Prodromoi - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Prodromoi.

Prodromoi

Fresque du tombeau de Niausta, fin du IVe siècle av. J.-C., représentant un prodromoi armé d'une longue lance (xyston) chargeant un soldat perse[1].
Fresque du tombeau de Niausta, fin du IVe siècle av. J.-C., représentant un prodromoi armé d'une longue lance (xyston) chargeant un soldat perse[1].

Les prodromoi ou prodromi (du grec ancien πρόδρομοι / pródromoi), littéralement « ceux qui courent devant », sont les éclaireurs à cheval de l'armée macédonienne durant les conquêtes d'Alexandre le Grand. Ils sont aussi appelés par les sources antiques les sarissophores ou « porteurs de sarisse ».

Historique

Les sources[2] mentionnent l'existence de quatre escadrons (ilai) de 150 cavaliers faisant office d'éclaireurs au moment du départ de l'expédition d'Alexandre en 334 av. J.-C. ; Arrien et Diodore divergent sur le commandant de ces troupes au départ de l'expédition : Cassandre selon Diodore, Amyntas selon Arrien. Selon Diodore, ces prodromoi pourraient être thraces et péoniens[1].

L'identification des troupes mentionnées par Arrien et Diodore n'est toutefois pas entièrement certaine : l'historiographie récente tend à montrer qu'ils pourraient être aussi Macédoniens[3]. Ils correspondent peut-être à des unités de première affectation des jeunes Macédoniens, avant qu'ils soient versés dans la cavalerie lourde des Compagnons (hétaires), sachant que la loi éphébarchique d'Amphipolis montre que l'équitation et les exercices équestres font partie de l'éducation des jeunes macédoniens.

Les prodromoi / sarissophores ne sont plus mentionnés après 330 av. J.-C. Il est probable qu'ils aient été incorporés à la cavalerie des Compagnons pour former les nouvelles hipparchies créées par Alexandre, sachant qu'à cette date la reconnaissance peut être assurée par les cavaliers asiatiques[4].

Équipement et tactique

Les prodromoi portent un casque phrygien ou béotien comme seule arme défensive ; ils sont armés à l'origine d'une longue lance (xyston), puis probablement au début de l'expédition d'Alexandre de la sarisse de l'infanterie, expliquant pourquoi les sources les appellent parfois sarissophores ou « porteurs de sarisse » dès le début de la conquête[1]. Du temps des guerres des Diadoques, les sarissophores sont appelés xystophores par certaines sources (Asclépiodote et Diodore de Sicile)[5].

Durant les grandes batailles livrées contre les Perses par Alexandre, les prodromoi servent d'unité de reconnaissance en révélant les positions ou en annonçant l'arrivée des troupes adverses. Dans cette tâche ils peuvent être associés à des unités d'infanterie légère ou à des détachements de cavalerie lourde[1].

Notes et références

  1. a b c et d Olivier Battistini, « Éclaireurs », dans Battistini et Charvet 2004, p. 680.
  2. Arrien, Anabase [lire en ligne], I, 12, 7 ; Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne], XVII, 17, 4.
  3. Bosworth 1980 ; Hammond 1998.
  4. (en) P.A. Brunt, « Alexander's Macedonian Cavalry », Journal of Hellenic Studies, no 83,‎ , p. 27–46.
  5. Olivier Battistini, « Sarissophore », dans Battistini et Charvet 2004, p. 946.

Bibliographie

  • Olivier Battistini (dir.) et Pascal Charvet (dir.), Alexandre le Grand, histoire et dictionnaire, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1090 p. (ISBN 978-2-221-09784-7).
  • M. Hatzopoulos, L'organisation de l'armée macédonienne sous les Antigonides, Meletimata 30, (ISBN 978-960-79-0507-9).
  • (en) A. B. Bosworth, « Alexander and the Iranians », Journal of Hellenic Studies, no 100,‎ , p. 14-15.
  • (en) P.A. Brunt, « Alexander's Macedonian Cavalry », Journal of Hellenic Studies, no 83,‎ , p. 27–46.
  • (en) N. G. L. Hammond, « Cavalry Recruited in Macedonia down to 322 B.C. », Historia, no 47,‎ , p. 404-425.

Articles connexes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Prodromoi
Listen to this article