Fin de saison - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Fin de saison.

Fin de saison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fin de saison (Brennendes Geheimnis) est un film germano-autrichien réalisé par Robert Siodmak, sorti en 1933.

Synopsis

Dans les années 1930, un garçon séjourne avec sa mère dans un hôtel suisse, près d'un lac. L'adolescent rencontre un homme qui le fascine, peut-être chanteur ou prestidigitateur. L'homme lui propose de l'emmener faire un tour dans sa voiture de sport, et la mère semble aussi attirée par ce bel homme. La jalousie du garçon va croissante, culminant dans une scène sur la route la nuit, où le garçon attend l'homme qui lui vole sa mère. Le garçon découvre combien il est difficile de grandir.

Fiche technique

Distribution

Autour du film

Fin de saison / Brennendes Geheimnis a été interdit en Allemagne après l'arrivée du nazisme au pouvoir. Son producteur Alfred Sternau de Tonal-Film a dû quitter l'Allemagne et après un long exil à travers l'Europe, passant par l'Espagne, l'Italie, et la France, il fut rattrapé, avec son épouse Ruth Sternau, décoratrice du film, par la Gestapo à Nice, puis déporté à Auschwitz où il est mort. Son fils Pierre né le 27/12/1940 chez Ottilie Moor, une riche américaine qui abrita sa mère pour qu’elle puisse accoucher sereinement dans son domaine à VILLEFRANCHE sur mer. Il fut sauvé de la déportation grâce au courage de sa mère qui a su se séparer de lui quelques semaines avant l’arrivée des SS dirigés par Alois Bruner. Sauvé aussi par le réseau Marcel puis pris en charge part l’OSE. Le médecin de cette organisation de secours aux enfants, le Docteur Alfred Lellouch chercher à adopter un petit orphelin juifs. Il choisit avec son épouse Sonia née Chenkmann le petit Pierre et lui donnèrent leur nom et tout l’amour dont il avait été privé. C’est lui qui entrepris des recherches au moment de sa prise de retraite pour retrouver le visage de son pete et celui de cette mère valeureuse à qui il doit deux fois la vie. Dans cet élan de reconnaissance il voulait aussi retrouver l’histoire de sa première famille et celle de ses parents disparus dans l’anonymat le plus complet, comme ce fut le cas pour des millions d’autres victimes de la barbarie nazie. Toute sa vie , il n’eu de cesse d’édifier un mémorial à Nice où plus de 3670 juifs, pour la plus par réfugiées étrangers citoyens déchus d’une Europe meurtrie, partirent vers les camps de la mort et principalement Auschwitz en Pologne. Grâce à son association le Comité Yad Vashem NICE Côte d’Azur et Christian ESTROSI maire de la ville de Nice ce monument de plus de 30 mètres de long devrait voir le jour au lieu-dit LE PARC LE CHATEU, le premier trimestre 2020. Depuis de nombreuses années Pierre Lellouch témoigne dans des écoles, collèges et lycées, sur l’histoire dramatique de ses parents et celle de son sauvetage, pour que les générations nouvelles n’aient pas à subir de tels bouleversements. Il fait vivre ce devoir de mémoire envers ses parents et envers toutes les autres victimes , qu’elles soient homosexuelles, tziganes, handicapées ou Franc Maçons. Il espère que le PLUS JAMAIS ÇA ne restent pas des paroles vaines.

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Fin de saison
Listen to this article