For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Machine Barker.

Machine Barker

Description

Une machine Barker est un dispositif pneumatique permettant de diminuer la résistance des touches des claviers de l'orgue. Le brevet a été déposé à Paris en 1839 par Charles Spackman Barker, facteur d'orgues anglais installé à Paris en 1837.

Dans certains cas (fuites, mauvais réglages) elle peut avoir comme inconvénient un retard de transmission (tuyau sonnant avec un délai allongé jusqu'à plus de 100ms après que l'organiste a appuyé sur la touche).

Elle est utilisée pour les nouvelles orgues aujourd'hui lorsqu'il est nécessaire de soulager l'organiste dans le cas de gros instruments à traction mécanique. Dans ces cas elle ne sera pas utilisée pour la mécanique de traction des claviers mais uniquement pour alléger la pression requise à l'enfoncement des touches lorsque plusieurs claviers sont accouplés. Ainsi chaque clavier est en principe en traction directe (traction suspendue) et seul les claviers accouplés seront « tirés » par la machine barker.

Très utilisée par Aristide Cavaillé-Coll, la machine Barker était requise surtout pour les instruments de grande taille (2 claviers ou plus, 30 jeux ou plus). Aristide Cavaillé-Coll a utilisé pour la première fois la machine Barker pour l'orgue de la basilique Saint-Denis ().

Fonctionnement

CoupeMachineBarker.svg

La machine Barker utilise l'alimentation en vent de l'instrument pour fonctionner. Cette alimentation s'effectue par le conduit A.

Quand une touche du clavier est enfoncée, la soupape 1 s'ouvre et la soupape 3 se referme. Cela permet au soufflet C de se remplir ce qui va actionner la vergette et ainsi ouvrir les soupapes des sommiers pour la touche concernée. Pendant ce temps la soupape 2 se referme, isolant de la sorte le soufflet S de la partie B de la machine de Barker. Le soufflet C est ainsi maintenu sous pression jusqu'à la réouverture de la soupape 3, c'est-à-dire lors du relâchement de la touche du clavier par l'organiste. Le poids P permet d'évacuer rapidement l'air contenu dans le soufflet C.

Sources

  • Ouvrage collectif, dir. Béatrice de Andia (préf. André Vingt-Trois et Bertrand Delanoë), Les orgues de Paris, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, coll. « Paris et son patrimoine / Musique », (1re éd. 1992), 256 p. (ISBN 2-913246-54-0)

Voir aussi

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Machine Barker
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.