Jean-Pierre Rivalz - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Jean-Pierre Rivalz.

Jean-Pierre Rivalz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Pierre Rivalz
Caricatures et études de têtes, fin du XVIIe siècle (musée du Louvre, Paris)
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maître
Élève
Lieu de travail
Mouvement
baroque italien et classicisme
Enfant

Jean-Pierre Rivalz, ou Rivals[1] (né vers 1625 à Labastide-d'Anjou - mort à Toulouse le ) est un peintre et architecte français. Élève du frère Ambroise Frédeau, il fait le voyage d'Italie et est influencé par l'art baroque romain. Rentré à Toulouse, il accède à de hautes responsabilités et est l'un des peintres toulousains les plus productifs de la période. Il forme dans son atelier des artistes importants du siècle suivant tels que Marc Arcis, Raymond Lafage et son propre fils, Antoine Rivalz.

Biographie

Jean-Pierre Rivalz naît à Labastide-d'Anjou, dans le diocèse de Saint-Papoul, vers 1625. Il est formé à Toulouse, où il vient en 1641, dans l'atelier du peintre Ambroise Frédeau, frère lai au couvent des Augustins. En 1656, il participe à la construction de la chapelle Saint-Antoine, église du couvent des religieux de Saint-Antoine-du-Salin. Il quitte la ville, certainement vers 1657 pour terminer sa formation par un voyage à Rome, où il cultive son goût de l'Antiquité et des ruines romaines. Il est influencé par les maîtres de l'art baroque romain, en particulier Ciro Ferri. Il y rencontre le peintre Nicolas Poussin et participe aux travaux de réfection de l'hôpital du Saint-Esprit de Rome.

Revenu à Toulouse en 1666, il commence à exercer comme peintre et architecte et développe son activité. Il se constitue une collection d'antiques, en particulier de sculptures en marbre d'un temple antique trouvé dans la Garonne, près de la chaussée du Bazacle, au milieu du XVIIe siècle. Il épouse en 1666 Perrette de Caillavel. Le couple a dix enfants, dont le peintre Antoine Rivalz.

En 1667, il obtient la charge d'architecte et peintre de l’hôtel de ville de Toulouse. Cette charge, faiblement rémunérée, lui donne un vaste atelier au sein du Capitole, où se rencontrent les artistes locaux et ses élèves, peintres, sculpteurs et orfèvres, tels que le sculpteur Marc Arcis et le dessinateur Raymond Lafage. Surtout, cette situation lui permet de nouer des relations avec la noblesse et la haute bourgeoisie toulousaine. Il bénéficie ainsi d’un quasi-monopole des commandes publiques, religieuses et privées à Toulouse.

En 1668, le prieur des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, Antoine de Roubin-Granson, lui commande la reconstruction complète de l'ancien prieuré de Toulouse, connu comme hôtel Saint-Jean, rue de la Dalbade. Les travaux, commencés en 1668 se poursuivent jusqu'en 1680.

À la fin du xviie siècle, les capitouls entreprennent de réhabiliter les galeries du Capitole ː Jean-Pierre Rivalz commence, en 1674, l’aménagement des deux premières. En revanche, le projet de façade qu'il soumet aux capitouls est finalement abandonné par manque de moyens.

Il meurt à Toulouse le .

Œuvres

Peinture

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Architecture

  • Façade de la chapelle du couvent des religieux de Saint-Antoine-du-Salin (1656).
    Façade de la chapelle du couvent des religieux de Saint-Antoine-du-Salin (1656).
  • Façade de l'hôtel Saint-Jean sur la rue de la Dalbade (fin du XVIIe siècle).
    Façade de l'hôtel Saint-Jean sur la rue de la Dalbade (fin du XVIIe siècle).
  • Porche de l'hôtel Saint-Jean.
    Porche de l'hôtel Saint-Jean.
  • Dessin du projet de façade du Capitole (fin du XVIIe siècle).
    Dessin du projet de façade du Capitole (fin du XVIIe siècle).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Écrits

  • Analyse des différens ouvrages de peinture, sculpture et architecture qui sont dans l'hôtel de ville de Toulouse[8], Toulouse, Dalles Joseph, 1770.

Hommages

À Toulouse, la rue Rivals (en occitan ː carrièra Joan Pèire e Antòni Rivals) porte son nom et celui de son fils, Antoine.

Notes et références

  1. Larousse, « les Rivalz ou les Rivals », sur www.larousse.fr (consulté le 4 octobre 2012)
  2. « Chapelle des Carmélites (Toulouse, 1643) », sur Structurae (consulté le 12 juin 2019)
  3. Notice no PM31000756, base Palissy, ministère français de la Culture
  4. « collections du musée des beaux-arts de dijon - Affichage d'une notice », sur mba-collections.dijon.fr (consulté le 5 février 2017)
  5. Photographie de l'œuvres sur le site photo.rmn.fr
  6. PA00094513
  7. Mérimée PA00094571
  8. Analyse des différens ouvrages de peinture, sculpture et architecture qui sont dans l'hôtel de ville de Toulouse (lire en ligne)

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Jean-Pierre Rivalz
Listen to this article