Sport d'hiver

sport pratiqué exclusivement l'hiver en raison des conditions climatiques / De Wikipedia, l'encyclopédie libre

L'expression sports d'hiver est apparue à la fin du XIXe siècle pouvant alors désigner les sports pratiqués l'hiver (football, escrime ou la boxe) ou « ceux pratiqués exclusivement l'hiver en raison des conditions météorologiques, glace, neige, indispensables à son fonctionnement ». C'est la deuxième définition qui est aujourd'hui retenue avec pour origine le « modèle sportif s'appliquant aux activités physiques pratiqués dans les pays de neige et de glace, invention des gens du Nord c'est-à-dire l'Europe et l'Amérique du Nord avec un rôle prépondérant des Anglais dans la définition des sports ».

Les « sports d'hiver ne sont identifiés et n'acquièrent une relative autonomie dans l'ensemble des sports qu'à partir des années 1907-1908 », à la suite de l'idée d'hôteliers comme Johannes Badrutt à Saint-Moritz qui réussit en 1885 à faire revenir ses touristes anglais pendant la morte saison en leur proposant de faire de la luge, du patin à glace ou du ski[1].

Au sein de ces sports d'hiver se distinguent deux familles selon la Revue Olympique en 1908 : les sports de glace c'est-à-dire le patinage sous toutes ses formes, et les sports de neige c'est-à-dire le ski, la luge ou le bobsleigh, cependant cette distinction n'est pas figée dans le temps puisqu'aujourd'hui le bobsleigh, la luge ou le skeleton peuvent être considérés comme des sports de glace.

Son développement est lié aux conditions sociales et culturelles - le ski de fond possède des origines paysannes, populaires et rurales, pendant que le patinage est un loisir plutôt urbain, enfin le bobsleigh peut être attaché à l'élite. L'extension des stations de sports d'hiver intervient avec l'arrivée du ski alpin après la Première Guerre mondiale conjuguée à la pratique des militaires et la création des Jeux olympiques d'hiver en 1924 à Chamonix qui fut exploitée pour propager ces sports d'hiver.

Ski alpin et Snowboard