Inter Insigniores

Déclaration produite par le Cardinal Franjo Šeper / De Wikipedia, l'encyclopédie libre

La déclaration Inter Insigniores... (en français: Parmi les traits...)[1] (sur la question de l'admission des femmes au sacerdoce ministériel) est un document de la 'Congrégation pour la doctrine de la foi'[2]. (du Saint-Siège[3]) sur la question de l'admission des femmes au sacerdoce ministériel. Approuvée par le pape Paul VI elle est signée par le préfet, le Cardinal Franjo Šeper avec la collaboration de l'archevêque Jérôme Hamer et rendue publique le .

Ce texte s'articule en six points qui expliquent brièvement la position de l'Église catholique sur la place et le rôle de la femme dans cette institution, plus particulièrement sur la question de l'Ordination sacerdotale et le ministère pastoral des femmes dans l'Église catholique.

Tout d'abord, les auteurs s'appuient sur la tradition pour affirmer que jamais dans l'histoire une femme n'a eu accès a l'ordination presbytérale ou épiscopale de façon valide. Ensuite, ils rappellent que Jésus-Christ lui-même a confié à des hommes la tâche de faire partie du groupe de ses apôtres, tout en respectant les femmes et en leur accordant un rôle différent, ce qui donne de nombreux indices sur sa volonté d'éloigner les femmes de l'ordination. Ils expliquent que c'est dans un but normatif qu'ils désirent suivre l'exemple du Christ, ce qui limite les abus et permet de rester conforme au dessein de Dieu lui-même et de son Église. Selon eux, le sacerdoce ministériel ne peut être confié à une femme puisqu'il s'agit d'un rôle de représentation de Jésus qui était incontestablement un homme, il s'agit donc également d'une question de rigueur. Enfin, les auteurs terminent en expliquant que le sacerdoce n'est en aucun cas lié aux droits de la personne et que par conséquent : « aucun progrès purement humain de la société ou de la personne ne peut par lui-même y donner accès[1] ». Ils rappellent donc que l'égalité devant Dieu des baptisés n’efface pas la distinction des rôles sociaux qui sont en majeure partie déterminés par le genre de l'individu.