Projet:WikiMOOC/2017/Contenu/5.f - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Projet:WikiMOOC/2017/Contenu/5.f.

Projet:WikiMOOC/2017/Contenu/5.f

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plan du module

Plan détaillé général

Prendre un article en exemple puis analyser son contenu, niveau syntaxe, tout au long du module.

A) Principaux éléments de syntaxe du wikicode

[tutoriel interactif]

  • Déjà vus (en une ligne) : gras, italique, LI (/!\ nouveau : liens ancrés avec #)
  • Pour (M), (M), (M), (M) et (M), (M) fiche mémo des touches clavier à utiliser
  • Pas encore vus : LE, listes à puces, listes numérotées
  • Accolades = modèle (on le voit en B)
  • Balises <ref></ref> = références ou notes / fonctionnalités avancées :
    • ref name
    • ref group
  • [[Fichier:XXXX.jpg]] = image / différentes options
  • à noter qu'on peut croiser du HTML et du CSS dans les articles. Au fait, possible de personnaliser sa signature avec du HTML/CSS depuis les préférences (on ne détaille pas).

B) Modèles

[vidéo facecam]

  • Exemple d'introduction : le modèle ((e))
  • But
  • Il y en a des dizaines de milliers, donc on ne va pas vous les apprendre, on va vous apprendre comment les découvrir, les apprendre et les appréhender
  • Fonctionnement technique :
    • Se reconnaît aux accolades
    • Chacun a une page à part contenant le code du modèle, dans l'espace Modèle: + une page de documentation
    • Quand vous tombez sur un modèle (un truc avec accolades
      ) que vous ne connaissez pas, rechercher la documentation du modèle (on explique comment)
    • Notion de paramètre. Peut y avoir plusieurs paramètres, exemple : ((lien web)) (que l'apprenant a déjà utilisé, mais avec l'EV, sans le savoir)
    • peut se placer dans un LI ou LE (exemple)

C) Exemples de modèles utiles

[vidéo facecam] [on présente de manière détaillée trois exemples de modèles ici (en rose), et on en évoque quelques autres]

Plusieurs grands types de modèles :

  1. Sur le main :
    • modèles de mise en forme du texte. Exemple : ((lien)) (on le détaille) ((M) il existe des paramètres nommés)
    • modèles de mise en forme des références. Exemples : ((Lien web)) (on le détaille), ((Ouvrage)), ((Article)) (fonctionnement pareil)
    • modèles pour structurer les articles. Exemple : les portails (ils connaissent déjà !), les infoboxs (on détaille) :
      • Késako ? Exemple (on reprend l'article déjà utilisé dans A et B) : en mode édition et en mode lecture
      • Pour comprendre à quoi correspondent les paramètres, il faut consulter la documentation : a) car chaque paramètre a un rôle précis ; b) car certains paramètres doivent recevoir une valeur sans LI (il sera ajouté automatiquement), par exemple, et d'autres avec. Vous pouvez modifier les docs.
      • Pour votre brouillon d'article, essayez d'ajouter une infobox. Cf. Aide:Liste d'Infobox. En cas de doute, choisir la plus généraliste (sur une personne : ((Infobox Biographie)))
  2. Pour les espaces communautaires et personnels (tout ce qui est hors main). Exemples non détaillées : pour les votes, Modèle:Palette Modèles de vote ; pour les PU, les boîtes utilisateur

Parties

A) Principaux éléments de syntaxe du wikicode

[Intro texte en haut de l'unité]

Bonjour à toutes et à tous. Nous allons dans ce module aborder plus en profondeur le wikicode et les modèles, puisque dans le reste du WikiMOOC, vous avez surtout utilisé l'Éditeur visuel. Ce dernier est très pratique au quotidien, mais pour effectuer des manipulations plus complexes, connaître le wikicode et savoir utiliser les modèles est essentiel. L'ensemble de ce module est facultatif : si vous avez le temps et l'envie d'approfondir votre connaissance du fonctionnement technique de Wikipédia, ce module est fait pour vous. Mais il n'est absolument pas indispensable à la compréhension de la suite du WikiMOOC.

Si vous suivez ce module, gardez à l'esprit que cela reste une initiation, dont le but n'est pas de vous apprendre de manière exhaustive à utiliser toutes les fonctionnalités avancées de Wikipédia. L'objectif est plutôt de vous donner les outils pour que vous puissiez poursuivre votre apprentissage par vous-même au fil de vos pérégrinations sur Wikipédia — pratiquer reste indéniablement le meilleur moyen d'apprendre, sur Wikipédia.

La première unité de ce module est consacrée au wikicode ; à son terme, vous ne devriez plus hésiter à cliquer sur le bouton [modifier le code]

.

Version textuelle

Partie déjà intégrée sur FUN. Si vous repérez des erreurs, les corriger ici puis les signaler à Goombiis ou Jules pour que la correction soit reportée sur FUN.

Jusqu'ici, les seuls éléments de wikicode que vous connaissez sont le gras, l'italique et les liens internes. Voyons les autres éléments du wikicode. Pour cela, partons à la découverte d'un article... en mode wikicode : celui d'Hayao Miyazaki, dessinateur et réalisateur japonais, nous servira d'exemple dans cette unité. À première vue, la page en wikicode (fig. 1) ne parait pas très lisible. Avant d'aller plus loin, nous vous conseillons d'aller dans vos préférences, puis dans l'onglet « Gadgets », et de cocher le gadget « DotsSyntaxHighlighter : activer la coloration syntaxique du wikitexte », dans la rubrique « Zone d'édition ». Revenez ensuite sur l'article « Hayao Miyazaki » en mode Wikicode. Vous devriez y voir plus clair, désormais (fig. 2) !

Fig. 1
Fig. 1
Fig. 2
Fig. 2


La syntaxe de base

Tout d'abord, sachez qu'il est possible, en wikicode, d'ouvrir une section ou sous-section ; cela évite de se perdre dans la page entière. Sur Hayao Miyazaki, Cliquez sur « modifier le code » à côté du titre de la section « Distinctions ».

Vous pouvez remarquer que les titres de section s'écrivent avec des symboles = de part et d'autre (fig. 3). La hiérarchisation se fait avec le nombre de signes= apposés de chaque coté du titre. Ainsi, le titre d'une section principale d'un article s'écrira ainsi : == Biographie ==, un sous-titre ainsi === Enfance et jeunesse ===, etc. Notez qu'un titre n'est jamais encadré par un seul = ; le premier niveau de titre commence à ==.

Fig. 3
Fig. 3

Zoomons à présent sur un des liens internes présents dans la section « Prix personnels » (fig. 4) : avant la barre verticale se situe la cible du lien, et après la barre verticale, c'est le texte du lien qui apparaît lors de la lecture. Mais, si vous observez bien, il y a dans la cible du lien un symbole croisillon #. L'article vers lequel redirige le lien est bien « Prix Eisner », mais à quoi correspond « #Temple de la renommée Will Eisner » ? Le croisillon permet en fait de cibler une section particulière à l'intérieur de l'article. Ici, le lien redirige donc vers la section nommée « Temple de la renommée Will Eisner » au sein de l'article « Prix Eisner ». Si vous souhaitez faire un lien vers la section « Biographie » de Victor Hugo, il faudra donc écrire le lien comme ceci : [[Victor Hugo#Biographie|Victor Hugo]].

Fig. 4
Fig. 4

Cette précision faite sur les liens internes, abordons rapidement les liens externes (LE), qui redirigent vers des sites extérieurs à Wikipédia. Ils se distinguent par le fait qu'ils n'ont qu'un seul crochet ouvrant [ et un seul crochet fermant ]. Au lieu de séparer la cible du lien et le texte qui s'affiche par une barre verticale | comme c'est le cas avec les liens internes, on les sépare avec un simple espace. Voici un exemple de LE (au sein d'une référence), tiré de l'article sur Hayao Miyazaki :

<ref>[http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Hayao-Miyazaki-un-dessin-anime-inspire-par-la-catastrophe-de-Fukushima-3020498 Hayao Miyazaki : un dessin animé inspiré par la catastrophe de Fukushima], sur le site Premiere.fr</ref>

Toujours dans les éléments relativement basiques, il existe les listes à puces et les listes numérotées. Les premières s'effectuent avec le caractère étoile *, les secondes avec le caractère dièse #. Un exemple sera plus efficace qu'un long discours : la fig. 5 présente une liste à puce en wikicode et la fig. 6 montre son affichage en mode lecture.

Fig. 5
Fig. 5
Fig. 6
Fig. 6
Les images

Vous avez appris dans le module précédent à intégrer des images à l'aide de l'Éditeur visuel. Voici à quoi ressemble l'image ci-contre (fig. 7) en wikicode : [[Fichier:Mitsubishi a6m replica based on North American T6.JPG|vignette|alt=Avion vert dans le ciel bleu.|Réplique d'un avion Zero.]].

Fig. 7
Fig. 7

Décomposons les différents éléments, qui sont tous séparés par des barres verticales | :

  • au début et à la fin, une paire de crochets, comme pour les liens internes ;
  • le nom de l'image : il est composé de File: (ou bien ses alternatives Fichiers: et Image:) et du nom du fichier tel qu'il figure sur Commons – ici, « Mitsubishi a6m replica based on North American T6.JPG » ;
  • le mot-clef vignette (ou son alternative en anglais thumb), qui permet que votre image ne s'affiche pas en pleine résolution et ne recouvre toute votre page ;
  • le paramètre alt= (recommandé), dans lequel il s'agit de décrire sommairement ce qu'on voit à l'image (ici, un avion vert dans le ciel) pour les lecteurs d'écran des personnes malvoyantes et pour les internautes dont la faible connexion internet empêche de voir les images ;
  • la légende de l'image (obligatoire), qui s'affichera pour tous les lecteurs sous l'image.

Notez que par défaut, l'image s'affiche à droite de votre texte, mais vous pouvez forcer l'affichage à gauche ou, plus rare, au centre, à l'aide des mots-clefs gauche et centre (ou bien left et center). Sachez enfin que l'ordre des paramètres n'a aucune importance, si ce n'est que le nom de l'image doit toujours être en première position.

Notez enfin qu'il est possible de créer des galeries d'images horizontales (fig. 8), à utiliser avec modération. Nous n'allons pas vous présenter leur code, mais il est détaillé dans cette page d'aide et n'est pas spécialement complexe.

Fig. 8
Fig. 8
Les références

Maintenant, abordons deux éléments plus complexes : les références et les modèles. Vous utilisez déjà les références mais uniquement avec l'Éditeur visuel. Pour rappel, les références sont le nom que l'on donne aux notes de bas de page qui contiennent les sources. Quant aux modèles, ils feront l'objet des deux prochaines unités.

Reprenons notre exemple de lien externe de tout à l'heure ; le lien externe est dans une référence :

<ref>[http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Hayao-Miyazaki-un-dessin-anime-inspire-par-la-catastrophe-de-Fukushima-3020498 Hayao Miyazaki : un dessin animé inspiré par la catastrophe de Fukushima], sur le site Premiere.fr</ref>

On reconnaît les références aux balises ref qui les encadrent (et que nous vous avons brièvement présentées durant la semaine 2). Une balise, c'est un morceau de code composé de chevrons (<>) qui encadre des éléments ; c'est très utilisé en HTML (le code qui est utilisé pour écrire le contenu des pages web). Une référence est toujours encadrée par une balise ref dite ouvrante, c'est-à-dire sans barre oblique, et une balise ref dite fermante, presque identique à la balise ouvrante mais avec une barre oblique avant le chevron final. Concrètement les balises références en wikicode ouvrantes et fermantes se présentent comme ceci <ref> ici on met la description de la référence</ref>


Les références nommées

Bon, pour l'instant, rien de très compliqué. Mais les références sont un outil puissant. Si par exemple vous souhaitez utiliser plusieurs fois une même référence, en wikicode, il existe un mot clef pour n'écrire la référence qu'une seule fois, et la réutiliser à autant de reprises que vous le voulez. Vous avez déjà utilisé les références nommées, sans le savoir, durant la semaine 2 du MOOC, lorsque nous vous avons appris à réutiliser une référence déjà présente dans l'article. Ce mot-clef, c'est name="", et voilà à quoi ressemble une référence qui l'utilise : <ref name="history of ghibli">((ja)) ''La naissance du Studio Ghibli'', documentaire diffusé le 5 juillet 1998 sur Nihon TV. Bonus du coffret DVD de ''[[Nausicaä de la vallée du vent (film d'animation)|Nausicaä de la vallée du vent]]''.</ref>.

Les références nommées consistent en fait à donner un nom à une référence, de façon à pouvoir la réutiliser plus loin en indiquant juste son nom, sans mentionner à nouveau tout le texte de la source : <ref name="history of ghibli"/>. Voyez ci-dessous ce même code dans son contexte (fig. 9). Notez que lors de la réutilisation de la référence nommée, on ajoute une barre oblique à la fin de la balise, car il s'agit ici d'une balise unique, à la fois ouvrante et fermante.

Fig. 9
Fig. 9
Les groupes de références

Aviez-vous déjà remarqué que la section qui accueille les références en bas des articles s'appelle généralement « Notes et références ». La plupart du temps on n'y trouve que des références, c'est-à-dire des sources, mais il est aussi possible d'y faire figurer... des notes, c'est-à-dire des commentaires (toujours neutres !) de la part des rédacteurs ou des rédactrices pour contextualiser une information sans alourdir le texte (fig. 10). Le mieux est de ne pas les afficher pêle-mêle ; pour cela on leur attribue un groupe différent du groupe par défaut, celui des références. Nous n'allons pas détailler ici le code pour le faire, mais nous vous signalons cette possibilité ; les plus curieux d'entre vous pourront trouver la syntaxe à utiliser sur la page d'aide suivante : Aide:Note (aide détaillée)#Notes groupées.

Fig. 10
Fig. 10

Bon, nous avons fait le tour des références, du moins pour l'instant. Dernier élément que vous pouvez croiser un peu partout dans les articles, et celui d'Hayao Miyazaki ne fait pas exception : des modèles, reconnaissables aux deux accolades qui les encadrent, comme ((Voir homonymes|Miyazaki)) tout en haut de l'article : c'est l'objet des deux prochaines unités !

B) Modèles

Version textuelle

Partie déjà intégrée sur FUN. Si vous repérez des erreurs, les corriger ici puis les signaler à Goombiis ou Jules pour que la correction soit reportée sur FUN.

Bonjour à toutes et à tous. À la fin de cette unité, vous saurez à quoi servent les modèles et comment les utiliser.

À quoi ressemble donc un modèle ? Dans le code d'un article, on le reconnaît très facilement aux quatre accolades qui l'encadrent (deux de chaque côté) ; cf. cette capture d'écran de l'article Hayao Miyazaki (fig. 1).

Fig. 1
Fig. 1

Un modèle est toujours au minimum composé de deux accolades ouvrantes, du nom du modèle (ici, c'est juste la lettre -e, mais le nom du modèle peut être un mot) puis de deux accolades fermantes. Un modèle permet en fait de mettre en forme du texte de manière uniformisée et prédéterminée : on applique ainsi toujours la même mise en forme quel que soit l'article. Dans notre exemple, le modèle « e » permet d'afficher la lettre « e » en exposant après un ordinal (2e, 3e, etc.), comme ici pour « 70e ». Le modèle évite aux contributeurs de se poser la question de l'écriture à adopter : 70è (avec un accent grave sur le -e), 70ème (e accent grave, m, e), etc. En effet, seule la forme avec un -e en exposant est acceptée dans les conventions typographiques de Wikipédia.

Le modèle « e » est très simple, pour ne pas dire basique, mais il y a des modèles plus complexes, qui sont encore plus utiles, car ils permettent de mettre en forme des textes plus longs. Par exemple le modèle « s ». « S » fait ici référence à siècle, car ce modèle permet de mettre en forme de manière harmonisée les siècles.

[BANDEAU GRIS] Notez que le nom d'un modèle est toujours en rapport avec son utilité, sans quoi les Wikipédiens et les Wikipédiennes ne se souviendraient jamais quel modèle utiliser dans quel cas

.

Voici un exemple de l'utilisation du modèle dans le wikicode d'un article (fig. 2) et de ce qu'il affiche au lecteur (fig. 3).

Fig. 2
Fig. 2
Fig. 3
Fig. 3

Nous vous reproduisons le code standard du modèle « s » :

((s|numérodusiècle))

Vous remarquerez une nouveauté par rapport au modèle « e » que nous avons vu avant : il y a un paramètre (numérodusiècle ci-dessus). En fait, le numéro du siècle n'est pas écrit en dur dans le modèle, c'est le contributeur qui va le remplir à chaque fois, selon l'article qu'il rédige – c'est ce qu'on appelle un paramètre. Le modèle affichera automatiquement le numéro en paramètre en petites capitales (des capitales qui font la hauteur de lettres minuscules), avec un « e » en exposant, suivi du mot « siècle ». Et, cerise sur le gâteau, le modèle ajoutera même un lien sur l'ensemble.

L'avantage, c'est que cela vous enlève beaucoup de travail : pas besoin d'écrire à la main le lien, le -e en exposant, ni de mettre du code pour que les deux chiffres romains s'affichent en petites capitales. Il suffit d'écrire ((s|V)) pour afficher XVe siècle ! Sans modèle, voilà ce qu'on aurait dû écrire : [[Ve siècle|<span style="font-variant:small-caps;">xv</span><sup>e</sup> siècle]]. Un peu plus long, et surtout plus compliqué, non ?

Bref, l'utilisation de modèles simplifie grandement l'écriture en wikicode.

Bon, mais ce code compliqué qu'on vient de vous montrer, si on a n'a pas besoin de le mettre dans chaque article, c'est qu'il est stocké quelque part. En fait, il est stocké une seule fois, à un seul endroit, et le fait d'écrire quelque part le nom d'un modèle entre accolades permet d'aller récupérer le code automatiquement, sans avoir besoin de l'écrire à chaque fois.

Où est-il stocké, ce code source ? Il y a un espace de noms qui est dédié au stockage de tous les modèles, de tous leurs codes sources. C'est l'espace de nom « Modèle », qui a pour préfixe, sans surprise : « Modèle: ». Si vous tapez dans la barre de recherche de Wikipédia : « modèle:lenomdevotremodèle », vous trouverez tous les renseignements nécessaires sur comment utiliser le modèle, et dans quels cas. C'est un point essentiel : il y a tellement de modèles qu'il est impossible de se souvenir de l'utilité et du fonctionnement de chacun d'entre eux. Dès que vous rencontrez dans un article un modèle que vous ne connaissez pas, vous pouvez donc rechercher la page dédiée au modèle.

La page du modèle « s » se situe donc sur Modèle:S (fig. 4).

Fig. 4
Fig. 4

Chaque page de modèle contient deux éléments. D'abord, le code source du modèle, auquel vous pouvez accéder via le bouton « modifier le code » (fig. 5). Le code source vous paraît totalement incompréhensible ? C'est normal, rassurez-vous : une bonne partie des Wikipédiens et Wikipédiennes expérimenté⋅e⋅s n'y comprennent rien non plus, seule une minorité de contributeurs s'occupe de créer des modèles. Vous savez maintenant où est stocké le code de chaque modèle, mais concrètement, ça ne vous servira jamais.

Fig. 5
Fig. 5


[BANDEAU] : Si l'onglet s'appelle « Voir le texte source » au lieu de « Modifier le code », c'est que le modèle a été protégé en écriture par les administrateurs. En effet, un vandalisme sur un modèle peut avoir un impact immédiat sur des milliers et parfois des centaines de milliers d'articles ! Raison pour laquelle la plupart des modèles sont protégés.

Le second élément est quant à lui beaucoup plus important et utile : c'est la documentation du modèle. C'est elle qui s'affiche dans la page, plutôt que le code du modèle. C'est dans la documentation que vous trouverez le but du modèle et surtout comment l'utiliser, c'est-à-dire quelle syntaxe utiliser dans un article pour faire appel au modèle. Par exemple, le modèle « s » a besoin que le contributeur renseigne un paramètre (le numéro du siècle) pour bien fonctionner : cela, vous ne pouvez pas le deviner, il faut donc consulter la page du modèle pour l'apprendre. Car vous n'aurez pas toujours un WikiMOOC pour vous expliquer comment fonctionne tel ou tel modèle

.

Récapitulons ce que nous avons déjà vu :

  • Un modèle se repère dans le code d'un article aux accolades qui l'entourent.
  • Un modèle permet d'appliquer un code unique sur de très nombreuses pages afin de mettre en forme certains éléments de manière simplifiée, sans recopier le code à chaque fois, et tout en uniformisant la mise en page entre les différents articles.
  • Le code source d'un modèle se trouve dans l'espace « modèle: », et chaque modèle possède une page de documentation que vous devez consulter avant de l'utiliser.
  • Un modèle simple peut n'utiliser aucun paramètre, l'affichage est alors toujours le même quel que soit l'article. Il peut à l'inverse utiliser un ou plusieurs paramètres, ce qui signifie que l'affichage du modèle changera d'un article à l'autre, en fonction des valeurs que les contributeurs auront attribué aux paramètres.

Des modèles, il en existe des milliers, donc autant vous dire que le but n'est pas de tous vous les faire découvrir, l'objectif est que vous ayez les clefs pour utiliser n'importe quel modèle : vous devez acquérir le réflexe de consulter la page de documentation de chaque modèle que vous croisez et que vous ne connaissez pas.

Nous avons abordé dans cette unité une notion complexe, et le plus dur est désormais derrière vous, mais rien de mieux que plusieurs exemples pour vérifier que vous avez bien compris : c'est l'objet de la prochaine unité. À tout de suite !

C) Exemples de modèles utiles

Version textuelle

Partie déjà intégrée sur FUN. Si vous repérez des erreurs, les corriger ici puis les signaler à Goombiis ou Jules pour que la correction soit reportée sur FUN.

Bonjour à toutes et à tous. Dans cette troisième unité, nous allons passer en revue les trois grands types de modèles que vous pouvez rencontrer sur les articles Wikipédia, exemples à l'appui.

Entrons tout de suite dans le vif du sujet : le premier groupe de modèles, ce sont les modèles de mise en forme du texte. Nous en avons vu deux dans la précédente vidéo, les modèles « e » et « s ». Nous allons en étudier un autre ici, un petit peu plus complexe : le modèle « lien ». Allons voir sa page de documentation (fig. 1).

Fig. 1
Fig. 1

Commençons par le but du modèle, expliqué en haut de la documentation : il est courant de vouloir faire un lien vers un article, mais de se rendre compte que l'article n'existe pas encore en français. En revanche, l'article existe parfois dans une autre langue — pour notre exemple nous allons dire qu'il existe en anglais. Si le sujet est admissible sur Wikipédia en français, il est possible de faire un lien vers l'article en anglais. Il faut alors utiliser le modèle « lien ». Il permet d'afficher un lien rouge vers l'article en français (qui n'existe pas) ainsi qu'un lien vers l'article en anglais, entre parenthèses (fig. 1). Le lien rouge a pour but d'inciter les contributeurs à créer l'article en français.

Passons maintenant à la syntaxe du modèle : il compte quatre paramètres différents. Nouveauté : la syntaxe comprend des paramètres suivis du caractère égal. De quoi s'agit-il ? On appelle cela des « paramètres nommés ». En fait on aurait pu concevoir le modèle comme ci-dessous, sans donner de nom aux paramètres.

(( lien | langue | titre_dans_la_langue | titre_en_français | titre_à_afficher ))

Mais il aurait alors fallu que les contributeurs se souviennent qu'en première position, c'est le paramètre langue, qu'ensuite c'est le paramètre titre dans la langue de la source, etc. Aucun souci s'il n'y a que deux paramètres, mais pas très pratique lorsqu'il y en a quatre comme ici, et impossible à utiliser quand il y a vingt paramètres.

C'est pour cette raison que le modèle utilise les paramètres nommés. L'avantage, c'est qu'ici, quand on utilise le modèle « lien », on peut inverser l'ordre des paramètres, par exemple mettre le paramètre langue et sa valeur à la fin du modèle au lieu du début : le modèle fonctionnera toujours.

Les quatre paramètres du modèle sont expliqués dans la documentation. Le dernier paramètre, le code langue, c'est le code qui identifie chaque langue sur Wikipédia, notamment dans l'adresse URL. Par exemple, l'adresse URL de Wikipédia en français est fr.wikipedia.org, donc le code langue est « fr ». Wikipédia en anglais a pour URL en.wikipedia.org, donc le code langue sera « en ». Etc. Quant au reste de la documentation, je vous laisse la découvrir par vous-même. N'hésitez pas à mettre cette vidéo en pause, à regarder les exemples fournis dans la documentation, et à tester le modèle sur votre brouillon.

Passons maintenant à la deuxième catégorie de modèles : les modèles de mise en forme... de références ! Eh oui, lorsque vous avez inséré des références avec l'Éditeur visuel, sans le savoir, vous avez utilisé des modèles (fig. 2). Il y a trois modèles qui sont utilisés en permanence dans les références. Nous les avons déjà utilisé avec l'Éditeur visuel, d'ailleurs. Ce sont les modèles « article », « ouvrage » et « lien web ». Ces modèles permettent d'harmoniser la présentation des références : par exemple toujours avoir d'abord le nom de l'auteur de la source, puis le titre d'un ouvrage en italique, etc.


Fig. 2
Fig. 2

Nous allons ici rapidement regarder comment est fait le modèle « lien web ». Voici, ci-dessous (fig. 3), un exemple d'utilisation du modèle, à cheval sur les deuxième et troisième lignes. On y retrouve six paramètres.

Fig. 3
Fig. 3

Mais si l'on consulte la documentation, on s'aperçoit qu'il existe plusieurs dizaines de paramètres facultatifs. Par exemple, le paramètre « consulté le » permet d'indiquer la date de consultation du site web, ce qui peut être très utile dans le futur si le contenu de la page a changé ou si la page a disparu. Cela peut fortement aider les lecteurs et contributeurs à consulter son contenu, voire à retrouver la nouvelle localisation d'une source. Nous vous laissons consulter les autres paramètres du modèle « Lien web ». Les modèles « article » et « ouvrage » fonctionnent de manière très similaire.

Attaquons maintenant le troisième type de modèles : les modèles qui permettent de structurer les articles. Par exemple, les portails, que nous avons déjà étudiés, sont des modèles. Les palettes également – les palettes, ce sont des boîtes déroulantes en bas de certains articles, comme ci-dessous sur l'article d'Hayao Miyazaki (fig. 4). Elles permettent de naviguer facilement entre plusieurs articles d'une même thématique.

Fig. 4
Fig. 4

Ici, nous allons nous concentrer sur un autre type de modèle, qui est omniprésent sur Wikipédia : les infobox. Les infobox, ce sont ces cadres tout en haut des articles, à droite (fig. 5). Ils résument les principales informations sur le sujet de l'article. Nous allons voir ensemble comment les infobox fonctionnent, et comment vous pouvez en ajouter une à votre article. Rien de spécialement compliqué, le principe est le même que pour les autres modèles. Il existe en fait une infobox pour chaque type de sujets, et à chaque fois, c'est un modèle différent, même si tous sont construits de la même manière : il y a par exemple un modèle infobox « livre », un modèle infobox « footballeur », un modèle infobox « Musique (artiste) », un modèle infobox « château », etc.

Fig. 5
Fig. 5

Pour trouver le modèle d'infobox qui convient à votre article, vous pouvez consulter la page d'aide « Aide:Liste d'Infobox » qui recense la plupart d'entre elles. Vous pouvez aussi aller sur un autre article qui porte sur le même type de sujet que votre article et regarder dans le code de l'article quel est le modèle d'infobox utilisé. Si vous hésitez dans le choix de l'infobox, utilisez une infobox plus large ; dans le cas d'un article sur une personne à la fois philosophe et peintre, par exemple, prenez l'infobox « Biographe », très générique (fig. 6).

Fig. 6
Fig. 6

Voyons comment se présente la syntaxe d'un modèle d'infobox – tous sont conçus de manière assez semblable, seuls les paramètres changent. Vous avez ci-dessous (fig. 7) l'un des exemples d'utilisation du modèle « Livre » qui sont présentés dans sa documentation. Notez que dans cet exemple, tous les paramètres ne sont pas utilisés. Une chose attire peut-être votre attention : on consacre une ligne à chaque paramètre. C'est tout simplement dans un souci de lisibilité. Mais la syntaxe reste identique. En fait, n'importe quel modèle peut être présenté de manière compacte ou de manière aérée, avec un paramètre par ligne. Pour les infobox, c'est en revanche une convention que de les afficher de manière aérée.

Fig. 7
Fig. 7

Pour clore cette partie sur les infobox, vous trouverez ci-dessous la documentation du modèle « Infobox Footballeur » (fig. 8). La syntaxe du modèle comporte des mentions de Wikidata, en regard de certains paramètres. Pour rappel, Wikidata est un des projets du mouvement Wikimédia : c'est une base de données centralisée, où sont mises en commun des informations factuelles sur tous les sujets qui ont un article sur l'une des versions linguistiques de Wikipédia.

Fig. 8
Fig. 8

L'indication signifie que si vous n'utilisez pas le champ « date de naissance » ou si vous le laissez vide, le modèle ira automatiquement chercher l'information sur Wikidata ; donc si la date de naissance a été renseignée sur Wikidata, le modèle l'affichera dans votre article. Nous n'allons pas détailler davantage le fonctionnement de Wikidata, il y a de quoi y consacrer un MOOC entier. Notez juste qu'il faut toujours vérifier que les informations issues de cette base de données sont correctes ; ce remplissage automatique reste en outre une option facultative. Sachez que vous pouvez empêcher qu'une information venant de Wikidata soit importée sur l'article, en ajoutant simplement un trait d'union après le symbole « égal » du paramètre concerné.

Voilà pour les trois grands types de modèles dédiés à l'espace encyclopédique. Il existe aussi des modèles dédiés aux espaces non-encyclopédiques. Notamment pour les votes communautaires, comme ceux listés ici (fig. 9). Il existe aussi des boîtes utilisateur (BU), qui vous permettront de vous présenter de manière synthétique sur votre PU. Vous pouvez retrouver une liste des quelques milliers de BU qui existent sur « Wikipédia:Boîte Utilisateur ».

Fig. 9
Fig. 9

Nous arrivons au terme de cette unité et du module facultatif « Modifions le code ». Pas l'un des plus courts, c'est certain, mais il y avait beaucoup à dire pour vous donner des bases solides dans l'utilisation du wikicode et des modèles. Vous venez de franchir un grand pas dans votre découverte de Wikipédia. Si un certain nombre d'éléments restent flous... c'est tout à fait normal. Rien ne vaut la pratique : c'est le meilleur moyen de progresser. N'oubliez pas d'utiliser les documentations de modèles et de demander de l'aide aux autres contributeurs et contributrices !

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Projet:WikiMOOC/2017/Contenu/5.f
Listen to this article