Géographie de la Vallée d'Aoste - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Géographie de la Vallée d'Aoste.

Géographie de la Vallée d'Aoste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vallée d'Aoste

Vue de la plaine d'Aoste[1].
Massif Mont-Blanc / Alpes Pennines / Alpes grées / Grand Paradis (Alpes)
Pays
Italie
Région à statut spécial
Vallée d'Aoste
Coordonnées géographiques 45° 44′ nord, 7° 19′ est

Géolocalisation sur la carte : Italie

Géographie de la Vallée d'Aoste
Orientation est puis sud-est
Longueur 100 km
Type Vallée glaciaire
Écoulement Doire Baltée
Voie d'accès principale Autoroute A5, RN 26, RN 27

La géographie de la Vallée d'Aoste présente les caractéristiques de la plus petite région d'Italie, située au cœur des Alpes sur le bassin versant de la Doire Baltée.

Données générales

Modèle numérique de terrain de la Vallée d'Aoste.
Modèle numérique de terrain de la Vallée d'Aoste.

La région historique et géographique de la Vallée d'Aoste correspond au territoire de l'actuelle région autonome Vallée d'Aoste, du diocèse d'Aoste et du bassin versant de la Doire Baltée, à l'extrémité nord-occidentale de l'Italie.

Ce territoire jouxte au nord le canton suisse du Valais, à l'ouest les départements français de la Savoie et de la Haute-Savoie, au sud et à l'est le Piémont.

La région est entièrement montagneuse avec une altitude minimum de 345 mètres à Pont-Saint-Martin et une altitude maximum de 4 809 mètres au mont Blanc, ce dernier étant traditionnellement considéré comme le « toit de l’Europe[N 1] ». L'altitude moyenne est de 2 400 mètres.

Elle occupe une superficie de 3 263 kilomètres carrés, délimitée par un périmètre montagneux où se trouvent tous les sommets de plus de 4 000 mètres des Alpes italiennes : le massif du Grand-Paradis au sud, le mont Blanc à l'ouest, le massif du Grand-Combin (entièrement en territoire suisse) au nord, le Cervin et le massif du mont Rose au nord-est.

Les coordonnées géographiques des extrémités de la région sont :

Géologie

Le territoire valdôtain a été fortement influencé par les processus de formation de la chaîne des Alpes, qui présente ici ses sommets les plus élevés. Près de Courmayeur passe le front pennidique, une ligne de faille où, par le glissement entre la plaque européenne et la plaque africaine, eut lieu la formation des Alpes.

Orographie

Montagnes

Le Cervin depuis le Breuil (haut Valtournenche).
Le Cervin depuis le Breuil (haut Valtournenche).

Les montagnes valdôtaines sont célèbres. Elles s'égrènent tout au long du périmètre de la région, et se divisent en grées et pennines à la hauteur du col Ferret.

Plus précisément, au nord, le long de la frontière avec le Valais, se trouvent les Alpes du Grand-Combin, les Alpes du Weisshorn et du Cervin et les Alpes du mont Rose, qui appartiennent aux Alpes pennines.

À l'ouest, le long de la frontière française, se trouvent les Alpes du Mont-Blanc, qui font partie des Alpes grées.

Au sud, à la limite avec le Piémont, on trouve les Alpes du Grand-Paradis, qui font partie elles aussi des Alpes grées.

À l'est, enfin, se trouvent les Alpes biellaises, qui appartiennent aux Alpes pennines.

Les sommets valdôtains ont été le théâtre des exploits de l'alpinisme, avec la conquête du mont Blanc (1786) ou celle du Cervin (1865), jusqu'à nos jours.

Aujourd'hui les montagnes sont aussi une destination touristique, pour se consacrer à la pratique de la randonnée ou à celle de l'alpinisme.

Plusieurs sommets valdôtains dépassent les 4 000 mètres d'altitude :

Les autres sommets valdôtains importants sont :

Cols

En Val d'Aoste, région montagneuse et de frontière, les cols — voies de communication alpines — ont toujours joué un rôle-clé. Aujourd'hui encore, en dépit de la présence de tunnels[N 2], ils gardent leur importance non seulement d'un point de vue historique et géographique, mais aussi pour leur intérêt traditionnel et touristique.

Les principaux cols reliant le Val d'Aoste aux vallées adjacentes sont :

D'autres cols sont importants, notamment :

Vallées latérales

Le sillon principal de la Vallée d'Aoste est constitué par le cours de la rivière Doire Baltée, qui se jette dans le . Il s'agit d’une vallée glaciaire — en forme de « U » — fermée plusieurs fois par des cluses et par les restes d'anciennes moraines.

À partir de la vallée centrale, des vallées latérales s'ouvrent de part et d'autre.

De la haute vallée vers la basse vallée, on rencontre les vallées latérales suivantes :

La partie de la vallée centrale, avec les vallées latérales concernées, à l'ouest de Pierre-Taillée (près de Runaz) se dénomme Valdigne. Celui-ci comprend donc également le val Ferret, le val Vény et le vallon de La Thuile.

Hydrographie

Glaciers

4 % environ de la superficie valdôtaine est recouverte par des glaciers, qui sont presque au nombre de 200. Toutefois, au cours des dernières décennies ils sont en train de se retirer.

Les glaciers les plus importants sont :

Fleuves et torrents

Le torrent Lys près de Gaby.
Le torrent Lys près de Gaby.

La Doire Baltée traverse entièrement la Vallée d'Aoste de l'ouest à l'est. Elle naît du Glacier de la Brenva, au val Vény, mais prend son nom à la confluence entre la Doire de Ferret, qui descend du Glacier de Pré de Bar et la Doire de Vény (du Glacier du Miage). Elle reçoit ensuite les eaux de tous les torrents des vallées latérales, côtoie la ville d'Aoste et poursuit son cours à travers la basse vallée, caractérisée par des rapides et des cluses, jusqu'à la plaine du Pô, au Piémont. Elle se jette dans le près de Crescentino.

Les principaux affluents de la Doire Baltée sont :

Lacs

En Vallée d'Aoste, il n'y a pas de lacs de dimensions remarquables.

Les lacs valdôtains sont surtout artificiels pour la production d'énergie hydroélectrique.

Les lacs naturels alpins se trouvent surtout entre 2 000 et 2 700 mètres d'altitude, dans des cuvettes formées par l'érosion glaciaire. Les plus importants sont :

Climat

Le climat valdôtain est typiquement alpin, caractérisé par des étés frais et des hivers froids. La vallée centrale de la Doire Baltée est la seule à jouir de conditions climatiques plus mitigées. Pendant l'hiver on assiste à de fortes chutes de neige, mais les précipitations sont assez pauvres le reste de l'année. Pour pallier cet inconvénient, dès le haut Moyen Âge les habitants ont creusé de gros canaux d'irrigation dénommés Rûs ; ceux-ci exercent encore leur fonction aujourd’hui.

Les données issues de huit stations météorologiques valdôtaines sont les suivantes :

Lieu alt TMA TME TMI préc JP
Aoste (place Plouves) 583 10,9 21,3 0,6 - -
Brusson 1 338 6,3 16,7 - 4,3 - -
Courmayeur (ham. Dolonne) 1 220 7,8 17 - 0,9 - -
Gressoney-La-Trinité (loc. d'Ejòla) 1 850 4 12,7 - 3,6 - -
Gressoney-Saint-Jean
(ham. Bieltschòcke)
1 400 4,6 13,8 - 4,8 - -
Nus (vallon de Saint-Barthélemy) 1 933 6,1 14,6 - 1,2 - 72
Breuil (Plateau Rosa) 3 488 - 5,8 1 - 11 - -
Valpelline 950 8,7 16,8 0,4 - -
Lieu = Station météorologique ; alt = altitude ; TMA = Températura moyenne annuelle en °C ; TME = Température moyenne estivale en °C ; TMH = Température moyenne hivernale en °C ; préc = précipitations annuelles en millimètres ; JP = Jours de pluie en un an.

Températures à Aoste

Mois Janv Févr Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales à Aoste (°C) 4,5 7,0 11,5 15,4 20,9 24,1 26,7 24,7 20,8 14,5 8,4 5,5 15,3
Températures minimales à Aoste (°C) -3,2 -0,8 2,8 6,5 10,5 13,6 15,8 14,3 12,0 6,8 1,8 -1,4 6,6

Aires protégées

Voir lien externe au fond de l'article

Pour sauvegarder le patrimoine naturel du Val d'Aoste, la richesse et la variété de son environnement, la création d'aires protégées s'est imposée au cours du dernier siècle.

Le statut spécial en vigueur en Vallée d'Aoste prévoit une section autonome du corps forestier d'État, jouissant d'une large possibilité d'autogestion. Cela permet aux autorités régionales un contrôle très approfondi du territoire, afin d'en garantir la protection et la sauvegarde.

Parcs nationaux et naturels

Le parc national du Grand Paradis a été l'une des premières réserves naturelles d'Italie et exprime par antonomase la notion d'aire protégée, pour la valorisation et la sauvegarde des ressources environnementales. La richesse de sa flore et de sa faune attire aujourd'hui beaucoup de visiteurs.

Le parc naturel du Mont-Avic est un parc régional créé en dans le but de préserver l'écosystème de la vallée de Champdepraz, encore vierge, de la présence humaine et du tourisme de masse.

Jardins botaniques alpins

Les jardins botaniques alpins sont les suivants :

Réserves naturelles

Sur le territoire ont été créées des réserves naturelles régionales :

Arboretums et parcs monumentaux

  • Parc « Abbé Joseph-Marie Henry », à Courmayeur (lieu-dit Plan Gorret) ;
  • Arboretum « Abbé Pierre-Louis Vescoz », à Verrayes (lieu-dit Pointys) ;
  • Arboretum « Borna di laou », à Verrès (lieu-dit Saint-Gilles) ;
  • Parc du château Passerin d'Entrèves, à Châtillon (entrée rue Gervasone) ;
  • Arboretum « Lo parque d'Euntrebeun », sur la colline d'Aoste (lieu-dit Entrebin).

Géographie anthropique

Article détaillé : Unité de communes valdôtaines.

Le territoire de la Vallée d'Aoste est subdivisé en huit « unités de communes », ayant pour but la sauvegarde et le développement des richesses et des particularités culturelles, linguistiques et environnementales :

  1. L’unité des communes valdôtaines du Valdigne - Mont-Blanc, pour les communes du Valdigne ;
  2. L’unité des communes valdôtaines du Grand-Paradis, qui regroupe les vallées du Grand Paradis ;
  3. L’unité des communes valdôtaines du Grand-Combin, pour les communes du Valpelline et de la vallée du Grand-Saint-Bernard ;
  4. L’unité des communes valdôtaines du Mont-Émilius, pour les communes de la plaine d'Aoste (sauf Aoste) et limitrophes ;
  5. L’unité des communes valdôtaines du Mont-Cervin, qui regroupe les communes du Valtournenche et limitrophes ;
  6. L’unité des communes valdôtaines de l'Évançon, pour les communes du val d'Ayas et limitrophes ;
  7. L’unité des communes valdôtaines du Mont-Rose, qui regroupe les communes de la basse vallée du Lys, de la vallée de Champorcher et de la plaine de Donnas ;
  8. L’unité des communes valdôtaines Walser, pour les communes « walser » de la haute vallée du Lys.

Bibliographie

  • (fr) Bernard Janin, Le Val d'Aoste: Tradition et Renouveau, éd. Musumeci (Quart) - (1976)
  • (fr) Augusta Vittoria Cerutti Le Pays de la Doire et son peuple Musumeci éditeur, Aoste (ISBN 88-7032-746-9)

Notes et références

Notes

  1. Il s'agit uniquement de l'Europe occidentale car le sommet le plus élevé d’Europe est en fait le mont Elbrouz dans la chaîne du Caucase, en Russie.
  2. Les principaux tunnels sont le tunnel du Mont-Blanc — qui relie la Vallée d’Aoste à la Haute-Savoie en France — et le tunnel du Grand-Saint-Bernard — qui relie la Vallée d’Aoste au Valais en Suisse.

Références

  1. Région comprenant les communes d'Aoste, Charvensod, Quart, Saint-Christophe, Brissogne, Sarre et Pollein.

Voir aussi

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Géographie de la Vallée d'Aoste.
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Géographie de la Vallée d'Aoste
Listen to this article