Grand Prix automobile d'Italie 1955 - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Grand Prix automobile d'Italie 1955.

Grand Prix automobile d'Italie 1955

Grand Prix d'Italie 1955
Données de course
Nombre de tours 50
Longueur du circuit 10 km
Distance de course 500 km
Conditions de course
Météo temps chaud et ensoleillé
Résultats
Vainqueur
Juan Manuel Fangio,
Mercedes-Benz,
h 25 min 4 s 4
(vitesse moyenne : 206,792 km/h)
Pole position
Juan Manuel Fangio,
Mercedes-Benz,
min 46 s 5
(vitesse moyenne : 216,216 km/h)
Record du tour en course
Stirling Moss,
Mercedes-Benz,
min 46 s 9
(vitesse moyenne : 215,698 km/h)

Le Grand Prix d'Italie 1955 (XXVI° Gran Premio d'Italia), disputé sur le circuit de Monza le , est la quarante-huitième épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la septième manche du championnat 1955.

Contexte avant le Grand Prix

Le championnat du monde

Depuis 1954, les épreuves retenues pour l'attribution du titre mondial des conducteurs se disputent suivant la réglementation 2,5 litres (moteur 2 500 cm3 atmosphérique ou 750 cm3 suralimenté, carburant libre) de la Formule 1, à l'exception des 500 Miles d'Indianapolis, courus selon l'ancienne formule internationale.

Amputé de quatre manches à cause de l'interdiction provisoire de la compétition automobile sur circuit dans plusieurs pays d'Europe après le dramatique accident des 24 Heures du Mans, le championnat est totalement dominé par l'équipe Mercedes, dont les monoplaces n'ont été battues qu'à deux reprises depuis son retour en compétition l'année précédente. Victorieux à trois reprises cette saison, Juan Manuel Fangio est déjà assuré de conserver son titre mondial, devant son coéquipier Stirling Moss, qui à l’occasion de son Grand Prix national a remporté sa première victoire en championnat. En début d'année, la Lancia et son premier pilote Alberto Ascari semblaient en mesure de contester la suprématie des machines allemandes, mais le champion italien s'est tué le lors d'essais privés à Monza, entraînant la retraite sportive de Lancia, qui le a cédé tout son matériel de compétition (dont six monoplaces de F1) à la Scuderia Ferrari[1].

Le circuit

Vue aérienne de l'autodrome de Monza.
Vue aérienne de l'autodrome de Monza.

Créée en 1922, la piste de Monza, située à vingt kilomètres au nord de Milan, est l'une des plus rapides d'Europe. Jusqu'en 1939, les Grands-Prix s'y couraient sur la combinaison du circuit routier et de l'anneau de vitesse. Endommagé pendant la guerre, le circuit fut reconstruit en 1948, donnant naissance au tracé routier de 6,3 kilomètres, l'anneau de vitesse étant alors abandonné.

Pour 1955, de gros travaux ont été entrepris : le circuit routier est raccourci de 550 mètres (les deux lignes droites parallèles sont réduites, raccordées par la nouvelle courbe 'Parabolique', remplaçant l'ancienne courbe sud), et l'anneau de vitesse a été entièrement reconstruit. Le Grand Prix se court désormais sur l'ensemble des deux pistes, la boucle de dix kilomètres combinant les 5,75 km du routier aux 4,25 km de l'anneau[2]. Sur un tour, les voitures passent deux fois devant les tribunes, la large ligne droite étant divisée en deux chaussées séparées par des cônes de caoutchouc[3].

Monoplaces en lice

  • Mercedes-Benz W196 "Usine"
Une Mercedes W196 carénée à châssis long.
Une Mercedes W196 carénée à châssis long.

Le constructeur allemand a engagé quatre W196, dans des configurations différentes, le nouveau circuit de Monza n'ayant encore jamais été expérimenté. Deux sont à carrosserie enveloppante, favorisant l'aérodynamisme : une classique à châssis long (empattement de 2350 mm) identique aux versions utilisées en 1954, et une version à empattement moyen (2210 mm) disposant d'une carrosserie encore plus profilée, avec possibilité d'essayer différents nez[4]. Les deux autres monoplaces sont à carrosserie ouverte, une à empattement long, l'autre à empattement moyen. Les premiers essais sont censés déterminer la configuration idéale, l'usine pouvant à tout moment expédier rapidement un autre châssis en cas de nécessité. Ces voitures disposent d'un moteur à huit cylindres en ligne alimenté par injection directe et à distribution desmodromique, d'une puissance de 290 chevaux à 8500 tr/min. La boîte de vitesses ZF est à cinq rapports, et les modèles présents en Italie disposent tous de quatre freins à tambour montés "inboard". Le poids à vide est de 690 kg pour les versions ouvertes, les versions carénées affichant une trentaine de kilos supplémentaires[5]. On retrouve ici la même équipe de pilotes qu'à Zandvoort, Juan Manuel Fangio étant épaulé par Stirling Moss, Karl Kling et Piero Taruffi.

  • Ferrari 555 "Usine"

Profitant de la vente de Lancia, au bord de la faillite, à un groupe d’industriels italiens, Enzo Ferrari a pu récupérer l'ensemble du matériel de compétition de la marque, dont six monoplaces de F1, qu'il va pouvoir désormais engager à son propre compte. Subventionnée par Fiat, la Scuderia Ferrari dispose donc d'un arsenal considérable et a amené sept voitures à Monza, dont quatre 555 Supersqualo . Elles sont confiées à Mike Hawthorn, Maurice Trintignant et Umberto Maglioli, le quatrième châssis étant en réserve. Pesant environ 625 kg, ces monoplaces sont équipées d'un moteur à quatre cylindres en ligne développant 250 chevaux à 7500 tr/min[6].

Une Lancia D50 lors d'une manifestation historique.
Une Lancia D50 lors d'une manifestation historique.
  • Lancia D50 (Scuderia Ferrari)

Ferrari engage trois des six Lancia D50 dont il dispose depuis fin juillet. Inchangées depuis le Grand Prix de Belgique, date de sa dernière apparition en course, la D50 dispose d'un moteur V8 développant 260 chevaux. Très compacte, elle se distingue par ses réservoirs latéraux entre les roues et pèse moins de 600 kg[7]. Les pneus Englebert, fournisseur officiel de la Scuderia Ferrari, ont remplacé les pneus Pirelli d'origine. Deux de ces voitures sont confiées à Eugenio Castellotti et Luigi Villoresi, ex-pilotes officiels Lancia, la troisième étant pilotée par Giuseppe Farina.

  • Maserati 250F "Usine"

L'usine a engagé six 250F, dont une nouvelle version carénée, avec réservoirs latéraux, confiée à Jean Behra. Les cinq autres sont attribuées à Roberto Mieres, Luigi Musso, Carlos Menditeguy, Peter Collins et Horace Gould. Ces voitures disposent d'un moteur six cylindres en ligne développant près de 270 chevaux à 7600 tr/min dans leur dernière évolution[3], pour un poids de l'ordre de 620 kg. L'Américain John Fitch dispose pour sa part de la 250F personnelle de Stirling Moss.

  • Gordini T16 & T32 "Usine"
La Gordini T32, à moteur huit cylindres.
La Gordini T32, à moteur huit cylindres.

En plus des deux anciennes T16 confiées à Hermano da Silva Ramos et Jacques Pollet, Amédée Gordini engage pour la première fois en course son nouveau modèle T32 à moteur huit cylindres en ligne. Cette voiture, qui a effectué ses premiers tours de roue en juillet à Monthléry aux mains de Fangio, est en phase de dégrossissage : elle pèse plus de 800 kg et son moteur ne délivre encore que 225 chevaux au banc, pour plus de 250 annoncés[8]. Robert Manzon en est le pilote pour cette course.

  • Vanwall VW55 "Usine"

Le doublé obtenu à Snetterton (hors championnat) par l'équipe Vanwall en juillet (victoire d'Harry Schell devant Ken Wharton[9]) a encouragé Tony Vandervell à engager deux voitures à Monza, aux mains des mêmes pilotes. Ces monoplaces sont équipées d'un moteur quatre cylindres à injection, développant 250 chevaux à 7000 tr/min, et pèsent 570 kg à vide[2].

  • Arzani-Volpini F1

Luigi Piotti est engagé à titre privé sur une ancienne Maserati Milano de 1950, modifiée par les petits constructeurs Arzani et Volpini et rebaptisée à leurs noms. La puissance de cette voiture, pesant environ 630 kg, est de l'ordre de 200 chevaux[6].

Coureurs inscrits

Liste des pilotes inscrits[10]
no  Pilote Écurie Constructeur Modèle Moteur Pneumatiques
2
Giuseppe Farina
Scuderia Ferrari Lancia Lancia D50 Lancia V8 E
4
Eugenio Castellotti
Scuderia Ferrari Lancia Lancia D50 Lancia V8 E
4*
Eugenio Castellotti
Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari L4 E
6
Mike Hawthorn
Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari L4 E
8
Maurice Trintignant
Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari L4 E
10
Luigi Villoresi
Scuderia Ferrari Lancia Lancia D50 Lancia V8 E
12
Umberto Maglioli
Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari L4 E
14
Piero Taruffi
Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 Mercedes-Benz L8 C
16
Stirling Moss
Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 (carénée) Mercedes-Benz L8 C
18
Juan Manuel Fangio
Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 (carénée) Mercedes-Benz L8 C
20
Karl Kling
Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 Mercedes-Benz L8 C
22
Hermano da Silva Ramos
Équipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
24
Robert Manzon
Jean Lucas
Équipe Gordini Gordini Gordini T32 Gordini L8 E
26
Jacques Pollet
Équipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
28
Roberto Mieres
Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
30
Luigi Musso
Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
32
Peter Collins
Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
34
Carlos Menditeguy
Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
36
Jean Behra
Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F (carénée) Maserati L6 P
38
Horace Gould
Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
40
John Fitch
Stirling Moss Maserati Maserati 250F Maserati L6 D
42
Harry Schell
Vandervell Products Vanwall Vanwall VW55 Vanwall L4 P
44
Ken Wharton
Vandervell Products Vanwall Vanwall VW55 Vanwall L4 P
46
Luigi Piotti
Privé Arzani-Volpini Arzani-Volpini F1 Maserati L4 P
  • Initialement inscrit sur la Lancia D50 n°4, Eugenio Castellotti utilisera une Ferrari 555 le jour de la course.
  • Directeur sportif de Gordini, Jean Lucas remplacera au pied levé Robert Manzon au volant de la Gordini T32 n°24.

Qualifications

Les essais ont lieu les jeudi, vendredi et samedi précédant la course. Seules les séances du vendredi et du samedi sont prises en compte pour les qualifications, la journée du jeudi se déroulant uniquement sur l'anneau de vitesse afin de permettre aux concurrents d'adapter les voitures à cette nouvelle portion très rapide, comportant deux virages relevés à 38 degrés[2]. La séance du jeudi a lieu entre neuf et onze heures. Les Mercedes et les Lancia se montrent nettement plus rapides que leurs concurrentes sur les 4,25 km de l'ovale, tournant à environ 250 km/h de moyenne. L'inquiétude est pourtant de mise pour ces deux constructeurs : chez Mercedes, la nouvelle carrosserie carénée montée sur la voiture à empattement moyen essayée par Karl Kling ne donne pas satisfaction, le refroidissement moteur étant mal assuré ; chez Lancia, Giuseppe Farina a effectué une sortie de route après un déchapage d'un pneu arrière. La piste se révèle très bosselée, nécessitant la modification des suspensions et de la garde au sol des monoplaces[11]. Les essais de la nouvelle Gordini, pilotée par Robert Manzon, se révèlent catastrophiques, la voiture se couchant excessivement dans les virages. Manzon n'effectue que quelques tours avant d'être stoppé par un bris de soupapes. Son meilleur temps est d'1 min 15 s (204 km/h de moyenne), alors que sur l'ancien modèle, nettement moins puissant, Hermano da Silva Ramos a tourné en 1 min 7 s[8] (228 km/h) !

Les premiers essais qualificatifs, sur le circuit de dix kilomètres, ont lieu le vendredi de 14 à 18 heures. Juan Manuel Fangio s'y montre le plus rapide sur sa Mercedes carénée, avec un meilleur tour en 2 min 46 s 5 (216,2 km/h), devançant son coéquipier Kling et la Lancia d'Eugenio Castellotti. Les trois différents museaux essayés sur la voiture carénée de Kling posent toujours des problèmes de refroidissement, et chez Mercedes on semble toujours hésitant sur le choix des versions. Stirling Moss n'a pas tourné, préférant attendre qu'une seconde voiture à carénage classique soit acheminée de Stuttgart[11] (sur le grand circuit, la version à carrosserie fermée se montre en moyenne une à deux secondes au tour plus rapide que la version à carrosserie ouverte[4]). Chez Maserati, la version profilée utilisée par Jean Behra se montre également plus rapide que les versions traditionnelles, tandis que les Ferrari Supersqualo déçoivent. L'équipe Gordini a encore vécu une journée difficile : après remplacement du moteur et montage d'amortisseurs plus durs sur la nouvelle 'huit cylindres', c'est le directeur sportif Jean Lucas qui en a pris le volant, bouclant son meilleur tour en 3 min 8 s (les anciens modèles ont tourné en moins de 3 minutes) avant qu'une nouvelle panne de soupapes ne survienne. Le moteur est réparé avant la fin de la séance, mais Manzon, très déçu par les performances de la voiture, refuse de tourner et quitte le circuit[8] !

Pour la dernière séance, le samedi, Moss a enfin reçu sa voiture, identique à celle de Fangio. Il réalise le meilleur temps de la journée, s'approchant à trois dixièmes de la performance réalisée par le champion argentin la veille, et s'assure ainsi la deuxième place sur la grille de départ, Kling complétant la première ligne, monopolisée par les Mercedes. Castellotti et Farina, tous deux sur Lancia, occupent la deuxième ligne. Toutefois, Farina ayant une nouvelle fois déchapé en fin de séance, il s'avère que les pneus Englebert s'usent trop rapidement aux vitesses atteintes par les Lancia D50 sur l'anneau de vitesse. La Scuderia Ferrari prend donc la décision de revenir aux pneus Pirelli, mieux adaptés, pour la course. Mais Englebert, en contrat avec Ferrari, s'élève contre cette décision, menaçant même d'un procès, entraînant le forfait des trois Lancia de Castellotti, Farina et Villoresi. Castellotti sera cependant autorisé à partir sur la Ferrari 555 de réserve, conservant sa position sur la grille de départ[1]. Remplaçant officiellement Manzon sur la nouvelle Gordini, Lucas ne réédite pas son temps (non crédité) de la veille : tournant en 3 min 15 s 9, il est le dernier qualifié, à près de trente secondes du temps de Fangio, et à seize des temps de ses coéquipiers sur les anciens modèles. Quant à Luigi Piotti, engagé sur une Arzani-Volpini, il n'a jamais été en mesure de boucler un seul tour lancé, sa voiture ne fonctionnant pas correctement[6].

Résultats des qualifications
Pos. no  Pilote Écurie Temps Écart
1 18
Juan Manuel Fangio
Mercedes-Benz 2 min 46 s 5
2 16
Stirling Moss
Mercedes-Benz 2 min 46 s 8 + 0 s 3
3 20
Karl Kling
Mercedes-Benz 2 min 48 s 3 + 1 s 8
4 4
Eugenio Castellotti
Lancia 2 min 49 s 6 + 3 s 1
5 2
Giuseppe Farina
Lancia 2 min 49 s 9 + 3 s 4
6 36
Jean Behra
Maserati 2 min 50 s 1 + 3 s 5
7 28
Roberto Mieres
Maserati 2 min 51 s 1 + 4 s 6
8 10
Luigi Villoresi
Lancia 2 min 51 s 6 + 5 s 1
9 14
Piero Taruffi
Mercedes-Benz 2 min 51 s 8 + 5 s 3
10 30
Luigi Musso
Maserati 2 min 52 s 1 + 5 s 6
11 32
Peter Collins
Maserati 2 min 55 s 3 + 8 s 8
12 12
Umberto Maglioli
Ferrari 2 min 55 s 4 + 8 s 6
13 42
Harry Schell
Vanwall 2 min 55 s 5 + 9 s 0
14 6
Mike Hawthorn
Ferrari 2 min 56 s 2 + 9 s 7
15 8
Maurice Trintignant
Ferrari 2 min 56 s 3 + 9 s 8
16 34
Carlos Menditeguy
Maserati 2 min 58 s 4 + 11 s 9
17 44
Ken Wharton
Vanwall 2 min 59 s 5 + 13 s 0
18 22
Hermano da Silva Ramos
Gordini 2 min 59 s 8 + 13 s 3
19 26
Jacques Pollet
Gordini 2 min 59 s 9 + 13 s 4
20 40
John Fitch
Maserati 3 min 03 s 1 + 16 s 6
21 38
Horace Gould
Maserati 3 min 05 s 2 + 18 s 7
22 24
Jean Lucas
Gordini 3 min 15 s 9 + 29 s 4

Grille de départ du Grand Prix

Bien que qualifié sur Lancia, Castellotti va prendre le départ au volant d'une Ferrari 555 Supersqualo.
Bien que qualifié sur Lancia, Castellotti va prendre le départ au volant d'une Ferrari 555 Supersqualo.
Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications[11]
1re ligne Pos. 3 Pos. 2 Pos. 1

Kling
Mercedes-Benz
2 min 48 s 3

Moss
Mercedes-Benz
2 min 46 s 8

Fangio
Mercedes-Benz
2 min 46 s 5
2e ligne Pos. 5 Pos. 4
Emplacement
vide

Castellotti
Ferrari
2 min 49 s 6
3e ligne Pos. 8 Pos. 7 Pos. 6
Emplacement
vide

Mieres
Maserati
2 min 51 s 1

Behra
Maserati
2 min 50 s 1
4e ligne Pos. 10 Pos. 9

Musso
Maserati
2 min 52 s 1

Taruffi
Mercedes-Benz
2 min 51 s 8
5e ligne Pos. 13 Pos. 12 Pos. 11

Schell
Vanwall
2 min 55 s 5

Maglioli
Ferrari
2 min 55 s 4

Collins
Maserati
2 min 55 s 3
6e ligne Pos. 15 Pos. 14

Trintignant
Ferrari
2 min 56 s 3

Hawthorn
Ferrari
2 min 56 s 2
7e ligne Pos. 18 Pos. 17 Pos. 16

Silva Ramos
Gordini
2 min 59 s 8

Wharton
Vanwall
2 min 59 s 5

Menditeguy
Maserati
2 min 58 s 4
8e ligne Pos. 20 Pos. 19

Fitch
Maserati
3 min 03 s 1

Pollet
Gordini
2 min 59 s 9
9e ligne Pos. 22 Pos. 21

Lucas
Gordini
3 min 15 s 9

Gould
Maserati
3 min 05 s 2
  • Une place en seconde ligne et une place en troisième ligne sont restées vacantes à la suite des retraits des Lancia de Giuseppe Farina et de Luigi Villoresi, en raison de pneus inadaptés à ces voitures l'anneau de vitesse. Pour la même raison, Eugenio Castellotti, qualifié en deuxième ligne sur Lancia, prend le départ sur le mulet de la Scuderia Ferrari.

Déroulement de la course

Il fait beau et chaud lorsque le départ est donné le dimanche, à 15 h 30[8]. Stirling Moss (Mercedes) est le plus prompt au baisser du drapeau, et prend immédiatement la tête devant ses coéquipiers Juan Manuel Fangio et Karl Kling. Au premier passage devant les tribunes, Moss mène toujours, abordant l'anneau de vitesse juste devant les trois autres Mercedes de Fangio, Taruffi et Kling. Sur cette portion extrêmement rapide, Fangio déborde Moss et conserve l'avantage à la fin du premier tour complet. Cinquième, Eugenio Castellotti (Ferrari) accuse déjà un léger retard sur les quatre voitures de tête, qui roulent groupées. Les boucles suivantes confirment la supériorité des monoplaces allemandes, qui roulent groupées et se détachent progressivement du reste du peloton. Au cinquième tour, Kling prend l'avantage sur Taruffi ; au huitième Moss déborde Fangio, mais le champion argentin récupère la tête de la course au suivant. Après dix tours, les quatre Mercedes sont toujours groupées, et comptent déjà près de vingt secondes d'avance sur Castellotti. Luigi Musso (Maserati), après un départ manqué l'ayant fait rétrograder en queue de peloton, a effectué une très belle remontée et occupe la sixième place.

Les passages suivants n’apportent pas de modification au classement, jusqu'au vingtième tour au cours duquel Moss, dans le sillage de Fangio, reçoit une pierre dans son pare-brise et doit s'arrêter au stand pour le faire remplacer, perdant de nombreuses places. Il entreprend alors de regagner le terrain perdu, adoptant un rythme de qualification : il effectue son vingt-et-unième tour à près de 216 km/h de moyenne, à seulement un dixième de second de son meilleur temps des essais ! Il prend bientôt la septième place à Mike Hawthorn (Ferrari), et revient la Maserati de Jean Behra, mais au vingt-huitième tour une casse moteur met un terme à sa prestation.

Derrière l'inamovible trio de tête, composé de Fangio, Kling et Castellotti, l'intérêt de la course s'est reporté sur la bataille pour la quatrième place entre Castellotti et Musso. Ce dernier a pris l'avantage au vingt-cinquième tour, mais n'a pu profiter longtemps de son avantage, retardé par des problèmes de boîte de vitesses. Après un premier arrêt au vingt-huitième tour, Musso va renoncer définitivement au trente-deuxième. Au même moment, Kling, toujours en seconde position dans les roues de Fangio, s'arrête à son stand et renonce, également pour un problème de boîte de vitesses. À ce moment, il ne reste plus que dix voitures en course. Fangio produit alors son effort, se détachant de son coéquipier Taruffi au rythme d'une seconde et demie au tour. À dix boucles de la fin, il a porté son avance à treize secondes. Castellotti, qui roule isolé en troisième position, compte près d'une minute de retard, loin devant Behra qui a ménagé sa voiture depuis le départ. La course va se terminer dans cet ordre. Fangio, qui a ralenti en fin d'épreuve pour permettre à Taruffi de revenir dans son sillage, emporte une nouvelle victoire, la quatrième de la saison. Castellotti complète le podium, tandis que Behra conserve de justesse sa quatrième place, passant la ligne au ralenti, son moteur dégageant un nuage de fumée à cause d'un piston cassé[12].

Classements intermédiaires

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, cinquième, dixième, vingtième, trentième et quarantième tours[13].

Classement de la course

Pos No Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 18
Juan Manuel Fangio
Mercedes-Benz 50 2 h 25 min 04 s 4 1 8
2 14
Piero Taruffi
Mercedes-Benz 50 2 h 25 min 05 s 1 (+ 0 s 7) 9 6
3 4
Eugenio Castellotti
Ferrari 50 2 h 25 min 50 s 6 (+ 46 s 2) 4 4
4 36
Jean Behra
Maserati 50 2 h 29 min 01 s 9 (+ 3 min 57 s 5) 6 3
5 34
Carlos Menditéguy
Maserati 49 2 h 26 min 34 s 9 (+ 1 tour) 16 2
6 12
Umberto Maglioli
Ferrari 49 2 h 27 min 32 s 5 (+ 1 tour) 12
7 28
Roberto Mieres
Maserati 48 2 h 27 min 14 s 9 (+ 2 tours) 7
8 8
Maurice Trintignant
Ferrari 47 2 h 25 min 50 s 1 (+ 3 tours) 15
9 40
John Fitch
Maserati 46 2 h 25 min 25 s 7 (+ 4 tours) 20
10 6
Mike Hawthorn
Ferrari 38 Boîte de vitesses 14
Abd. 20
Karl Kling
Mercedes-Benz 32 Boîte de vitesses 3
Abd. 30
Luigi Musso
Maserati 31 Boîte de vitesses 10
Abd. 38
Horace Gould
Maserati 31 Suspension 21
Abd. 16
Stirling Moss
Mercedes-Benz 27 Moteur 2 1
Abd. 26
Jacques Pollet
Gordini 26 Moteur 19
Abd. 22
Hermano da Silva Ramos
Gordini 23 Distribution d'essence 18
Abd. 32
Peter Collins
Maserati 22 Suspension 11
Abd. 42
Harry Schell
Vanwall 7 Suspension 13
Abd. 24
Jean Lucas
Gordini 7 Moteur 22
Abd. 44
Ken Wharton
Vanwall 0 Injection 17
Np. 2
Giuseppe Farina
Ferrari Pneumatique 5
Np. 10
Luigi Villoresi
Ferrari Pneumatique 8
Np. 24
Robert Manzon
Gordini décision personnelle (remplacé par Lucas)
Np. 46
Luigi Piotti
Arzani-Volpini (ex-Maserati) Moteur

Légende :

  • Abd.= Abandon - Np.= Non partant

Pole position et record du tour

Tours en tête

Classement final du championnat

  • attribution des points : 8, 6, 4, 3, 2 respectivement aux cinq premiers de chaque épreuve et 1 point supplémentaire pour le pilote ayant accompli le meilleur tour en course (signalé par un astérisque)
  • Le règlement permet aux pilotes de se relayer sur une même voiture, les points éventuellement acquis étant alors partagés. En Argentine, González, Farina et Trintignant marquent chacun deux points pour leur deuxième place, Farina, Trintignant et Maglioli marquent chacun un point un tiers pour leur troisième place, Herrmann, Kling et Moss marquent chacun un point pour leur quatrième place. Fait exceptionnel, Farina et Trintignant cumulent les points des deuxième et troisième places. À Monaco, Behra et Perdisa marquent chacun deux points pour leur troisième place. À Indianapolis, Bettenhausen et Russo marquent chacun trois points pour leur seconde place, Faulkner et Homeier chacun un point pour leur cinquième place. En Belgique, Mieres et Behra marquent chacun un point pour leur cinquième place.
  • Seuls les cinq meilleurs résultats sont comptabilisés. Juan Manuel Fangio doit donc décompter le point acquis à Monaco, totalisant quarante points effectifs pour quarante-et-un points marqués.
  • Sur onze épreuves qualificatives initialement prévues pour le championnat du monde 1955, sept seulement seront effectivement courues, les Grands Prix de France (programmé le ), d'Allemagne (programmé le ), de Suisse (programmé le ) et d'Espagne (programmé le ) ayant été annulés au lendemain de la catastrophe des 24 Heures du Mans[11].
La saison 1955 se conclut sur un troisième titre de Juan Manuel Fangio.
La saison 1955 se conclut sur un troisième titre de Juan Manuel Fangio.
Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points

ARG

MON

500

BEL

NL

GBR

ITA
1
Juan Manuel Fangio
Mercedes-Benz 40 (41) 9* (1*) - 9* 8 6 8
2
Stirling Moss
Mercedes-Benz 23 1 - - 6 6 9* 1*
3
Eugenio Castellotti
Lancia & Ferrari 12 - 6 - - 2 - 4
4
Maurice Trintignant
Ferrari 11,33 3,33 8 - - - - -
5
Giuseppe Farina
Ferrari 10,33 3,33 3 - 4 - - -
6
Piero Taruffi
Mercedes-Benz 9 - - - - - 3 6
7
Bob Sweikert
Kurtis Kraft 8 - - 8 - - - -
8
Roberto Mieres
Maserati 7 2 - - 1 4* - -
9
Luigi Musso
Maserati 6 - - - - 4 2 -
Jean Behra
Maserati 6 - 2 - 1 - - 3
11
Karl Kling
Mercedes-Benz 5 1 - - - - 4 -
12
Jimmy Davies
Kurtis Kraft 4 - - 4 - - - -
13
Tony Bettenhausen
Kurtis Kraft 3 - - 3 - - - -
Paul Russo
Kurtis Kraft 3 - - 3 - - - -
Johnny Thomson
Kuzma 3 - - 3 - - - -
Paul Frère
Ferrari 3 - - - 3 - - -
17
José Froilán González
Ferrari 2 2 - - - - - -
Cesare Perdisa
Maserati 2 - 2 - - - - -
Luigi Villoresi
Lancia 2 - 2 - - - - -
Carlos Menditeguy
Maserati 2 - - - - - - 2
21
Umberto Maglioli
Ferrari 1,33 1,33 - - - - - -
22
Hans Herrmann
Mercedes-Benz 1 1 - - - - - -
Walt Faulkner
Kurtis Kraft 1 - - 1 - - - -
Bill Homeier
Kurtis Kraft 1 - - 1 - - - -
Bill Vukovich
Kurtis Kraft 1 - - 1* - - - -

À noter

  • 17e victoire en championnat du monde pour Juan Manuel Fangio.
  • 9e victoire en championnat du monde pour Mercedes en tant que constructeur.
  • 9e victoire en championnat du monde pour Mercedes en tant que motoriste.
  • 1ers points en championnat du monde pour Carlos Menditéguy.
  • 1re participation en championnat du monde pour Luigi Piotti (forfait pour la course).
  • 1er et unique Grand Prix de championnat du monde pour Jean Lucas.
  • Dernière participation en championnat du monde, aux essais, pour Giuseppe Farina, forfait pour la course.
  • 17e et dernier Grand Prix de championnat du monde pour Roberto Mieres.
  • 15e et dernier Grand Prix de championnat du monde pour Ken Wharton.
  • 11e et dernier Grand Prix de championnat du monde pour Karl Kling.
  • 5e et dernier Grand Prix de championnat du monde pour Jacques Pollet.
  • 2e et dernier Grand Prix de championnat du monde pour John Fitch.

Notes et références

  1. a et b Alan Henry, Ferrari : Les monoplaces de Grand Prix, Editions ACLA, , 319 p. (ISBN 2-86519-043-9)
  2. a b et c (en) Adriano Cimarosti, The complete History of Grand Prix Motor racing, Aurum Press Limited, , 504 p. (ISBN 1-85410-500-0)
  3. a et b L'année automobile 1955-1956 - éditeur : Edita S.A., Lausanne
  4. a et b Christian Moity et Serge Bellu, « La galerie des championnes : Mercedes-Benz W196 R », Revue L'Automobile, no 404,‎
  5. Pierre Dieudonné, « Essai rétro : Mercedes-Benz W196 », Revue Auto hebdo, no 321,‎
  6. a b et c (en) Mike Lawrence, Grand Prix Cars 1945-65, Motor racing Publications, , 264 p. (ISBN 1-899870-39-3)
  7. Jean-Paul Delsaux, Francorchamps 1948-1960, Editeur Jean-Paul Delsaux, , 280 p.
  8. a b c et d Christian Huet, Gordini Un sorcier une équipe, Editions Christian Huet, , 485 p. (ISBN 2-9500432-0-8)
  9. Revue Inter Auto Sport n°418 - 18 août 1955
  10. (en) Bruce Jones, The complete Encyclopedia of Formula One, Colour Library Direct, , 647 p. (ISBN 1-84100-064-7)
  11. a b c d et e (en) Mike Lang, Grand Prix volume 1, Haynes Publishing Group, , 288 p. (ISBN 0-85429-276-4)
  12. Revue L'Automobile n° 114 - octobre 1955
  13. Edmond Cohin, L'historique de la course automobile, Editions Larivière, , 882 p.


{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Grand Prix automobile d'Italie 1955
Listen to this article