Rock guatémaltèque - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Rock guatémaltèque.

Rock guatémaltèque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rock guatémaltèque
Origines stylistiques Rock, rock 'n' roll
Origines culturelles Milieu des années 1950 ; Guatemala
Instruments typiques Voix, batterie, basse, claviers

Le rock guatémaltèque, ou rock chapín, désigne le rock interprété par des groupes et artistes guatémaltèque.

Histoire

Viernes verde en Miami, abril 2012, grabando su 6to album
Viernes verde en Miami, abril 2012, grabando su 6to album

Le mouvement rock en espagnol démarre au Guatemala au milieu des années 1960. L'un des premiers représentants de ce mouvement est Luis Galich, et son groupe Santa Fé, qui jouaient des concerts à Guatemala City notamment. Des groupes comme Plástico Pesado (Manu Ramirez, Tacuche, Rollin et Paco Lam) plus tard rebaptisé Quetzalumán, se caractérisent par un style plus expérimental. D'autres groupes de rock psychédélique incluent S.O.S. (Rony de Leon, Chepito Hope, David de Gandarias, Armando Fong), Caballo Loco, Apple Pie (Tito Henkle, Luis Zetina, Rico Molina et Gentry), Cuerpo y Alma, Banda Clásica, Cerebro, La Compañía, Siglo XX, Eclipse, et Pastel de Fresa. L'un des morceaux notables ayant aidé à la création de l'opéra rock entre 1973 et 1974 est Corazón del sol naciente de Sol Naciente.

Des groupes de rock guatémaltèques comme Radio Viejo, Ricardo Andrade y los Últimos Adictos (qui s'est séparé après le meurtre de son leader, Ricardo Andrade, à Sanarate, El Progreso), Bohemia Suburbana, Viernes verde et Viento en Contra jouissent du succès parmi un jeune public dans les années 1990 et 2000. Bohemia Suburbana s'inspirent notamment des groupes underground américains et européens. Le groupe redevient actif après sa séparation en 2012 et sort un nouvel album intitulé Imaginaria sonora qui l'amène de nouveau sur la scène rock guatémaltèque[1]. Puis ils sortent plus tard le clip Pero Nadie, qui cumule 20 000 vues en un jour[2].

Également, Viernes verde, qui s'est lancé pratiquement en même temps que Bohemia Suburbana, reste actif malgré les changements de formation depuis 1993. Ils sont aussi les créateurs du festival à succès La Garra Chapina.

Bibliographie

  • (es) Dieter Lehnhoff, Creación musical en Guatemala. Guatemala City: Editorial Galería Guatemala, 2005. (ISBN 99922-704-7-0).
  • (es) Hernandez, Deborah Pacini, Héctor Fernández L'Hoeste, and Hector Zolov. Rockin' Las Américas. Pittsburgh, PA: University of Pittsburgh Press, 2004. (ISBN 0-8229-5841-4).

Notes et références

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Rock guatémaltèque
Listen to this article