Grand Prix automobile d'Australie 1996 - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Grand Prix automobile d'Australie 1996.

Grand Prix automobile d'Australie 1996

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grand Prix d'Australie 1996
Données de course
Nombre de tours 58
Longueur du circuit 5,302 km
Distance de course 307,516 km
Conditions de course
Météo temps chaud et ensoleillé
Affluence 154 000 spectateurs
Résultats
Vainqueur
Damon Hill,
Williams-Renault,
h 32 min 50 s 491
(vitesse moyenne : 198,736 km/h)
Pole position
Jacques Villeneuve,
Williams-Renault,
min 32 s 371
(vitesse moyenne : 206,636 km/h)
Record du tour en course
Jacques Villeneuve,
Williams-Renault,
min 33 s 241
(vitesse moyenne : 204,314 km/h)

Le Grand Prix automobile d’Australie 1996 (1996 Transurban Australian Grand Prix), disputé le sur le nouveau Circuit de l'Albert Park à Melbourne, est la 582e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la manche d'ouverture du championnat 1996.

Nouveau venu du championnat américain de CART qu'il vient de remporter, Jacques Villeneuve réalise une performance retentissante puisqu'il réalise la pole position dès sa première séance de qualification sur le nouveau tracé de l'Albert Park devançant son coéquipier, Damon Hill de 138 millièmes. Seul cinq autres pilotes dans l'histoire de la Formule 1 avait réalisé une pole dès leur début. La deuxième ligne de la grille de départ réserve aussi une surprise car elle constitué des Ferrari mais Eddie Irvine devance son nouveau coéquipier et double champion du monde en titre Michael Schumacher. Mika Häkkinen, qui fait son retour après son grave accident à Adélaide en fin de saison dernière prend le cinquième temps devant Jean Alesi.

Dominateur durant la majeure partie de la course, Jacques Villeneuve se dirige vers un exploit en remportant son premier Grand Prix dès ses débuts. Mais sa Williams FW18 est victime d'un problème moteur qui l'oblige à ralentir et a céder la victoire à Damon Hill a cinq tours de la fin, le Britannique gagne sa quatorzième victoire de sa carrière tandis que le Canadien assure le doublé pour Williams. Incapable de tenir le rythme imposé par les Williams, Eddie Irvine termine troisième de l'épreuve et monte sur son premier podium avec la Scuderia Ferrari.

Désignation du circuit

L'Australie est présente au calendrier de la Formule 1 depuis 1985. Jusqu'en 1995, l'épreuve est organisée sur le circuit urbain d'Adélaïde, étant même à plusieurs reprises, la dernière manche de la saison. Mais à partir de 1996, le Grand Prix déménage à Melbourne, sur le circuit de l'Albert Park, et devient la manche d'ouverture du championnat.

Ce déménagement est lié au projet de deux hommes : Jeff Kennett, premier ministre de l'État de Victoria de 1992 à 1999, et Ron Walker, un homme d'affaires impliqué dans la vie politique : il est maire de Melbourne de 1974 à 1976 puis trésorier du Parti libéral d'Australie[1]. Ils obtiennent l'organisation du Grand Prix d'Australie contre un chèque de 60 millions de dollars australiens (environ 240 millions de francs) pour une durée de cinq ans, jusqu'à l'an 2000, année des jeux olympiques de Sydney[1].

Ce transfert d'Adélaïde à Melbourne est également facilité par une législation anti-tabac plus avantageuse dans l'État de Victoria que dans celui de l'Australie-Méridionale, pour le plus grand bonheur des écuries, dont la plupart sont sponsorisées par des marques de cigarettes[2].

Kennett et Walker établissent le circuit à Albert Park, coupant un millier d'arbres, dont certains très rares, suscitant une forte opposition des écologistes[1]. Ils promettent alors de replanter 5 000 arbres ailleurs[1]. Avant le début des travaux d'aménagement du circuit, les militants du « Save Albert Park » s'enchaînent aux troncs à déraciner, se couchent devant les bulldozers et grimpent dans les arbres menacés, compliquant les opérations de défrichage[3]. La police procède à plus de six cents arrestations. Cent huit personnes sont inculpées, mais aucune condamnation n'est prononcée[3].

Les opposants à la course sont à nouveau présents dès les premiers essais libres : quatre écologistes manifestent leur mécontentement depuis les tribunes en déployant une banderole sur laquelle est écrit « Sauvez notre parc »[1]. Ils sont ensuite expulsés de l'enceinte du circuit par le service de sécurité[1].

La création du circuit s'élève à un montant de 45 millions de dollars australiens[1].

Séances d'essais privés du jeudi

Le circuit de l'Albert Park n'ayant jamais été arpenté par les Formule 1, une séance de découverte de la piste est organisée le jeudi 7 mars (Thursday familiarisation session), avant le début officiel du Grand Prix, le vendredi matin, avec les essais libres 1[4].

Pour ses premiers pas en Formule 1, Jacques Villeneuve, le plus rapide, se montre très satisfait : « Les séances d'essais d'aujourd'hui ont simplement démontré que notre voiture est compétitive mais les choses vont énormément évoluer pour tout le monde d'ici dimanche. Sur un plan personnel, c'est une belle motivation de décrocher le meilleur temps pour mon premier jour de F1[5],[6]. »

Essais libres

Première séance, le vendredi

Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[7]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1
Damon Hill
Williams-Renault 1 min 32 s 159
2
Jacques Villeneuve
Williams-Renault 1 min 32 s 396 + 0 s 237
3
Jean Alesi
Benetton-Renault 1 min 32 s 475 + 0 s 316
4
Michael Schumacher
Ferrari 1 min 33 s 007 + 0 s 848
5
Rubens Barrichello
Jordan-Peugeot 1 min 33 s 480 + 1 s 321
6
Gerhard Berger
Benetton-Renault 1 min 33 s 528 + 1 s 369

Deuxième séance, le samedi

Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[8]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1
Jacques Villeneuve
Williams-Renault 1 min 31 s 206
2
Damon Hill
Williams-Renault 1 min 31 s 319 + 0 s 113
3
Rubens Barrichello
Jordan-Peugeot 1 min 32 s 459 + 1 s 253
4
Michael Schumacher
Ferrari 1 min 32 s 506 + 1 s 300
5
Eddie Irvine
Ferrari 1 min 32 s 981 + 1 s 775
6
Gerhard Berger
Benetton-Renault 1 min 33 s 037 + 1 s 831

Résultats des qualifications

Résultats des qualifications[9]
Pos. No  Pilote Écurie Temps Écart
1 6
Jacques Villeneuve
Williams-Renault 1 min 32 s 371
2 5
Damon Hill
Williams-Renault 1 min 32 s 509 + 0 s 138
3 2
Eddie Irvine
Ferrari 1 min 32 s 889 + 0 s 518
4 1
Michael Schumacher
Ferrari 1 min 33 s 125 + 0 s 754
4 7
Mika Häkkinen
McLaren-Mercedes 1 min 34 s 054 + 1 s 683
6 3
Jean Alesi
Benetton-Renault 1 min 34 s 257 + 1 s 886
7 4
Gerhard Berger
Benetton-Renault 1 min 34 s 344 + 1 s 973
8 11
Rubens Barrichello
Jordan-Peugeot 1 min 34 s 474 + 2 s 103
9 15
Heinz-Harald Frentzen
Sauber-Ford 1 min 34 s 494 + 2 s 123
10 19
Mika Salo
Tyrrell-Yamaha 1 min 34 s 832 + 2 s 461
11 9
Olivier Panis
Ligier-Mugen-Honda 1 min 35 s 330 + 2 s 959
12 17
Jos Verstappen
Footwork-Hart 1 min 35 s 338 + 2 s 967
13 8
David Coulthard
McLaren-Mercedes 1 min 35 s 351 + 2 s 980
14 14
Johnny Herbert
Sauber-Ford 1 min 35 s 453 + 3 s 082
15 18
Ukyo Katayama
Tyrrell-Yamaha 1 min 35 s 715 + 3 s 344
16 21
Giancarlo Fisichella
Minardi-Ford 1 min 35 s 898 + 3 s 527
17 20
Pedro Lamy
Minardi-Ford 1 min 36 s 109 + 3 s 738
18 16
Ricardo Rosset
Footwork-Hart 1 min 36 s 198 + 3 s 827
19 12
Martin Brundle
Jordan-Peugeot 1 min 36 s 286 + 3 s 915
20 10
Pedro Diniz
Ligier-Mugen-Honda 1 min 36 s 298 + 3 s 927
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 38 s 837 (107 % de 1 min 32 s 371)
Nq. 22
Luca Badoer
Forti-Ford 1 min 39 s 202 + 6 s 831
Nq. 23
Andrea Montermini
Forti-Ford 1 min 42 s 087 + 9 s 716
  • Luca Badoer et Andrea Montermini ne sont pas autorisés à prendre le départ de la course, les deux pilotes Forti Corse ayant terminé les qualifications au-delà des 107 % du meilleur temps de Jacques Villeneuve. Ils ne sont pas repêchés par les commissaires de course car ils ne sont jamais allé en deçà des 107 % durant les deux séances d'essais libres.
La grille de qualification du Grand Prix d'Australie 1996.
La grille de départ du Grand Prix d'Australie 1996.

Warm up, le dimanche matin

Temps réalisés par les six premiers du warm up[10]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1
Damon Hill
Williams-Renault 1 min 33 s 363
2
Jean Alesi
Benetton-Renault 1 min 33 s 410 + 0 s 047
3
Gerhard Berger
Benetton-Renault 1 min 34 s 167 + 0 s 804
4
Michael Schumacher
Ferrari 1 min 34 s 176 + 0 s 813
5
Heinz-Harald Frentzen
Sauber-Ford 1 min 34 s 177 + 0 s 814
6
Eddie Irvine
Ferrari 1 min 34 s 251 + 0 s 888

Course

Déroulement de la course

Premier départ et interruption de la course

Avant même le départ, Heinz-Harald Frentzen abandonne lors du tour de chauffe. Quant à Pedro Lamy, il s'élance depuis les stands. A l'extinction des feux, Villeneuve, dont c'est le premier départ arrêté depuis deux ans[11],[12], prend le meilleur départ tandis que Damon Hill se fait dépasser par les deux Ferrari[13]. Au troisième virage du premier tour, à l'arrière du peloton, Martin Brundle ne peut éviter la McLaren de David Coulthard, en perdition devant lui, et la Sauber de Johnny Herbert[13]. A 290 km/heure, la Jordan de Brundle percute l'arrière des deux monoplaces, décolle, effectue plusieurs tonneaux et s'immobilise à l'envers, le bloc moteur d'un côté et la coque de survie de l'autre[13].

La course est immédiatement neutralisée par un drapeau rouge. Brundle est indemne et le médecin délégué de la Fédération internationale de l'automobile, Sid Watkins, l'autorise à participer au deuxième départ[14]. Sous les vivats de la foule, Brundle sprint vers son stand pour prendre le mulet et participer à la course[13]. En revanche, Herbert ne prend pas part au deuxième départ, le mulet de l'écurie Sauber ayant été pris par Frentzen, après son abandon lors du tour de chauffe.

Deuxième départ

Le premier tour n'ayant pas été bouclé, on conserve la grille de départ issue des qualifications. Deux pilotes s'élancent depuis la voie des stands : Martin Brundle devant David Coulthard. Avec le forfait de Herbert, il y a trois emplacements vides sur la grille.

Une nouvelle fois, Jacques Villeneuve prend le meilleur envol. Mais cette fois-ci, Hill ne se fait pas surprendre par les deux Ferrari et conserve sa deuxième place à l'issue du premier virage[13].

Au deuxième tour, Martin Brundle, décidément malchanceux, percute l'arrière de la monoplace de Diniz au virage numéro 3 (le même que lors de son accident au premier départ), part en tête-à-queue et abandonne[14].

Au neuvième tour, au virage n°3, Alesi (cinquième) tente de doubler la Ferrari d'Irvine mais les deux monoplaces se touchent. La Benetton-Renault d'Alesi est trop endommagée (flanc gauche et boîtier électronique touchés) : le Français rentre aux stands puis abandonne[13].

Au trente-deuxième tour, peu après la mi-course, Schumacher abandonne et laisse le champ libre aux deux Williams[13].

Jacques Villeneuve est le premier à ravitailler et laisse la place de leader à Damon Hill. Le Britannique s'arrête ensuite à son tour, mais son ravitaillement se passe mal et il perd de nombreuses secondes. Hill ressort de justesse devant son coéquipier mais le Canadien, grâce à une habile manœuvre, le dépasse.

A cinq tours de l'arrivée, les mécaniciens de Jacques Villeneuve lui adressent un panneau « SLOW » lui intimant l'ordre de ralentir[13]. Son moteur Renault perd une partie de son huile et est sur le point de casser[13]. Trois virages après son passage devant les stands, Villeneuve laisse passer Damon Hill et son écurie lui demande rouler vingt secondes au tour moins vite. Ayant suffisamment d'avance sur Irvine, troisième, il termine la course en deuxième position derrière Damon Hill.

Après la course, Damon Hill félicite Jacques Villeneuve : « Jacques vient de démontrer qu'il est un battant et le public appréciera sans doute. Nous ne nous ferons aucun cadeau cette saison[13]. » Quant à Jacques Villeneuve, il se montre fataliste : « Je n'ai pas été volé de ma victoire. Ce sont des choses qui arrivent. Un autre jour, ce sera Damon[12]. »

Classement de la course

Classement de la course[15]
Pos. No  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 5
Damon Hill
Williams-Renault 58 1 h 32 min 50 s 491 (198,736 km/h) 2 10
2 6
Jacques Villeneuve
Williams-Renault 58 + 38 s 020 1 6
3 2
Eddie Irvine
Ferrari 58 + 1 min 02 s 571 3 4
4 4
Gerhard Berger
Benetton-Renault 58 + 1 min 17 s 037 7 3
5 7
Mika Häkkinen
McLaren-Mercedes 58 + 1 min 35 s 071 5 2
6 19
Mika Salo
Tyrrell-Yamaha 57 + 1 tour 10 1
7 9
Olivier Panis
Ligier-Mugen-Honda 57 + 1 tour 11
8 15
Heinz-Harald Frentzen
Sauber-Ford 57 + 1 tour 9
9 16
Ricardo Rosset
Footwork-Hart 56 + 2 tours 18
10 10
Pedro Diniz
Ligier-Mugen-Honda 56 + 2 tours 20
11 18
Ukyo Katayama
Tyrrell-Yamaha 55 + 3 tours 15
Abd. 20
Pedro Lamy
Minardi-Ford 42 Accident 17
Abd. 1
Michael Schumacher
Ferrari 32 Freins 4
Abd. 21
Giancarlo Fisichella
Minardi-Ford 32 Embrayage 16
Abd. 11
Rubens Barrichello
Jordan-Peugeot 29 Moteur 8
Abd. 8
David Coulthard
McLaren-Mercedes 24 Accélérateur Pitlane
Abd. 17
Jos Verstappen
Footwork-Hart 15 Moteur 12
Abd. 3
Jean Alesi
Benetton-Renault 9 Collision avec Irvine 6
Abd. 12
Martin Brundle
Jordan-Peugeot 1 Sortie de piste Pitlane
Np. 14
Johnny Herbert
Sauber-Ford 0 Collision 14

Pole position et record du tour

Jacques Villeneuve réalise la pole position et le meilleur tour pour son premier départ en Formule 1[16],[17].

Tours en tête

Classements généraux à l'issue de la course

Pilotes[20]
Pos. Pilote Écurie Points
1
Damon Hill
Williams-Renault 10
2
Jacques Villeneuve
Williams-Renault 6
3
Eddie Irvine
Ferrari 4
4
Gerhard Berger
Benetton-Renault 3
5
Mika Häkkinen
McLaren-Mercedes 2
6
Mika Salo
Tyrrell-Yamaha 1
Constructeurs[20]
Pos. Écurie Points
1
Williams-Renault
16
2
Ferrari
4
3
Benetton-Renault
3
4
McLaren-Mercedes
2
5
Tyrrell-Yamaha
1

Statistiques

Le Grand Prix d'Australie 1996 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

  • Un second départ a été donné après un accident dans le premier tour. Coulthard et Brundle sont repartis de la ligne des stands tandis que Herbert ne s'est pas élancé à nouveau ;
  • Jacques Villeneuve mène un Grand Prix pour la première fois de sa carrière, durant 50 tours[27] ;
  • Jacques Villeneuve inscrit ses premiers points pour son 1er départ en Grand Prix[28].

Notes et références

  1. a b c d e f et g A Melbourne, la F1 justifie les moyens. La ville a payé cher pour accueillir, dimanche, le premier GP de la saison., www.liberation.fr, 9 mars 1996.
  2. GP d'Australie : Quand la F1 allait pour la 1ère fois à Melbourne, www.dhnet.be, 15 mars 2020.
  3. a et b Un grand prix controversé, www.lemonde.fr, 9 mars 1996.
  4. Grand Prix d'Australie 1996, dans Sport Auto no 411, avril 1996, p. 107.
  5. (en) « The familiarisation session, the first training session... », sur verstappen.nl, (consulté le 3 juin 2020)
  6. Lionel Froissart, « Villeneuve domine les essais libres à Melbourne. », sur liberation.fr, (consulté le 3 juin 2020)
  7. (en) Motorsport.com, « Australian GP Friday combined practice », sur motorsport.com (consulté le 27 février 2015)
  8. (en) Motorsport.com, « Australian GP Saturday practice », sur formula1.com (consulté le 28 février 2015)
  9. a et b Stats F1, « Australie 1996 Qualifications », sur statsf1.com (consulté le 28 février 2015)
  10. (en) Motorsport.com, « Australian GP Sunday warm-up », sur motorsport.com (consulté le 28 février 2015)
  11. En 1994 et 1995, Jacques Villeneuve dispute le CART où les départs sont lancés et non arrêtés.
  12. a et b La victoire à Damon Hill, la vedette à Jacques Villeneuve, www.lemonde.fr, 12 mars 1996.
  13. a b c d e f g h i et j F1: Villeneuve victime d'une fuite d'Hill. A Melbourne, l'Anglais coiffe sur le fil le Canadien, handicapé par son moteur., www.liberation.fr, 11 mars 1996.
  14. a et b Martin Brundle revient sur son accident au GP d’Australie 1996, www.f1only.fr, 4 mars 2020.
  15. (en) Formula One Administration, « 1996 Australian Grand Prix Race », sur formula1.com (consulté le 29 mars 2019)
  16. a et b « Jacques VILLENEUVE Pole positions », sur statsf1.com (consulté le 16 juillet 2016)
  17. a et b « Jacques VILLENEUVE Meilleurs tours », sur statsf1.com, (consulté le 16 juillet 2016)
  18. « Australie 1996 Meilleurs tours », sur statsf1.com (consulté le 27 février 2015)
  19. « Australie 1996 Tours en tête », sur statsf1.com (consulté le 28 février 2015)
  20. a et b « Australie 1996 Championnat », sur statsf1.com (consulté le 28 février 2015)
  21. « Pole positions Grand Prix disputés avant », sur statsf1.com (consulté le 27 février 2015)
  22. « Damon HILL Victoires », sur statsf1.com (consulté le 28 février 2015)
  23. « Williams Victoires », sur statsf1.com (consulté le 27 février 2015)
  24. « Renault Victoires », sur statsf1.com (consulté le 27 février 2015)
  25. « Williams Doublés », sur statsf1.com (consulté le 27 février 2015)
  26. « Jacques VILLENEUVE Podiums », sur statsf1.com (consulté le 27 février 2015)
  27. « Jacques VILLENEUVE Tour en tête », sur statsf1.com (consulté le 27 février 2015)
  28. « Jacques VILLENEUVE Points », sur statsf1.com (consulté le 27 février 2015)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Grand Prix automobile d'Australie 1996
Listen to this article