Giovanni Domenico Ferretti - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Giovanni Domenico Ferretti.

Giovanni Domenico Ferretti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Giovanni Domenico Ferretti
Autoportrait, 1719
Corridor Vasari, Offices
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
FlorenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Chœur de la Badia Fiorentina1733-1734
Chœur de la Badia Fiorentina
1733-1734

Giovanni Domenico Ferretti ou Giandomenico d’Imola (Florence, - ) est un peintre italien de l'école florentine de la période rococo.

Biographie

Fils d'Antonio Ferretti et de Margherita Gori, il est initié à la peinture à Imola, en Émilie-Romagne, par Francesco Chiusuri.

Il complète sa formation à Bologne dans l'atelier de Felice Torelli et de sa femme[1]. Selon son contemporain Giovanni Camillo Sagrestani, il eut la chance de rencontrer sur sa route un maître de grande envergure comme le bolonais Giuseppe Maria Crespi qui apporta à l'école classique toscane la grande tradition émilienne de la plaine du Pô, ce qui lui donna l'occasion d'une carrière de peintre de grande originalité.

Revenu à Florence avec une lettre de recommandation du cardinal de Gozzadini auprès de Cosme III de Médicis, il entre dans l'atelier de Tommaso Redi et de Sebastiano Galeotti. Il rejoint l'Académie du dessin de Florence en 1715. Il y enseignera plus tard la peinture.

A près un séjour à Imola (1718-1720), il retourne en Toscane où il travaille surtout à Pistoia jusqu'en 1725.

Des années 1730 aux années 1750 il se consacre essentiellement à des travaux de fresques pour des lieux de culte importants, à Pistoia mais surtout à Florence[1].

Œuvre

Fresques

Une de ses premières commandes de fresque est pour l'ancienne église de Sainte Claire à Florence[2], en 1715[1].

Certaines de ses fresques ont été influencées par celles colorées de Sebastiano Ricci du Palazzo Marucelli. L'un de ses travaux les plus importants est la décoration du plafond de l'église Santa Maria del Carmine, détruite ensuite par un incendie. Il travaille pour la chapelle San Giuseppe au Duomo.

De 1720 à 1725 séjour à Pistoia
San Salvatore al Vescovo1738
San Salvatore al Vescovo
1738
Oratoire San Niccolò del Ceppo1734
Oratoire San Niccolò del Ceppo
1734
Des années 1730 aux années 1750

et à Florence :

Autres œuvres pour des églises

Il décore aussi d'autres villas telles que la Villa la Magia à Quarrata en 1715, les palais Non Finito et Taddei, le Palazzo Chigi Sansedoni à Sienne, le Palazzo dei Priori à Volterra ( Adoration des mages ) , le Palazzo Cevoli à Pise, le Palazzo Panciatichi à Florence, la Villa Flori à Pescia[1] et le Plazzo Roffi à Florence (1755-1760).

Tableaux

Enlèvement d'Europe, 1728-1737Musée des Offices
Enlèvement d'Europe, 1728-1737
Musée des Offices

Pendant son séjour à Pistoia de 1720 à 1725, simultanément à son travail des fresques, il réalise des tableaux pour les communes d'Impruneta, de Castiglion Fiorentino (L'Extase de sainte Catherine de Sienne et de sainte Thérèse d'Avila, Pinacothèque communale), de Montelupo et de Faenza.

  • Annonciation, Museo Civico - Prato,
  • Conversation sacrée , Museo Civico - Volterra,
  • Le Transport des ossements de S. Guido , 1752, Museo dell'Opera del Duomo (Pise)
  • Sainte famille avec le petit saint Jean , Pinacothèque - Budrio
  • Enlèvement d'Europe, Chambre des députés - Rome

Il conçoit également des tapisseries pour les Médicis dont L'Enlèvement d'Europe, 1728-1737, huile sur toile, 147 × 205 cm, Musée des Offices. Projet pour une série consacrée aux Quatre éléments commandée par la Manufacture de tapisseries grand-ducale[3]

Notes et références

  1. a b c et d Sandro Bellesi, « Notices biographiques », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 644
  2. Description de Florence en 1819
  3. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 430

Bibliographie

  • Edward A. Maser, The life and work of Giovanni Domenico Ferretti of Florence (1692-1768). Thèse — University of Chicago, (1957)
  • Edward A. Maser, The Disguises of Harlequin - by Giovanni Domenico Ferretti of Florence, Kansas, publication de l'Université du Kansas - Museum of Art Lawrence, (1956)
  • Edward A. Maser, Giandomenico Ferretti, Marchi et Bertolli, Florence (1968)
  • Edward A. Maser, The Harlequinades of Giovanni Domenico Ferretti. Spencer Museum of Art, Université du Kansas (1978)
  • Gregori Mina, 70 pitture e sculture del '600 e '700 fiorentino - Catalogo della mostra - Vallecchi, Florence (1965)
  • Peter Tomory, Catalogue of the Italian paintings before 1800, Sarasota, Floride, John & Mabel Ringling Museum of Art (1976)
  • Giovanni Leoncini, Giovanni Domenico Ferretti, contributi alla ritrattistica fiorentina del Settecento, in Paragone (1977)
  • Riccardo Caldini, Disegni di Giovanni Domenico Ferretti, Bollettino della Accademia della cittâ di San Miniato (1997)
  • Marco Chiarini, Inediti del Settecento fiorentino: Anton Domenico Gabbiani, Ignazio Hugford, Gian Domenico Ferretti, dans Scritti in onore di Ugo Procacci, Electa, Milan (1977)
  • Francesca Baldassarri, Giovanni Domenico Ferretti, Motta, Milan (2002)

Sur les autres projets Wikimedia :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Giovanni Domenico Ferretti
Listen to this article