cover image

Polder

étendue de terre gagnée sur l'eau / De Wikipedia, l'encyclopédie libre

Un polder (ou prise[1] ou poldre[2],[3]) est une étendue artificielle de terre gagnée sur l'eau, le plus souvent dont le niveau est inférieur à celui de la mer, à partir de marais, estuaires, lacs ou des zones littorales.

Polder près de Neßmersiel en Allemagne.
Image satellite du Flevoland aux Pays-Bas.
Image aérienne du Flevoland aux Pays-Bas.

La surface à aménager est d'abord entourée de digues. L'eau emprisonnée dans ce périmètre est alors captée par un ensemble de pompes actionnées autrefois par des moulins à vent et, aujourd'hui, par des pompes électriques. Le drainage du terrain est facilité par un réseau d'étiers et de bassins. Même après l'assèchement du polder, les pompes continuent à éliminer l'eau qui s'infiltrerait en excès dans ce dernier.

Les Pays-Bas et la Belgique sont souvent associés aux polders, puisqu'une partie de leur surface a été gagnée sur la mer au cours des siècles[4]. De telles zones existent aussi dans le Nord de la France dans la région des watergangs (Watergangen) ou Watringues (Wateringen), près de Dunkerque, et dans la région de Kamouraska, au Québec, là des centaines de milliers d'habitants vivent sous le niveau de la mer, exposés à un risque potentiel d'immersion.

Il existe aussi des polders fluviaux, des étendues naturelles dans la zone d'inondation d'un fleuve, aménagées en polder par un système de drainage. L'objectif d'un polder était économique, territorial, démographique voire défensif[5].