For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Sophie Zénon.

Sophie Zénon

Sophie Zénon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Période d'activité
Nationalité
Française
Activité
Distinctions
Prix Kodak de la Critique - Prix Fondation des Treilles - Prix Eurazeo
Site web

Sophie Zénon est une artiste photographe française[1],[2] née en 1965 au Petit-Quevilly (Seine-Maritime, Normandie).

Biographie et pratique artistique

Sophie Zénon mène un travail photographique qui interroge la mémoire et l’oubli, la perte et l’absence, au sein d’une réflexion plus large sur l'histoire, le passage du temps et la mort[3],[4].

Elle conçoit le paysage comme un lieu d’expérience et de méditation. Elle aborde le passé dans sa dimension de présent et le vivant dans sa capacité de résilience. Image-palimpseste, empreinte, réactivation d’archives mais aussi technique du geste et matérialité font partie de son vocabulaire plastique.

Ses créations artistiques, conçues par cycles successifs, se déclinent sous la forme de séries photographiques, de livres d’artiste, d’éditions, de vidéos, d’installations.

Formation

Sophie Zénon est historienne et ethnologue de formation. Elle a suivi des études d'histoire contemporaine à l'Université de Rouen et a mené des recherches sur Les attitudes des Normands face à la mort aux XIXe et XXe siècles. Elle a étendu son champ de recherche en ethnologie à l'École pratique des hautes études (EPHE) de Paris à la Mongolie et à la Sibérie extrême orientale sous la direction de l'anthropologue Roberte Hamayon.

Premiers travaux (1996-2005)

À la fin des années 1990, Sophie Zénon entreprend de mener en autodidacte une carrière artistique. Elle se fait d'abord connaitre pour ses photographies en Mongolie, Haïkus mongols [5](1996-2004), en Sibérie extrême-orientale, Suite sibérienne (2000-2001[6]) et au Cambodge, Roads Over Troubled Waters (2005).

Haïkus mongols met en image le monde de la steppe. Il est récompensé par le Prix Kodak de la Critique en 1999 et fait l'objet d'une publication en 2005, Mongolie, l'esprit du vent[7],[8] (éditions Bleu de Chine / Benteli Verlag) avec un texte de Galsan Tschinag. Cette série est exposée au Centre atlantique de la photographie de Brest en 2003, au Musée des arts asiatiques de Nice en 2009, au Musée départemental Albert-Kahn en 2012, à la Conciergerie en 2004 et entre dans la collection photographique des Galeries FNAC / Musée Nicéphore-Niépce.

Publication en 2010 du livre d'artiste Roads Over Troubled Waters (éditions Schilt Publishing) avec des textes de Suzanne Meyers et de Laura Serani, acquis par la Bibliothèque du livre d’artiste Kandinsky / Centre Pompidou Beaubourg et la bibliothèque du livre d’artiste du Rijksmuseum.

In Case We Die (2008-2011)

Dans les années 2008-2011, elle réalise plusieurs travaux en relation avec les questions de la représentation du corps après la mort, un cycle en quatre volets intitulé In Case We Die. In Case We Die prend sa source dans une tradition à la fois picturale, celle de la peinture chrétienne, et photographique, celle de la photographie post-mortem.

La série la plus emblématique de ce cycle, Les Momies de Palerme[9],[10],[11],[12] a été réalisée au sein des catacombes des Capucins. Elle est exposée à la galerie ALB-Antoine Broccardo à Paris en 2009, à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent en 2010 dans l'exposition Vanité. Mort que me veux-tu ?, à la galerie Thessa Herold[13] et au Salon Paris-Photo en 2012. Les Momies de Palerme entrent dans collections permanentes de la Maison européenne de la photographie en 2010 et au Musée français de la photographie en 2012. Publication d'un catalogue par la galerie Thessa Herold, Des cadavres exquis, avec un texte d'Antonio Bonet Correa (es).

In Case We Die s’étoffe en 2010 d’un deuxième volet à Naples, sur les squelettes peints à fresque des catacombes de San Gaudioso et au cimetière Fontanelle. Un travail au sein de plusieurs funerarium en 2011 termine le cycle.

In Case We Die est exposé dans son intégralité en 2011 à la Fondation Fernet-Branca[14],[15]. Publication d'un catalogue In Case We Die (éditions de Saint-Louis / Fondation Fernet Branca) avec un texte de Bogdan Konopka.

Arborescences (2010-2017)

À partir de 2010, elle commence un nouveau cycle Arborescences, un essai sur les questions du deuil, de l'exil et de la mémoire familiale. L'approche documentaire se nourrit d’une mise en fiction qui mélange archives et prises de vues in situ pour une approche plurielle des lieux. Abordant la question du paysage, Sophie Zénon souligne les liens unissant territoire, mémoire et construction de soi.

Le premier volet L'Homme-Paysage (Alexandre) invite à une relecture de la notion d’héritage intégrant l’homme au paysage mais aussi le paysage à l'homme. En quête de ses racines, elle cherche dans ses installations à retracer une histoire de l’immigration qui a nourri et enrichi l’identité française autour de l’effigie de son père, arrivé dans les Vosges dans l'entre-deux guerres. L'Homme-Paysage (Alexandre) est présenté en 2017 dans l'exposition collective Paysages français. Une aventure photographique à Bibliothèque Nationale de France qui en fait l'acquisition pour ses collections permanentes.

En 2015, le Prix Résidence pour la photographie de la Fondation des Treilles lui permet de continuer ses travaux en Italie dans les rizières de la plaine du Pô où, à travers l'évocation de la jeunesse de sa grand-mère italienne, elle revisite la figure de la mondina. Dans le miroir des rizières (Maria) est exposé à la galerie Thessa Herold en 2017 et au Salon Paris-Photo lors d'un solo show la même année. Publication d'un catalogue Dans le miroir des rizières par la galerie Thessa Herold en 2017 avec une préface de Laura Serani. Il reçoit en 2019 le Prix Eurazeo[16],[17].

Enfance (2017[18]) clôt le cycle familial par une mise en scène de la photographe dans la maison de son enfance et de son adolescence en Normandie.

Mémoire et paysage (depuis 2017)

Ses plus récents travaux aborde la mémoire de la guerre sous l'angle du végétal. Dans ses paysages, les corps sont des spectres, des lieux de passage porteurs d’enjeux historiques et politiques.

Son livre d'artiste Verdun, ses ruines glorieuses (2013[19]) dénoncent l'absurdité de la guerre. Il fait dialoguer des visages de soldats allemands et français de la Première Guerre mondiale issus de cartes postales avec des gravures et des textes extraits de La Bataille d'Occident d'Éric Vuillard.

Pour vivre ici (2017[20],[21],[22]) s'intéresse au Hartmannswillerkopf (HWK) site vosgien de la première guerre mondiale sous l'angle de sa forêt reconstituée. Publication d'un livre Pour vivre ici[23] aux éditions Loco en 2019.

Frondaisons (2019[24],[25],[26]) aborde la mémoire du maquis de Plésidy Saint-Connan en Argoat. Exposition au Musée de la Résistance en Argoat en 2019.

En 2019, l'exposition organisée au centre photographique L'Imagerie à Lannion Ce que murmurent les fantômes met pour la première fois en relation des séries d'images et vidéos réalisées pendant une vingtaine d'années.

Notes et références

  1. « Site du CNAP (Centre National des Arts Plastiques) »
  2. « Site du Centre Georges Pompidou »
  3. Sophie Bernard, « Sophie Zénon - Temps de vérité », Images Magazine,‎ septembre 2014.
  4. JC Béchet, « Sophie Zénon, la magie de l'image », Réponses Photo, Hors-série numéro 19. Entretien avec Sophie Zénon,‎ novembre 2014.
  5. « Sophie Zénon. Histoires mongoles », Le Monde2, pages 45 à 55,‎ 19 février 2005.
  6. Jean-Pierre THIBAUDAT, « Effluves du fleuve Amour », sur Libération (consulté le )
  7. Martine Laval, « Mongolie, l’esprit du vent », Télérama,‎ décembre 2005.
  8. « Un été dans La Croix », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  9. V. Bouruet-Aubertot, « Sophie Zénon à Palerme », Connaissance des Arts,‎ novembre 2012.
  10. Frédérique Chapuis, « Sophie Zénon : cadavres exquis », Télérama,‎ ? (lire en ligne)
  11. Aude Lavigne, « Sophie Zénon », sur France Culture (consulté le )
  12. Corinne Thorillon, « Festival Photomed : mémoire onirique de la Méditerranée », sur Paris-Match, (consulté le )
  13. « Galerie Thessa Herold »
  14. Serge Hartmann, « Puisqu'il nous faut bien mourir », DNA,‎ 17 septembre 2011.
  15. Jean-Louis Cereja, « Cadavres exquis », L'Alsace,‎ 18 septembre 2011.
  16. « Le grand prix « Un photographe pour Eurazeo » remis à Sophie Zénon », sur Connaissance des Arts,
  17. Robin Tutenges, « Sophie Zénon, lauréate du 10ème prix Eurazeo », sur Polka, interview,
  18. Léon Mychkine, « Sophie Zénon, photographies et champs magnétiques. », sur Art-icle.fr, 28 janvier 2021. (consulté le )
  19. Brigitte Patient, « Sophie Zénon », sur France Inter, émission radio « Regardez Voir! », entretien avec Sophie Zénon, 19 juin 2016. (consulté le )
  20. Christian Gattinoni, « Une approche poétique d’un site de la Première Guerre Mondiale », sur lacritique.org., 16 avril 2019. (consulté le )
  21. Christelle Cappelle, « Regards d'artiste, S. Zénon. », Les chemins de la mémoire. HS "Paysages en guerre, paysages de guerre". Interview avec Sophie Zénon,‎ 2018.
  22. Fabien Ribery, « L'esprit des lieux par Sophie Zénon, photographe. », sur L'intervalle. Entretien avec Sophie Zénon, 23 avril 2019. (consulté le )
  23. Sophie Zénon, « Pour vivre ici », sur Editions LOCO,
  24. Eric Karsenty, « Frondaisons. la fabrique de l'image d'un maquis de l'Argoat. », Fisheye,‎ janvier 2020.
  25. JF Lixon, « La plasticienne S. Zénon revisite la Résistance dans une forêt bretonne. », sur FranceInfo, 15 décembre 2019. (consulté le )
  26. Fabrice Bernay, « L’art rajeunit les maquisards de Saint-Connan », sur Ouest-France, 16 décembre 2019.

Bibliographie

Annexes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Sophie Zénon
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.