Nicolas Koechlin - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Nicolas Koechlin.

Nicolas Koechlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nicolas Koechlin
Portrait de Nicolas Koechlin.
Fonctions
Conseiller général du Haut-Rhin
-
Député du Haut-Rhin
-
Président
Chambre de commerce et d'industrie Sud Alsace Mulhouse
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Famille
Père
Jean Koechlin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Jacques Koechlin
Daniel Koechlin-Schouch (d)
Rodolphe Koechlin (d)
Ferdinand Koechlin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Nicolas Koechlin (petit-fils)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Nicolas Koechlin est un entrepreneur mulhousien, puis français, né le et mort le à Mulhouse, pionnier du chemin de fer en Alsace.

Biographie

Nicolas Koechlin (prononcer ke'klɛ̃) [1] est d'abord un industriel haut-rhinois du textile qui crée et fait prospérer l'entreprise familiale, avec des filatures et ateliers de tissage à Masevaux et Mulhouse, ainsi qu'à Lörrach au pays de Bade.

Politiquement, il soutient le régime napoléonien et mène un combat de partisan avec ses frères (dont Jean-Jacques, futur leader libéral) dans les Vosges durant l'invasion de 1814 et les Cent-Jours, ce qui lui vaut d'être décoré de la Légion d'honneur.

Il sera par la suite député du Haut-Rhin de 1830 à 1841[2].

Il est président du conseil d’administration de la Compagnie départementale du Haut-Rhin pour la recherche de houille de 1822 à 1832[3].

Chemins de fer

Mais la grande œuvre de Nicolas Koechlin, c'est le chemin de fer.

En 1839, il obtient l'autorisation de construire une ligne entre Mulhouse et Thann, inaugurée le 1er septembre. Elle est empruntée par trois locomotives de construction alsacienne ayant une vitesse de pointe de 65 km/h et très rapidement le trafic de passagers dépasse toutes les prévisions.

Il passe alors à la vitesse supérieure en constituant la Compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle pour construire et gérer la ligne du même nom[4]. Construite par tronçons, pour une longueur totale de 140 km, elle est inaugurée en 1841 et constitue la première ligne internationale d'Europe.

L'année suivante la loi relative à l'établissement des grandes lignes de chemins de fer en France consacre le schéma du réseau ferroviaire en étoile centrée sur Paris, connu sous le nom d'« étoile de Legrand ». La Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg qui a reçu la concession de la ligne éponyme (ouverte entre 1849 et 1852) fusionne en 1854 avec la Compagnie de Strasbourg à Bâle, rachetée à Nicolas Koechlin qui croule sous les dettes, pour constituer la Compagnie des chemins de fer de l'Est.

Compagnies créées

Notes et références

  1. Sa fille Salomé épousera Mathieu Dollfus,associé de Dollfus Mieg & Cie, et leur fille Anne -Marie (1837-1917), dame d'honneur de l'Impératrice Eugénie sera l'épouse du baron Philippe de Bourgoing (1827-1882), Grand écuyer de Napoléon III, puis Inspecteur du Service des Haras avant d'être élu cinq fois député de la Nièvre. Leur fille Inès de Bourgoing, filleule de l'Impératrice Eugénie, épousera le Maréchal Lyautey.
  2. « Assemblée nationale - Base de données des députés français depuis 1789 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 9 juillet 2010).
  3. SIM 1834, p. 289.
  4. François Caron, Les grandes compagnies de chemin de fer en France: 1823-1937, Librairie Droz, 2005 (ISBN 9782600009423) p. 15 extrait en ligne (consulté le 31 juillet 2010).

Voir aussi

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Nicolas Koechlin
Listen to this article