cover image

Le pétrole (en latin petroleum, du grec petra, « roche », et du latin oleum, « huile »), dit aussi naphte dans l'antiquité, est une huile minérale d’origine naturelle composée d'une multitude de composés organiques, essentiellement des hydrocarbures, piégée dans des formations géologiques particulières. Le pétrole dans son gisement est fréquemment associé à des fractions légères qui se séparent spontanément du liquide à la pression atmosphérique, ainsi que diverses impuretés comme le dioxyde de carbone, le sulfure d'hydrogène, l'eau de formation et des traces métalliques.

Pétrole brut

L'exploitation de cette source d'énergie fossile et d'hydrocarbures est l’un des piliers de l’économie industrielle contemporaine, car le pétrole fournit la quasi-totalité des carburants liquides  fioul, gazole, kérosène, essence, GPL  tandis que le naphta produit par le raffinage est à la base de la pétrochimie, dont sont issus un très grand nombre de matériaux usuels  plastiques, textiles synthétiques, caoutchoucs synthétiques (élastomères), détergents, adhésifs, engrais, cosmétiques, etc.  et que les fractions les plus lourdes conduisent aux bitumes, paraffines et lubrifiants.

Chevalet de pompage à Lubbock, Texas, aux États-Unis.

Comptant pour 30,9 % de l'énergie primaire consommée en 2019, le pétrole est la source d'énergie la plus utilisée dans le monde devant le charbon (26,8 %) et le gaz naturel (23,2 %), mais sa part a fortement reculé : elle atteignait 46,2 % en 1973.

L'Agence internationale de l'énergie évalue les émissions mondiales de CO2 dues au pétrole à 11 415 Mt (millions de tonnes) en 2018, en progression de 34,1 % depuis 1990 ; ces émissions représentent 33,7 % des émissions dues à l'énergie en 2019, contre 44,0 % pour le charbon et 21,6 % pour le gaz naturel ; leur part atteignait 49,9 % en 1973.

Les réserves mondiales prouvées de pétrole atteignaient 245,2 Gt (milliards de tonnes) en 2020, selon BGR (Agence fédérale allemande pour les sciences de la Terre et les matières premières), en progression de 13 % par rapport à 2010. Elles représentaient 55 années de production au rythme de 2019, soit 4,49 Gt. Les pays de l'OPEP détiennent 69,6 % des réserves mondiales.

La production mondiale de pétrole en 2021 est estimée par BP à 4 221,4 Mt, en progression de 5,3 % en dix ans, dont 35,4 % produits par les pays membres de l'OPEP ; les trois principaux producteurs totalisaient 41,7 % de la production mondiale : États-Unis (16,8 %), Russie (12,7 %) et Arabie saoudite (12,2 %). Les principaux importateurs de pétrole sont la Chine, l'Europe, l'Inde et le Japon ; les principaux exportateurs sont l'Arabie saoudite, la Russie, l'Irak, le Canada, les Émirats arabes unis et le Koweït ; les États-Unis exportent un tonnage de produits pétroliers presque équivalent au tonnage de leurs importations de brut.

Pollution de plastiques sur une plage.

L'exploitation pétrolière a des conséquences négatives importantes sur le plan environnemental et social. L'extraction, le raffinage et la combustion des carburants pétroliers libèrent de grandes quantités de gaz à effet de serre, ce qui fait du pétrole l'un des principaux responsables du changement climatique. L'exploitation du pétrole dans son ensemble a des conséquences sociales directes, telle que guerres ou des actions politiques, marées noires, pollution des sites d'exploitation, etc. ; et indirectes : migrations liées au changement climatique, déclin de la biodiversité, etc. Ses produits dérivés sont également source de pollution.

Oops something went wrong: