Frans Hals

peintre néerlandais / De Wikipedia, l'encyclopédie libre

Frans Hals (Anvers ?, entre 1580 et 1583[1]Haarlem, ) est un peintre baroque néerlandais (Provinces-Unies), considéré, avec Rembrandt et Johannes Vermeer, comme l'un des plus importants du siècle d’or.

Frans Hals
Copie d’un autoportrait perdu de Frans Hals
Naissance
Entre 1580 et 1583
Anvers (?)
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Frans Franchoisz. Hals
Nationalité
Néerlandaise
Provinces-Unies
Activité
Maître
Élève
Adriaen Brouwer,
Judith Leyster (?),
Jan Miense Molenaer (?),
Dirck van Delen,
Vincent Laurensz. van der Vinne,
Adriaen van Ostade,
Pieter Gerritsz. van Roestraten (?)
Lieux de travail
Mouvement
Influencé par
A influencé
Père
Franchois Fransz. Hals van Mechelen (d)
Mère
Adriaentje Van Geertenryck (d)
Fratrie
Conjoints
Anneke Hermansz (d)
Lysbeth Reyniers (d)
Enfants
Harmen Hals (en)
Frans Hals le Jeune (en)
Jan Hals (en)
Adriaentje Hals (d)
Reynier Hals (en)
Nicolaes Hals
Œuvres principales
La Bohémienne,
Le Bouffon au luth,
Le Cavalier riant,
Le Joueur de "rommelpot",
Malle Babbe,
Portrait de groupe des régentes de l'hospice de vieillards,
Portrait d'Isaac Abrahamsz. Massa

Bien que sans doute d'origine flamande, c'est dans la ville hollandaise de Haarlem qu'à partir de 1591 au plus tard, il passe le reste de sa vie et fait carrière.

« C'est un enfant de famille magnifiquement doué et qui fait de la peinture pour vivre, cavalièrement, en gentilhomme, pressé de faire vite et d'en finir : le reste du temps en bon vivant, compagnon de la loge Liefde boven al (L'amour par-dessus tout), avec des turbulences de conduite et d'humeur qui expliquent celles de sa brosse et lui donnent parfois affaire avec la police. » Ces lignes écrites en 1921 par Louis Gillet décrivent bien l'image que l'on pouvait se faire alors de Frans Hals. Elles disent aussi la sympathie, un peu condescendante, à l'égard d'un homme dont les frasques présumées font sourire autant que la gaieté si souvent exprimée sur les visages de ses modèles[2].

Artiste majeur, considéré comme l'un des grands maîtres du portrait, il a également réalisé, surtout au début de sa carrière, plusieurs scènes de genre.

Ses tableaux se distinguent par leur expressivité. Les coups de pinceau détachés sont caractéristiques de sa manière, et il participa à l'introduction de cette vivacité de style dans l'art néerlandais. Hals contribua aussi, avec ses portraits de garde civile et de régents, à l’évolution du portrait de groupe au XVIIe siècle.

Son style devait par ailleurs exercer une influence considérable, plus de deux siècles après lui, sur les représentants des courants réaliste — comme Gustave Courbet —, et impressionniste — comme Van Gogh.