, tenant du catholicisme social, il fut maire de Saint-Galmier pendant 23 ans et conseiller général de la Loire de 1901 à 1919. Fondateur et président de la Société hippique de Saint-Galmier, il créa en 1899 l'hippodrome de Saint-Galmier sur un terrain lui appartenant. Il favorisa la fondation de la compagnie Badoit, dont la source Noël avait été achetée à sa famille en 1893[19].
  • François-Noël Desjoyaux (1893-1918), fils du précédent. Soldat de la classe 1913, incorporé au 14ème dragons (classé premier au brevet d'aptitude pour la cavalerie), brigadier en 1914, blessé au cours de la campagne de Lorraine (1914). Sous-lieutenant en 1917, détaché à sa demande dans l'infanterie (15ème régiment d'infanterie), il fut tué par un obus aux Abris-Brûlés, près de Coucy-le-Château, le 26 septembre 1918. Inhumé au cimetière de la ferme Loire, commune de Trosly-Loire (Aisne). Chevalier de la Légion d'honneur, croix de guerre (2 citations)[20]. A épousé en 1918 Emma Ruffier (1896-1980), remariée en 1923 au docteur Maurice Thiollier, fils de l'industriel et photographe Félix Thiollier.
  • Claude-Jean-Noël Desjoyeaux (1885-1923), historien français. Formé à l'École libre des sciences politiques et à l'École des hautes études, il fut auteur d'une étude sur le Projet de Chambre haute du Duc de Broglie[21], de La fusion monarchique[22], sur la campagne monarchique de 1873 et la négociation entre les deux branches de la Maison de France, ainsi que de divers articles sur des sujets historiques ou culturels. Il collabora en particulier à la revue Le Correspondant et fut membre de plusieurs sociétés savantes. Ses rechercher relatives au sacre des rois de France furent utilisées par son ami Jean de Pange pour la rédaction de son ouvrage : Le Roi très-chrétien [23],[24],[25].

Voiliers CDK Desjoyeaux

Léon Desjoyeaux (1865-1934), fut le père de :

Piscines Desjoyaux

Une autre branche de la même famille, demeurée à Saint-Étienne (Loire), a fondé l'entreprise Piscines Desjoyaux (Saint-Étienne), qui fabrique et installe des piscines.

Toponymie

  • Rue et impasse Desjoyaux à Saint-Étienne (Loire)[26]
  • Puits de mine Desjoyaux à Saint-Étienne[27]
  • Hippodrome et impasse Joseph Desjoyaux à Saint-Galmier (Loire).
  • Rue et école communale Jean-Desjoyeaux à Suèvres (Loir-et-Cher).

Bibliographie

  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome XIII, Cun-Des, 1914, imp. Hérissey, 1903-1929, p. 468-469.
  • Emile Salomon, Gaston Jourda de Vaux, Les châteaux historiques du Forez, tome 2, Marseille, ed. Laffitte, 1979, p. 199-202., notice sur le manoir des Joyeaux.
  • William Poidebard, Armorial des bibliophiles de Lyonnais, Forez, Beaujolais et Dombes, Lyon, Société des bibliophiles lyonnais, p. 188.
  • Claude-Jean-Noël Desjoyeaux,  Desjoyeaux en Forez, à la Tour-en-Jarez, à Maleval, à Saint-Étienne, Montbrison, Impr. Brassart, 1914.
  • Jacques Vincent, Essai généalogique de la famille Desjoyaux, Lyon, Bibliothèque généalogique Éditions.
  • Michel Desjoyeaux, Régine Bornens, Éric CoquerelMichel Desjoyeaux, L'Enfant de la vallée des fous, Paris, Gallimard, 2001, 144 p.   (ISBN 978-2-7424-0864-1)
  • Michel Desjoyeaux, Coureur des océans, Paris, Éditions Odile Jacob, 2009, 306 p.

Notes et références

  1. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome XIII, Cun-Des, 1914, impr. Hérissey, 1903-1929 (lire en ligne), p. 468-469
  2. Acte du 24 avril 1394, prévôté de la Tour en Jarez, comptes de P. Thévenart, prévôt, 1392-1398, arch. Dép. de la Loire, B. 1998
  3. a et b Emile Salomon, Gaston Jourda de Vaux, Les châteaux historiques du Forez, t. 2, Les Joyeaux, Marseille, Editions Laffitte, , p. 200.
  4. Carnet de fiches de Benoît Pignon, accusateur public, Archives départementales du Rhône, n°74
  5. a et b Antonin Portallier, Tableau général des victimes & martyrs de la Révolution, en Lyonnais, Forez et Beaujolais : spécialement sous le régime de la Terreur, 1793-1794 ([Reprod.]) / par Antonin Portallier, J. Thomas, (lire en ligne), p. 132
  6. René Bittard des Portes, L'insurrection de Lyon en 1793 : le siège, l'expédition du Forez, d'après des documents inédits, Lyon, E. Paul, (lire en ligne), pp. 463-464
  7. « http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=IA42000040 », sur www.culture.gouv.fr (consulté le )
  8. Ordonnance du Roi Louis XVIII du 30 août 1820., Saint-Etienne, imp. de Théolier frères (Saint-Etienne), (lire en ligne), p. 1
  9. Bulletin des lois de la République Française, n°10, 041, Statuts de la Compagnie des Mines de fer de Saint-Etienne, annexés à l'Ordonnance royale du 25 octobre 1820, insérée au Bulletin 417, n° 9828, Paris, Imprimerie nationale des lois, , 48 p. (lire en ligne), pp. 38.47
  10. La Croix, La Croix, (lire en ligne)
  11. Le Gaulois : littéraire et politique, s.n., (lire en ligne), p. 3
  12. Gyptis Opéra de Noël Desjoyeaux : [impression photomécanique], (lire en ligne)
  13. Le Radical, s.n., (lire en ligne)
  14. Le Journal, s.n., (lire en ligne)
  15. Journal des débats politiques et littéraires, s.n., (lire en ligne)
  16. Le Ménestrel : journal de musique, Heugel, (lire en ligne)
  17. (mul) Kompass international (France) Auteur du texte, Annuaire industriel. Répertoire général de la production française, Annuaire industriel, (lire en ligne)
  18. Noël Thiollier, « Procès verbal de la réunion du 4 avril 1935, nécrologie de J. Desjoyaux », Bulletin de la Diana,‎ , p. 30-32 (lire en ligne)
  19. « Badoit », sur noms.rues.st.etienne.free.fr (consulté le )
  20. Guerre 1914-1919, Livre d'Or des anciens élèves du Collège Saint-Michel, Saint-Etienne, Saint-Etienne, J. Le Hénaff, libraire-éditeur, , 260 p., p. 53-55
  21. Claude-Jean-Noël Desjoyeaux, Le Projet de Chambre haute du duc de Broglie, Saint-Etienne, J. Thomas
  22. Claude-Jean-Noël Desjoyeaux, La fusion monarchique, 1848-1873 d'après des sources inédites, Paris, Plon-Nourrit, , 492 p.
  23. Jean de Pange, « Notes et aperçus, Claude-Noël Desjoyeaux », Le Correspondant,‎ 1923 (nouv ser,t255 = t291), p. 159-161 (lire en ligne)
  24. Maurice de Boissieu, « Procès-verbal de la réunion du 22 mars 1923, nécrologie de C.-N. Desjoyeaux », Bulletin de la Diana,‎ 1921/01 (t21,n1)-1923/03, p. 218-221 (lire en ligne)
  25. Jean de Pange, Le roi très chrétien. Essai sur la nature du pouvoir royal en France., Paris, librairie Arthème Fayard, , 449 p.
  26. « Desjoyaux », sur noms.rues.st.etienne.free.fr (consulté le )
  27. « fiche info terre Puits Dejoyaux », sur brgm

Article connexe

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Famille Desjoyeaux
Listen to this article