Projet:Communes de France/Aide à la rédaction - plan 2018 - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Projet:Communes de France/Aide à la rédaction - plan 2018.

Projet:Communes de France/Aide à la rédaction - plan 2018

Cette page est remplacée par une version plus récente Projet:Communes de France/Conseils pour la rédaction (version 2021).

Cette page présente une aide à la rédaction des articles sur les communes françaises, sur la base d'un nouveau plan défini en 2018 suite à une discussion de fin 2017. Il constitue en un sens une évolution du plan défini en 2010.

Le contexte institutionnel et réglementaire a en effet très fortement évolué ces dernières années. Il est donc important de le prendre en compte à sa juste valeur et avoir un plan cohérent. De même, il y a une explosion de l'open data permettant la mise à disposition de nombreuses nouvelles données qui n'existaient pas antérieurement.

Les principales évolutions consistent en la création d'une section "équipements et services" et "le transfert des éléments naturels de la commune dans la section "géographie".

Ce plan n'est qu'indicatif et doit constituer une cible. Selon la taille de la commune, le contenu de chaque section peut être adapté.

Il est recommandé de ne pas imposer de liste de titres de sous-sections sans texte associé. Si l'intention est louable, puisque l'idée est d'inciter les contributeurs à compléter l'article, le résultat aboutit dans la plupart des cas à des coquilles vides qui le restent longtemps.

Le plan

Résumé introductif
Géographie = Description des éléments naturels caractérisant le territoire
Localisation /Lieux-dits, hameaux et écarts /Géologie et relief / Hydrographie / Climat /Paysages/Milieux naturels et biodiversité

Urbanisme = Descriptif de l'action de l'homme sur le territoire
Occupation des sols - Morphologie urbaine - Logement - Planification de l'aménagement - Projets d'aménagement - Voies de communication et transports - Énergie - Risques naturels et technologiques - Qualité de l'environnement

Toponymie = Descriptif des origines, voire des différents toponymes

Histoire = Mise en perspective des événements qui ont marqué la commune
Préhistoire - Antiquité - Moyen Âge - Temps modernes - Révolution française et Empire - Époque contemporaine

Politique et administration = Description des institutions et des élus gérant ou ayant géré le territoire
Découpage territorial - Administration municipale - Instances de démocratie participative - Finances communales - Jumelages

Équipements et services publics = Descriptif de l'action publique et des services offerts aux habitants
Eau et déchets - Espaces publics - Enseignement - Postes et télécommunications - Santé - Justice, sécurité, secours et défense

Population et société = Descriptif de la population et des actions menées à son initiative (clubs, associations, etc.)
Démographie - Manifestations culturelles et festivités - Sports - Médias - Cultes

Économie = Indicateurs et descriptif des acteurs économiques locaux
Revenus de la population et fiscalité - Emploi - Entreprises et commerces

Culture locale et patrimoine = Lieux, monuments, culture, traditions, personnalités
Ville et Pays d'art et d'histoire - Lieux et monuments - Patrimoine culturel - Personnalités liées à la commune - Héraldique, logotype et devise

Voir aussi

Notes et références

Remarques liminaires

  • Le nouveau plan proposé en 2018 vise à apporter une cohérence et a vocation à constituer une cible pour les communes les plus peuplées, ou pour les articles de communes susceptibles d'être labellisés. Pour les communes moindres, certaines sections pourront être fusionnées. Ce nouveau plan doit permettre de ne pas oublier des thématiques susceptibles de concerner la commune.
  • Rappel : la documentation des boîtes déroulantes précise que leur emploi n'est pas autorisé dans les articles de l'encyclopédie, à l'exception du modèle utilisé dans les palettes de bas de page. Il existe par ailleurs un autre moyen très simple pour limiter la longueur de la section « Notes et références » en utilisant la préférence ad hoc (voir ici).
  • Il peut être utile de compléter l'article avec une ou des cartes thématiques. Pour créer ce type de carte, on pourra se référer à ce mémo sur la création de cartes avec QGis.
  • Genre des noms de villes[1] : Désormais, les noms de villes demeurent féminins dans la langue littéraire mais sont masculins dans le langage courant. Ainsi dans Wikipédia, hormis pour les communes qui historiquement et dans les sources récentes sont de genre féminin, comme Marseille, La Baule-Escoublac, La Rochelle, La Haye, Alger-la-Blanche, La Nouvelle-Orléans, Vaison-la-Romaine, Louvain-la-Neuve, etc, le genre de la commune est masculin. En outre, un nom de ville est toujours masculin quand :
    • il est précédé des adjectifs « vieux », « nouveau » ou « grand » pour désigner des quartiers de la ville ou son extension : le vieux Nice, le grand Londres ;
    • il est précédé du déterminant « tout » ou « le tout » (signifiant « l’élite de la société de … ») : « Tout Venise s’insurgeait à cette nouvelle », « Le Tout-Paris », expression qui tend malheureusement à disparaître au profit des anglicismes jet-set, show-biz ou people ;
    • il est employé par métonymie, pour un événement, une équipe sportive ou, s’il s’agit d’une capitale, le gouvernement du pays : « Marseille a été battu 3 buts à 1 », « Washington se tient prêt à intervenir ».

Observatoires : fiches propres aux communes

Divers observatoires permettent d'afficher un ensemble d'indicateurs propres aux communes :

  • Observatoire national des territoires : exemple 2019 pour Aix-les-Bains : https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/outils/cartographie-interactive/#c=report&chapter=p01&report=r01&selgeo1=com2019.73008&selgeo2=fra.99 - rapport communal ;
  • Observatoire des territoires de la Savoie : exemple pour Aix-les-Bains : http://www.observatoire.savoie.equipement-agriculture.gouv.fr/Communes/bdsavoie.php?INSEE=73008 - la fiche communale ;
  • Observatoire national des services d'eau et d'assainissement : exemple pour Aix-les-Bains : http://www.services.eaufrance.fr/donnees/commune/73008/2019 - la fiche communale ;
  • Observatoire de la biodiversité de la Nouvelle-Aquitaine : exemple pour La Rochelle : http://macommune.biodiversite-nouvelle-aquitaine.fr/recherche/?commune=17000 - la fiche communale ;
  • Systèmes d'information liés aux cours d'eau et nappes souterraines : voir la section « Hydrographie » ci-après ;
  • Système d'information lié aux risques majeurs : voir la section « Risques majeurs » ci-après - exemple pour Aix-les-Bains : https://www.georisques.gouv.fr/connaitre_les_risques_pres_de_chez_soi/ma_commune_face_aux_risques/rapport?codeInsee=73008 - fiche communale.
  • Système d'information géographique de la politique de la ville : ne donne pas des fiches par commune, mais des fiches par EPCI bénéficiant de contrats Politique de la ville - ex pour le Loiret : https://sig.ville.gouv.fr/Territoire/2445 (carte et ex de contrat)

Résumé introductif

Résumé des grands axes de l'article avec les éléments d'informations incontournables suivants :
Type de collectivité (commune/commune nouvelle/ancienne commune/déléguée/associée), son statut (rurale/urbaine), les collectivités/circonscriptions de rattachement (département-région).
Le statut de la commune conditionne fortement le contenu de l'article (et probablement le plan aussi), d'où l'intérêt de le préciser (ici et dans la section « Urbanisme ») (ce qui n'est, semble-t-il, quasiment jamais fait). Pour rappel : une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines. Ainsi, si la commune est urbaine, convient-il de préciser l'unité urbaine à laquelle elle appartient (base UU 2010 Insee).

Géographie

Géographie physique - Description de l'ensemble des éléments naturels structurant et caractérisant le territoire communal.

Les voies de communications ne sont pas des éléments naturels. Même si elles structurent le paysage, elles résultent de l'action de l'homme et en particulier de l'urbanisation du territoire. Cette thématique a donc vocation à être dans la section « Urbanisme ».

Situation

Contenu : Situer la commune dans le département et par rapport aux communes voisines, textuellement puis avec le modèle ((Communes limitrophes)) - Éviter de créer une section spécifique aux communes limitrophes

Sources : utiliser www.lion1906.com pour les communes limitrophes ou viamichelin pour les distances.
Cartographie :

  • A minima : carte OSM de type Map_commune_FR_insee_code_52177.png créées en 2012 par Michiel1972. Attention ces cartes sont souvent peu lisibles et surtout périmées s'il y a création de commune nouvelle  ;
  • Une cartographie dynamique élaborée à partir d'Openstreetmap peut aussi être insérée dans l'article. IL suffit de connaître les coordonnées du centroïde de la commune (à défaut on prendra les coordonnées figurant dans l'Infobox qui sont relatives à la localisation de la mairie), l'identifiant Wikidata de la commune et d'adapter le zoom en fonction de la taille de la commune (en général zoom=12).

Cas d'une commune simple

Noter qu'avec la roulette de la souris, on peut zoomer en avant et en arrière de la carte, sans passer en mode grand écran. Exemple de code pour la commune d'Artenay ː

<mapframe zoom=12 latitude=48.0831 longitude =1.8792 height=300 width=300 align=right text="Localisation de la commune d'Artenay">
{
  "type": "ExternalData",
  "service": "geoline",
  "ids": "Q706912",
  "properties": {
    "fill": "#fc3",
    "stroke": "#ac6600"
  }
}
</mapframe>

Le modèle:Carte interactive peut aussi être utilisé, mais le modèle actuel présente un fond grisé de la commune.

Cas d'une commune nouvelle

Si on souhaite représenter les communes dont est issue une commune nouvelle, le même code peut être utilisé. Exemple pour Gommerville (Eure-et-Loir) (zoom=11)
composée de Gommerville (ancienne commune) (id-WD :Q378218) et Orlu (Eure-et-Loir) (id-WD :Q1348745)

</right>
<mapframe zoom=11 latitude=48.3461 longitude =1.9456 height=300 width=300 align=right text="Carte de Gommerville et des communes limitrophes" >
[{  "type": "ExternalData",  "service": "geoline",  "ids": "Q378218",  "properties": {  "fill": "#fc3",  "stroke": "#ac6600"  )),
{  "type": "ExternalData",  "service": "geoline",  "ids": "Q1348745",  "properties": {  "fill": "#fc3",  "stroke": "#ac6600"  ))]
</mapframe>
</right>

Utilisation de géopolygones dans OpenStreetmap

Si un polygone de la commune a été créé sous OpenStreetmap, il peut être utilisé par son identifiant et le modèle:GéoPolygone, sinon, le polygone peut être créé directement dans le modèle avec ses coordonnées GMaps sous la forme lat1,lon1,height1 lat2,lon2,height2 lat3,lon3,height3. Un exemple d'utilisation du modèle, avec un identifiant et une image dudit-polygone, pour la commune de Ludon-Médoc :

((images
|image1=Ludon-Médoc Limite communale.jpg
|légende1=((Centrer|((GéoPolygone|OSM=103231|type=relation))))
|position=centre
|hauteur=250
))
Carte dynamique (Artenay)

Carte
Carte dynamique - commune nouvelle (Gommerville)

Carte de Gommerville et des communes limitrophes
Carte statique avec lien dynamique OSM (Ludon-Médoc)

Lieux-dits, hameaux et écarts

Contenu :
Attention à ne pas vouloir cibler une exhaustivité de tous les toponymes figurant sur une carte de la commune. Très rapidement on peut aboutir à des tableaux disproportionnés par rapport à l'article. Privilégier les lieux-dits et hameaux habités.

Rappel sur l'orthographe des points cardinaux : la règle : minuscule s'il s'agit d'une direction, majuscule s'il s'agit d'une partie du pays. On écrit par exemple : « Metz est une commune située au nord de Nancy dans l'Est de la France », ou encore « La route traverse le nord de la commune ».

Pour présenter les communes limitrophes, on peut utiliser le modèle ((Communes limitrophes)). Une méthode pour les trouver peut être Géoportail IGN communes (limites des communes actuelles et noms), et en cas de doute (quadripoints), zoomer. Pour couvrir toute une zone (ex: département) sans en oublier, toujours progresser dans le même sens par commune voisine (par exemple, si on progresse vers l'ouest, la plus au sud-ouest qu'on n'ait pas déjà faite, copier-coller du modèle précédent), puis demi-tour au bout, comme un peintre qui peint un mur. Vérifier les liens (homonymie, orthographe) lors de la prévisualisation (survol souris uniquement pour conserver l'hyperlien en bleu pour s'y retrouver). Référencer avec la carte IGN (ex: Ansignan).

Sources :

Géologie et relief

Superficie

Une phrase introductive peut être :

La superficie de la commune est de ((unité|XXXX|km|2)) ; son altitude varie de ((unité/2|XXX|à=XXX|mètres))<ref>[[Institut national de l'information géographique et forestière]], ''Répertoire géographique des communes'', ((lire en ligne|lien=http://professionnels.ign.fr/rgc#tab-3)).</ref>.

La superficie des communes de France était jusqu'en 2016 accessible dans le référentiel géographique communal (RGC). Depuis 2016, le RGC a été remplacé par GeoFla.

Les données de superficie d'une commune peuvent prendre deux formes ː

  • valeur cadastrale, sur le site de l'Insee ː ex pour Adon (24,7 km2)ː ici avec le code ː https://www.insee.fr/fr/statistiques/1405599?geo=COM-45001
  • valeur géographique, à partir de BD Topo, sur le site de gestion de l'eau (par ex) ː ex pour Adon (24,74 km2)ː ici avec le code ː http://sigescen.brgm.fr/?page=ficheMaCommune&codeCommune=45001 (pour plus de détails voir la section Hydrographie)

Géologie

Des atlas très riches en informations ont été rédigés par chaque département/région et sont mis en ligne sur les sites propres à chacune de ces entités administratives. On y trouve systématiquement une description des principales unités paysagères/pays avec une description géologique, des reliefs, des types de paysages et de l'activité économique agricole. La description est assez fine pour rédiger le paragraphe concernant chaque commune. Un exemple pour l'Oise [1] (Attention document de 20 Mo). On peut retrouver généralement ces documents en effectuant une recherche via un moteur de recherche avec les arguments DREAL "Atlas des paysages" + nom du département ou de la région.

On trouve également des données très précises sur le sous-sol dans la base de données du Bureau de recherches géologiques et minières.

Dans tous les cas, on référencera avec soin la source utilisée, les différents organismes ne calculant pas tous les superficies de la même façon (notamment pour les lacs et glaciers).

Hydrogéologie (eaux souterraines)

Le volet "Eaux souterraines" sera intégré dans cette rubrique = descriptif des masses d'eaux souterraines (stratification des aquifères). Cette information est systématiquement absente, alors qu'elle est essentielle pour pouvoir (éventuellement) décrire les mesures visant à protéger l'eau. Les usagers d'une commune classée en ZRE (zone de répartition des eaux) ont des autorisations de pomper dans tel ou tel aquifère, jusqu'à telle ou telle profondeur.

Hydrographie

Contenu

Cette section doit présenter les caractéristiques du réseau hydrographique irriguant la commune. Celui-ci comprend l'ensemble des eaux superficielles à savoir cours d'eau, canaux et plans d'eau.

Il s'agit de décrire les caractéristiques physiques de ce réseau ː longueur totale, cours d'eau principaux, leur sens d'écoulement et leur longueur sur le territoire de la commune. Des éléments descriptifs de relief pourront compléter ce contenu.

Pour le ou les cours d'eau principaux (de longueur supérieur à 10 km), des éléments complémentaires pourront être apportés sur ces derniers ː

  • Caractéristiques principales ː longueur totale, source, confluence, classement piscicole ;
  • S'il s'agit d'une réserve biologique, quelles espèces sont concernées, classement du point de vue de la continuité écologique ;
  • Si le cours d'eau dispose d'une station hydrométrique sur la commune ou sur une des communes proches (en amont ou aval), des éléments d'hydrologie pourront être donnés.

Sources

Systèmes d'information dédiés à l'eau : Divers systèmes d'information de gestion de l'eau donnent accès à des fiches communales avec une thématique hydrographie et masses d'eau. C'est en particulier le cas pour :

Nom SIGES Exemples
Commune Lien Code
Bassin Seine-Normandie Ondreville-sur-Essonne ici http://sigessn.brgm.fr/?page=ficheMaCommune&codeCommune=45233
Centre-Val de Loire Cléry-Saint-André ici http://sigescen.brgm.fr/?page=ficheMaCommune&codeCommune=45098
Aquifère rhénan Colmar ici http://sigesar.brgm.fr/?page=ficheMaCommune&codeCommune=68066
Aquitaine Saint-Aignan ici http://sigesaqi.brgm.fr/?page=ficheMaCommune&codeCommune=33365
Bretagne Brest ici http://sigesbre.brgm.fr/?page=ficheMaCommune&codeCommune=29019
Midi-Pyrénées Toulouse ici http://sigesmpy.brgm.fr/?page=ficheMaCommune&codeCommune=31555
Nord-Pas-de-Calais Lille ici http://sigesnpc.brgm.fr/?page=ficheMaCommune&codeCommune=59350
Loire Nantes ici http://sigespal.brgm.fr/?page=ficheMaCommune&codeCommune=44109
Poitou-Charente-Limousin Poitiers ici http://sigespoc.brgm.fr/?page=ficheMaCommune&codeCommune=86194
Rhin-Meuse Metz ici http://sigesrm.brgm.fr/?page=ficheMaCommune&codeCommune=57463

Sandre : le site du SANDRE (Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau) fournit toutes les informations utiles, notamment les caractéristiques chiffrées des cours d'eau ici. Pour la syntaxe wiki, on utilise le modèle ((Sandre))

Géoportail ː Géoportail peut permettre d'identifier les cours d'eau d'une commune. Par exemple pour Triguères (Loiret), la carte obtenue est celle-ci et le code du lien est ː

https://www.geoportail.gouv.fr/carte?c=2.985749291015625,47.93978324388837&z=15&l0=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.MAPS::GEOPORTAIL:OGC:WMTS(0.8)&l1=HYDROGRAPHY.HYDROGRAPHY::GEOPORTAIL:OGC:WMTS(0.5)&l2=ADMINISTRATIVEUNITS.BOUNDARIES::GEOPORTAIL:OGC:WMTS(1)&permalink=yes

Le modèle "Géoportail peut également être utilisé et inséré dans une référence. Ce qui donne ceci ː « Carte hydrologique de Triguères » sur Géoportail (consulté le 22 décembre 2018)., le code étant le suivant ː

((Géoportail | longitude = 2.985749291015625 | latitude = 47.93978324388837 | zoom = 7 | couches  = Hydro |  desc = Carte hydrologique de Triguères | consulté le = 22 décembre 2018 ))

Autres sources :

  • Le plan local d'urbanisme de la commune peut apporter des informations descriptives complémentaires intéressantes ;
  • Le DICRIM dans sa section "risque inondation" peut apporter des éléments d'information intéressants sur le réseau hydrographique (les informations relatives aux inondations seront à mettre plutôt dans la sous-section "Risques naturels et technologiques" - section "urbanisme").

Climat

Attention à ce que les graphiques ne correspondent pas à des stations météo trop lointaines. En général le SCOT dont dépend la commune donne une bonne indication de la station de référence.
Si on souhaite représenter le tableau des caractéristiques météo de la station de référence, il est conseillé d'utiliser le modèle ((Relevé météo)) et éventuellement le modèle ((Météo France)). Des données sur une assez longue période sont données sur le site de l'association Infoclimat, en choisissant la station météo la plus proche de la commune concernée, ou deux stations si on veut affiner.

Pour l'écriture des températures dans le texte, utiliser le modèle tmp : ((tmp|25|°C)) donne 25 °C.

Paysages

Il s'agit ici de paysages naturels. La question peut se poser concernant la localisation des ZPPAUP (car dans ZPPAUP, il y a le mot « paysage »), mais les ZPPAUP sont clairement des extensions de protection de zones bâties urbaines. La ZPPAUP (s'il y en a une) doit donc être décrite soit dans « Paysages » soit dans « Culture locale et patrimoine », selon la prédominance des attendus du classement. Section à créer que si on a des sources : atlas des paysages départemental ou descriptif du paysage de la commune dans un document d'urbanisme (POS, PLU, ZPPAUP ou AVAP).

Milieux naturels et biodiversité

Milieux naturels et biodiversité : On décrit ici les espaces remarquables (sites naturels classés, Natura 2000, arrêtés de biotopes -- ne pas oublier les espaces naturels et sensibles (ENS), classement de compétence départementale), les espaces réglementés ou d'intérêt (ZNIEFF, zones de chasse, etc), la faune et la flore. Si nécessaire, on peut ajouter les actions en faveur de telle ou telle espèce (micro-exemple : l'installation d'une aire d'observation du balbuzard pêcheur!).

Les différents classements écologiques peuvent être présentés ici : ZNIEFF, Natura 2000, parc naturel régional ou national, réserve naturelle… Les informations relatives à la faune et à la flore sont décrites lorsqu'elles sont spécifiques de la commune.

Les informations se trouvent en ligne sur les sites des DREAL, des réserves naturelles de France, etc.

Cartographie

  • A défaut (ou en complément), un lien vers la carte des zones d'intérêt pourra être ajouté via le modèle Géoportail avec la syntaxe suivante (pour l'exemple d'Aguessac)

ZNIEFF :

<ref>((géoportail|longitude = 3.098221| latitude = 44.155982 | zoom = 7 | couches  = Znieff |  desc = Zones ZNIEFF d'Aguessac | consulté le = 28 novembre 2020)).</ref>

Ce qui donne ce lien : [2].

Natura 2000 :

<ref>((géoportail|longitude = 3.098221| latitude = 44.155982 | zoom = 7 | couches  = Natura2000 |  desc = Sites Natura 2000 d'Aguessac | consulté le = 28 novembre 2020)).</ref>

Ce qui donne ce lien : [3]

Urbanisme

Descriptif de l'action de l'homme sur le territoire.

Zonages d'études

Les zonages d'études auxquels appartient la commune peuvent être cités. Exemple pour la commune de Ploërmel
« Selon les zonages d'étude définis par l'INSEE, Ploërmel appartient à l'unité urbaine de Ploërmel (code 56216), à l'aire urbaine de Ploërmel (code 349), à la zone d'emploi de Ploërmel (code 5316) et au bassin de vie de Ploërmel (code 56165)[4]. L'unité urbaine de Ploërmel étant composée d'une seule commune, celle-ci est considérée comme une ville isolée[5]. »

Occupation des sols

Il serait utile de mettre une phrase introductive sur l'occupation du sol et indiquer en particulier le taux de surfaces urbanisées de la commune, sauf si clairement décrit dans la section « Morphologie communale ».
Descriptif de l'occupation du sol. La terminologie pourrait d'ailleurs être tout simplement remplacée par « Occupation des sols ». Si on retient « Morphologie », on parlera alors plutôt de « Morphologie urbaine » lorsque la commune est à 100 % urbaine.
Mentionner s'il y a lieu le classement en zone littoral (loi 1986 - impact sur aménagement).

Morphologie urbaine

En cas de commune rurale, privilégier, la terminologie « morphologie des hameaux » ou « morphologie des villages ».

Sources potentielles :

  • le plan local d'urbanisme (PLU) de la commune, et plus précisément sa partie appelée rapport de présentation, en général réalisée par un cabinet d'urbanisme conseil. Il est en général chargé d'effectuer le diagnostic urbain de la ville puis d'établir des préconisations pour le PLU. C'est donc le document le plus complet sur le sujet. Il est parfois mis en ligne sur le site de la mairie. Sinon, dans tous les cas, il est consultable en mairie et au siège de la Direction départementale des territoires (DDT) ;
  • les études liées à un diagnostic patrimonial d'un territoire dans un contexte de projet d'aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine (AVAP, ex-ZPPAUP) par exemple ou de parc naturel régional ;
  • les brochures de présentation de l'évolution de la ville publiées par les services d'animation du patrimoine ;
  • les monographies communales.

Pour accéder aux informations relatives aux communes de la région Île-de-France, il faut se rendre sur le site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région d'Île-de-France, choisir « occupation du sol 2008 » dans le menu de gauche et la commune voulue sur la carte.

On pourra utiliser le tableau suivant :

Type d'occupation des sols en 2008
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 78,80 % 749,87
Espace urbain non construit 18,50 % 176,20
Espace rural 2,70 % 26,13
Source : IAURIF[6]

Dans le cas où le territoire de la commune couvre le bourg (chef-lieu) et plusieurs hameaux et/ou lieux-dits, cette sous-section peut en faire la liste : on fera attention à écrire ces noms en romain et non pas en italique ; attention également à l’article défini initial : minuscule pour les hameaux et majuscule pour les chefs-lieux de commune (voir ici).

La ville, d'hier à aujourd'hui : Histoire du développement urbain. Bien entendu, dans le cas de commune rurale, les sections « Occupation des sols » et « La ville, d'hier à aujourd'hui »" seront fusionnées dans une rubrique « Occupation des sols » dans laquelle figurera éventuellement un volet évolution des zones urbanisées.

Logement

Nb total - proportion habitat principal/secondaire - style architectural - On pourra aussi mentionner le classement de la commune en zone A, B ou C (voir ici ou ici) et dire ce que cela implique (par exemple communes éligibles à la loi Pinel).

Les informations fournies par l'Insee peuvent être rédigées de la façon suivante :

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 10 500, alors qu'il était de 10 029 en 1999[Insee 1].

Parmi ces logements, 95,8 % étaient des résidences principales, 1,3 % des résidences secondaires et 2,9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 53,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 45,2 % des appartements[Insee 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 37,4 %, en hausse sensible par rapport à 1999 (29,9 %). La part de logements HLM loués vides était de 33,8 % contre 38,9 %, leur nombre étant constant 6 861 contre 6 856[Insee 3].

Un complément sur les styles architecturaux (traditionnels, modernes), leurs caractéristiques et leur importance est appréciable.

Planification de l'aménagement

SCOT, PLU et autres outils de planification.

Projets d'aménagement

On peut souvent trouver des informations dans les schémas de cohérence territoriale (SCOT) ou les sites des intercommunalités ou des communes (projets de ZAC…), et parfois des études d'impact ou des avis de l’État (DREAL…).

Voies de communication et transports

Voies de communication

Comme pour la localisation, on trouve déjà quelques informations sur le site Géoportail, en prenant le calque des cartes IGN (attention aux sources primaires, donc ne pas en abuser).

Transports

Attention : ne pas utiliser dans les articles les petites icônes développées au sein du projet:Transports (sorties d'autoroute, numéro de ligne de transport, etc), c'est le résultat d'une prise de décision (PDD) en juillet 2008 et de la recommandation rappelée ici en page d'accueil du projet:Transports.

Énergie

Section facultative, à développer uniquement si la commune a un potentiel énergétique et si des projets de production existent. On distinguera les thermogènes (géothermie nappe ou sous-sol, biomasse, eaux usées, aquathermie, solaire thermique, déchets, chaleur fatale) ou électrogènes (biomasse, solaire photovoltaïque, éolien, hydrolien, déchets, géothermie très haute énergie).

Risques naturels et technologiques

Le risque est la confrontation d’un aléa (phénomène naturel dangereux) et d’une zone géographique où existent des enjeux qui peuvent être humains, économiques ou environnementaux. Les enjeux étant liés à la présence humaine, il est logique que cette sous-section soit dans la section « urbanisme ». Par ailleurs, tout risque naturel ou technologique majeur donne lieu à l'établissement d'un document d'urbanisme spécifique : plan particulier des risques naturels (PPRN) (PPRI pour le risque d'inondation), ou plan particulier des risques technologiques (PPRT) ou un plan de prévention des risques miniers (PPRM), qui s'impose en tant que servitude aux documents d'urbanisme locaux (PLU, cartes communales, etc.). Ainsi, dès lors qu'une commune est couverte par un PPRN (voir la carte des PPRN approuvés en 2009), un PPRT ou un PPRM, ou a fortiori plusieurs cumulés, qu'il(s) soi(en)t approuvé(s) ou simplement prescrit(s), cette section est très fortement recommandée.

Pour connaître la liste des risques majeurs impactant une commune :

  • Aller sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire dédié aux risques en cliquant sur http://www.georisques.gouv.fr/connaitre_les_risques_pres_de_chez_soi/ma_commune_face_aux_risques/rapport?codeInsee=45008, 45008 étant le code Insee de la commune que l'on souhaite.
  • Récupérer le dossier départemental des risques majeurs (DDRM) où on a tous les risques pour chaque commune du département et un descriptif de chaque risque (saisir dans un moteur de recherche : DDRM + nom du département).
  • Récupérer le Dossier d'information communal sur les risques majeurs (Dicrim), mais tous ne sont pas en ligne et souvent sont très pauvres en informations (saisir dans un moteur de recherche : DICRIM + nom de la commune).

Risque inondation

Dans cette section, présenter essentiellement : les enjeux exposés au risque inondation, les mesures de réduction de la vulnérabilité éventuellement réalisées et le ou les PPRI couvrant la commune (en général il n'y a qu'un PPRI, mais exceptionnellement comme à Angers, il peut y en avoir deux).
Par enjeux, il convient d'entendre : enjeux bâtis (quartiers, voies de circulation, bâtiments publics, etc.) et enjeux humains (population concernée). Le mécanisme des crues sera quant à lui détaillé dans la section « Hydrographie ».
La plupart de ces informations sont dans le rapport de présentation du PPRI. Pour le récupérer, saisir dans un moteur de recherche : PPRI + nom du département.

Pour toutes les communes traversées par une rivière ou un fleuve et faisant l'objet d'un PPRI, il est souhaitable de décrire : les grandes crues historiques, les mécanismes d'inondation, les débits atteints, l'échelle de crue correspondante, les cotes d'alerte. Ces informations sont en général dans le DDRM (saisir dans un moteur de recherche : DDRM + nom du département) ou dans le rapport de présentation du PPRI (pour le récupérer, saisir dans un moteur de recherche : PPRI + nom du département).

La directive 2007/60/CE du Parlement européen et du Conseil du relative à l’évaluation et à la gestion des risques d’inondation, dite Directive inondation vise à l’élaboration avant 2015 de plans de gestion des risques d’inondation visant à une réduction des conséquences négatives des inondations sur les enjeux humains, économiques, environnementaux et culturels. Cette directive définit la notion de « territoire à risque important » (TRI).

Rechercher si la commune sur laquelle on travaille fait partie d'un TRI ou non. Décrire succinctement l'avancement de la procédure de TRI et le positionnement de la commune dans ce TRI (si elle est concernée ou non par la stratégie d'action). Pour cela récupérer de l'info en saisissant dans un moteur de recherche : directive inondation TRI + nom département.

Les documents sont en général présentés par bassin hydrographique ; la France métropolitaine est découpée en six bassins hydrographiques correspondant aux grands fleuves français : Adour-Garonne, Artois-Picardie, Loire-Bretagne, Rhin-Meuse, Rhône-Méditerranée-Corse et Seine-Normandie. Les quatre bassins des DROM complètent ce dispositif : Martinique, Réunion, Guyane et Guadeloupe. Voir par exemple la carte des TRI du bassin Rhône Méditerranée et leurs descriptifs.

Risque industriel : Ce risque concerne les communes qui accueillent un établissement classé Seveso seuil haut. Les informations du Dicrim et du DDRM peuvent suffire pour décrire le risque. Présenter le(s) PPRT : dates de prescription/approbation/révision.

Risque mouvements de terrains : on distingue deux types d'aléas :

  • aléa retrait-gonflement argiles : la définition est ici. La cartographie concernant la commune est obtenue avec l'url : http://www.georisques.gouv.fr/dossiers/argiles/carte#/com/45008, 45008 étant le code Insee de la commune.
  • aléa cavités souterraines : la définition est ici. La cartographie concernant la commune est obtenue avec l'url : http://www.georisques.gouv.fr/dossiers/cavites-souterraines/donnees#/dpt/45/com/45008/page/1, 45008 étant le code Insee de la commune.

Risques sismique, nucléaire, TMD : les informations sont sur le DDRM.
Concernant le TMD, ce risque peut être routier, ferré, lié à un gazoduc ou un oléoduc (TRAPIL). Pour ces deux derniers aspects (gaz et oléoduc), on peut compléter avec une référence cartographique sur le tracé de ces canalisations, exemple pour le Loiret http://cartelie.application.developpement-durable.gouv.fr/cartelie/voir.do?carte=CanalisationsTMD&service=CEREMA&DESCARTES_BBOX=520000,7000000,760360,6550000

Qualité de l'environnement

L'occupation humaine a un impact sur l'environnement. Il s'agit de décrire ici succinctement les effets sur l'eau, l'air, les sols ou les nuisances comme le bruit. Ainsi que les mesures prises (concernant la commune).

Toponymie

Éléments descriptifs des origines du nom de la commune, voire des différents toponymes de la commune.

C'est dans cette section qu'on peut donner des informations complémentaires sur le nom de la commune dans d'autres langues, notamment la langue locale s'il y a lieu.

Histoire

Mise en perspective des événements qui ont marqué la commune, et non pas une simple chronologie de ces événements.

Ressources

  • Les médiathèques et bibliothèques ont souvent une bibliographie régionale ou locale.
  • La carte archéologique nationale est un inventaire national informatisé qui permet d’établir des cartes « prédictives » du patrimoine archéologique. Cet inventaire permet aussi le développement de programmes de recherche aux échelles et thématiques multiples comme on peut le lire dans la « Programmation nationale de la recherche archéologique » régulièrement révisée. En 2013, la carte prend en compte près de 500 000 entités archéologiques reconnues. La carte archéologique nationale est consultable par tous, dans les services régionaux de l'archéologie, au sein des directions régionales des affaires culturelles, mais selon des niveaux de précision d’information conciliant les exigences de la connaissance et celles de la protection du patrimoine (voir ici).
  • Les données de la carte archéologique nationale sont transférées dans l'atlas des patrimoines, qui affiche de manière cartographiée d'autres éléments du patrimoine. Une recherche par commune permet de visualiser les sites localisés sur la commune (et les fiches d'information correspondantes) - voir la carte ici.
  • Le document La programmation nationale de la recherche archéologique, publié en 2016, donne des informations intéressantes par période sur les acquis, les axes de recherche ainsi que des bibliographies (présentation – le document), au niveau national certes, et donc loin du niveau communal, mais cela permet de cadrer les choses.

Sectionnement par époque

Les sections suivantes reprennent la périodisation historique classique ; elles sont à adapter en fonction du contenu.

Préhistoire

Antiquité

Moyen Âge

Cette période s'étend du Ve siècle au XVe siècle inclus.

Temps modernes

Cette section peut éventuellement être regroupée avec la précédente sous le titre Ancien Régime.

Si une section Renaissance est créée, elle prend place ici, mais le titre XVIe siècle est en général préférable, le terme Renaissance concerne l’histoire culturelle et artistique.

Révolution française et Empire

Cette section peut en fait être intégrée dans la période contemporaine. Faire référence à la loi du 14 décembre 1789, qui fixe le cadre territorial actuel des communes (même s'il reprend souvent celui d'une ou plusieurs entités préexistantes depuis sept à neuf siècles, de nature religieuse [paroisse] ou laïque [communauté ou seigneurie]) et des fonctions proches des fonctions actuelles, de manière uniforme pour toute la France (ce dernier aspect en plusieurs étapes pour la période).

Époque contemporaine

En histoire politique française, le XIXe siècle va de 1815 (après les Cent-Jours, fin de la période révolutionnaire) à 1914, et le XXe siècle commence en 1914, donc utiliser ce cadre pour les éléments qui relèvent du cadre politique et évènementiel.

Pour l'histoire économique, il est possible de sortir de cette périodisation, voire dans certains cas de créer une section spéciale (l'usine XX [ou le développement économique]).

Ce site recense toutes les communes françaises décorées de la croix de guerre 1939-1945, classées par ordre numérique des départements. L'indication peut figurer dans la section Histoire, comme dans cet exemple de commune de la Dordogne.

Politique et administration

Description des institutions (la commune et les collectivités de rattachements) et des élus gérant ou ayant géré le territoire.

Découpage territorial

Commune et intercommunalités

Indiquer un historique de la création de la commune et de l'évolution de son territoire ainsi que de son rattachement à une ou des intercommunalités.

Circonscriptions administratives

Indiquer les circonscriptions administratives de droit commun [Note 1] dont dépend la commune : la circonscription régionale (également territoire de compétence du conseil régional), la circonscription départementale (également territoire de compétence du conseil départemental) et l’arrondissement, siège de la sous-préfecture. Les autres circonscriptions administratives (éduction, justice, gendarmerie, défense, etc) seront mentionnées dans les sections thématiques correspondantes.
Sources : Métadonnées de la commune pour les circonscriptions et Cassini (EHESS) pour leur histoire.
Cartes : une carte de la localisation de la commune dans l'arrondissement pourra compléter la secton.

Circonscriptions électorales

Indiquer les circonscriptions électorales suivantes : législative et départementale (canton). On pourra mentionner l'historique de la circonscription législative (avant et après le redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010) et du canton (avant la réforme territoriale de 2014 et après).

Élections municipales et communautaires

Élections les plus récentes

Les informations minimales à mentionner sont les suivantes (outre la date)  :

Population de la commune Type d'élection Informations à afficher Exemple
(1 tour)
Exemple
(2 tours)
moins de 1000 habitants scrutins majoritaires Le nombre de conseillers élus et le nom du maire. Ambloy Angé
de 1000 à 3500 habitants scrutins de liste, pas de nuance pour les listes le taux de participation global, le nombre de conseillers municipaux élus par liste, le nombre de conseillers communautaires et le nom du maire élu par le conseil municipal. L'utilisation du modèle ((Table)) permet un affichage synthétique clair. Traïnou
plus 3500 habitants scrutins de liste, une nuance pour chaque liste id ci-dessus + la nuance de chaque liste. Ingré

Les informations complémentaires suivantes pourront être mentionnées : le nom de chaque liste, le taux de participation par liste (pour les élections par liste), la qualité du maire, le nombre d’adjoints, les noms des commissions créées, les groupes constitués (pour les communes de plus de 100 000 habitants) ;
les noms des différents conseillers ou adjoints municipaux ou communautaires ne seront pas mentionnés.

Forme :

  • Le rédacteur privilégiera une mise en forme textuelle ;
  • La production de tableau ou d'encadrés est admise (y compris avec des représentations graphiques) dès lors qu’il n’y a pas de disproportion dans l’article ;
  • En cas de disproportion, un article détaillé sera créé pour présenter les différents résultats par élection.

Chronologie des maires

Pour la forme, on utilise des modèles spécifiques :

((ÉluDébut |Titre= Liste des maires successifs|Charte=commune))
((ÉluDonnées))
((Élu|Début= 4 juillet 1969|Fin= 25 juin 1995|Identité=Paul Hochon |Parti= |Qualité= ))
((Élu|Début= 25 juin 1995|Fin= 18 mars 2001|Identité=Jean Bon |Parti= |Qualité= ))
((Élu|Début= 18 mars 2001|Fin= 9 mars 2008|Identité=Paul Martin |Parti= |Qualité= ))
((Élu actuel|Début= 9 mars 2008|Date à jour=30 avril 2014|Identité=Pierre Petit |Parti= |Qualité= ))
((ÉluFin))

Ce qui donne :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
4 juillet 1969 25 juin 1995 Paul Hochon    
25 juin 1995 18 mars 2001 Jean Bon    
18 mars 2001 9 mars 2008 Paul Martin    
9 mars 2008 En cours
(au 30 avril 2014)
Pierre Petit    
  • dans l'Infobox, le champ « mandat maire = année1-année2 » est obligatoirement rempli de la façon suivante :
    1. soit le maire a été élu lors de la première réunion du conseil municipal qui a suivi les élections de mars 2014. On indique alors 2014, avec lien vers l’article national : [[Élections municipales françaises de 2014|2014]] ou celui du département ; le champ « année2 » a la valeur 2020 (sans lien wiki), date prévue des prochaines élections, date normale de fin de mandat ;
    2. soit le maire est élu dans l’intervalle (après décès, démission, révocation) : « année1 » est l’année (sans lien wiki) d’élection du maire par le conseil municipal ; le champ « année2 » a la même valeur que dans le cas 1 et ne change pas.
  • dans la liste des maires, le champ « Période » ne correspond pas nécessairement à une période de mandat. On indique le nom du maire actuel en utilisant la syntaxe suivante :
 ((Élu actuel|Début= DATE |Date à jour= |Identité= Jean Bon  |Parti= XXX |Qualité= YYY ))

où DATE est la date de la première élection de ce maire depuis qu'il est en poste.

Exemple :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Jean Bon XXX YYY
mars 2014 En cours
(au 2 avril 2014)
Jean Aymard XXX YYY

signifie que Jean Aymard a succédé en mars 2014 à Jean Bon qui était en poste depuis mars 2001.

Exemple :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juillet 1974 mars 1983 Paul Hochon PS  
mars 1983 mars 1989 Jean Bon DVD  
mars 1989 mars 1995 Paul Hochon Divers Gauche  
mars 1995 En cours
(au 2 avril 2014)
Jean Aymard PS  

signifie que Paul Hochon a été maire de juillet 1974 à mars 1983 puis de mars 1989 à mars 1995, et que le 2 avril 2014 le maire était Jean Aymard, élu en mars 1995.

Le champ « Qualité » permet d'indiquer la profession/fonction du maire au moment de son élection et durant son/(ses) mandat(s).

On fera attention :

  • à ce que cette liste est une « Liste des maires successifs » comme le titre l'indique, il faut ainsi placer les maires dans l'ordre de succession (donc en commençant par le plus ancien) ;
  • à ce que cette liste est une liste de maires, et non pas de mandatures : lorsqu'un maire a fait plusieurs mandatures successives, on indique la date du début de la première et la date de fin de la dernière ;
  • à placer le commentaire ((ÉluDonnées)) en tête de liste si les informations manquantes sont les plus anciennes (ce commentaire peut inciter le lecteur à compléter la liste)
  • si on indique avec précision une date (en précisant le jour et le mois), à ne pas indiquer la date de l'élection municipale mais la date à laquelle le conseil municipal s'est réuni pour élire le maire ;
  • à ne pas mettre les noms en majuscules, mais comme c'est la règle sur la fr.wikipédia, on met la première lettre seulement en majuscules pour le prénom puis le nom (comme son nom l'indique le « pré »nom se place toujours avant le nom) ;
  • à ne pas mettre de majuscules aux noms des mois : on écrit « Début=mars 2008 » et non pas « Début=Mars 2008 »[pourquoi ?] ;
  • à faire précéder, dans la liste comme dans l'infobox, le nom d'une femme maire dont le prénom peut être compris comme masculin ou comme féminin (Camille, Claude, Dominique…), de ((Mme)), ce qui se traduit par Mme.

Autres élections

Il ne s'agit pas de faire une liste exhaustive de résultats électoraux mais de sélectionner ceux qui sont directement liées à la commune, permettant de dégager une tendance. L'utilisation de tableaux parce qu'ils sont le plus souvent inclus dans une boîte déroulante doit être écartée.

Le ministère de l'intérieur publie les résultats des différentes élections et référendums pour toutes les communes : cliquer ici. Outre les résultats des élections municipales, informations spécifiques de la commune, on peut ajouter — à titre d'information — les résultats des élections présidentielles. Les résultats des autres élections peuvent également être ajoutés mais seulement s'ils apportent une information utile au lecteur (c'est le cas par exemple des élections départementales lorsque la commune correspond exactement au contour d'un canton, ou qu'elle est divisée en plusieurs cantons). On peut utiliser à cette intention le modèle ((Résultats élections communes françaises)).

Instances de démocratie participative

Comités de quartiers, conseils municipaux des jeunes ou des ainés, budget participatif, explicitement datés et sourcés... Selon l'importance de la commune (et du sujet), cette section pourra sans difficulté être fusionnée ds « Administration municipale »

Finances communales

Ce qui est souhaitable

  • des éléments de budget, éventuellement mis en perspective chronologique et présentés correctement (ces données peuvent en effet être variable d’une année sur l’autre)
  • des éléments d’analyse financière, à condition qu’ils soient sourcés par des sources secondaires

Ce qu’il faut éviter

  • des éléments de budgets partiels ou erronés,
  • le choix de tel ou tel ratio d’analyse financière, sorti du contexte des autres ratios et de celui de la commune et sans source secondaire.

Un exemple

Ploërmel

Commentaires

Sur les budgets
S’il y a une section où il faut être précis, c’est bien celui des finances locales. Donc :

  • Préciser qu’on parle du budget principal, car il y a souvent des budgets annexes ;
  • Détailler fonctionnement et investissement ;
  • Préciser si on parle de budget primitif (équilibré) ou de compte administratif ;
  • Si on fait une série chronologique, privilégier les chiffres du budget et pas celui du ratio budgétaire à la population ;
  • Eviter les séries anté-chronologiques

Sur les ratios d’analyse financière
Attention, sujet hautement sensible. Pour y comprendre quelque chose, il y de nombreux docs sur le web, en voici deux relativement simples : ce doc, publié par l’INET et cette fiche faite par la DDTM du Finistère.

En synthèse, il y a 15 ratios d’analyse financière :

  • les ratios obligatoires de niveau (6) : les dépenses par habitant, les recettes par habitant, le produit fiscal par habitant, l’enveloppe de dotation globale de fonctionnement par habitant, l’effort d’équipement par habitant, la dette par habitant ;
  • les ratios de solvabilité budgétaire (4) : taux d’épargne brute, potentiel fiscal, taux d’endettement, capacité de désendettement
  • les ratios de marge de manœuvre (3) : marge d’autofinancement courant, coefficient de mobilisation du potentiel fiscal par habitant, taux d’incompressibilité des dépenses ;
  • les autres ratios (2) : le coefficient d’intégration fiscale, l’indice d’autonomie financière.

Souvent utilisés dans les classements pour comparer les collectivités entre elles, trois ratios méritent d’être mentionnés, obligatoires pour toute commune de plus de 3500 habitants :

  • le produit des impositions directes / population ;
  • les recettes réelles de fonctionnement / population ;
  • le montant de DGF / population

Mais, comme expliqué dans les docs mentionnés, les ratios utilisant la variable de la population sont à manier avec une grande prudence. En tout état de cause, présenter un graphique sur la capacité d’autofinancement, sorti de tout contexte, n’est pas admissible.

Sur le traitement automatique
Dès lors qu’on a des données chiffrées, on peut être tenté de mettre en place un traitement automatique. Cela se fait assez facilement, soit par récupération à la volée des données sur le site Alizé2 (relativement difficle depuis qu’ils sont passés en .ph), soit à partir directement des bases de données mise en ligne (voir ici). Thierry46 s’y est essayé entre 2012 et 2015 (voir le projet de Thierry46, mais du fait des observations ci-dessus, ce projet ne peut pas aboutir, sauf à le restreindre aux notions de budget.

Jumelages

ici ou ds « Culture locale et patrimoine »
Se référer à la base de données des jumelages gérée par le ministère des affaires étrangères et européennes.

Procédure :

  • aller à la page https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/accesMonde.html
  • cliquer sur le bouton du milieu « Recherche avancée Atlas français », ce qui permet d'ouvrir une « session » de recherche
  • dans la nouvelle grille de saisie, taper le nom de la commune dans le champ « Collectivité territoriale française »
  • les résultats arrivent rapidement. Pour info : un export pdf est proposé.

On pourra utiliser le modèle ((Jumelage)) de la façon suivante :

Au 8 février 2012, Antony est [[Jumelage|jumelée]] avec<ref>
((Lien web
 |url=https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/accesMonde.html
 |titre= Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures
 |site= le site du ministère des Affaires étrangères
 |consulté le= 8 février 2012
)).</ref> :
* ((jumelage|Arrondissement de Reinickendorf|Allemagne|année= 1966)) ;
* ((jumelage|Lexington (Massachusetts)|États-Unis|ville=Lexington|année= 1990)).

ce qui donne :

Au 8 février 2012, Antony est jumelée avec[7] :

Attention, le Modèle:Jumelage est « prévu pour être utilisé dans des listes (et non dans des phrases). »

L'atlas du ministère des affaires étrangères n'étant pas toujours à jour, il peut être judicieux de le comparer avec les informations émises par les mairies. On peut même signaler aux mairies les différences d'information, action qui en général aboutit à une mise à jour de l'Atlas.

Équipements et services publics

Descriptif de l'action publique et des services offerts aux habitants de la commune.

Rappel : En France, le service public désigne, d’une part, « une activité d’intérêt général effectuée sous le contrôle de la puissance publique par un organisme public ou privé », et d’autre part, « l’entité publique gérant cette activité ». Il se fonde sur les trois principes suivants : continuité, adaptabilité, égalité.

Eau et déchets

En introduction de cette section, préciser si la commune est engagée dans un Agenda21, puis préciser les services : production et distribution d'eau potable / assainissement des eaux / gestion des déchets - Pour chaque thématique, préciser si possible la maîtrise d'ouvrage (commune, syndicat ou intercommunalité) et le mode d'exploitation (régie, affermage ou concession).

Prélèvements en eau et usages

Source : la Banque nationale des prélèvements en eau (BNPE)
exemple pour Mardié (Loiret). On constate ainsi qu'en 2017, 403 416 m³ d'eau ont été prélevés sur le territoire de la commune, d'origine à 100 % souterraine, destinée à 53 % à l'alimentation en eau potable et 47 % pour l'irrigation des cultures. - pour une autre commune, remplacer le code insee dans l'url https://bnpe.eaufrance.fr/acces-donnees/codeCommune/45194/annee/2017

Services en production et distribution d'eau potable, assainissement collectif, assainissement non collectif

Source = Observatoire national des services d'eau et d'assainissement
exemple pour Mardié (Loiret). On constate ainsi que Orléans Métropole est compétente en matière de gestion de l'eau potable de la commune et a délégué la gestion au SIAEP VALS DE LOIRE. Orléans Métropole gère également l'assainissement collectif et l'assainissement non collectif. - pour une autre commune, remplacer le code insee dans l'url http://www.services.eaufrance.fr/donnees/commune/45194/2018

Tarifs de l'eau

Source = Observatoire national des services d'eau et d'assainissement - cf ci-dessus.

Gestion des déchets

Source : base Sinoé (descriptif). En entrant dans la fenêtre de recherche le nom de la commune (et le code postal), on accède aux informations suivantes :

  • EPCI auxquels la commune adhère
  • Déchèteries les plus proches
  • Installations de traitement situées à proximité de la commune

Exemple de traitement

Ce qui donne in fine pour la commune de Mardié la section Mardié#Gestion de l'eau.
Pour un traitement plus automatique, l'ensemble des données peut être téléchargé ici

Données officielles publiées par l'Insee

Les différentes données de population sont publiées par l'INSEE (Références au site de l'Insee). Des études publiées par l'INED peuvent venir enrichir le texte.

Comment mettre à jour l'article ?

Le système d'information territorial du projet Communes de France a pour vocation à automatiser l'affichage dans les articles des différentes divisions françaises (communes, cantons, intercommunalités, arrondissements, départements, régions) de données les caractérisant. Il permet d'avoir des informations à jour à une date donnée et d'éviter des actualisations manuelles fastidieuses et en tout état de cause sources elles-mêmes d'erreurs. Ainsi si avant 2012 les actualisations de populations étaient faites à la main, depuis cette date elles sont automatisées. Ce système ne concerne que les tableaux de populations, les graphiques et certaines phrases introductrices.

Le texte des articles des communes (ou autres divisions de France) peut être enrichi d'autres informations issues d'analyses thématiques publiées par l'Insee, l'INED ou la presse locale.

Cas des communes nouvelles

Deux cas :

  • la commune nouvelle porte un nom différent des communes déléguées la composant : un module démographique spécifique est créé pour la commune nouvelle ;
  • la commune nouvelle porte un nom identique à celui d'une des communes déléguées la composant : par principe de moindre surprise, l'article de la commune déléguée est maintenu et devient celui de la commune nouvelle. L'information est précisée dans le RI. Dans la section démographique, deux sous-sections sont créées : avant (commune historique) et après la fusion (commune nouvelle). Exemple avec la commune de Ploërmel.
Cas des données antérieures à 1793

Pour les données antérieures à 1793, les populations étaient généralement exprimées en feux ; ces données peuvent être ajoutées en s’inspirant de ce qui a été fait pour la commune de Pouancé, considérée en 2012 comme un bon exemple.

Espaces publics

Couvre la voirie, les parcs et jardins, les plages publiques. Pour chaque thématique, préciser si possible la maîtrise d'ouvrage (commune, syndicat ou intercommunalité) et le mode d'exploitation (régie, affermage ou concession). Concernant les grandes agglomérations, certains espaces publics sont qualifiés d'intérêt communautaire. Préciser lesquels (info dans les statuts de la CA) et leurs modes d'exploitation respectifs. Les labels "villes et villages fleuris" ou "pavillon bleu" pourront être mentionnés ici (pour ceux qui le souhaitent.

Enseignement

Primaire / secondaire / supérieur / recherche - Même si aucun établissement n'est sur la commune, préciser les établissements de rattachement (pour cela, il faut se procurer la carte de la sectorisation -
Les listes d'établissements scolaires du 1er et du 2d degrés sont disponibles sur les sites des inspections académiques des départements. On pourra également se référer à l'annuaire national tenu à jour par le ministère de l'Éducation nationale.

Ne pas oublier les établissements accueillant des handicapés (exemple : Carte des établissements accueillant des élèves handicapés pour le Loiret).

Postes et télécommunications

Indiquer la présence ou non d'une poste ou d'une agence postale (et les éventuelles perspectives), l'état de la commune en matière de haut-débit, etc.

Santé

Pour les petites communes, on peut indiquer l'hôpital le plus proche, la présence de professionnels de santé, d'une pharmacie… On pourra trouver des informations sur le site de la commune, de l’hôpital…

État de la démographie médicale dans le secteur de la commune. On pourra ajouter un volet concernant les établissements d'accueil pour personnes âgées ou handicapées situées dans la commune (ou a proximité pour les communes rurales).

Justice, sécurité, secours et défense

Organisation des institutions dont dépend la commune. Pour "secours" et "défense" ne donner des informations que si un équipement est dans la commune (CIS, CS ou caserne)

Justice

Contenu : Différencier l'ordre judiciaire et l'ordre administratif ainsi que les niveaux d'instruction : 1er degré (instance) et 2ème degré (appel)
Sources : annuaires ou cartes publiés par le ministère de la Justice : liste des juridictions - carte judiciaire - carte judiciaire
Exemples: Doulaincourt-Saucourt
Bot : texte automatisable

Sécurité

Contenu et Sources : Utiliser ce tableau de compétence territoriale gendarmerie et police nationales, pour définir la brigade de proximité (= brigade de gendarmerie) ou le commissariat dont dépend la commune.

Gendarmeries
  • Pour les communes qui disposent d'une gendarmerie sur leur territoire, on pourra compléter avec l'adresse (nom de la rue de la gendarmerie) et le territoire de compétence de la brigade de proximité (liste des communes).
  • Pour les communes qui ne disposent pas d'une gendarmerie sur leur territoire, la brigade dont dépend la commune sera indiquée ainsi que son territoire de compétence.
  • On pourra compléter par le groupement de gendarmerie (au niveau de l'arrondissement). Noter qu'en ce qui concerne les brigades de proximité, elles sont soit autonomes, soit regroupées en communautés de brigades. Pour ajouter ce type d'information, il convient de trouver une source présentant l'organisation départementale.
Police
  • Pour les grandes villes, il y a un commissariat central et des commissariat de secteurs. Pour du détail, il conviendra donc de regarder le site de la DDSP.

Illustrations : Photos de la gendarmerie (s'il y en a une dans la commune)
Bot : possibilité de réaliser un bot :

  • d'aide à la rédaction automatique de la phrase descriptive (hormis pour les villes disposant de plusieurs commissariats (où il faut compléter par une recherche manuelle) ;
  • de rédaction automatique de la section sur l'ensemble des communes d'un département.
Secours

L'annuaire du service départemental d'incendie et de secours (SDIS) permet de connaitre les centres de secours principaux (CSP), les centre d'intervention et de secours (CIS) ou les centre de secours (CS) du département et s'il y en a un dans la commune.
Source : https://www.pompiercenter.com/annuaire-sdis/sdis-28-groupement-territoriaux.htm pour le 28 (soit ceci) - Remplacer 28 par le numéro du département pour avoir la bonne url.
Illustrations : Photos du centre (s'il y en a un dans la commune).
Bot : Non

Défense

Population et société

Descriptif des éléments caractérisant la population et des différentes actions menées à l'initiative de cette population (clubs, associations, etc).

Démographie

L'Infobox contient généralement le nom des habitants dans le champ « gentilé ».

De façon à référencer la source de cette information, on pourra ici donner les explications correspondantes : références de la source, explications sur l'origine de cette appellation, etc. Pour cela, on peut alors écrire la phrase-type suivante (exemple pour Paris)[Note 2] : Les habitants de la commune sont appelés les ''Parisiens''. ou — si l'on désire faire un hyperlien vers le mot gentilé — Les habitants de la commune [[gentilé|sont appelés]] les ''Parisiens''. ; dans ce dernier cas, on veillera à ne pas faire l'hyperlien avec le mot « habitants » mais avec les mots « sont appelés », puisque l'hyperlien conduit non pas à une explication relative aux « habitants » mais à une explication relative à la façon dont ils « sont appelés ».

Le site commercial habitants.fr en fournit un certain nombre. Attention toutefois car il s’agit d’un site commercial alimenté par les internautes, qui ne sont pas tenus d’indiquer leurs sources d'information. On prendra soin d'indiquer la référence de cette source si on recopie des informations issues de ce site. Le trésor des régions, site tenu par le géographe Roger Brunet, en fournit un certain nombre.

Manifestations culturelles et festivités

Sports et loisirs

  • Sports : Descriptif des équipements publics (en mentionnant les maîtres d'ouvrages : commune/interco/département/Etat) puis vie sportive par discipline
  • Loisirs : Pourront être mentionnés ici les sentiers de randonnées (PR, GR, du PDIPR ou pas) (alors qu'ils sont souvent dans voies de communication), les centres de loisirs, les activités diverses de loisirs de plein air (nautisme, parachutisme, rafting, etc)
  • Le site IGNRando pourra indiquer des circuits de randonnées sur ou aux abords de la commune (ex : https://ignrando.fr/fr/randonnee-avezac-prat-lahitte/ )
  • Pour les communes rurales, ajouter pêche et chasse

Vie associative

Descriptif du non sportif et non cultuel.

Cultes

Pour rédiger ce chapitre, on trouve des informations sur les lieux de culte :

Médias

Ne concerne généralement que les communes importantes.

Économie

Descriptif des acteurs économiques locaux et des principaux indicateurs caractérisant la commune et sa population.

Entreprises et commerces : on pourra segmenter en secteurs primaire/secondaire/tertiaire ou selon la terminologie de l'Insee : Agriculture/industrie /construction/commerces/Services
Agriculture : Préciser la petite région agricole dont fait partie la commune (il y a 711 PRA en France métropolitaine. Le classement communal est ici), les types d'exploitations agricoles (végétales/culturales/animales) et les productions d'appellation AOC, IGP ou LR.
Tourisme : Le classement en commune touristique peut être intéressant (généralités, communes touristiques, stations) - Noter au passage que Liste des communes touristiques en France est obsolète puisque le dernier classement date de 2017 ! Attention cependant : les arrêtés indiquant qu'une commune est touristique sont valables seulement 5 ans.

Revenus de la population et fiscalité

Revenu fiscal moyen

Une phrase simple comme dans Monts ou Lescar. Sources :

Comparatif d'indicateurs

Un tableau comparatif commune/département peut être fait à l'instar de l'article sur Ploërmel. Sources :

Ruralité

Emploi

Les informations fournies par l'Insee peuvent être rédigées de la façon suivante :

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 17 056 personnes, parmi lesquelles on comptait 73,5 % d'actifs dont 68,0 % ayant un emploi et 5,5 % de chômeurs[Insee 4].

On comptait 6 567 emplois dans la zone d'emploi, contre 6 462 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 11 679, l'indicateur de concentration d'emploi est de 56,2 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu plus d'un emploi pour deux habitants actifs[Insee 5].

Entreprises et commerces

Les informations fournies par l'Insee peuvent être résumées de la façon suivante :

Au 31 décembre 2010, Sucy-en-Brie comptait 1 578 établissements : 7 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 58 dans l'industrie, 175 dans la construction, 1 097 dans le commerce-transports-services divers et 241 étaient relatifs au secteur administratif[Insee 6].

En 2011, 207 entreprises ont été créées à Sucy-en-Brie[Insee 7], dont 133 par des autoentrepreneurs[Insee 8].

Ce type de texte présente l'avantage d'être facilement actualisé, mais il donne une vision figée à une date donnée et non une évolution sur le dynamisme global de la commune ou de tel ou tel secteur d'activités.

Deux autres sources intéressantes :

  • Le site verif.com (ici pour Boulazac Isle Manoire) donne un classement des plus grosses entreprises selon leur chiffre d'affaires ;
  • Le site du Figaro économique (ici pour Boulazac Isle Manoire). On y voit l'évolution du nombre d'entreprises sur les 7 dernières années (ici 40 % ce qui est beaucoup), les secteurs d'activité les plus représentés, les créations et fermetures d'entreprises, les secteurs d'activité dans lesquels se créent ou se ferment le plus d'entreprises, les entreprises qui génèrent le plus de chiffre d'affaires, celles qui déclarent les plus gros résultats ou celles qui emploient le plus d'effectifs. Cela permet de voir immédiatement le dynamisme de la commune et les secteurs d'activités en progression. En tout cas, bien plus qu'un classement sec.

Selon les informations disponibles, on peut développer en utilisant les sous-sections suivantes :

Secteur primaire ou Agriculture

Le secteur primaire comprend, outre les exploitations agricoles et les élevages, les établissements liés à l’exploitation de la forêt et les pêcheurs.

Dans Géoportail, la couche Agriculture permet de distinguer les types de cultures dans une commune (afficher aussi les limites de communes), entre bois, vignes, céréales, prairies, vergers, ... La légende est accessible en cliquant sur le "i" de la couche dans "Ma sélection de données".

Secteur secondaire ou Industrie ou Artisanat et industrie

Les entreprises de BTP se trouvent dans ce secteur, dans une petite commune il peut être plus adapté de préciser l’intitulé de la sous-section.

Secteur tertiaire ou activités de service

  • Activités touristiques et hébergements associés (hôtels, campings, etc). L'ajout de l'information sur le classement de la commune peut être envisagé. Il y a deux types de classements :

- Commune touristique : label attribué par arrêté préfectoral pour 5 ans (1300 en janvier 2019)
- Station classée de tourisme, label attribué par décret pour 12 ans (400 en juin 2019)
Source : page dédiée du Ministère des Finances. Des exports par territoire peuvent être faits.

  • Activités de services (institutions hébergées par la communes, services de proximité, commerces, etc).

Culture locale et patrimoine

Lieux, monuments, culture, traditions, personnalités.

Lieux et monuments : on pourra segmenter en « Patrimoine civil/religieux » ou bien en « sites archéologiques/ sites inscrits ou classés/ autres sites » ou un mix des deux. - pour les recherches archéologiques récentes, on pourra utiliser l'outil de l'Inrap
Patrimoine culturel : Descriptif des équipements culturels sur la commune (en mentionnant les maîtres d'ouvrages) puis vie culturelle par domaine.
Jumelages : ici ou ds « Politique et administration »
Gastronomie : Préciser spécialités gastronomiques locales (s'il y a lieu).
La ville dans les arts : Notoriété de la ville dans les arts (cinéma, télé, chansons, etc)
Personnalités liées à la commune : Se limiter à une vingtaine. Renvoyer dans un article détaillé si on dépasse. Préciser ce qui la relie à la commune (naissance/métier/action spécifique)
Héraldique : ici ou dans « Histoire » ou ds section à part.

Ville et Pays d'art et d'histoire

En introduction, il pourra être précisé si la ville est labellisée Villes et Pays d'art et d'histoire (ou fait partie d'un pays labellisé), un label officiel français attribué depuis 1985 par le ministère de la Culture et de la Communication aux communes ou pays de France qui s’engagent dans une politique d’animation et de valorisation de leurs patrimoines bâti, naturel et industriel, ainsi que de l’architecture. Ce label succède à l’appellation « Ville d’art », disparue en 2005. ː

Lieux et monuments

Dans ce chapitre, on pourra se référer aux 17 bases de données du ministère de la Culture.

Pour les recherches :

  • base Joconde (catalogue collectif des collections des musées de France)
  • base Mémoire (collections d'images du service des archives photographiques (SAP), des services régionaux de l'Inventaire (IVR), des conservations régionales des monuments historiques (CRMH),des services régionaux de l'archéologie (ARCHEO), des services départementaux de l'architecture et du patrimoine (SDAP)
  • base Mérimée (patrimoine architectural)
  • base Palissy (patrimoine mobilier), dont la base des objets volés

Pour cela on utilise les modèles définis à cette attention : par exemple

  • Base Joconde : <ref>((Base Joconde|M5037000056))</ref>, ce qui donne[8]
  • Base Mémoire : <ref>((Base Mémoire|IVR31_89620538ZA))</ref>, ce qui donne[9]
  • Base Mérimée : <ref>((Base Mérimée|IA00008440))</ref>, ce qui donne[10]
  • Base Palissy : <ref>((Base Palissy|IM56002850))</ref>, ce qui donne[11]

Autre source utile : les « dossiers documentaires » de l'inventaire général : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/LISTES/bases/AG_dpt-NN.htm où NN est le numéro du département. Cliquer sur Liste des communes par département en dessous de accès aux dossiers documentaires de l'inventaire, dans le menu à gauche. Cela ne concerne malheureusement pas toutes les communes. Ces dossiers possèdent parfois des références bibliographiques qui peuvent être utiles.

Pour indiquer tous les lieux, monuments et objets répertories, on peut utiliser le texte suivant :

Nanterre compte 2 monuments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[12] et 76 lieux et monuments répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[13]. Par ailleurs, elle compte 9 objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[14] et 38 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[15].

Voir aussi : Liste des monuments historiques par département et Monument historique (France) ainsi que Inventaire général du patrimoine culturel.

Le CTHS donne en accès libre ses publications de plus de trois ans. Dont les actes d'un colloque sur les fortifications, qui offrira l’avantage de donner un point de vue récent et renouvelé sur les fortifications de votre ville préférée c’est ici.

Patrimoine culturel

Cette sous-section, parfois nommée « Équipements culturels » donne des informations sur les musées, bibliothèques, salles de spectacles (théâtre, etc.).

Personnalités liées à la commune

Dans cette sous-section, on liste les personnalités liées à la commune dont la notoriété est reconnue par l'existence d'un article dans la fr.wikipédia. On peut toutefois y ajouter des personnalités dont les articles n'ont pas encore été rédigés à la condition que leur notoriété soit établie par des références à des sources secondaires. On veillera à préciser le lien entre la personnalité et la commune.

Dans le cas où vous possédez des informations sur une personne dont l’action a un lien avec la commune, mais qui est peu connue, vous pouvez signaler cette action dans la partie la plus adaptée : Histoire, Économie, Arts, etc.

Lorsque la liste est longue (plus de 10 à 15 noms), on pourra créer un article détaillé, et ne conserver dans l'article principal que les personnalités les plus marquantes de la commune.

La syntaxe généralement utilisée est la suivante : prénom, nom, années de naissance et de mort, puis on reprend la première phrase de l'intro de l'article concerné, en précisant le lien avec la commune (avec éventuellement des informations complémentaires).

Par exemple (extrait de l'article labellisé BA, consacré à la commune de Saintes) :

  • Fernand Chapsal (1862-1939), homme politique, maire de Saintes en 1919, puis sénateur et membre du gouvernement. Le jardin public et une rue de la ville perpétuent sa mémoire.

Héraldique, logotype et devise

Dans ce chapitre, on utilisera le modèle ((Blason commune)). On peut se référer à l'armorial du département.

Rappelons qu'il s'agit bien du blason de la commune, pas de celui de la famille ou d'un individu marquant de cette commune.

Voir aussi

Une même section regroupe la bibliographie, les articles connexes et les liens externes concernant le sujet abordé dans l'article. Nota : l'appellation donnée à cette section n'est pas imposée (cf. discussion ici).

Bibliographie

Pour mettre en forme la bibliographie utiliser le modèle Ouvrage : ((ouvrage | prénom1 = Louis | nom1 = Trenard | directeur1 = Trenard | prénom2 = Michel | nom2 = Rouche | lien auteur2 = Michel Rouche | préface = [[Jacques Legendre]] | titre = Histoire de Cambrai| | collection = Histoire des villes du Nord / Pas-de-Calais | éditeur = Presses Universitaires de Lille | année = 1982 | année première édition = 1982 | tome = 2 | pages totales = 314 | format = 24cm | isbn = 2-85939-202-7 | issn = )) ce qui donne ceci :

  • Louis Trenard (dir.) et Michel Rouche (préf. Jacques Legendre), Histoire de Cambrai, t. 2, Presses Universitaires de Lille, coll. « Histoire des villes du Nord / Pas-de-Calais », (1re éd. 1982), 314 p., 24cm (ISBN 2-85939-202-7[à vérifier : ISBN invalide])

Pour mettre en forme les références bibliographiques, si elles sont nombreuses, deux méthodes possibles:

  • utiliser le modèle ((harvsp)). Exemple faisant référence à l'ouvrage cité ci-dessus :

L’ancienne église n’ayant pas été totalement détruite, il était possible d’en réutiliser une partie pour assurer la continuité du culte<ref>((harvsp|Trenard|Rouche|1982|p=78))</ref>.

Ce qui donne : L’ancienne église n’ayant pas été totalement détruite, il était possible d’en réutiliser une partie pour assurer la continuité du culte[16].

  • les séparer des autres références et les regrouper par titres (préférable en cas de références multiples au même ouvrage) en utilisant la syntaxe <ref group="Insee">p.123</ref>. Exemple faisant référence à l'ouvrage cité ci-dessus :

Si le porche avait été reconstruit dans la tradition carolingienne du Saint-Empire, les bâtisseurs se donnèrent davantage de liberté pour l’édification de la nef[Insee 9]. Du reste l’évêque Nicolas de Chièvres, contemporain et ami de l’abbé Suger, avait assisté à la consécration du chœur de l’abbaye de Saint-Denis en 1144[Insee 10] : il connaissait donc la nouvelle architecture.


  • Louis Trenard (dir.) et Michel Rouche (préf. Jacques Legendre), Histoire de Cambrai, t. 2, Presses Universitaires de Lille, coll. « Histoire des villes du Nord / Pas-de-Calais », (1re éd. 1982), 314 p., 24cm (ISBN 2-85939-202-7[à vérifier : ISBN invalide])

Inclusion de sources audiovisuelles

Le modèle ouvrage pourra ici aussi être utilisé ː

((ouvrage |langue=fr |format=((vid)), 26 min 44 s|url=http://www.inrap.fr/l-expansion-bantoue-nouvelles-syntheses-9710 |titre= L'expansion bantoue : nouvelles synthèses |auteur=Augustin Holl |éditeur=INRAP |nature ouvrage=Colloque Archéologie des migrations tenu les 12 et 13 novembre 2015 au Musée national de l’histoire de l’immigration |date=4 mars 2016 |partie=6 min. 30 s.))
ce qui donne :
Augustin Holl, L'expansion bantoue : nouvelles synthèses (Colloque Archéologie des migrations tenu les 12 et 13 novembre 2015 au Musée national de l’histoire de l’immigration), INRAP, , [vidéo], 26 min 44 s (lire en ligne), 6 min. 30 s.

Articles connexes

On fait ici une liste d'articles de l'encyclopédie fr.wikipédia dont l'objet traité est connexe à la commune. Par exemple, on trouve généralement l'article nommé Liste des communes de/du/des (suivi du nom du département).

Liens externes

Conformément à la recommandation relative aux liens externes, on notera que la fr.wikipédia n'est pas un annuaire de liens. Les pages web qui sont des sources d'informations doivent être référencées au sein de l'ensemble <ref>[…]</ref> dans la section concernée : par exemple, le lien vers le site d'un club de football sera indiqué dans la sous-section « Sports » et non pas en bas d'article dans la sous-section « Liens externes ». Sauf cas particulier, on se limite donc ici au lien vers le site de la mairie et aux liens vers les autres projets. La syntaxe utilisée peut être la suivante :

((Autres projets| commons= Category:NomCommune| wiktionary= NomCommune ))

* [http://www… Site de la mairie]

N.B. : pour signaler les autres projets, attention aux noms de communes comportant une apostrophe : le titre de l'article de Wikipédia utilise l'apostrophe droite alors que le titre sur le wiktionnaire utilise l'apostrophe courbe.

On évitera ici d'ajouter le qualificatif « officiel » au mot « site », puisque le site de la mairie ne peut être qu'officiel, de même pour le site de l'office de tourisme ; par ailleurs, il est inutile de préciser le nom de la commune, puisque l'article défini « la » se rapporte à la commune, sujet de l'article. On n'utilisera pas le modèle ((Site officiel)) pour indiquer l'url du site de la mairie, ce qui tendrait à indiquer que ce site est le site « officiel » de tout ce qui est relatif à la commune.

On fera attention à ne pas indiquer dans cette section des sites commerciaux (dont l'url ne se termine plus toujours par .com), même s'ils publient des informations relatives à la commune (généralement recopiées des bases Mérimée, Palissy, Insee, IGN…).

Mémoires d'écran

En région Centre-Val-de-Loire, le site http://memoire.ciclic.fr/ propose plus de 12 000 vidéos d'amateurs et d'archives tournées à partir des années 1920. Elles peuvent servir à illustrer la vie des communes. Exemple avec Ouzouer-sur-Trézée. On pourra aussi utiliser le Modèle:Média externe

Notes et références

Notes

  1. Une circonscription administrative est une division territoriale de la France dans laquelle un ou plusieurs services déconcentrés de l'État ont leur siège et sont compétents. Il existe trois circonscriptions administratives de droit commun : la région, le département et l'arrondissement.
  2. Le gentilé est ici en italique par autonymie conformément à la règle de typographie « Mots à faire ressortir du texte », page 121 du Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, référence des règles de typographie utilisées dans la fr.wikipédia.

Références

Insee

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  5. EMP T5 - Emploi et activité.
  6. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  7. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  8. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.
  9. p.432
  10. p.433

Nota : en , l'Insee a modifié de façon très importante la structure de son site. Le projet a rédigé la page Projet:Communes de France/Référence au site de l'Insee afin de s'y retrouver.

Autres sources

  1. Sandrine Campese, « Paris est beau ou Paris est belle ? Le genre des noms de villes », sur https://www.projet-voltaire.fr/, (consulté le )
  2. « Zones ZNIEFF d'Aguessac » sur Géoportail (consulté le 28 novembre 2020)..
  3. « Sites Natura 2000 d'Aguessac » sur Géoportail (consulté le 28 novembre 2020)..
  4. « Métadonnées de la commune de Ploërmel », sur https://www.insee.fr/ (consulté le )
  5. « Ville isolée - définition », sur https://www.insee.fr/ (consulté le )
  6. « Fiche communale d'occupation des sols », sur le site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de l'Île-de-France, (consulté le ).
  7. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  8. Notice no M5037000056, base Joconde, ministère français de la Culture
  9. Notice no IVR31_89620538ZA, base Mémoire, ministère français de la Culture
  10. Notice no IA00008440, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no IM56002850, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « Liste des monuments historiques de la commune de Nanterre », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Liste des lieux et monuments de la commune de Nanterre à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Liste des objets historiques de la commune de Nanterre », base Palissy, ministère français de la Culture.
  15. « Liste des objets de la commune de Nanterre à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. Trenard et Rouche 1982, p. 78
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Projet:Communes de France/Aide à la rédaction - plan 2018
Listen to this article