Grand Prix automobile de France 1993 - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Grand Prix automobile de France 1993.

Grand Prix automobile de France 1993

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grand Prix de France 1993
Données de course
Nombre de tours 72
Longueur du circuit 4,250 km
Distance de course 306,000 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur
Alain Prost,
Williams-Renault,
h 38 min 35 s 241
(vitesse moyenne : 186,231 km/h)
Pole position
Damon Hill,
Williams-Renault,
min 14 s 382
(vitesse moyenne : 205,695 km/h)
Record du tour en course
Michael Schumacher,
Benetton-Ford,
min 19 s 256 au 47e tour
(vitesse moyenne : 193,045 km/h)

Résultats du Grand Prix automobile de France de Formule 1 1993 qui a eu lieu sur le circuit de Magny-Cours le 4 juillet.

Annulation du Grand Prix puis retour au calendrier

En juillet 1992, quelques jours avant le Grand Prix de France, le tribunal de grande instance de Quimper, saisi en référé par le Comité national contre le tabagisme (CNCT), enjoint à la chaîne de télévision TF1 d'éviter la diffusion d'images des marques de cigarette lors des Grands Prix de Formule 1, sous peine d'une astreinte de 10 000 francs par plan séquence illégalement diffusé[1]. La plainte s'appuie sur la loi Veil du 9 juillet 1976 qui interdit la propagande ou la publicité en faveur du tabac et de ses produits à la télévision.

TF1 diffuse le Grand Prix de France 1992 sans tenir compte de la Loi Veil car l'amendement Neuwirth prévoit des dérogations pour certaines manifestations sportives comme les Grands Prix de Formule 1[2].

Après une nouvelle plainte du CNCT, le tribunal de grande instance de Quimper condamne, le 22 octobre 1992, Williams à produire, sous astreinte d'un million de francs par jour, la convention de parrainage la liant au cigarettier Camel et aux sociétés Renault SA et Renault Sport, dans l'espoir que l'écurie anglaise renonce à arborer, le 8 novembre, les couleurs de son commanditaire au Grand Prix d'Australie[3],[4].

Frank Williams, propriétaire de l'écurie Williams, ne s'estimant pas concerné par la législation sur le tabac en France, passe outre la condamnation et alerte la Fédération internationale du sport automobile[4].

La McLaren de la saison 1993 affichant son sponsor lié au tabac.
La McLaren de la saison 1993 affichant son sponsor lié au tabac.
La McLaren de la saison 1993 sans son sponsor lié au tabac.
La McLaren de la saison 1993 sans son sponsor lié au tabac.

Mais cette décision de justice entraîne un risque quant à l'organisation du Grand Prix de France 1993, prévu à la date du 4 juillet : si le tribunal de Quimper fait appliquer son jugement à la demande du CNCT, le matériel de l'écurie Williams pourrait être saisi dès qu'il arrivera sur le sol français. Max Mosley, le président de la FISA écrit alors une lettre à Jean-Marie Balestre, président de la Fédération française du sport automobile : « C'est une situation que personne ne peut accepter. En conséquence, la FFSA doit, dès maintenant, donner à la FISA la garantie formelle qu'aucune voiture ou qu'aucun matériel ne fera l'objet d'une saisie judiciaire ou ne sera retenu sur le territoire français. Faute de cette garantie, le Grand Prix de France ne pourra être maintenu au calendrier du championnat du monde[4] »

Malgré cette mise au point, le 8 décembre 1992, le président de la FFSA répond à la FISA qu'il n'est pas en mesure d'apporter les garanties réclamées pour l'organisation du Grand Prix de France à Magny-Cours[5]. Le 10 décembre 1992, le Conseil mondial de la Fédération internationale du sport automobile annonce le retrait du Grand Prix de France du championnat du monde de Formule 1 1993[6].

Pour remédier à cette annulation, la loi Evin subit un premier amendement : les chaînes de télévisions françaises sont autorisées à retransmettre les Grands Prix étrangers même en cas d'apparition de publicités pour le tabac[7],[8],[9]. De plus, le 4 février 1993, des garanties sont apportées par la FFSA concernant les amendements votés par le Parlement français, l'abandon par le CNCT des poursuites engagées en justice et la mise en place d'une commission chargée de répartir 450 millions de francs de crédits gouvernementaux destinés à compenser les budgets alloués par les cigarettiers[10]. Cela incite le président de la FFSA à réclamer une procédure accélérée de rétablissement du Grand Prix de France au calendrier de la Formule 1[11].

Le Conseil mondial de l'automobile se prononce, le jeudi 25 février, pour le rétablissement du Grand Prix de France dans le championnat du monde de Formule 1[10].

La décision est officialisée le 1er avril 1993. Philippe Gurdjian, l'organisateur du Grand Prix de France, déclare dans une interview accordée au journal Libération en 1997 : « Au début, j'ai cru à une farce. Nous avons tout organisé sur trois mois[12]. »

Les écuries se présentent finalement sans aucun sponsor de l'industrie du tabac au Grand Prix de France 1993 : ainsi, Williams remplace sur sa monoplace le logo de Camel par le logo de son écurie[13] et McLaren fait de même avec Marlboro.

Débuts de Jean Todt chez Ferrari

Le 11 mai 1993, Jean Todt est recruté par la Scuderia Ferrari au poste de directeur général[14]. Il est le premier étranger à occuper ce poste et il prendra ses fonctions le 1er juillet 1993, à quelques jours du Grand Prix de France. Jean Todt est en effet sous contrat avec Peugeot Sport jusqu'au 30 juin, dont il est le directeur sportif depuis 1982[15]. Sous sa direction, Peugeot remporte le championnat du monde des rallyes en 1985 et 1986, le Paris-Dakar de 1987 à 1990, la course de cotes de Pikes Peak en 1988 et 1989 et les 24 Heures du Mans en 1992 et 1993. Cette dernière victoire est d'autant plus significative puisqu'elle se déroule quelques jours avant le départ de Jean Todt pour Ferrari (l'épreuve mancelle a lieu les 19 et 20 juin) et que Peugeot signe un triplé retentissant[16].

La décision de Jean Todt de quitter Peugeot est liée au fait que la marque se retire de l'endurance à la fin de l'année 1993 mais ne souhaite pas s'engager en Formule 1[17],[18], alors que Todt veut poursuivre sa carrière dans cette discipline : « A quarante-sept ans, après douze années exceptionnelles passées chez Peugeot, mon choix était de poursuivre mes activités en Formule 1. Peugeot ayant renoncé, j'ai décidé après une longue réflexion de présenter ma démission dans les jours qui ont suivi cette annonce. A cette époque, je n'avais pas eu le moindre contact avec Ferrari »[14].

Ironie du sort, quelques mois après le départ de Jean Todt, Peugeot annonce son arrivée en F1 pour la saison 1994 en tant que motoriste de McLaren[19],[20],[21],[22],[23].

Engagés

Sur les quatorze écuries inscrites au championnat du monde 1993, treize sont présentes au Grand Prix de France. L'écurie March-Ilmor a déclaré forfait à l'occasion du premier Grand Prix de la saison, en Afrique du Sud[24],[25].

Écurie Numéro Pilotes Châssis Moteur Pneus
Canon Williams Team
0
Damon Hill
Williams FW15C Renault RS5 3.5 V10 G
2
Alain Prost
Tyrrell Racing Organisation
3
Ukyo Katayama
Tyrrell 020C Yamaha OX10A 3.5 V10 G
4
Andrea De Cesaris
Camel Benetton Ford
5
Michael Schumacher
Benetton B193B Ford Cosworth HB 3.5 V8 G
6
Riccardo Patrese
Marlboro McLaren
7
Michael Andretti
McLaren MP4/8 G
8
Ayrton Senna
Footwork Mugen Honda
9
Derek Warwick
Footwork FA14 Mugen-Honda MF-351HB 3.5 V10 G
10
Aguri Suzuki
Team Lotus
11
Alessandro Zanardi
Lotus 107B Ford Cosworth HB 3.5 V8 G
12
Johnny Herbert
Sasol Jordan
14
Rubens Barrichello
Jordan 193 Hart 1035 3.5 V10 G
15
Thierry Boutsen
Larrousse F1
19
Philippe Alliot
Larrousse LH93 Lamborghini 3512 3.5 V12 G
20
Érik Comas
Lola BMS Scuderia Italia
21
Michele Alboreto
Lola T93/30 Ferrari 040 3.5 V12 G
22
Luca Badoer
Minardi F1 Team
23
Christian Fittipaldi
Minardi M193 Ford Cosworth HB 3.5 V8 G
24
Fabrizio Barbazza
Ligier Gitanes Blondes
25
Martin Brundle
Ligier JS39 Renault RS5 3.5 V10 G
26
Mark Blundell
Scuderia Ferrari
27
Jean Alesi
Ferrari F93A Ferrari 041 3.5 V12 G
28
Gerhard Berger
Sauber
29
Karl Wendlinger
Sauber C12 Sauber 2175 3.5 V10 G
30
Jyrki Järvilehto

Résultats des qualifications

La première séance se déroule le vendredi après-midi de 13h00 à 13h45 et elle est limitée à douze tours complets maximum par pilote. Damon Hill réalise le meilleur temps devant Alain Prost, Michael Schumacher, Ayrton Senna et Jean Alesi. Michele Alboreto se montre le plus lent et occupe la place de non qualifié[26].

La deuxième séance a lieu le samedi après-midi de 13h00 à 13h45 et elle est limitée à douze tours complets maximum par pilote. Tous les pilotes améliorent leur meilleure marque sauf Michael Schumacher, Aguri Suzuki et Johnny Herbert. Damon Hill réalise la pole position devant son coéquipier Alain Prost[27].

C'est la première pole position de la carrière de Damon Hill et il empêche Alain Prost, auteur des sept premières poles de la saison d'en signer une huitième consécutive, ce qui lui aurait permis d'égaler le record d'Ayrton Senna, réalisé du Grand Prix d'Espagne 1988 au Grand Prix des États-Unis 1989[28],[29],[30],[31].

Derrière les deux Williams-Renault, on trouve les deux pilotes britanniques de l'écurie française Ligier-Renault : Martin Brundle et Mark Blundell. Il y a ainsi quatre moteurs Renault aux quatre premières places sur la grille de départ. La bonne réussite du camp tricolore à domicile est renforcée par la sixième place de Jean Alesi et la présence dans le Top 10 des deux pilotes français de l'écurie française Larrousse : Érik Comas et Philippe Alliot.

Comme lors de la première séance, Michele Alboreto réalise le moins bon temps et hérite de la vingt-sixième place, synonyme de non-qualification pour la course.

Pos. Pilote Écurie Première séance Deuxième séance Grille
Temps Vitesse moyenne Tours Temps Vitesse moyenne Tours
01
Damon Hill
Williams-Renault
min 15 s 051 203,861 km/h 12 min 14 s 382 205,695 km/h 12 01
02
Alain Prost
Williams-Renault
min 15 s 725 202,047 km/h 12 min 14 s 524 205,303 km/h 12 02
03
Martin Brundle
Ligier-Renault
min 16 s 847 199,097 km/h 11 min 16 s 169 200,869 km/h 11 03
04
Mark Blundell
Ligier-Renault
min 16 s 834 199,131 km/h 12 min 16 s 203 200,779 km/h 11 04
05
Ayrton Senna
McLaren-Ford
min 16 s 782 199,265 km/h 12 min 16 s 264 200,619 km/h 12 05
06
Jean Alesi
Ferrari
min 16 s 825 199,154 km/h 12 min 16 s 662 199,577 km/h 12 06
07
Michael Schumacher
Benetton-Ford
min 16 s 720 199,426 km/h 11 min 16 s 745 199,362 km/h 11 07
08
Rubens Barrichello
Jordan-Hart
min 17 s 347 197,810 km/h 12 min 17 s 168 198,269 km/h 12 08
09
Érik Comas
Larrousse-Lamborghini
min 18 s 180 195,702 km/h 12 min 17 s 170 198,264 km/h 12 09
10
Philippe Alliot
Larrousse-Lamborghini
min 18 s 230 195,577 km/h 11 min 17 s 190 198,212 km/h 9 10
11
Karl Wendlinger
Sauber-Ilmor
min 17 s 650 197,038 km/h 11 min 17 s 315 197,892 km/h 11 11
12
Riccardo Patrese
Benetton-Ford
min 17 s 675 196,975 km/h 12 min 17 s 362 197,772 km/h 12 12
13
Aguri Suzuki
Footwork-Mugen-Honda
min 17 s 441 197,570 km/h 12 min 17 s 518 197,374 km/h 12 13
14
Gerhard Berger
Ferrari
min 18 s 741 194,308 km/h 12 min 17 s 456 197,532 km/h 12 14
15
Derek Warwick
Footwork-Mugen-Honda
min 19 s 180 193,231 km/h 12 min 17 s 598 197,170 km/h 12 15
16
Michael Andretti
McLaren-Ford
min 18 s 585 194,694 km/h 12 min 17 s 659 197,015 km/h 12 16
17
Alessandro Zanardi
Lotus-Ford
min 18 s 331 195,325 km/h 10 min 17 s 706 196,896 km/h 11 17
18
Jyrki Järvilehto
Sauber-Ilmor
min 19 s 252 193,055 km/h 12 min 17 s 812 196,628 km/h 11 18
19
Johnny Herbert
Lotus-Ford
min 17 s 862 196,502 km/h 12 min 18 s 104 195,893 km/h 12 19
20
Thierry Boutsen
Jordan-Hart
min 18 s 685 194,446 km/h 12 min 17 s 997 196,161 km/h 12 20
21
Ukyo Katayama
Tyrrell-Yamaha
min 20 s 553 189,937 km/h 12 min 19 s 143 193,321 km/h 11 21
22
Luca Badoer
Lola BMS Scuderia Italia-Ferrari
min 21 s 931 186,743 km/h 12 min 19 s 493 192,470 km/h 11 22
23
Christian Fittipaldi
Minardi-Ford
min 19 s 968 191,327 km/h 12 min 19 s 519 192,407 km/h 6 23
24
Fabrizio Barbazza
Minardi-Ford
min 21 s 113 188,626 km/h 2 min 19 s 691 191,992 km/h 12 24
25
Andrea De Cesaris
Tyrrell-Yamaha
min 21 s 024 188,883 km/h 12 min 19 s 856 191,595 km/h 12 25
Place non qualificative
26
Michele Alboreto
Lola BMS Scuderia Italia-Ferrari
min 22 s 106 186,344 km/h 12 min 20 s 130 190,940 km/h 9 Nq

Course

Déroulement de la course

Damon Hill vire en tête au premier virage devant Alain Prost. Prost s'empare de la tête de la course au vingt-septième tour, grâce à un meilleur arrêt aux stands lors des changements de pneus. En fin de course, l'écurie Williams fige les positions de ses pilotes, afin d'assurer son premier doublé de la saison, comme le reconnaît Alain Prost après l'arrivée : « Nous avons maintenu nos positions dans les derniers tours. Ce ne sont pas des instructions, mais une stratégie normale de course pour une écurie en passe de réussir un doublé[32]. »

La troisième place revient à Michael Schumacher qui a doublé Ayrton Senna à huit tours de l'arrivée.

Classement de la course

Pos. No  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 2
Alain Prost
Williams-Renault 72 1 h 38 min 35 s 241
(186,231 km/h)
2 10
2 0
Damon Hill
Williams-Renault 72 + 0 s 342 1 6
3 5
Michael Schumacher
Benetton-Ford 72 + 21 s 209 7 4
4 8
Ayrton Senna
McLaren-Ford 72 + 32 s 405 5 3
5 25
Martin Brundle
Ligier-Renault 72 + 33 s 795 3 2
6 7
Michael Andretti
McLaren-Ford 71 + 1 tour 16 1
7 14
Rubens Barrichello
Jordan-Hart 71 + 1 tour 8
8 23
Christian Fittipaldi
Minardi-Ford 71 + 1 tour 23
9 19
Philippe Alliot
Larrousse-Lamborghini 70 + 2 tours 10
10 6
Riccardo Patrese
Benetton-Ford 70 + 2 tours 12
11 25
Thierry Boutsen
Jordan-Hart 70 + 2 tours 20
12 10
Aguri Suzuki
Footwork-Mugen-Honda 70 + 2 tours 13
13 9
Derek Warwick
Footwork-Mugen-Honda 70 + 2 tours 15
14 28
Gerhard Berger
Ferrari 70 + 2 tours 14
15 4
Andrea De Cesaris
Tyrrell-Yamaha 68 + 4 tours 25
16 20
Érik Comas
Larrousse-Lamborghini 66 Boîte de vitesses 9
Abd. 27
Jean Alesi
Ferrari 47 Moteur 6
Abd. 22
Luca Badoer
BMS Lola-Ferrari 28 Suspension 22
Abd. 29
Karl Wendlinger
Sauber-Ilmor 25 Boîte de vitesses 11
Abd. 30
Jyrki Järvilehto
Sauber-Ilmor 22 Boîte de vitesses 18
Abd. 26
Mark Blundell
Ligier-Renault 20 Sortie de piste 4
Abd. 12
Johnny Herbert
Lotus-Ford 16 Sortie de piste 19
Abd. 24
Fabrizio Barbazza
Minardi-Ford 16 Boîte de vitesses 24
Abd. 3
Ukyo Katayama
Tyrrell-Yamaha 12 Fuite d'huile 21
Abd. 11
Alessandro Zanardi
Lotus-Ford 9 Suspension 17

Pole position et record du tour

  • Pole position : Damon Hill en 1 min 14 s 382 (vitesse moyenne : 205,695 km/h).
  • Meilleur tour en course : Michael Schumacher en 1 min 19 s 256 au 47e tour (vitesse moyenne : 193,045 km/h).

Tours en tête

Statistiques

Notes et références

  1. TF 1 ET LA DIFFUSION DU GRAND PRIX DE FRANCE DE FORMULE 1. Le tabac mis hors course, www.lemonde.fr
  2. AUTOMOBILISME : le Grand Prix de France. Coup de tabac, www.lemonde.fr, 7 juillet 1992.
  3. Les sociétés Williams et Renault sommées par un tribunal de produire leur convention de parrainage, www.lemonde.fr, 25 octobre 1992.
  4. a b et c « AUTOMOBILISME : formule 1 et lutte contre le tabagisme. Menaces sur le Grand Prix de France », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 janvier 2021).
  5. Le sport automobile et les réglementations sur le tabagisme. Le Grand Prix de France de formule 1 est retiré du calendrier, www.lemonde.fr, 12 décembre 1992.
  6. Magny-Cours orphelin du grand prix de France de Formule 1, www.lesechos.fr, 11 décembre 1992.
  7. Au Sénat M. Charasse dépose un amendement autorisant la publicité pour le tabac lors du Grand Prix de France automobile, www.lemonde.fr, 13 décembre 1992.
  8. TABAC-F1: UNE POLÉMIQUE FUMEUSE, www.humanite.fr, 15 décembre 1992.
  9. Le bon coup de Balestre, www.lexpress.fr, 25 mars 1993.
  10. a et b SPORTS Une décision du Conseil mondial de l'automobile. Le Grand Prix de France de formule 1 rétabli au calendrier, www.lemonde.fr, 27 février 1993.
  11. AUTOMOBILISME Feu vert pour le Grand Prix de France, www.lemonde.fr, 6 février 1993.
  12. Magny-Cours, bonjour l'angoisse. Le circuit organise le GP de France depuis 1991, et jamais dans la sérénité., www.liberation.fr, 27 juin 1997.
  13. Livrées - Quand les écuries de F1 nous enfumaient !, www.motorsport.com, 31 décembre 2016.
  14. a et b Jean Todt quitte Peugeot pour rejoindre Ferrari, www.humanite.fr, 12 mai 1993.
  15. AUTOMOBILISME : Jean Todt quitte Peugeot pour Ferrari., www.lemonde.fr, 12 mai 1993.
  16. Peugeot au Mans : 1993, le triplé avant le retrait !, www.endurancemag.fr, 2 mai 2018.
  17. Peugeot en F1: l'heure du choix, www.humanite.fr, 7 avril 1993.
  18. AUTOMOBILISME : Peugeot renonce à la formule 1 en 1994, www.lemonde.fr, 9 avril 1993.
  19. Peugeot réétudie la possibilité de se lancer dans la Formule 1, www.lesechos.fr, 1er juillet 1993.
  20. Formule 1 : Peugeot entre dans la course, www.lesechos.fr, 16 septembre 1993.
  21. Peugeot sur la piste McLaren..., www.lesoir.be, 8 octobre 1993.
  22. Peugeot motorisera les McLaren, www.lemonde.fr, 10 octobre 1993.
  23. "Peugeot : La Formule 1 avec McLaren", in "50 ans de Formule 1", tome 2 (1979-1999), page 373, éditions L'Équipe, novembre 1999, (ISBN 2-7021-3009-7)
  24. Afrique du Sud 1993, www.statsf1.com
  25. (en) Unraced projects of the 1993 season, www.unracedf1.com
  26. (en) Rhone Poulenc French Grand Prix - QUALIFYING 1, www.formula1.com
  27. (en) Rhone Poulenc French Grand Prix - QUALIFYING 2, www.formula1.com
  28. Statistiques Pilotes - Pole positions Consécutivement, www.statsf1.com
  29. (en) Magny Cours 1993. – First pole for Hill, 100th podium for Prost, maxf1.net, 4 juillet 2017.
  30. (en) 1993 French Grand Prix, www.database.motorsportmagazine.com
  31. (en) Murray Walker, "Murray Walker’s 1993 Grand Prix Year", Hazleton Publishing, 10 décembre 1993, page 70. (ISBN 1874557306)
  32. AUTOMOBILISME : la victoire d'Alain Prost dans le Grand Prix de France de formule 1. Une épée de Damoclès sur les Williams-Renault, www.lemonde.fr, 6 juillet 1993.


{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Grand Prix automobile de France 1993
Listen to this article