Grand Prix automobile d'Espagne 1954 - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Grand Prix automobile d'Espagne 1954.

Grand Prix automobile d'Espagne 1954

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grand Prix d'Espagne 1954
Données de course
Nombre de tours 80
Longueur du circuit 6,316 km
Distance de course 505,280 km
Conditions de course
Météo temps chaud et ensoleillé
Affluence environ 300 000 spectateurs
Résultats
Vainqueur
Mike Hawthorn,
Ferrari,
h 13 min 52 s 1
(vitesse moyenne : 156,378 km/h)
Pole position
Alberto Ascari,
Lancia,
min 18 s 1
(vitesse moyenne : 164,646 km/h)
Record du tour en course
Alberto Ascari,
Lancia,
min 20 s 4
(vitesse moyenne : 161,949 km/h)

Le Grand Prix d'Espagne 1954 (XII° Gran Premio de España), disputé sur le circuit de Pedralbes le , est la quarante-et-unième épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la neuvième manche du championnat 1954.

Contexte avant le Grand Prix

Le championnat du monde

Avec six victoires à son actif (dont deux acquises sur Maserati en début de saison), l'Argentin Juan Manuel Fangio, premier pilote Mercedes-Benz, s'est déjà assuré le titre mondial 1954. Le Grand Prix d'Espagne, dernière manche de l'année, a toutefois pour enjeu la lutte de prestige opposant les constructeurs italiens Ferrari et Maserati, épaulés par la prometteuse Scuderia Lancia qui fait ses débuts en F1, à la puissante équipe Mercedes qui domine la compétition depuis sa rentrée triomphale à Reims.

Le circuit

Le circuit de Pedralbes emprunte l'Avenue Diagonale sur plus de 2 km.
Le circuit de Pedralbes emprunte l'Avenue Diagonale sur plus de 2 km.

Utilisé pour la première fois en 1946 à l'occasion du huitième Grand Prix de Penya Rhin, le circuit de Pedralbes est tracé dans les faubourgs ouest de Barcelone. Empruntant de larges avenues, composé de longues lignes droites et de courbes ouvertes, il est nettement plus rapide que les traditionnels circuits urbains. D'un développement initial d'environ quatre kilomètres et demi, il fut modifié à l'occasion du Grand Prix de Penya Rhin 1950, sa longueur totale étant augmentée de près de deux kilomètres[1]. Le revêtement est relativement ondulé, et certains secteurs du circuit sont pavés. Inchangé depuis, ce tracé accueille pour la seconde fois une épreuve du championnat du monde, après l'édition de 1951 où Juan Manuel Fangio avait emporté la victoire et son premier titre de champion du monde. À cette occasion, le pilote argentin avait établi le record officiel de la piste au volant de la célèbre Alfetta, à plus de 166 km/h de moyenne.

Monoplaces en lice

  • Ferrari 625 & 553 "Usine"
Le 4 cylindres en ligne Ferrari.
Le 4 cylindres en ligne Ferrari.

Après une mise au point difficile, le châssis de la Ferrari 553 a été amélioré et est désormais équipé d'une nouvelle suspension avant à ressorts hélicoïdaux. Pesant 595 kg, la 553 est l'une des plus légères F1 du plateau. Son moteur 4 cylindres super carré développe, dans sa toute dernière évolution, 254 chevaux à 7000 tr/min[2]. Un seul exemplaire a été amené à Barcelone. En l'absence de José Froilán González, blessé lors des essais du Tourist Trophy[3], il est confié au jeune Britannique Mike Hawthorn. Comme au Grand Prix d'Italie, Maurice Trintignant dispose d'une 625 à moteur 553 (250 chevaux à 7500 tr/min, 630 kg[4]). Une voiture identique avait été engagée pour Giuseppe Farina, mais ce dernier n'est pas complètement rétabli de son accident survenu à Monza en juin dernier. Épaulant les deux Ferrari officielles, Robert Manzon pilote la 625 de l'Écurie Rosier et Jacques Swaters dispose de la 500 de l'Écurie Francorchamps.

  • Lancia D50 "Usine"
La Lancia D50 se caractérise par ses réservoirs entre les roues.
La Lancia D50 se caractérise par ses réservoirs entre les roues.

Nouvelle venue en Grand Prix, la Scuderia Lancia avait engagé pour la saison 1954 le double champion du monde Alberto Ascari ainsi que son compatriote et ami Luigi Villoresi, très confiants dans le potentiel de la très compacte D50 à moteur V8 et réservoirs latéraux placés entre les roues. Mais le développement de la monoplace (dont le premier exemplaire a été achevé en [5]) s'est avéré bien plus long que prévu, obligeant Gianni Lancia à différer à plusieurs reprises ses débuts en compétition, les deux pilotes étant occasionnellement prêtés aux équipes Ferrari ou Maserati afin de ne pas perdre la main. Les tout derniers essais sur la piste de Monza ont toutefois révélé l'énorme potentiel de la D50, Ascari ayant battu de trois secondes le meilleur temps réalisé par Juan Manuel Fangio lors des essais officiels du Grand Prix[6]. Le feu vert a donc été donné pour les débuts officiels. Les voitures confiées à Ascari et Villoresi ont une puissance de l'ordre de 260 chevaux[3] à 8200 tr/min, pour une masse inférieure à 600 kg[2], soit un des meilleurs rapports poids/puissance du plateau.

  • Maserati 250F "Usine"

Avec cinq voitures officielles et cinq privées, les Maserati 250F représentent près de la moitié du plateau. Après un beau début de saison (victoires de Juan Manuel Fangio aux Grands Prix d'Argentine et de Belgique), Maserati a ensuite connu une période plus difficile, Fangio ayant rejoint les rangs de Mercedes-Benz et le prometteur pilote argentin Onofre Marimon s'étant tué au cours des essais officiels du Grand Prix d'Allemagne sur le Nürburgring. C'est désormais le Britannique Stirling Moss, remarqué pour ses prestations sur une voiture privée, qui a le statut de premier pilote. Il est épaulé par les Italiens Luigi Musso et Sergio Mantovani, l'Argentin Roberto Mieres et le pilote local Francisco Godia. La 250F est équipée d'un moteur six cylindres en ligne développant environ 250 chevaux à 7200 tr/min, la voiture pesant 630 kg[2]. Harry Schell, le prince Bira, Ken Wharton et Louis Rosier disposent de 250F privées. Le Suisse Emmanuel de Graffenried dispose quant à lui de la 250F qu'il vient de vendre à son compatriote Ottorino Volonterio, les deux pilotes devant se partager la voiture en course[7].

  • Mercedes-Benz W196 "Usine"
L'imposante Mercedes W196, ici en version à carrosserie ouverte.
L'imposante Mercedes W196, ici en version à carrosserie ouverte.

La puissante équipe Mercedes dispose de deux versions de sa monoplace W196 : le modèle caréné (720 kg), spécialement adapté aux circuits rapides, et le modèle à carrosserie ouverte, un peu moins lourd (690 kg) et offrant une meilleure visibilité, pour les tracés sinueux. La piste de Barcelone, qui combine une longue ligne droite (plus de 2 km !) et des parties très lentes, ne permet pas de déterminer a priori le plus adapté. Aussi l'usine a-t-elle amené six voitures (trois ouvertes et trois carénées) pour Juan Manuel Fangio, Karl Kling et Hans Herrmann, qui pourront choisir en fonction des essais le modèle convenant le mieux. Très sophistiquée, la W196 dispose d'un moteur à huit cylindres en ligne, alimenté par injection directe, développant environ 280 chevaux à 8300 tr/min. La boîte de vitesses ZF est à cinq rapports et le freinage est assuré par d'imposants tambours de freins "inboard"[2].

  • Gordini T16 "Usine"

Faute de moyens, la petite structure Gordini vit une fin de saison difficile, les voitures payant leur manque de préparation par une fiabilité désastreuse. Sur les trois voitures inscrites, seules deux ont été amenées : il s'agit de monoplaces du type T16 (560 kg, moteur six cylindres, environ 230 chevaux à 6500 tr/min), qui seront pilotées par Jean Behra et Jacques Pollet. Pilier de l'équipe, Behra, dont la voiture est équipée pour la première fois de gros freins à disques Messier[8], dispute une de ses dernières courses pour la marque, ayant signé avec Maserati pour la saison 1955.

  • Vanwall "Usine"

Tony Vandervell a engagé la Vanwall Special désormais équipée du moteur 2,5 litres pour Peter Collins. Cette monoplace de 570 kg dispose d'une puissance de 250 chevaux[9].

Coureurs inscrits

Liste des pilotes inscrits[1]
no  Pilote Écurie Constructeur Modèle Moteur Pneumatiques
2
Juan Manuel Fangio
Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 Mercedes-Benz L8 C
4
Karl Kling
Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 Mercedes-Benz L8 C
6
Hans Herrmann
Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 Mercedes-Benz L8 C
8
Stirling Moss
Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
10
Roberto Mieres
Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
12
Sergio Mantovani
Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
14
Luigi Musso
Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
16
Francisco Godia
Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
18
Prince Bira
Privé Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
20
Robert Manzon
Écurie Rosier Ferrari Ferrari 625 Ferrari L4 P
22
Emmanuel de Graffenried
Ottorino Volonterio
Privé Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
24
Harry Schell
Privé Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
26
Louis Rosier
Écurie Rosier Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
28
Ken Wharton
Owen Racing Organisation Maserati Maserati 250F Maserati L6 D
30
Jacques Swaters
Écurie Francorchamps Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 E
32
Giovanni de Riu
Privé Maserati Maserati A6SSG Maserati L6 P
34
Alberto Ascari
Scuderia Lancia Lancia Lancia D50 Lancia V8 P
36
Luigi Villoresi
Scuderia Lancia Lancia Lancia D50 Lancia V8 P
38
Mike Hawthorn
Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 553 Ferrari L4 P
40
Maurice Trintignant
Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 625 Ferrari L4 P
42
Peter Collins
GA Vandervell Vanwall Vanwall Special Vanwall L4 P
44
Giuseppe Farina
Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 625 Ferrari L4 P
46
Jean Behra
Équipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
48
Jacques Pollet
Équipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
50
Fred Wacker
Équipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E

Qualifications

Les séances qualificatives se déroulent les jeudi et vendredi précédant le grand prix, le samedi étant réservé à une course de voitures de sport. Dès la journée du jeudi, les toutes nouvelles Lancia, très compactes, se montrent très à l'aise, Alberto Ascari et Luigi Villoresi réalisant les deux meilleurs temps, devant la Maserati de Stirling Moss. L'équipe Mercedes teste les deux types de carrosseries de la W196, c'est finalement la version ouverte qui va être retenue, le modèle caréné étant fortement handicapé par son poids élevé sur ce circuit urbain[7]. Dans le même virage, les Britanniques Mike Hawthorn et Peter Collins ont dérapé et sont sortis de la route. Si la Ferrari du premier est réparable, Collins va lui devoir renoncer à la course, sa Vanwall ayant heurté les arbres et s'étant retournée[10].

Le vendredi, Ascari se montre à nouveau le plus rapide et obtient avec aisance la pole position, à près de 165 km/h de moyenne. Même en version non carénée, la Mercedes n'est pas particulièrement à l'aise sur ce circuit, et Fangio doit user de tout son talent pour réaliser le deuxième meilleur temps, à une seconde du pilote Lancia. Hawthorn, sur sa voiture réparée, et Harry Schell (Maserati) améliorent également, complétant la première ligne et reléguant Villoresi et Moss à la seconde.

Résultats des qualifications
Pos. no  Pilote Écurie Temps Écart
1 34
Alberto Ascari
Lancia 2 min 18 s 1
2 2
Juan Manuel Fangio
Mercedes-Benz 2 min 19 s 1 + 1 s 0
3 38
Mike Hawthorn
Ferrari 2 min 20 s 6 + 2 s 5
4 24
Harry Schell
Maserati 2 min 20 s 6 + 2 s 5
5 36
Luigi Villoresi
Lancia 2 min 21 s 0 + 2 s 9
6 8
Stirling Moss
Maserati 2 min 21 s 1 + 3 s 0
7 14
Luigi Musso
Maserati 2 min 21 s 5 + 3 s 4
8 40
Maurice Trintignant
Ferrari 2 min 21 s 9 + 3 s 8
9 6
Hans Herrmann
Mercedes-Benz 2 min 21 s 9 + 3 s 8
10 12
Sergio Mantovani
Maserati 2 min 22 s 0 + 3 s 9
11 10
Roberto Mieres
Maserati 2 min 22 s 3 + 4 s 2
12 4
Karl Kling
Mercedes-Benz 2 min 23 s 4 + 5 s 3
13 16
Francisco Godia
Maserati 2 min 24 s 2 + 6 s 1
14 28
Ken Wharton
Maserati 2 min 25 s 7 + 7 s 6
15 18
Prince Bira
Maserati 2 min 26 s 1 + 8 s 0
16 48
Jacques Pollet
Gordini 2 min 27 s 4 + 9 s 3
17 20
Robert Manzon
Ferrari 2 min 27 s 5 + 9 s 4
18 46
Jean Behra
Gordini 2 min 27 s 8 + 9 s 7
19 30
Jacques Swaters
Ferrari 2 min 28 s 0 + 9 s 9
20 26
Louis Rosier
Maserati 2 min 29 s 8 + 11 s 7
21 22
Emmanuel de Graffenried
Maserati 2 min 29 s 8 + 11 s 7

Grille de départ du Grand Prix

Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications[11]
1re ligne Pos. 4 Pos. 3 Pos. 2 Pos. 1

Schell
Maserati
2 min 20 s 6

Hawthorn
Ferrari
2 min 20 s 6

Fangio
Mercedes-Benz
2 min 19 s 1

Ascari
Lancia
2 min 18 s 1
2e ligne Pos. 7 Pos. 6 Pos. 5

Musso
Maserati
2 min 21 s 5

Moss
Maserati
2 min 21 s 1

Villoresi
Lancia
2 min 21 s 0
3e ligne Pos. 11 Pos. 10 Pos. 9 Pos. 8

Mieres
Maserati
2 min 22 s 3

Mantovani
Maserati
2 min 22 s 0

Herrmann
Mercedes-Benz
2 min 21 s 9

Trintignant
Ferrari
2 min 21 s 9
4e ligne Pos. 14 Pos. 13 Pos. 12

Wharton
Maserati
2 min 25 s 7

Godia
Maserati
2 min 24 s 2

Kling
Mercedes-Benz
2 min 23 s 4
5e ligne Pos. 18 Pos. 17 Pos. 16 Pos. 15

Behra
Gordini
2 min 27 s 8

Manzon
Ferrari
2 min 27 s 5

Pollet
Gordini
2 min 27 s 4

Bira
Maserati
2 min 26 s 1
6e ligne Pos. 21 Pos. 20 Pos. 19

Graffenried
Maserati
2 min 29 s 8

Rosier
Maserati
2 min 29 s 8

Swaters
Ferrari
2 min 28 s 0

Déroulement de la course

Le jour de la course, il fait beau et chaud à Barcelone et trois cent mille spectateurs sont présents[2]. Alberto Ascari (Lancia) et Juan Manuel Fangio (Mercedes-Benz) s'élancent en tête mais à la fin du premier tour c'est Harry Schell (Maserati), parti avec des réservoirs à moitié vides[7], qui repasse le premier, devant Ascari, au coude à coude avec Mike Hawthorn (Ferrari). Maurice Trintignant (Ferrari) et Stirling Moss (Maserati) ont également dépassé Fangio, qui semble avoir des difficultés à suivre le train des leaders. L'Argentin devance son coéquipier Hans Herrmann. Sur la seconde Lancia, Luigi Villoresi est huitième mais s'arrête à son stand et abandonne aussitôt, apparemment pour un problème de freins. Ascari semble très à l'aise sur ce circuit. Au second tour, il dépasse Hawthorn, au suivant il déborde Schell et prend le commandement de la course. Le champion italien s'envole alors de manière impressionnante, prenant plus de deux secondes au tour à ses adversaires, démontrant les qualités de la nouvelle Lancia. Après neuf tours, il s'est construit une avance d'une vingtaine de secondes sur le trio Schell, Hawthorn et Trintignant. Mais alors qu'il survole littéralement la course, un problème de commande d'embrayage l'oblige à s'arrêter au stand. Il reprend la course après un arrêt assez long, mais abandonne au tour suivant.

Grâce à l'abandon de la Lancia, Schell a récupéré la première place, mais il est talonné par les Ferrari d'Hawthorn et Trintignant. À la suite d'un dérapage, Hawthorn perd un peu de temps, laissant Schell et Trintignant au coude à coude. Ces deux pilotes vont se livrer à un véritable chassé-croisé au cours des dix boucles suivantes, observés de près par Hawthorn bientôt revenu dans leurs roues. Ce dernier parvient à dépasser Trintignant au vingt-et-unième tour, puis à prendre la tête au suivant, juste devant Schell. Celui-ci reprend aussitôt l'avantage, mais Hawthorn ne le lâche pas. Il revient à la hauteur de Schell à l'abord d'une courbe et retarde son freinage à l'extrême limite ; son adversaire, refusant de céder, freine encore plus tard mais part en tête-à-queue, endommageant sa Maserati[6]. Grâce à cette manœuvre audacieuse, Hawthorn mène à nouveau la course, devant son coéquipier Trintignant. Troisième, Fangio compte alors une trentaine de secondes de retard et ne semble pas en mesure de revenir sur les deux Ferrari. Moss a abandonné (pompe à huile hors d'usage) et Schell est tombé à la quatrième place, ayant perdu toute chance de victoire. Il va d'ailleurs abandonner peu après, transmission hors d'usage.

Alors qu'il était toujours en lice pour la victoire, Trintignant doit s'arrêter à son stand à cause d'une fuite d'huile. Dès lors, Hawthorn n'a plus d'adversaire menaçant, son avance sur Fangio étant confortable, d'autant que le système d'injection de la Mercedes du champion argentin s'est déréglé[3]. Luigi Musso (Maserati) vient de prendre le meilleur sur Herrmann et occupe désormais la troisième place, à environ vingt secondes de Fangio. À la mi-course, la situation des trois premiers n'a pas évolué, Hawthorn ayant toutefois levé le pied, laissant revenir Fangio à une vingtaine de secondes. En quatrième position, loin des leaders, Sergio Mantovani (Maserati) a dépassé Herrmann dont la Mercedes a des problèmes d'injection et qui va devoir s'arrêter longuement au stand.

La deuxième partie de la course se déroule sans incident notable, Hawthorn contrôlant aisément la course. Malgré ses ennuis d'injection et une légère fuite d'huile, Fangio semble alors assuré de la deuxième place, Musso n'étant pas en mesure de combler son retard à la régulière. Mais aux alentours du soixantième tour, alors que Mantovani vient d'abandonner sur problème de freins, le vent se lève soudain, soulevant les nombreux papiers et journaux qui jonchaient la piste, l'un d'eux venant obstruer le radiateur de la Mercedes de Fangio dont le moteur se met bientôt à chauffer. Fangio ménage au mieux la mécanique, mais ne peut toutefois empêcher Musso de revenir sur lui, puis de le dépasser au cours du soixante-quatorzième tour pour s'emparer de la seconde place. Le champion du monde, le visage et les bras maculés d'huile, va néanmoins réussir à rallier courageusement l'arrivée en troisième position, à un tour d'Hawthorn qui donne à la Ferrari Squalo sa première victoire.

Classements intermédiaires

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, deuxième, cinquième, dixième, quinzième, vingtième, vingt-cinquième, trentième, quarantième, soixantième et soixante-dixième tours[12],[13].

Classement de la course

La Ferrari 553 permet à Hawthorn de remporter la dernière manche de la saison.
La Ferrari 553 permet à Hawthorn de remporter la dernière manche de la saison.
Pos No Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 38
Mike Hawthorn
Ferrari 80 3 h 13 min 52 s 1 3 8
2 14
Luigi Musso
Maserati 80 3 h 15 min 05 s 3 (+ 1 min 13 s 2) 7 6
3 2
Juan Manuel Fangio
Mercedes-Benz 79 3 h 14 min 17 s 8 (+ 1 tour) 2 4
4 10
Roberto Mieres
Maserati 79 3 h 15 min 23 s 6 (+ 1 tour) 11 3
5 4
Karl Kling
Mercedes-Benz 79 3 h 15 min 47 s 4 (+ 1 tour) 12 2
6 16
Francisco Godia
Maserati 76 3 h 14 min 42 s 3 (+ 4 tours) 13
7 26
Louis Rosier
Maserati 74 3 h 14 min 02 s 5 (+ 6 tours) 20
8 28
Ken Wharton
Maserati 74 3 h 14 min 42 s 0 (+ 6 tours) 14
9 18
Prince Bira
Maserati 68 3 h 16 min 23 s 4 (+ 12 tours) 15
Abd. 12
Sergio Mantovani
Maserati 58 Freins 10
Abd. 22
Toulo de Graffenried
Ottorino Volonterio
Maserati 57 Moteur 21
Abd. 6
Hans Herrmann
Mercedes 50 Injection 9
Abd. 40
Maurice Trintignant
Ferrari 47 Boîte de vitesses 8
Abd. 48
Jacques Pollet
Gordini 37 Moteur 16
Abd. 24
Harry Schell
Maserati 29 Transmission 4
Abd. 8
Stirling Moss
Maserati 20 Pompe à huile 6
Abd. 46
Jean Behra
Gordini 17 Freins 18
Abd. 30
Jacques Swaters
Ferrari 16 Moteur 19
Abd. 34
Alberto Ascari
Lancia 10 Embrayage 1 1
Abd. 36
Luigi Villoresi
Lancia 2 Freins 5
Abd. 20
Robert Manzon
Ferrari 2 Moteur 17
Np. 42
Peter Collins
Vanwall Accident aux essais
  • Légende: Abd.= Abandon - Np.=Non partant

Pole position et record du tour

Évolution du record du tour en course

Le record de la piste fut établi en tout début d'épreuve[13].

Tours en tête

Classement final du championnat

  • attribution des points : 8, 6, 4, 3, 2 respectivement aux cinq premiers de chaque épreuve et 1 point supplémentaire pour le pilote ayant accompli le meilleur tour en course (signalé par un astérisque). En Grande-Bretagne, le meilleur tour a été accompli par sept pilotes, crédités chacun de 0,14 point (un septième).
  • Le règlement permet aux pilotes de se relayer sur une même voiture, les points éventuellement acquis étant alors partagés. Troy Ruttman et Duane Carter marquent chacun un point et demi pour leur quatrième place à Indianapolis, Mike Hawthorn et José Froilán González marquent chacun un point et demi pour leur quatrième place en Belgique et trois pour leur seconde place en Allemagne, González partageant également avec Umberto Maglioli les quatre points de leur troisième place en Italie.
  • Seuls les cinq meilleurs résultats sont comptabilisés. Juan Manuel Fangio doit donc décompter les 3,14 points acquis en Grande-Bretagne, les 8 points acquis en Italie et les 4 points acquis en Espagne. De même, José Froilán González doit décompter les 1,5 points acquis en Belgique.
  • Sur dix épreuves qualificatives prévues pour le championnat du monde 1954, neuf ont effectivement été courues, le Grand Prix des Pays-Bas, programmé le [14], ayant été annulé.
Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points

ARG

500

BEL

FRA

GBR

ALL

SUI

ITA

ESP
1
Juan Manuel Fangio
Maserati & Mercedes-Benz 42 (57,14) 8 - 9* 8 (3,14*) 8 9* (8) (4)
2
José Froilán González
Ferrari 25,14 (26,64) 5* - (1,5) - 8,14* 3 6 3* -
3
Mike Hawthorn
Ferrari 24,64 - - 1,5 - 6,14* 3 - 6 8
4
Maurice Trintignant
Ferrari 17 3 - 6 - 2 4 - 2 -
5
Karl Kling
Mercedes-Benz 12 - - - 6 - 4* - - 2
6
Bill Vukovich
Kurtis Kraft 8 - 8 - - - - - - -
Hans Herrmann
Mercedes-Benz 8 - - - 1* - - 4 3 -
8
Giuseppe Farina
Ferrari 6 6 - - - - - - - -
Jimmy Bryan
Kuzma 6 - 6 - - - - - - -
Luigi Musso
Maserati 6 - - - - - - - - 6
Roberto Mieres
Maserati 6 - - - - - - 3 - 3
12
Jack McGrath
Kurtis Kraft 5 - 5* - - - - - - -
13
Stirling Moss
Maserati 4,14 - - 4 - 0,14* - - - -
Onofre Marimon
Maserati 4,14 - - - - 4,14* - - - -
15
Robert Manzon
Ferrari 4 - - - 4 - - - - -
Sergio Mantovani
Maserati 4 - - - - - 2 2 - -
17
Prince Bira
Maserati 3 - - - 3 - - - - -
18
Umberto Maglioli
Ferrari 2 - - - - - - - 2 -
Élie Bayol
Gordini 2 2 - - - - - - - -
Mike Nazaruk
Kurtis Kraft 2 - 2 - - - - - - -
André Pilette
Gordini 2 - - 2 - - - - - -
Luigi Villoresi
Maserati 2 - - - 2 - - - - -
23
Troy Ruttman
Kurtis Kraft 1,5 - 1,5 - - - - - - -
Duane Carter
Kurtis Kraft 1,5 - 1,5 - - - - - - -
25
Alberto Ascari
Maserati & Lancia 1,14 - - - - 0,14* - - - 1*
26
Jean Behra
Gordini 0,14 - - - - 0,14* - - - -

À noter

  • 2e victoire en championnat du monde pour Mike Hawthorn.
  • 19e victoire en championnat du monde pour Ferrari en tant que constructeur.
  • 19e victoire en championnat du monde pour Ferrari en tant que motoriste.
  • 1ers points en championnat du monde pour Luigi Musso.
  • 1er Grand Prix de championnat du monde pour Ottorino Volonterio.
  • 1er Grand Prix de championnat du monde pour l'écurie Lancia.
  • 19e et dernier Grand Prix de championnat du monde pour le Prince Bira.
  • 7e et dernier Grand Prix de championnat du monde pour Jacques Swaters.

Notes et références

  1. a et b (en) Bruce Jones, The complete Encyclopedia of Formula One, Colour Library Direct, , 647 p. (ISBN 1-84100-064-7)
  2. a b c d et e L'année automobile 1954-1955 - éditeur : Edita S.A., Lausanne
  3. a b et c Johnny Rives, Gérard Flocon et Christian Moity, La fabuleuse histoire de la formule 1, Éditions Nathan, , 707 p. (ISBN 2-09-286450-5)
  4. (en) Mike Lawrence, Grand Prix Cars 1945-65, Motor racing Publications, , 264 p. (ISBN 1-899870-39-3)
  5. Ferruccio Bernabò, Toute l'histoire Lancia, Editions E.P.A. Automobilia, , 72 p. (ISBN 2-85120-132-8)
  6. a et b Alan Henry, Ferrari : Les monoplaces de Grand Prix, Editions ACLA, , 319 p. (ISBN 2-86519-043-9)
  7. a b et c Gérard Crombac, 50 ans de formule 1 : Les années Fangio, Boulogne, Editions E-T-A-I, , 224 p. (ISBN 2-7268-8336-2)
  8. Christian Huet, Gordini Un sorcier une équipe, Editions Christian Huet, , 485 p. (ISBN 2-9500432-0-8)
  9. (en) Adriano Cimarosti, The complete History of Grand Prix Motor racing, Aurum Press Limited, , 504 p. (ISBN 1-85410-500-0)
  10. Chris Nixon, Mon Ami Mate, Éditions Rétroviseur, , 378 p. (ISBN 2-84078-000-3)
  11. a et b (en) Mike Lang, Grand Prix volume 1, Haynes Publishing Group, , 288 p. (ISBN 0-85429-276-4)
  12. Edmond Cohin, L'historique de la course automobile, Editions Larivière, , 882 p.
  13. a et b Revue Auto course n°6 Vol. IV, Auto Course Ltd, April 1955
  14. Revue L'Automobile n°96 - avril 1954


{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Grand Prix automobile d'Espagne 1954
Listen to this article