Rythme circadien et cancer - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Rythme circadien et cancer.

Rythme circadien et cancer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La mise en forme de cet article est à améliorer (novembre 2019). La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Comment faire ? Les points d'amélioration suivants sont les cas les plus fréquents : Les titres sont pré-formatés par le logiciel. Ils ne sont ni en capitales, ni en gras. Le texte ne doit pas être écrit en capitales (les noms de famille non plus), ni en gras, ni en italique, ni en « petit »… Le gras n'est utilisé que pour surligner le titre de l'article dans l'introduction, une seule fois. L'italique est rarement utilisé : mots en langue étrangère, titres d'œuvres, noms de bateaux, etc. Les citations ne sont pas en italique mais en corps de texte normal. Elles sont entourées par des guillemets français : « et ». Les listes à puces sont à éviter, des paragraphes rédigés étant largement préférés. Les tableaux sont à réserver à la présentation de données structurées (résultats, etc.). Les appels de note de bas de page (petits chiffres en exposant, introduits par l'outil «  Source ») sont à placer entre la fin de phrase et le point final[comme ça]. Les liens internes (vers d'autres articles de Wikipédia) sont à choisir avec parcimonie. Créez des liens vers des articles approfondissant le sujet. Les termes génériques sans rapport avec le sujet sont à éviter, ainsi que les répétitions de liens vers un même terme. Les liens externes sont à placer uniquement dans une section « Liens externes », à la fin de l'article. Ces liens sont à choisir avec parcimonie suivant les règles définies. Si un lien sert de source à l'article, son insertion dans le texte est à faire par les notes de bas de page. Insérer une infobox (cadre d'informations à droite) n'est pas obligatoire pour parachever la mise en page. Pour une aide détaillée, merci de consulter Aide:Wikification. Si vous pensez que ces points ont été résolus, vous pouvez retirer ce bandeau et améliorer la mise en forme d'un autre article.

Les processus biologiques se produisant chez les animaux sont régulés par des variations cycliques quotidiennes des différents composants du métabolisme sous le contrôle des rythmes circadiens. Les fonctions cellulaires sont souvent effectuées en suivant ce rythme endogène. Une désynchronisation de l’horloge biologique interne par les horaires de sommeil irréguliers, imposés par des contraintes professionnelles ou des mauvaises habitudes de vie, peut favoriser le développement de certaines maladies, dont le cancer. Les recherches menées à ce sujet suggèrent que le rythme circadien serait impliqué dans le développement et/ou la progression du cancer, considérant que 10 % des gènes humains oscillent en suivant la cadence régulée par le rythme circadien[1].

Cycles circadien et cellulaire : des mécanismes moléculaires entrecroisés

En réponse aux dommages de l’ADN, tout un mécanisme de capteurs, de transduction du signal, d’effecteurs et d’interactions engendre des réponses cellulaires pour la réparation de l’ADN ou l’apoptose[2].

CLOCK/BMAL1

Des chercheurs ont observé une expression circadienne de certains gènes du cycle cellulaire, comme c-myc, cycline-D1 ou wee-1, ce qui indiquerait une possible interaction avec le mécanisme circadien[3]. CLOCK/BMAL1 est un complexe important dans la génération de l’expression oscillatoire des gènes de l’horloge dans le noyau suprachiasmatique des mammifères, mais il est également présent dans les tissus périphériques. Le mode d’action de ce complexe consiste à se lier à une certaine région promotrice d’un gène, une boîte E, pour activer sa transcription. Les régions promotrices de gènes du cycle cellulaire impliqués dans les transitions G1-S ou G2-M comportent des boîtes E auxquels CLOCK/BMAL1 peut se lier[3].

wee-1

Le rôle de WEE-1 dans le cycle cellulaire est de phosphoryler CDC2/Cycline-B1 sur Tyr 15 pour l’inactiver, ce qui retarde ou empêche la mitose. WEE-1 joue un rôle essentiel dans la réparation des dommages de l’ADN au stade G2 de la division cellulaire[4].

c-myc

CLOCK/BMAL1 régule aussi l’expression de c-myc. La protéine résultante agit avec la kinase ATM (ataxie-télangiectasie mutée) pour favoriser l’apoptose et supprimer la tumorigenèse. ATM est impliquée dans la réponse cellulaire aux rayons ionisants et autres événements conduisant à la rupture du double brin de l’ADN[3].

PER1

CLOCK/BMAL1 permet l’expression de Per1, un gène codant une protéine clé dans le processus d’apoptose de cellules cancéreuses et du rythme circadien. Des études ont montré qu’une surexpression de Per1 stimule l’apoptose des cellules cancéreuses. À l’opposé, une sous-expression de ce gène inhibe l’apoptose[3]. L’expression de Per1 est régulée négativement dans les tumeurs humaines, ce qui permet aux cellules cancéreuses de proliférer sans subir d’apoptose[5]. L’ajout de PER1 résulte en une inhibition de l’expression de wee-1, cycline-B1 et CDC2. Donc, en plus de stimuler la mort des cellules cancéreuses, PER1 contribuerait à empêcher la mitose, et donc la prolifération cellulaire néoplasique. Sous un autre mode d’action, PER1 interagit avec ATM et checkpoint kinase 2 (Chk2)[5]. La kinase ATM phosphoryle SMC1, p53 et Chk2. SMC1 est une protéine chromosomique qui fait partie des composants du complexe de la cohésine qui permet l’association des chromatides sœurs. Cette protéine pourrait aussi être impliquée dans la réparation de l’ADN en agissant comme effecteur dans le contrôle de la phase S dépendant de l’ATM/NBS1. Le gène suppresseur de tumeur p53 est muté dans la moitié des cancers[6].

TIM

TIM forme un complexe avec ATR, ATRIP et Chk1. Chk1 et Chk2 sont des kinases effectrices qui phosphorylent un certain nombre de substrats qui conduisent éventuellement à l’apoptose des cellules tumorales en raison des dommages causés à l’ADN[3].

Cancer

Personnes à risque

Les travailleurs nocturnes sont plus à risque de développer le cancer en raison de la dérégulation de leur rythme circadien et de la suppression de la production de mélatonine par la lumière artificielle[7]. La prévalence des cancers du poumon, du côlon, de la vessie, du rectum, du pancréas ainsi que des lymphomes non-hodgkiniens est plus importante chez les hommes travaillant la nuit[8]. Les risques de développer des mélanomes malins sont plus élevés chez les pilotes d’avion[9]. Le manque de sommeil, engendré par l’insomnie ou un horaire de travail irrégulier, semble également jouer un rôle dans la pathogenèse du cancer[10].

Types de cancer

Cancer du sein

Ce cancer est le plus répandu parmi les femmes, surtout dans les pays industrialisés[11]. Les facteurs externes, comme la lumière artificielle, altèrent les phases circadiennes, ce qui peut diminuer de 65 % l’amplitude du rythme de sécrétion nocturne de mélatonine[12],[13]. Or, la mélatonine possède un fort effet inhibiteur sur la tumorigenèse mammaire des rongeurs[14], en ayant aussi un effet sur les fonctions immunes[15] et les radicaux libres[16]. Il a d’ailleurs été mis en évidence que l’illumination nocturne peut affecter le développement de tumeurs cancéreuses humaines en modulant la fonction du gène circadien dans le noyau suprachiasmatique. Ceci modifie ensuite la régulation du cycle cellulaire des tissus mammaires[17]. De fait, la diminution de mélatonine engendrerait une augmentation de la production d’œstrogènes ou une altération de la fonction des récepteurs œstrogéniques, causant une croissance du risque de développer le cancer du sein[18]. En outre, le polymorphisme de la longueur de Per3 est associé à un risque élevé de développer ce cancer chez les jeunes femmes[19].

Cancer de la prostate

Certains cas de cancer de la prostate peuvent être expliqués par des perturbations circadiennes induites par les interactions génétiques-environnementales. Les expressions d’androgènes, régulées par l’horloge, pourraient être potentiellement impliquées dans la tumorigenèse de la prostate, car ce cancer est une tumeur maligne hormono-dépendante[20]. Il semble qu’un variant de CRY2, CSNK1E ou PER3 ainsi qu’une plus grande résistance à l’insuline généreraient un plus grand risque de développer un cancer de la prostate[21].

Cancer du poumon

Une perturbation des rythmes circadiens peut interagir avec les protéines Kras et p53 et permet de développer la tumorigenèse pulmonaire. La perte des gènes Per2 ou Bmal1 induit une augmentation de c-myc qui est oncogénique. De même, la perte des gènes circadiens des cellules autonomes accélère la progression de ce cancer[22]. De nombreuses sécrétions hormonales sont altérées à cause d’une perte de rythmicité circadienne. Le niveau dans le sérum sanguin de GH augmente et celui de IGF-1 diminue. Les moyennes des sécrétions nocturnes de cortisol, TRH et GH sont plus élevées chez les patients atteints du cancer du poumon, tandis que celles de mélatonine, TSH et IGF-1 sont plus basses. Ces dérégulations modifieraient l’action hormonale aux niveaux cellulaire et systémique, ainsi que leurs implications dans le maintien de l’équilibre des facteurs partagés par les systèmes immunitaire et neuroendocrinien. Ceci favoriserait la tumorigenèse pulmonaire[23].

Cancer colorectal

Ce cancer semble être dû à 70,8% à des causes environnementales telles qu’une alimentation trop riche en gras animal[24]. En outre, le cancer colorectal est lié à une diminution de la sécrétion nocturne de mélatonine, accentuée par la taille du carcinome intestinal, notamment chez les hommes. Cela mène à un dérèglement du rythme de sécrétion et à une suppression de la concentration moyenne quotidienne de cette hormone[25]. La tumeur grandissante module la biosynthèse de la mélatonine. De fait, plus le développement de la tumeur est avancé, plus le taux de sécrétion de mélatonine est inhibé[26]. D’autre part, ce cancer est lié à une perturbation de la transcription de Per1 qui semble causer une diminution de l’expression de dihydropyrimidine déshydrogénase, ce qui permet la prolifération des cellules cancéreuses[27].

Cancer de la peau

La cause principale du cancer de la peau est le dommage induit par les rayons UV au niveau de l’ADN. Chez l’humain et la souris, les mutations nucléotidiques sont enlevées, entre autres, par des mécanismes de réparation par excision[28]. Une étude menée sur un modèle murin a démontré que ce taux de réparation présente une rythmicité au niveau de la peau, avec une activité minimale le matin et maximale le soir. Cette même étude suggère que le moment d’exposition aux rayons UV influence le développement cancéreux chez la souris. Les animaux exposés à la lumière UV à 4 h présentent une prévalence du cancer de la peau cinq fois plus élevée que ceux qui sont soumis à cette même lumière à 16 h[29]. Ainsi, il semblerait que la carcinogénicité des rayons UV est liée à l’efficacité du taux de réparation de l’ADN par excision.

Cette altération de l’horloge circadienne influence également la sécrétion de la mélatonine qui possède un rôle photoprotecteur contre les dommages infligés à la peau par les rayons UVB[30]. Cette hormone est également un antioxydant puissant qui peut contrer le stress oxydatif occasionné par la radiation UV[31]. Une désynchronisation de l’horloge circadienne peut ainsi diminuer la sécrétion de mélatonine et contribuer indirectement au développement du cancer de la peau.

Chronothérapie

Avec la prévalence du cancer, l’utilisation du rythme circadien associé aux traitements semble être un bon moyen de réduire les coûts relatifs au processus tout en améliorant l’efficacité de ceux-ci[32]. Il a été démontré que la combinaison de la chronothérapie et de la chimiothérapie permet une réduction des complications liées au traitement[33].

La chronothérapie, dans un contexte oncologique, se résume en l’administration d’un médicament ou d’un traitement à un temps précis de la journée[34]. Ce moment représente la période où les cellules cancéreuses sont les plus susceptibles d’être réceptives à la dose ajustée en tenant compte de la toxicité[35].

Des études ont démontré qu’il existe un lien entre le cortisol et les phases S, G2 et M du cycle cellulaire. Ainsi, le cortisol est utilisé comme marqueur de l’activité de synthèse de l’ADN, en tandem avec la mitose, pour mieux suivre le cycle d’un patient[33]. Dans le cas d’une tumeur cancéreuse, le même principe est utilisé pour déterminer le moment optimal pour l’administration d’un médicament. Celui-ci est choisi selon la période où la cellule est la plus réceptive à une dose donnée. Cette fluctuation circadienne de la tolérance (réceptivité cellulaire aux traitements) se nomme la chronotolérance. Un autre facteur à considérer concernant ce principe est évidemment le médicament lui-même, car celui-ci s'attaque à différents types de tissus selon le type cancer[36].

Les recherches expérimentales indiquent que l’activité antitumorale d’un traitement, ou sa chronoefficacité, est à son sommet au moment où les cellules sont les plus réceptives[37],[38]. Cela est possible car un médicament peut montrer une faible toxicité (chronotolérance) pour une population de cellules saines, mais une forte toxicité (chronoefficacité) pour des cellules cancéreuses, et ce, au même moment. L’écart observé entre les deux populations est dû à trois caractéristiques: la durée du cycle cellulaire, la durée des phases de ce dit cycle et l’entraînement des cellules par l’horloge circadienne[38].

Chimiothérapie

La 5-fluorouracile (5-FU) est un médicament utilisé contre la plupart des cancers. Sa cytotoxicité inhibe l’enzyme thymidylate synthase, nécessaire à la synthèse de l’ADN, et agit également sur l’arrêt de l’activité de synthèse d’ARN[39],[40] . Sa combinaison avec d’autres médicaments, tels que l’acide folinique (FA) et l'oxaliplatine (I-OHP) dans le traitement du cancer colorectal augmente l’apoptose des cellules cancéreuses. Les trois médicaments sont administrés à 4h00 pour 5-FU et FA et à 16h00 pour I-OHP, tout en étant en coordination avec le rythme circadien[41]. Ces heures correspondent au moment où l’efficacité médicamenteuse est maximale[39],[41].

Radiothérapie

Dans un traitement par radiothérapie des cancers affectant la tête et le cou, l’inflammation des muqueuses orales est une conséquence possible. Celle-ci est causée par la mort des cellules irradiées qui amincit l’épithélium[42]. Il a été démontré qu’il est préférable d’effectuer ce processus en matinée plutôt qu’en soirée pour limiter le dommage causé aux cellules buccales . Le moment optimal est défini par l’expression maximale des différentes protéines. Parmi ces points, il y a la synthèse du p27, marqueur de la phase G1 (6h00), et du cyclin-A, marqueur de la phase G2 (16h00), qui correspondent respectivement aux pics de l’avant-midi et de l’après-midi. Les cellules en phase G2-M ont montré la plus grande sensibilité[43].

Notes et références

  1. Joshua A. Desotelle, Melissa J. Wilking et Nihal Ahmad, « The Circadian Control of Skin and Cutaneous Photodamage† », Photochemistry and Photobiology, vol. 88, no 5,‎ , p. 1037–1047 (ISSN 0031-8655, DOI 10.1111/j.1751-1097.2012.01099.x)
  2. P. T. Yazdi, « SMC1 is a downstream effector in the ATM/NBS1 branch of the human S-phase checkpoint », Genes & Development, vol. 16, no 5,‎ , p. 571–582 (ISSN 0890-9369, DOI 10.1101/gad.970702, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  3. a b c d et e Tim Hunt et Paolo Sassone-Corsi, « Riding Tandem: Circadian Clocks and the Cell Cycle », Cell, vol. 129, no 3,‎ , p. 461–464 (ISSN 0092-8674, DOI 10.1016/j.cell.2007.04.015, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  4. Suzanne Leijen, Jos H. Beijnen et Jan H.M. Schellens, « Abrogation of the G2 Checkpoint by Inhibition of Wee-1 Kinase Results in Sensitization of p53-Deficient Tumor Cells to DNA-Damaging Agents », Current Clinical Pharmacology, vol. 5, no 3,‎ , p. 186–191 (ISSN 1574-8847, DOI 10.2174/157488410791498824, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  5. a et b Sigal Gery, Naoki Komatsu, Lilit Baldjyan, Andrew Yu, D. Koo et H.P. Koeffler, « The Circadian Gene Per1 Plays an Important Role in Cell Growth and DNA Damage Control in Human Cancer Cells », Molecular Cell, vol. 22, no 3,‎ , p. 375–382 (ISSN 1097-2765, DOI 10.1016/j.molcel.2006.03.038, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  6. Curtis C. Harris et Monica Hollstein, « Clinical Implications of the p53 Tumor-Suppressor Gene », New England Journal of Medicine, vol. 329, no 18,‎ , p. 1318–1327 (ISSN 0028-4793 et 1533-4406, DOI 10.1056/nejm199310283291807, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  7. Jamie M. Zeitzer, Derk-Jan Dijk, Richard E. Kronauer et Emery N. Brown, « Sensitivity of the human circadian pacemaker to nocturnal light: melatonin phase resetting and suppression », The Journal of Physiology, vol. 526, no 3,‎ , p. 695–702 (ISSN 0022-3751, DOI 10.1111/j.1469-7793.2000.00695.x, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  8. M.-E. Parent, M. El-Zein, M.-C. Rousseau et J. Pintos, « Night Work and the Risk of Cancer Among Men », American Journal of Epidemiology, vol. 176, no 9,‎ , p. 751–759 (ISSN 0002-9262 et 1476-6256, DOI 10.1093/aje/kws318, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  9. V. Rafnsson, J. Hrafnkelsson et H. Tulinius, « Incidence of cancer among commercial airline pilots », Occupational and Environmental Medicine, vol. 57, no 3,‎ , p. 175–179 (ISSN 1351-0711, DOI 10.1136/oem.57.3.175, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  10. Erhard L. Haus et Michael H. Smolensky, « Shift work and cancer risk: Potential mechanistic roles of circadian disruption, light at night, and sleep deprivation », Sleep Medicine Reviews, vol. 17, no 4,‎ , p. 273–284 (ISSN 1087-0792, DOI 10.1016/j.smrv.2012.08.003, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  11. D.M Parkin, F.I Bray et S.S Devesa, « Cancer burden in the year 2000. The global picture », European Journal of Cancer, vol. 37,‎ , p. 4–66 (ISSN 0959-8049, DOI 10.1016/s0959-8049(01)00267-2, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  12. B. Kos-Kudła, Z. Ostrowska, B. Marek et N. Ciesielska-Kopacz, « Effects of hormone replacement therapy on endocrine and spirometric parameters in asthmatic postmenopausal women », Gynecological Endocrinology, vol. 15, no 4,‎ , p. 304–311 (ISSN 0951-3590, DOI 10.1080/713602889, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  13. Richard G. Stevens, « Review and Commentary: Electric Power Use and Breast Cancer: a Hypothesis », American Journal of Epidemiology, vol. 125, no 4,‎ , p. 556–561 (ISSN 1476-6256 et 0002-9262, DOI 10.1093/oxfordjournals.aje.a114569, lire en ligne, consulté le 2 décembre 2019)
  14. David E. Blask, Diane B. Pelletier, Steven M. Hill et Athena Lemus-Wilson, « Pineal melatonin inhibition of tumor promotion in theN-nitroso-N-methylurea model of mammary carcinogenesis: potential involvement of antiestrogenic mechanisms in vivo », Journal of Cancer Research and Clinical Oncology, vol. 117, no 6,‎ , p. 526–532 (ISSN 0171-5216 et 1432-1335, DOI 10.1007/bf01613283, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  15. (en) George J. M. Maestroni, « Therapeutic Potential of Melatonin in Immunodeficiency States, Viral Diseases, and Cancer », dans Tryptophan, Serotonin, and Melatonin: Basic Aspects and Applications, Springer US, coll. « Advances in Experimental Medicine and Biology », (ISBN 978-1-4615-4709-9, DOI 10.1007/978-1-4615-4709-9_28, lire en ligne), p. 217–226
  16. (en) Russel J. Reiter et Dun-Xian Tan, « Melatonin », Annals of the New York Academy of Sciences, vol. 957, no 1,‎ , p. 341–344 (DOI 10.1111/j.1749-6632.2002.tb02938.x, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  17. David E. Blask, Robert T. Dauchy, Leonard A. Sauer et Jean A. Krause, « Growth and Fatty Acid Metabolism of Human Breast Cancer (MCF-7) Xenografts in Nude Rats: Impact of Constant Light-Induced Nocturnal Melatonin Suppression », Breast Cancer Research and Treatment, vol. 79, no 3,‎ , p. 313–320 (ISSN 0167-6806 et 1573-7217, DOI 10.1023/a:1024030518065, lire en ligne, consulté le 2 décembre 2019)
  18. (en) Richard G. Stevens, « Circadian Disruption and Breast Cancer: From Melatonin to Clock Genes », Epidemiology, vol. 16, no 2,‎ , p. 254–258 (ISSN 1044-3983, DOI 10.1097/01.ede.0000152525.21924.54, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  19. Y. Zhu, H.N Brown, Y. Zhang, R.G Stevens et T. Zheng, « Period3 Structural Variation: A Circadian Biomarker Associated with Breast Cancer in Young Women », Cancer Epidemiology Biomarkers & Prevention, vol. 14,‎ , p. 268-270 (ISSN 1055-9965 et 1538-7755, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  20. (en) Y. Zhu, T. Zheng, R.G. Stevens, Y. Zhang et P. Boyle, « Does "Clock" Matter in Prostate Cancer? », Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention, vol. 15, no 1,‎ , p. 3–5 (ISSN 1055-9965 et 1538-7755, PMID 16434577, PMCID PMC2366206, DOI 10.1158/1055-9965.EPI-05-0631, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  21. (en) L W Chu, Y Zhu, K Yu et T Zheng, « Variants in circadian genes and prostate cancer risk: a population-based study in China », Prostate Cancer and Prostatic Diseases, vol. 11, no 4,‎ , p. 342–348 (ISSN 1365-7852 et 1476-5608, DOI 10.1038/sj.pcan.4501024, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  22. (en) Thales Papagiannakopoulos, Matthew R. Bauer, Shawn M. Davidson, Megan Heimann, L. Subbaraj, A. Bhutkar, J. Bartlebaugh, M.G. Vander Heiden et T. Jacks, « Circadian Rhythm Disruption Promotes Lung Tumorigenesis », Cell Metabolism, vol. 24, no 2,‎ , p. 324–331 (PMID 27476975, PMCID PMC5367626, DOI 10.1016/j.cmet.2016.07.001, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  23. (en) G. Mazzoccoli, S. Carughi, A. De Cata, M. La Viola, A. Giuliani, R. Tarquini et F. Perfetto, « Neuroendocrine alterations in lung cancer patients », Neuroendocrinology Letters, vol. 24,‎ , p. 77-82 (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  24. (en) Peter Boyle et Michael J S Langman, « ABC of colorectal cancer: Epidemiology », BMJ, vol. 321, no Suppl S6,‎ , p. 0012452 (ISSN 1756-1833, DOI 10.1136/sbmj.0012452, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  25. B. Kos-Kudla, Z. Ostrowska, A. Kozlowski, B. Marek, N. Ciesielska-Kopacz, M. Kudla, D. Kajdaniuk, J. Strzelczyk et P. Staszewicz, « Circadian rhythm of melatonin in patients with colorectal carcinoma », Neuroendocrinology Letters, vol. 23,‎ , p. 239-242 (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  26. (en) Christian Bartsch, Hella Bartsch, Stephan-Heribert Flüchter et Dieter Mecke, « Diminished Pineal Function Coincides with Disturbed Circadian Endocrine Rhythmicity in Untreated Primary Cancer Patients.: Consequence of Premature Aging or of Tumor Growth? b », Annals of the New York Academy of Sciences, vol. 719, no 1 The Aging Clo,‎ , p. 502–525 (ISSN 0077-8923 et 1749-6632, DOI 10.1111/j.1749-6632.1994.tb56855.x, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  27. W. Krugluger, A. Brandstaetter, E. Kallay et J. Schueller, « Regulation of Genes of the Circadian Clock in Human Colon Cancer: Reduced Period-1 and Dihydropyrimidine Dehydrogenase Transcription Correlates in High-Grade Tumors », Cancer Research, vol. 67, no 16,‎ , p. 7917–7922 (ISSN 0008-5472 et 1538-7445, DOI 10.1158/0008-5472.can-07-0133, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  28. Deevya L. Narayanan, Rao N. Saladi et Joshua L. Fox, « Review: Ultraviolet radiation and skin cancer », International Journal of Dermatology, vol. 49, no 9,‎ , p. 978–986 (ISSN 0011-9059, DOI 10.1111/j.1365-4632.2010.04474.x, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  29. S. Gaddameedhi, C. P. Selby, W. K. Kaufmann et R. C. Smart, « Control of skin cancer by the circadian rhythm », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 108, no 46,‎ , p. 18790–18795 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, DOI 10.1073/pnas.1115249108, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  30. Eva S. Schernhammer et Susan E. Hankinson, « Urinary Melatonin Levels and Breast Cancer Risk », JNCI: Journal of the National Cancer Institute, vol. 97, no 14,‎ , p. 1084–1087 (ISSN 1460-2105 et 0027-8874, DOI 10.1093/jnci/dji190, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  31. Tobias W. Fischer, Trevor W. Sweatman, Igor Semak et Robert M. Sayre, « Constitutive and UV-induced metabolism of melatonin in keratinocytes and cell-free systems », The FASEB Journal, vol. 20, no 9,‎ , p. 1564–1566 (ISSN 0892-6638 et 1530-6860, DOI 10.1096/fj.05-5227fje, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  32. C. Focan, « Pharmaco-economic comparative evaluation of combination chronotherapy vs. standard chemotherapy for colorectal cancer », Chronobiology International, vol. 19, no 1,‎ , p. 289–297 (ISSN 0742-0528 et 1525-6073, DOI 10.1081/cbi-120002604, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  33. a et b Jenny Foss Abrahamsen, Rune Smaaland, Sverre Sandberg et Asbjørn Aakvaag, « Circadian variation in serum cortisol and circulating neutrophils are markers for circadian variation of bone marrow proliferation in cancer patients », European Journal of Haematology, vol. 50, no 4,‎ , p. 206–212 (ISSN 0902-4441 et 1600-0609, DOI 10.1111/j.1600-0609.1993.tb01922.x, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  34. David Adam, « Core Concept: Emerging science of chronotherapy offers big opportunities to optimize drug delivery », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 116, no 44,‎ , p. 21957–21959 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, DOI 10.1073/pnas.1916118116, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  35. Francis Lévi, « Circadian chronotherapy for human cancers », The Lancet Oncology, vol. 2, no 5,‎ , p. 307–315 (ISSN 1470-2045, DOI 10.1016/s1470-2045(00)00326-0, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  36. C. Focan, « Circadian rhythms and cancer chemotherapy », Pharmacology & Therapeutics, vol. 67, no 1,‎ , p. 1–52 (ISSN 0163-7258, DOI 10.1016/0163-7258(95)00009-6, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  37. Christian Focan, « Chronobiological concepts underlying the chronotherapy of human lung cancer », Chronobiology International, vol. 19, no 1,‎ , p. 253–273 (ISSN 0742-0528 et 1525-6073, DOI 10.1081/cbi-120002601, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  38. a et b Atilla Altinok, Francis Lévi et Albert Goldbeter, « Identifying mechanisms of chronotolerance and chronoefficacy for the anticancer drugs 5-fluorouracil and oxaliplatin by computational modeling », European Journal of Pharmaceutical Sciences, vol. 36, no 1,‎ , p. 20–38 (ISSN 0928-0987, DOI 10.1016/j.ejps.2008.10.024, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  39. a et b Francis Lévi, Jean-Louis Misset, Silvano Brienza et René Adam, « A chronopharmacologic phase II clinical trial with 5-fluorouracil, folinic acid, and oxaliplatin using an ambulatory multichannel programmable pump. High antitumor effectiveness against metastatic colorectal cancer », Cancer, vol. 69, no 4,‎ , p. 893–900 (ISSN 0008-543X et 1097-0142, DOI 10.1002/1097-0142(19920215)69:4<893::aid-cncr2820690410>3.0.co;2-x, <893::aid-cncr2820690410>3.0.co;2-x lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  40. Hideyuki Terazono, Ahmed Hamdan, Naoya Matsunaga et Naoto Hayasaka, « Modulatory effects of 5-fluorouracil on the rhythmic expression of circadian clock genes: A possible mechanism of chemotherapy-induced circadian rhythm disturbances », Biochemical Pharmacology, vol. 75, no 8,‎ , p. 1616–1622 (ISSN 0006-2952, DOI 10.1016/j.bcp.2008.01.011, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  41. a et b F. Bertheault-Cvitkovic, F. Lévi, S. Soussan et S. Brienza, « Circadian rhythm-modulated chemotherapy with high-dose 5-fluorouracil: a pilot study in patients with pancreatic adenocarcinoma », European Journal of Cancer, vol. 29, no 13,‎ , p. 1851–1854 (ISSN 0959-8049, DOI 10.1016/0959-8049(93)90536-o, lire en ligne, consulté le 2 décembre 2019)
  42. Rebecca Stone, Monica C. Fliedner et Antoine C.M. Smiet, « Management of oral mucositis in patients with cancer », European Journal of Oncology Nursing, vol. 9,‎ , S24–S32 (ISSN 1462-3889, DOI 10.1016/j.ejon.2005.08.004, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  43. Georg A. Bjarnason, Robert G. MacKenzie, Abdenour Nabid et Ian D. Hodson, « Comparison of Toxicity Associated With Early Morning Versus Late Afternoon Radiotherapy in Patients With Head-and-Neck Cancer: A Prospective Randomized Trial of the National Cancer Institute of Canada Clinical Trials Group (HN3) », International Journal of Radiation Oncology*Biology*Physics, vol. 73, no 1,‎ , p. 166–172 (ISSN 0360-3016, DOI 10.1016/j.ijrobp.2008.07.009, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Rythme circadien et cancer
Listen to this article