Rossana Rossanda - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Rossana Rossanda.

Rossana Rossanda

Rossana Rossanda
Rossana Rossanda en 1963.
Fonction
Députée de la République italienne
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Fratrie
Marina Rossanda (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Partis politiques
Maître
Antonio Banfi (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Rossana Rossanda est une journaliste et une femme politique italienne, née le à Pola (Royaume d'Italie, aujourd'hui en Croatie) et morte le à Rome[1].

Résistante puis membre des instances du Parti communiste italien dans les années 1950 et députée dans les années 1960, elle s'écarte de la ligne du parti après avoir fondé la revue mensuelle, devenue quotidien, Il Manifesto.

Biographie

Sa famille, membre de la bourgeoisie irrédentiste istrienne, ruinée par la crise économique des années 1930, s'installe à Milan[2]. Rossana Rossanda fréquente le lycée Manzoni puis suit des à partir de 1940 études de philosophie et d'histoire de l'art[2].

Auprès du philosophe Antonio Banfi, dont elle épousera le fils, elle s'initie au marxisme[2].

Elle participe à la résistance en Italie pendant la Seconde Guerre mondiale[2].

En 1947, elle prend sa carte au Parti communiste italien. Rossanda est nommée responsable de la commission culturelle du PCI par Palmiro Togliatti et prend la direction de la maison de la culture de Milan[2]. En 1963, elle est élue députée.

En 1968, Rossana Rossanda se range du côté de la contestation estudiantine avec son essai L'anno degli Studenti. Rossanda entre en opposition avec la doctrine du socialisme réel dictée par le PCUS.

Elle participe avec Lucio Magri, Luigi Pintor et Valentino Parlato à la création du mensuel Il Manifesto dont le premier numéro parait le , avant d'être expulsée du PCI au XIIe congrès pour avoir condamné l'invasion de la Tchécoslovaquie par l'Union soviétique[2]. Elle rejoint en 1974 le Parti d'unité prolétarienne pour le communisme, fondé par la fusion du groupe de Il Manifesto avec le Parti d'unité prolétarienne.

Elle dirige Il Manifesto, devenu quotidien en 1971[2], jusqu'en 1978 avant de quitter la politique et de se consacrer à l'écriture d'essais sur le féminisme, le mouvement ouvrier, la philosophie et la littérature. Elle quitte son journal en 2012[2].

Elle a longtemps vécu à Paris avec son compagnon, le journaliste K.S. Karol, avant de déménager à Rome en 2018.

Elle a accompagné Lucio Magri en Suisse, pour un suicide assisté[2].

Ouvrages (en italien)

  • Note su alcuni aspetti teorici e politici del dibattito sul controllo operaio, 1959
  • L'anno degli Studenti 1968
  • il marxismo di Mao Tse-tung e la dialettica, 1974 (en collaboration avec Charles Bettelheim)
  • Viaggio in Spagna, 1977
  • Le altre. Conversazioni sulle parole della politica, 1979
  • Un viaggio inutile, (1981)
  • Anche per me. Donna, persona, memoria dal 1973 al 1986, 1987
  • Appuntamenti di fine secolo, 1995 (en collaboration avec Pietro Ingrao)
  • La vita breve. Morte, resurrezione, immortalità, (1996) (en collaboration avec Filippo Gentiloni)
  • Note a margine, (1996)
  • Brigate rosse. Una storia italiana, en collaboration avec Carla Mosca, entretien avec Mario Moretti (1994, 2002)
  • La Ragazza del secolo scorso, 2005

Notes et références

  1. (it) Concetto Vecchio et Alessandra Longo, « È morta Rossana Rossanda, fondatrice del Manifesto, giornalista e intellettuale », sur la Repubblica, Repubblica, (consulté le ).
  2. a b c d e f g h et i « Mort de la journaliste italienne Rossana Rossanda », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Rossana Rossanda
Listen to this article