Grand Prix automobile du Japon 2009 - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Grand Prix automobile du Japon 2009.

Grand Prix automobile du Japon 2009

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti de la pole position, Sebastian Vettel mène tout le Grand Prix pour décrocher la quatrième victoire de sa carrière
Parti de la pole position, Sebastian Vettel mène tout le Grand Prix pour décrocher la quatrième victoire de sa carrière

Le Grand Prix du Japon 2009, disputé sur le Circuit de Suzuka le 4 octobre 2009, est la 818e course du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la quinzième manche du championnat 2009.

Déroulement de la course

Essais libres

Vendredi matin

Le jeune pilote Kamui Kobayashi a remplacé Timo Glock, malade, lors des essais du vendredi
Le jeune pilote Kamui Kobayashi a remplacé Timo Glock, malade, lors des essais du vendredi
Pos Pilote Voiture Chrono Écart
1
Heikki Kovalainen
McLaren-Mercedes 1 min 40 s 356
2
Kazuki Nakajima
Williams-Toyota 1 min 40 s 648 0 s 292
3
Adrian Sutil
Force India-Mercedes 1 min 40 s 806 0 s 450
4
Giancarlo Fisichella
Ferrari 1 min 40 s 985 0 s 629
5
Sébastien Buemi
Toro Rosso-Ferrari 1 min 41 s 421 1 s 065
6
Lewis Hamilton
McLaren-Mercedes 1 min 41 s 443 1 s 087

Vendredi après-midi

Adrian Sutil réalise le meilleur temps des essais libres du vendredi après-midi
Adrian Sutil réalise le meilleur temps des essais libres du vendredi après-midi
Pos Pilote Voiture Chrono Écart
1
Adrian Sutil
Force India-Mercedes 1 min 47 s 261
2
Sebastian Vettel
Red Bull-Renault 1 min 47 s 923 0 s 662
3
Vitantonio Liuzzi
Force India-Mercedes 1 min 47 s 931 0 s 670
4
Lewis Hamilton
McLaren-Mercedes 1 min 47 s 983 0 s 722
5
Kazuki Nakajima
Williams-Toyota 1 min 48 s 058 0 s 797
6
Sébastien Buemi
Toro Rosso-Ferrari 1 min 48 s 691 1 s 430

Samedi matin

Jarno Trulli réalise le meilleur temps des essais libres du samedi matin
Jarno Trulli réalise le meilleur temps des essais libres du samedi matin
Pos Pilote Voiture Chrono Écart
1
Jarno Trulli
Toyota 1 min 31 s 709
2
Sébastien Buemi
Toro Rosso-Ferrari 1 min 31 s 771 0 s 062
3
Nico Rosberg
Williams-Toyota 1 min 32 s 343 0 s 634
4
Sebastian Vettel
Red Bull-Renault 1 min 32 s 414 0 s 705
5
Kimi Räikkönen
Ferrari 1 min 32 s 445 0 s 736
6
Rubens Barrichello
Brawn-Mercedes 1 min 32 s 467 0 s 758

Grille de départ

Résultats des qualifications[1]
Pos Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3 Poids des
monoplaces
1
Sebastian Vettel
Red Bull-Renault 1 min 30 s 883 1 min 30 s 341 1 min 32 s 160 658,5 kg
2
Jarno Trulli
Toyota 1 min 31 s 063 1 min 30 s 737 1 min 32 s 220 655,5 kg
3
Lewis HamiltonSREC
McLaren-Mercedes 1 min 30 s 917 1 min 30 s 627 1 min 32 s 395 656,0 kg
4
Adrian Sutil
Force India-Mercedes 1 min 31 s 386 1 min 31 s 222 1 min 32 s 466 650,0 kg
5
Rubens Barrichello
Brawn-Mercedes 1 min 31 s 288 1 min 31 s 052 1 min 32 s 980 660,5 kg
6
Nick Heidfeld
BMW Sauber 1 min 31 s 501 1 min 31 s 055 1 min 32 s 660 660,5 kg
7
Jenson Button
Brawn-Mercedes 1 min 31 s 041 1 min 30 s 880 1 min 32 s 962 658,5 kg
8
Kimi RäikkönenSREC
Ferrari 1 min 31 s 228 1 min 31 s 052 1 min 32 s 980 661,0 kg
9
Heikki KovalainenSREC
McLaren-Mercedes 1 min 31 s 499 1 min 31 s 223 Pas de temps 675,0 kg
10
Sebastien Buemi
Toro Rosso-Ferrari 1 min 31 s 196 1 min 31 s 103 Pas de temps 665,4 kg
11
Nico Rosberg
Williams-Toyota 1 min 31 s 286 1 min 31 s 482 684,5 kg
12
Fernando Alonso
Renault 1 min 31 s 401 1 min 31 s 638 689,5 kg
13
Robert Kubica
BMW Sauber 1 min 31 s 417 1 min 32 s 341 686,0 kg
14
Timo Glock
Toyota 1 min 31 s 550 Pas de temps Inconnu
15
Jaime Alguersuari
Toro Rosso-Ferrari 1 min 31 s 571 Pas de temps 682,5 kg
16
Giancarlo FisichellaSREC
Ferrari 1 min 31 s 704 661,5 kg
17
Kazuki Nakajima
Williams-Toyota 1 min 31 s 718 695,7 kg
18
Romain Grosjean
Renault 1 min 32 s 073 691,8 kg
19
Vitantonio Liuzzi
Force India-Mercedes 1 min 32 s 087 682,5 kg
Np.
Mark Webber
Red Bull-Renault Inconnu
  • Les pilotes prenant part aux essais avec le SREC sont signalés par la mention SREC.
  • Les pénalités données par la FIA sont infligées chronologiquement : le premier pilote sanctionné perd cinq places et une nouvelle grille est établie. Le second pilote sanctionné perd aussi cinq places, une nouvelle grille est calculée et ainsi de suite.
  • Mark Webber est sorti de la piste lors de la troisième séance d'essais libres. Cette sortie de piste a gravement endommagé le fond plat de sa monoplace, ce qui l'a empêché de participer aux qualifications et conduit son écurie à changer son châssis : il s'élancera depuis la depuis la voie des stands[2].
  • Adrian Sutil (4e temps des qualifications), Fernando Alonso (12e temps des qualifications), Rubens Barrichello (5e temps des qualifications) et Jenson Button (7e temps des qualifications) sont pénalisés d'un recul de cinq places chacun pour n'avoir pas ralenti suffisamment sous drapeau jaune lors de l'accident de Buemi lors de la Q3. À la suite des nombreuses pénalités, Sutil s'élance de la 8e place, Barrichello de la 6e place, Button de la 10e place et Alonso de la 16e place[2].
  • Sébastien Buemi, auteur du dixième temps des qualifications est sanctionné d'un recul de cinq places sur la grille de départ pour avoir gêner les autres voitures. À la suite des nombreuses pénalités, il s'élance de la treizième place[2].
  • Vitantonio Liuzzi, auteur du dix-neuvième temps des qualifications, est pénalisé d'un recul de cinq places après un changement de boîte de vitesses mais cette sanction ne change pas sa position sur la grille puisque Mark Webber s'élance des stands[2].
  • Heikki Kovalainen, auteur du neuvième temps des qualifications, est pénalisé d'un recul de cinq places après un changement de boîte de vitesses. À la suite des nombreuses pénalités, il s'élance de la onzième place de la grille[2].
  • Timo Glock, victime d'un accident lors de la Q2, doit déclarer forfait en raison d'une blessure la jambe. Toyota dépose une demande de remplacement dérogatoire auprès de la FIA pour le remplacer par leur troisième pilote Kamui Kobayashi. L'institution rejette la demande car le Japonais n'a pas piloté lors des essais libres le samedi, condition obligatoire pour qu'une telle demande soit accepté (il n'a pris le volant que le vendredi en raison de la maladie de Glock). Par conséquent il n'y aura que dix-neuf pilotes sur la grille de départ[3].
La grille de qualification du Grand Prix du Japon 2009.
La grille de départ du Grand Prix du Japon 2009.

Classement de la course

Pos Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1
Sebastian Vettel
Red Bull-Renault 53 1 h 28 min 20 s 443 (208,900 km/h) 1 10
2
Jarno Trulli
Toyota 53 + 4 s 877 2 8
3
Lewis Hamilton
SREC
McLaren-Mercedes 53 + 6 s 472 3 6
4
Kimi Räikkönen
SREC
Ferrari 53 + 7 s 940 5 5
5
Nico Rosberg
Williams-Toyota 53 + 8 s 793 7 4
6
Nick Heidfeld
BMW Sauber 53 + 9 s 509 4 3
7
Rubens Barrichello
Brawn-Mercedes 53 + 10 s 641 6 2
8
Jenson Button
Brawn-Mercedes 53 + 11 s 474 10 1
9
Robert Kubica
BMW Sauber 53 + 11 s 777 9
10
Fernando Alonso
Renault 53 + 13 s 065 16
11
Heikki KovalainenSREC
McLaren-Mercedes 53 + 13 s 735 11
12
Giancarlo FisichellaSREC
Ferrari 53 + 14 s 596 14
13
Adrian Sutil
Force India-Mercedes 53 + 14 s 959 8
14
Vitantonio Liuzzi
Force India-Mercedes 53 + 15 s 734 18
15
Kazuki Nakajima
Williams-Toyota 53 + 18 s 973 15
16
Romain Grosjean
Renault 52 + 1 tour 17
17
Mark Webber
Red Bull-Renault 51 + 2 tours 19
Abd
Jaime Alguersuari
Toro Rosso-Ferrari 43 Accident 12
Abd
Sébastien Buemi
Toro Rosso-Ferrari 11 Embrayage 13
n.p.
Timo Glock
Toyota Blessé en essais qualificatifs
  • Les pilotes prenant part à la course avec le SREC sont signalés par la mention SREC.

Dix-neuf pilotes seulement sont au départ sous un ciel bleu et des températures de 26° dans l’air et 40° sur la piste. En effet, Timo Glock, en raison de sa brutale sortie de piste en qualification, a déclaré forfait. Mark Webber, accidenté durant les essais libres prend quant à lui le départ depuis la voie des stands. Après de longues tergiversations dues aux nombreux incidents en qualification, la grille de départ n’a rien à voir avec le résultat des qualifications. Sebastian Vettel conserve néanmoins sa pole position devant Jarno Trulli, Lewis Hamilton et Nick Heidfeld.

A l’extinction des feux, Vettel conserve l’avantage devant Hamilton, Trulli, Heidfeld, Kimi Räikkönen, Rubens Barrichello, Nico Rosberg, Heikki Kovalainen, Adrian Sutil et Robert Kubica. Alors que Sébastien Buemi rate son envol et se retrouve dernier à la fin du premier tour, Jenson Button, seulement onzième sur la grille se débarrasse de Kubica au freinage de la chicane.

Après cinq tours, Vettel mène devant Hamilton à 2 s, Trulli à 4 s, Heidfeld à 6 s, Räikkönen à 9 s, Barrichello à 10 s, Rosberg à 12 s, Kovalainen à 16 s, Sutil et Button à 17 s. Ces positions restent inchangées au dixième tour, mais Vettel domine maintenant Hamilton de 4 secondes et Trulli de 6 s. Dans le peloton, Sutil accentue sa pression sur Kovalainen pour le gain de la huitième place.

Après onze tours, Buemi est le premier à renoncer, en proie à des problèmes mécaniques avec sa Toro Rosso endommagée en qualifications. A l’entame du quatorzième tour, Sutil prend enfin le meilleur sur Kovalainen au freinage de la chicane, mais le Finlandais tape la Force India qui part en glissade : Kovalainen continue sa route alors que Sutil perd trois places.

Lewis Hamilton regagne les stands au quinzième tour pour ravitailler et mettre des pneus durs à la place des tendres. Trulli l’imite un tour plus tard, Vettel stoppant au début du dix-huitième tour. Malgré un long arrêt de plus de 12 secondes, il ressort en tête, juste devant Rosberg qui ne s’est pas encore arrêté. Hamilton se retrouve troisième, devant Trulli, Heidfeld, Kovalainen, Kubica, Räikkönen, Barrichello et Jaime Alguersuari.

A vingt tours du but, avant la deuxième vague d’arrêts, Vettel devance Hamilton de 6 s, Trulli de 10 s, Heidfeld de 18 s, Räikkönen de 20 s, Barrichello de 36 s, Rosberg de 40 s, Button de 41 s, Kubica 42 s et Kovalainen de 48 s. Räikkönen ravit alors la quatrième place à Heidfeld à l’issue des derniers ravitaillements et Trulli dépasse Hamilton pour le gain de la deuxième place. A huit tours de l’arrivée, Alguersuari se crashe violemment à la sortie du 130R et provoque la sortie de la voiture de sécurité.

La course est relancée à quatre tours du drapeau à damier, mais les positions n’évoluent pas. Vettel remporte son troisième succès de la saison et Trulli et Hamilton l’accompagnent sur le podium. Räikkönen devance Rosberg et Heidfeld tandis que Barrichello et Button inscrivent les derniers points en jeu.

Pole position et record du tour

Tours en tête

Classements généraux à l'issue de la course

Pilotes
Pos Pilote Écurie Points
1
Jenson Button
Brawn-Mercedes 85
2
Rubens Barrichello
Brawn-Mercedes 71
3
Sebastian Vettel
Red Bull-Renault 69
4
Mark Webber
Red Bull-Renault 51,5
5
Kimi Räikkönen
Ferrari 45
6
Lewis Hamilton
McLaren-Mercedes 43
7
Nico Rosberg
Williams-Toyota 34,5
8
Jarno Trulli
Toyota 30,5
9
Fernando Alonso
Renault 26
10
Timo Glock
Toyota 24
11
Felipe Massa
Ferrari 22
12
Heikki Kovalainen
McLaren-Mercedes 22
13
Nick Heidfeld
BMW Sauber 15
14
Robert Kubica
BMW Sauber 9
15
Giancarlo Fisichella
Force India-Mercedes
Ferrari
8
16
Adrian Sutil
Force India-Mercedes 5
17
Sébastien Buemi
Toro Rosso-Ferrari 3
18
Sébastien Bourdais
Toro Rosso-Ferrari 2
Constructeurs
Pos Écurie Points
1
Brawn-Mercedes
156
2
Red Bull-Renault
120,5
3
Ferrari
67
4
McLaren-Mercedes
65
5
Toyota
54,5
6
Williams-Toyota
34,5
7
Renault
26
8
BMW Sauber
24
9
Force India-Mercedes
13
10
Toro Rosso-Ferrari
5

Statistiques

  • 5e pole position de sa carrière pour Sebastian Vettel.
  • 4e victoire de sa carrière pour Sebastian Vettel.
  • 4e victoire pour Red Bull Racing en tant que constructeur.
  • 119e victoire pour Renault en tant que motoriste.
  • Rubens Barrichello passe la barre des 600 points inscrits en championnat du monde (601 points).
  • 1er Grand Prix mené de bout en bout pour Sebastian Vettel.
  • L'écurie Red Bull Racing passe la barre des 1000 km en tête de course (1198 km).
  • À la suite des nombreux incidents lors des qualifications, la FIA a fourni une grille de départ provisoire officielle seulement quatre heures avant le départ, puis une grille définitive une heure seulement avant le départ du Grand Prix.
  • Timo Glock, malade le vendredi puis blessé lors des qualifications le samedi, n'a pas pris le départ de la course. Il n'a pas pu être remplacé par Kamui Kobayashi, troisième pilote de l'écurie Toyota, car celui-ci n'a pas tourné lors de la seconde journée d'essais (il n'a pris le volant que le vendredi), condition indispensable pour pouvoir déposer une demande de remplacement dérogatoire auprès de la FIA. Seule la monoplace de Jarno Trulli représentait Toyota pour le Grand Prix national de l'équipe.

Notes et références

  1. Formula One Management, « 2009 FORMULA 1 FUJI TELEVISION JAPANESE GRAND PRIX QUALIFYING », sur formula 1.com, (consulté le 16 août 2015)
  2. a b c d et e « Provisional grid & pre-race weights », sur formula1.com, (consulté le 16 août 2015)
  3. « Glock to miss the Japanese Grand Prix », sur formula1.com, (consulté le 16 août 2015)

Voir aussi

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Grand Prix automobile du Japon 2009
Listen to this article