Fenêtre d'Overton

gamme d'idées que le public acceptera / De Wikipedia, l'encyclopédie libre

La fenêtre d'Overton, aussi connue comme la fenêtre de discours, est une allégorie qui situe l'ensemble des idées, opinions ou pratiques considérées comme plus ou moins acceptables dans l'opinion publique d'une société. Ce terme est un dérivé du nom de son concepteur, Joseph P. Overton (1960-2003)[1], un ancien vice-président du Mackinac Center for Public Policy (en)[2] qui, dans la description de sa fenêtre, affirme que la viabilité politique d'une idée dépend principalement du fait qu'elle se situe dans la fenêtre, plutôt que des préférences individuelles des personnalités politiques[3],[4].

Selon la description d'Overton, sa fenêtre comprend une gamme de politiques considérées comme politiquement acceptables au regard de l'opinion publique existante, et qu'une personnalité politique peut donc proposer sans être considérée comme trop extrême, pour gagner ou conserver une fonction publique.

Après la mort d'Overton, d'autres ont examiné le concept d'ajustement de cette fenêtre d'idées acceptables, par la promotion délibérée d'idées en dehors de cette fenêtre (ou d'idées situées à la « frange externe ») avec l'intention de rendre acceptables, par comparaison, des idées jusqu'alors considérées comme marginales[5]. La technique de persuasion ou de manipulation « porte-au-nez » est similaire.

Les médias, en tant qu'acteurs influents de l'opinion publique, sont susceptibles d'être un outil du déplacement de cette fenêtre[6]. Les médias polémistes peuvent en particulier contribuer à l'étape 1 d'une telle opération.