Portail:Nord-du-Québec - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Portail:Nord-du-Québec.

Portail:Nord-du-Québec

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Portail du Nord-du-Québec

733 articles articles sont actuellement liés au portail
Voir les dernières modifications


Le Nord-du-Québec est la plus grande région administrative du Québec. Elle pourrait largement contenir à la fois la France et la Belgique. À elle seule, la région représente plus de la moitié de la superficie totale du Québec (55 % du territoire québécois), avec ses 839 000 km², dont 121 000 km² de lacs et de rivières.

Seulement 0,5 % de la population du Québec y vit, soit environ 40 000 personnes. Les Autochtones (Cris et Inuits) forment ensemble 60% de la population, tandis que les Québécois non-autochtones constituent 40% des habitants. Le français est la langue des habitants non-autochtones, mais est aussi de plus en plus utilisée comme troisième langue par les Autochtones ; ces derniers ont pour langue d'usage l'anglais avec soit la langue Crie, soit l'inuktitut (langue des Inuits). La lingua franca entre les différentes communautés reste malgré les efforts des gouvernements successifs, l'anglais.

Cette région nordique du Québec a la particularité d'être la région située la plus au nord de toute la Francophonie et surtout la seule qui compte une communauté inuite parmi tous les territoires francophones du monde.

La région est représentée à l'Assemblée Nationale dans la circonscription d'Ungava.

modifier 
 
Lumière

Le Jardin au Bout du Monde est un archipel de 300 îles et îlots créé par la mise en eau du réservoir de Caniapiscau, dans le nord du Québec, entre 1981 et 1984.

La création du réservoir, qui s'inscrit dans le cadre du projet de la Baie-James a formé un archipel qui compte quelque 300 îles et îlots, vestiges de monts et collines qui étaient visibles avant la mise en eau. En 1997, la Commission de toponymie du Québec nomme l'archipel Le Jardin au Bout du Monde — le titre d'une nouvelle de Gabrielle Roy — et donne un nom français à 101 îles à partir de titres ou d'expressions représentatives, tirées d'œuvres de la littérature québécoise de l'après-guerre. Parmi les auteurs honorés, notons Lise Bissonnette, Marie-Claire Blais, Chrystine Brouillet, Philippe Haeck, Louis Hamelin, Gilles Hénault,Robert Lalonde, Félix Leclerc, Yves Préfontaine et Gilles Vigneault.

Décrit comme « 101 fleurs échappées du jardin de l’imaginaire et qui se répandent dans ce Jardin du Bout du Monde, animant l’anonyme », ce « poème géographique de 101 vers » marque le 20e anniversaire de l'adoption de la Charte de la langue française par l'Assemblée nationale du Québec, le .

modifier 
 
Municipalité

Chibougamau est une ville du Québec (Canada) située dans la région administrative du Nord-du-Québec, à la frontière de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle compte environ 7500 habitants et est la plus grande ville non autochtone du Nord-du-Québec.

L'origine du toponyme « Chibougamau » est encore discutée. Le mot amérindien contient les racines cries « shabo » (au travers) et « gamaw » (lac), de sorte que Chibougamau signifierait : lac traversé de bord en bord par une rivière. La Commission de toponymie du Québec penche au contraire pour le sens montagnais « lieu de rendez-vous », ou encore : « détroit, là où l’eau est bloquée ». Les interprétations autochtones donnent aujourd'hui leur préférence au sens de « lieu de rencontre ».

Cette ville vit presque exclusivement de l'exploitation forestière et minière, comme la plupart des villes à cette latitude. Il ne faut toutefois pas exclure les retombées économiques de la présence d'Hydro-Québec dans le secteur.

 
modifier 
 
Image
modifier 
 
Actualités
modifier 
 
Le saviez-vous ?
modifier 
 
Articles promus

Article de qualité

modifier 
 
Panorama
Fondations de pierre d'une longue maison, site archéologique de l'île Pamiok, non loin de Kangirsuk
modifier 
 
Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg
Ceux qui vivent toujours dans cette région apprécient énormément l'été de l'Arctique, si court qu'il soit. On voit enfin autre chose que la monotone blancheur de la saison glacée. Des taches jaunes et vertes se découpent sur l'uniformité brune et blanche des collines. Le sol des vallées se couvre d'un vert presque lumineux relevé ici et là de fleurettes jaunes. La mer est d'un bleu intense, où se détachent des glaçons blancs.
Right pointing double angle quotation mark sh3.svg — André Steinmann
modifier 
 
Carte
modifier 
 
Portails connexes
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Portail:Nord-du-Québec
Listen to this article