Steeple aux Jeux olympiques - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Steeple aux Jeux olympiques.

Steeple aux Jeux olympiques

Steeple aux Jeux olympiques
Finale du 3 000 m steeple masculin lors des Jeux olympiques de 2016.
Généralités
Sport Athlétisme
Steeple
Organisateur(s) CIO
Éditions 24e en 2021
Catégorie Jeux olympiques

Palmarès
Tenant du titre Soufiane el-Bakkali (2021)
Peruth Chemutai (2021)
Plus titré(s) Volmari Iso-Hollo et Ezekiel Kemboi (2)
Records Conseslus Kipruto (min 3 s 28, 2016)
Gulnara Galkina (min 58 s 81, 2008)

Les épreuves masculines de steeple figurent au programme des Jeux olympiques depuis l'édition de 1900 à Paris. Courues sur 2 500 m et 4 000 m aux Jeux olympiques de 1900, sur 2 590 m aux Jeux olympiques de 1904, et sur 3 200 m aux Jeux olympiques de 1908, elles se disputent sur la distance de 3 000 m depuis les Jeux olympiques de 1920. Les femmes ne participent à l'épreuve du 3 000 m steeple que depuis les Jeux olympiques de 2008, à Pékin.

Avec deux médailles d'or remportées, le Finlandais Volmari Iso-Hollo et le Kényan Ezekiel Kemboi sont les athlètes les plus titrés dans cette épreuve.

Les records olympiques du 3 000 m steeple sont actuellement détenus par le Kényan Conseslus Kipruto, auteur de min 3 s 28 en finale des Jeux olympiques de 2016, à Rio de Janeiro[1], et par la Russe Gulnara Galkina, créditée de min 58 s 81 lors des Jeux olympiques de 2008[2].

Éditions

Années 96 00 04 08 12 20 24 28 32 36 48 52 56 60 64 68 72 76 80 84 88 92 96 00 04 08 12 16 20 Total
Hommes X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X 24
Femmes X X X X 4

Hommes

Historique

1900-1912

Finale du steeple aux Jeux olympiques de 1908, à Londres.
Finale du steeple aux Jeux olympiques de 1908, à Londres.

Le steeple fait partie des disciplines disputées lors des Jeux olympiques de 1900, à Paris, où deux épreuves se déroulent sur la distance de 2 500 m, le , et sur la distance de 4 000 m, le lendemain le [3]. Le Canadien George Orton s'impose dans l'épreuve du 2 500 m et le Britannique John Rimmer remporte celle du 4 000 m.

Quatre ans plus tard, lors des Jeux olympiques de 1904, à Saint-Louis, la distance parcourue est de 2 590 m. La victoire revient à l'Américain Jim Lightbody, qui s'imposera quelques jours plus tard dans deux autres épreuves, le 800 m et le 1 500 m.

Lors des Jeux olympiques de 1908, à Londres, les organisateurs proposent un 2 miles steeple, soit l'équivalent de 3 200 mètres[4]. Le Britannique Arthur Russell enlève le titre olympique, devant son compatriote Archie Robertson et l'Américain John Eisele. Des caractéristiques de l'épreuve sont modifiées lors de ces Jeux : les haies n'ont plus qu'un yard de hauteur (0,91 m) et 2 pieds six pouces de profondeur (76 cm), la rivière fait quatre yards de largeur (3,66 m) et le nombre d'obstacles est limité à cinq par tour, spécificités devenant la norme internationale en athlétisme[4].

Aucune épreuve de steeple ne se déroule lors des Jeux olympiques de 1912, à Stockholm.

1920-1936

Volmari Iso-Hollo, champion olympique en 1932 et 1936.
Volmari Iso-Hollo, champion olympique en 1932 et 1936.

A partir des Jeux olympiques de 1920, toutes les épreuves de steeple se disputent sur la distance de 3 000 m. En 1920, à Anvers, le Britannique Percy Hodge s'adjuge le titre olympique dans le temps de 10 min 0 s 4, devant l'Américain Patrick Flynn et l'Italien Ernesto Ambrosini[5].

La Finlande, qui domine les épreuves de demi-fond et de fond dans les années 1920, s'impose lors des Jeux olympiques de 1924 par l'intermédiaire de Ville Ritola qui, au Stade de Colombes, s'impose dans le temps de min 33 s 6, devant son compatriote Elias Katz et le Français Paul Bontemps[4]. Ville Ritola remportera trois autres médailles d'or lors de ces Jeux[6].

Lors des Jeux olympiques de 1928, à Amsterdam, Le Finlandais Toivo Loukola enlève le titre olympique en min 21 s 8, devançant ses deux compatriotes Paavo Nurmi et Ove Andersen[7]. Loukola établit la meilleure performance jamais enregistrée sur 3 000 m steeple, le premier record du monde n'étant homologué par l'IAAF qu'à partir de 1954[8].

Les Finlandais maintiennent leur hégémonie lors des Jeux olympiques de 1932, à Los AngelesVolmari Iso-Hollo remporte la finale en 10 min 33 s 4, devant le Britannique Thomas Evenson et l'Américain Joseph McCluskey[9].

En 1936, durant les Jeux olympiques de Berlin, Volmari Iso-Hollo devient le premier athlète à conserver son titre olympique sur 3 000 m steeple en s'imposant en min 3 s 8 devant son compatriote Kaarlo Tuominen et l'Allemand Alfred Dompert. En quatre éditions des Jeux olympiques, de 1920 à 1936, la Finlande remporte huit médailles dont quatre titres<[10].

1948-1964

Gaston Roelants, champion olympique en 1964.
Gaston Roelants, champion olympique en 1964.

Lors des Jeux olympiques de 1948, à Londres, le Suédois Tore Sjöstrand s'adjuge le titre olympique dans le temps de min 4 s 06 et devance ses deux compatriotes Erik Elmsäter (min 8 s 2) et Göte Hagström (min 11 s 8)[11].

Quatre ans plus tard, aux Jeux olympiques de 1952 à Helsinki, l'Américain Horace Ashenfelter, auteur d'un record personnel à min 6 s avant le début de la compétition[12], crée la surprise en s'imposant en finale en min 45 s 4, record du monde non-officiel, devant le Soviétique Vladimir Kazantsev (min 51 s 6) et le Britannique John Disley (min 51 s 8)[13].

Aux Jeux olympiques de 1956, à Melbourne, le titre olympique revient au Britannique Chris Brasher, qui après avoir distancé ses quatre partenaires d'échappée à 300 m mètres de l'arrivée, remporte le titre dans le temps de min 41 s 2. Mais, disqualifié dans un premier temps pour avoir bousculé ses adversaires dans le dernier tour, Brasher est finalement requalifié par le jury d'appel après trois heures de discussion[14]. Le Hongrois Sándor Rozsnyói, premier détenteur officiel du record du monde, est médaillé d'argent en min 43 s 6, le Norvégien Ernst Larsen complétant le podium en min 44 s 0[15].

En 1960, lors des Jeux olympiques de Rome, le Polonais Zdzisław Krzyszkowiak, qui a amélioré le record du monde du 3 000 m steeple quelques semaines avant le début de la compétition, remporte la finale olympique disputée sous une très forte chaleur[16], dans le temps de min 34 s 2. Il devance les Soviétiques Nikolay Sokolov (min 36 s 4) et Semyon Rzhishchin (min 42 s 2)[17].

Le Belge Gaston Roelants, champion d'Europe en titre et détenteur du record du monde depuis 1963, s'adjuge la médaille d'or des Jeux olympiques de 1964, à Tokyo, en établissant un nouveau record olympique en min 30 s 8. Le Britannique Maurice Herriott prend la deuxième place en min 32 s 4, juste devant le Soviétique Ivan Belyayev (min 33 s 8)[18].

1968-1984

Kipchoge Keino, champion olympique en 1972.
Kipchoge Keino, champion olympique en 1972.

Lors des Jeux olympiques de 1968, à Mexico, le Kényan Amos Biwott devient le premier athlète africain titré sur 3 000 m steeple. Il s'impose au sprint dans le temps de min 51 s 0, devant son compatriote Benjamin Kogo (min 51 s 6) et l'Américain George Young (min 51 s 8)[19]. Le champion olympique en titre Gaston Roelants, lâché après 2 000 m de course, se classe septième de l'épreuve[20].

Le Kényan Kipchoge Keino remporte le titre des Jeux olympiques de 1972, à Munich, en établissant un nouveau record olympique en min 23 s 6 après avoir porté une accélération à l'entame du dernier tour. Son compatriote Ben Jipcho se classe deuxième en min 51 s 6 et le Finlandais Tapio Kantanen troisième en min 24 s 8[21]. Amos Biwott, champion olympique en titre, termine à la sixième place.

Quatre ans plus tard, aux Jeux olympiques de 1976, à Montréal, le Polonais Bronisław Malinowski établit dès les séries un nouveau record olympique en min 18 s 56, temps qu'améliore en finale le Suédois Anders Gärderud qui l'emporte en min 8 s 02, améliorant à cette occasion son propre record du monde. Bronisław Malinowski s'adjuge la médaille d'argent en min 9 s 11 et l'Est-allemand Frank Baumgartl la médaille de bronze en min 10 s 36[22].

Bronisław Malinowski obtient la consécration mondiale aux Jeux olympiques de 1980, à Moscou, marqués par le boycott d'une cinquantaine de nations, dont le Kenya où figure le détenteur du record du monde Henry Rono. Le Polonais remporte la course dans le temps de min 9 s 70, devant le Tanzanien Filbert Bayi (min 12 s 48), échappé dès le premier kilomètre et rejoint par Malinowski à 600 m de l'arrivée[23], et l'Éthiopien Eshetu Tura (min 13 s 57)[24].

Lors des Jeux olympiques de 1984, à Los Angeles, la victoire revient au Kényan Julius Korir (min 11 s 80) qui devance le Français Joseph Mahmoud (min 13 s 31) et l'Américain Brian Diemer (min 14 s 06)[25].

1988-2004

Ezekiel Kemboi, champion olympique en 2004 et 2012.
Ezekiel Kemboi, champion olympique en 2004 et 2012.

Le Kényan Julius Kariuki succède à son compatriote Julius Korir lors des Jeux olympiques de 1988, à Séoul, en établissant en finale un nouveau record olympique en min 5 s 51. Il devance l'autre kényan Peter Koech, médaillé d'argent en min 6 s 79 et le Britannique Mark Rowland, médaillé de bronze en min 7 s 96[26].

En 1992, aux Jeux olympiques de Barcelone, le Kenya réalise un triplé inédit : Matthew Birir s'impose en min 8 s 84, devant Patrick Sang (min 9 s 55) et William Mutwol (min 10 s 74)[27], et ce en l'absence de Moses Kiptanui, champion du monde l'année passée et nouveau détenteur du record du monde qui n'a terminé que quatrième des sélections olympiques kényanes[28].

Lors des Jeux olympiques de 1996, à Atlanta, le Kényan Joseph Keter remporte la finale en min 7 s 12, devant le triple champion du monde Moses Kiptanui (min 8 s 33) qui ne parviendra pas à décrocher un titre olympique. L'Italien Alessandro Lambruschini, qui a terminé au pied du podium en 1988 à Séoul et 1992 à Barcelone, obtient la médaille de bronze en min 11 s 28, devant le champion olympique en titre Matthew Birir[29].

Quatre ans plus tard, lors des Jeux olympiques de 2000, à Sydney, le Kényan Reuben Kosgei, champion du monde en 1999, l'emporte en min 21 s 43, devant son compatriote Wilson Boit Kipketer, deuxième en min 21 s 77 et le Marocain Ali Ezzine, troisième en min 22 s 15[30]. Bernard Barmasai, alors détenteur du record du monde, échoue à la quatrième place.

En remportant le titre des Jeux olympiques de 2004, à Athènes, Ezekiel Kemboi assure la sixième victoire kényane consécutive dans cette épreuve. Il s'impose dans le temps de min 5 s 81, devant ses compatriotes Brimin Kipruto (min 6 s 11) et Paul Kipsiele Koech (min 6 s 64)[31]. Le Qatarien et ancien kényan Saif Saaeed Shaheen, champion du monde en 2003, ne participe pas à la compétition en vertu du règlement olympique qui oblige d'être naturalisé depuis au moins trois ans pour être sélectionnable.

Depuis 2008

Conseslus Kipruto, champion olympique en 2016 et actuel détenteur du record olympique.
Conseslus Kipruto, champion olympique en 2016 et actuel détenteur du record olympique.

Brimin Kipruto, médaillé d'argent à Athènes, s'adjuge la médaille d'or des Jeux olympiques de 2008, à Pékin, dans le temps de min 10 s 34, devançant au sprint le Français Mahiedine Mekhissi (min 10 s 49) qui est le premier à empêcher un doublé kényan sur 3 000 m steeple depuis 1984 et Joseph Mahmoud, dernier médaillé olympique français dans cette épreuve. L'autre Kényan Richard Mateelong remporte la médaille de bronze en min 11 s 01 alors que le tenant du titre Ezekiel Kemboi termine à la 7e place à plus de six secondes de Kipruto[32].

Lors des Jeux olympiques de 2012, à Londres, Ezekiel Kemboi remporte pour la deuxième fois la médaille d'or du 3 000 m steeple, huit ans après son dernier sacre obtenu à Athènes, devenant à cette occasion le deuxième athlète après le Finlandais Volmari Iso-Hollo (vainqueur en 1932 et 1936) à s'adjuger deux titres olympiques dans cette épreuve[33]. Il s'impose en min 18 s 56 après avoir fait la différence dans l'ultime ligne droite après le passage de la dernière rivière, devant Mahiedine Mekhissi (min 19 s 08) qui obtient sa deuxième médaille d'argent olympique consécutive, et l'autre Kényan Abel Mutai (min 19 s 73)[34],[35].

Le Kényan Conseslus Kipruto remporte les Jeux olympiques de 2016, à Rio de Janeiro après avoir pris la tête à la mi-course en compagnie d'Ezekiel Kemboi et de l'Américain Evan Jager. Après une accélération placée à 100 m de l'arrivée, Kipruto s'impose dans le temps de min 3 s 28, nouveau record olympique, devant Evan Jager, deuxième en min 4 s 28[36]. Ezekiel Kemboi, troisième de la course, est finalement disqualifié pour avoir empiété la ligne intérieure sur plusieurs appuis[37], laissant la médaille de bronze à Mahiedine Mekhissi, initialement quatrième de la course en min 11 s 52, qui devient à cette occasion le seul athlète à remporter trois médailles olympiques sur 3 000 m steeple après ses deux médailles d'argent obtenus en 2008 et 2012[38].

En 2021 à Tokyo, le Marocain Soufiane el-Bakkali met fin à l'hégémonie kényane sur le 3 000 m steeple en remportant la finale en min 8 s 90. Cette domination kényane durait sans discontinuer depuis les Jeux de 1980 à Moscou, où le Kenya était absent pour cause de boycott. Derrière el-Bakkali, le vice-champion du monde éthiopien Lamecha Girma décroche l'argent en 8 min 10 s 38, tandis que le Kényan Benjamin Kigen sauve l'honneur de son pays en arrachant le bronze en 8 min 11 s 45[39]. Conseslus Kipruto, champion olympique en 2016, n'avait lui pas réussi à se qualifier pour ces Jeux Olympiques.

Palmarès

3 000 m steeple

Édition Or Argent Bronze
1920
 Percy Hodge (GBR)
10 min 0 s 4
 Patrick Flynn (USA)
10 min 21 s 1
 Ernesto Ambrosini (ITA)
10 min 23 s 6
1924
 Ville Ritola (FIN)
min 33 s 6
 Elias Katz (FIN)
min 44 s 0
 Paul Bontemps (FRA)
min 45 s 2
1928
 Toivo Loukola (FIN)
min 21 s 8
 Paavo Nurmi (FIN)
min 31 s 2
 Ove Andersen (FIN)
min 35 s 6
1932
 Volmari Iso-Hollo (FIN)
10 min 33 s 4
 Thomas Evenson (GBR)
10 min 46 s 0
 Joseph McCluskey (USA)
10 min 46 s 2
1936
 Volmari Iso-Hollo (FIN)
min 3 s 8
 Kaarlo Tuominen (FIN)
min 6 s 8
 Alfred Dompert (GER)
min 7 s 2
1948
 Tore Sjöstrand (SWE)
min 4 s 6
 Erik Elmsäter (SWE)
min 8 s 2
 Göte Hagström (SWE)
min 11 s 8
1952
 Horace Ashenfelter (USA)
min 45 s 4
 Vladimir Kazantsev (URS)
min 51 s 6
 John Disley (GBR)
min 51 s 8
1956
 Chris Brasher (GBR)
min 41 s 2
 Sándor Rozsnyói (HUN)
min 43 s 6
 Ernst Larsen (NOR)
min 44 s 0
1960
 Zdzisław Krzyszkowiak (POL)
min 34 s 2
 Nikolay Sokolov (URS)
min 36 s 4
 Semyon Rzhishchin (URS)
min 42 s 2
1964
 Gaston Roelants (BEL)
min 30 s 8
 Maurice Herriott (GBR)
min 32 s 4
 Ivan Belyayev (URS)
min 33 s 8
1968
 Amos Biwott (KEN)
min 51 s 0
 Benjamin Kogo (KEN)
min 51 s 6
 George Young (USA)
min 51 s 8
1972
 Kipchoge Keino (KEN)
min 23 s 6
 Ben Jipcho (KEN)
min 24 s 6
 Tapio Kantanen (FIN)
min 24 s 8
1976
 Anders Gärderud (SWE)
min 8 s 02
 Bronisław Malinowski (POL)
min 9 s 11
 Frank Baumgartl (GDR)
min 10 s 36
1980
 Bronisław Malinowski (POL)
min 9 s 70
 Filbert Bayi (TAN)
min 12 s 48
 Eshetu Tura (ETH)
min 13 s 57
1984
 Julius Korir (KEN)
min 11 s 80
 Joseph Mahmoud (FRA)
min 13 s 31
 Brian Diemer (USA)
min 14 s 06
1988
 Julius Kariuki (KEN)
min 5 s 51
 Peter Koech (KEN)
min 6 s 79
 Mark Rowland (GBR)
min 7 s 96
1992
 Matthew Birir (KEN)
min 8 s 84
 Patrick Sang (KEN)
min 9 s 55
 William Mutwol (KEN)
min 10 s 74
1996
 Joseph Keter (KEN)
min 7 s 12
 Moses Kiptanui (KEN)
min 8 s 33
 Alessandro Lambruschini (ITA)
min 11 s 28
2000
 Reuben Kosgei (KEN)
min 21 s 43
 Wilson Boit Kipketer (KEN)
min 21 s 77
 Ali Ezzine (MAR)
min 22 s 15
2004
 Ezekiel Kemboi (KEN)
min 5 s 81
 Brimin Kipruto (KEN)
min 6 s 11
 Paul Kipsiele Koech (KEN)
min 6 s 64
2008
 Brimin Kipruto (KEN)
min 10 s 34
 Mahiedine Mekhissi-Benabbad (FRA)
min 10 s 49
 Richard Kipkemboi Mateelong (KEN)
min 11 s 01
2012
 Ezekiel Kemboi (KEN)
min 18 s 56
 Mahiedine Mekhissi-Benabbad (FRA)
min 19 s 08
 Abel Kiprop Mutai (KEN)
min 19 s 73
2016
 Conseslus Kipruto (KEN)
min 3 s 28
 Evan Jager (USA)
min 4 s 28
 Mahiedine Mekhissi-Benabbad (FRA)
min 11 s 52
2020
 Soufiane el-Bakkali (MAR)
min 8 s 90
 Lamecha Girma (ETH)
min 10 s 38
 Benjamin Kigen (KEN)
min 11 s 45

Autres distances

Des épreuves de steeple ont également été disputées lors des Jeux olympiques sur des distances différentes du 3 000 m : sur 2 500 m[40] et 4 000 m[41] en 1900, sur 2 590 m en 1904[42], et sur 3 200 m (2 miles) en 1908.

Édition Distance Or Argent Bronze
1900 2 500 m
 George Orton (CAN)
min 34 s 4
 Sidney Robinson (GBR)
min 35 s 2
 Jean Chastanié (FRA) min 44 s 0
4 000 m
 John Rimmer (GBR)
12 min 58 s 4
 Charles Bennett (GBR)
12 min 58 s 6
 Sidney Robinson (GBR)
12 min 58 s 8
1904 2 590 m
 Jim Lightbody (USA)
min 39 s 6
 John Daly (GBR)
min 1 s 6
 Arthur Newton (USA)
min 7 s 0
1908 3 200 m
 Arthur Russell (GBR)
10 min 47 s 8
 Archie Robertson (GBR)
10 min 48 s 4
 John Eisele (USA)
11 min 00 s 8

Multiples médaillés

Hommes
Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1 Kemboi, EzekielEzekiel Kemboi
 Kenya
2004–2012 2 0 0 2
2 Iso-Hollo, VolmariVolmari Iso-Hollo
 Finlande
1932–1936 2 0 0 2
3 Malinowski, BronisławBronisław Malinowski
 Pologne
1976–1980 1 1 0 2
3 Kipruto, BriminBrimin Kipruto
 Kenya
2004–2008 1 1 0 2
5 Mekhissi-Benabbad, MahiedineMahiedine Mekhissi-Benabbad
 France
2008–2016 0 2 1 3

Record olympique

Évolution du record olympique masculin[43],[44]
Temps Athlète Lieu Date Record
10 min 56 s 2
Arthur Russell
Londres
10 min 47 s 8
Arthur Russell
Londres
10 min 23 s 0
Mike Devaney
Anvers
10 min 17 s 4
Percy Hodge
Anvers
10 min 0 s 4
Percy Hodge
Anvers
min 43 s 8
Elias Katz
Paris
min 33 s 6
Ville Ritola
Paris
min 21 s 8
Toivo Loukola
Amsterdam
min 18 s 8
Thomas Evenson
Los Angeles
min 14 s 6
Volmari Iso-Hollo
Los Angeles
min 3 s 8
Volmari Iso-Hollo
Berlin
min 58 s 0
Vladimir Kazantsev
Helsinki
min 51 s 0
Horace Ashenfelter
Helsinki
min 45 s 4
Horace Ashenfelter
Helsinki
min 41 s 2
Chris Brasher
Melbourne
min 34 s 2
Zdzisław Krzyszkowiak
Rome
min 33 s 0
Maurice Herriott
Tokyo
min 31 s 8
Adolfas Aleksejūnas
Tokyo
min 30 s 8
Gaston Roelants
Tokyo
min 24 s 8
Tapio Kantanen
Munich
min 23 s 8
Amos Biwott
Munich
min 23 s 6
Kipchoge Keino
Munich
min 18 s 56
Bronisław Malinowski
Montréal
min 8 s 02
Anders Gärderud
Montréal WR
min 5 s 51
Julius Kariuki
Séoul
min 3 s 28
Conseslus Kipruto
Rio de Janeiro

Femmes

Historique

Depuis 2008

Podium du 3 000 m steeple féminin des Jeux olympiques de 2016 (de gauche à droite : Hyvin Jepkemoi, Ruth Jebet et Emma Coburn).
Podium du 3 000 m steeple féminin des Jeux olympiques de 2016 (de gauche à droite : Hyvin Jepkemoi, Ruth Jebet et Emma Coburn).

Le 3 000 m steeple féminin fait sa première apparition olympique à l'occasion des Jeux olympiques de 2008, à Pékin. L'épreuve se dispute déjà lors des championnats du monde depuis l'édition 2005 à Helsinki. Détentrice du record du monde depuis 2003, la Russe Gulnara Galkina confirme son statut de favorite en s'adjugeant le titre olympique en min 58 s 81, et en améliorant de surcroit de près de trois secondes son propre record du monde[45]. Elle devance largement la Kényane Eunice Jepkorir (min 7 s 41) et sa compatriote Yekaterina Volkova (min 7 s 64), championne du monde l'année précédente. En 2016, Yekaterina Volkova est convaincue de dopage et sera disqualifiée au profit de l'autre Russe Tatyana Arkhipova, initialement quatrième de l'épreuve[46].

Quatre ans plus tard, lors des Jeux olympiques de 2012, à Londres, la Russe Yuliya Zaripova décroche le titre olympique en min 6 s 72, devant la Tunisienne Habiba Ghribi (min 8 s 37) et l'Éthiopienne Sofia Assefa (min 9 s 84)[47]. En 2016, Zaripova est déchue de son titre olympique à la suite d'affaires de dopage. Habiba Ghribi récupère la médaille d'or, Sofia Assefa la médaille d'argent, et la Kényane Milcah Cheywa la médaille de bronze[48].

En 2016, au cours des Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro, la Bahreïnie Ruth Jebet devient championne olympique en s'imposant en finale dans le temps de min 59 s 75, record personnel et continental[49]. La Kényane Hyvin Jepkemoi, championne du monde en 2015, se classe deuxième de l'épreuve en min 7 s 12, l'Américaine Emma Coburn s'adjugeant la médaille de bronze en min 7 s 63[50].

A Tokyo en 2021, la finale est menée dans un premier temps par l'Américaine Courtney Frerichs, mais celle-ci se fait rattraper et dépasser au dernier tour par l'Ougandaise Peruth Chemutai qui remporte finalement la médaille d'or en battant le record national en 9 min 01 s 45. Première sportive de l'histoire de son pays à remporter une médaille aux JO, Chemutai décroche également le troisième titre olympique de l'Ouganda, tous sports confondus[51]. Frerichs obtient finalement l'argent en 9 min 04 s 39, tandis que Hyvin Jepkemoi décroche le bronze en 9 min 05 s 39, cinq ans après sa médaille d'argent de Rio. La recordwoman du monde et championne du monde en titre Beatrice Chepkoech termine seulement septième de la finale, loin du podium. Quant à la championne olympique en titre Ruth Jebet, elle avait été suspendue en 2020 pour une période de 4 ans pour dopage à l'EPO[52].

Palmarès

Édition Or Argent Bronze
2008[note 1]
 Gulnara Galkina (RUS)
min 58 s 81
 Eunice Jepkorir (KEN)
min 7 s 41
 Tatyana Arkhipova (RUS)
min 12 s 33
2012[note 2]
 Habiba Ghribi (TUN)
min 8 s 37
 Sofia Assefa (ETH)
min 9 s 84
 Milcah Cheywa (KEN)
min 9 s 88
2016
 Ruth Jebet (BRN)
min 59 s 75
 Hyvin Jepkemoi (KEN)
min 7 s 12
 Emma Coburn (USA)
min 7 s 63
2020
 Peruth Chemutai (UGA)
min 1 s 45
 Courtney Frerichs (USA)
min 4 s 79
 Hyvin Jepkemoi (KEN)
min 5 s 39

Multiples médaillées

Femmes
Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1 Jepkemoi, HyvinHyvin Jepkemoi
 Kenya
2016–2021 0 1 1 2

Record olympique

Évolution du record olympique féminin[53],[54]
Temps Athlète Lieu Date Record
min 15 s 17
Gulnara Samitova-Galkina
Pékin
min 58 s 81
Gulnara Samitova-Galkina
Pékin WR

Notes et références

Notes

  1. La Russe Yekaterina Volkova, initialement troisième de l'épreuve, est disqualifiée pour dopage en 2016. Sa compatriote Tatyana Arkhipova récupère par conséquent la médaille de bronze.
  2. La Russe Yuliya Zaripova, vainqueur de l'épreuve, est disqualifiée pour dopage en 2016. Habiba Ghribi, initialement deuxième de l'épreuve, récupère la médaille d'or.

Références

  1. (en) « Record olympique masculin », sur iaaf.org (consulté le )
  2. (en) « Record olympique féminin », sur iaaf.org (consulté le )
  3. Parienté et Billouin 2003, p. 380.
  4. a b et c Parienté et Billouin 2003, p. 381.
  5. (en) « 1920 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  6. (en) « 1924 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  7. (en) « 1928 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  8. [PDF] Progression du record du monde du 3 000 m steeple masculin, www.iaaf.org, p.630, consulté le 18 mai 2019
  9. (en) « 1932 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  10. (en) « 1936 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  11. (en) « 1948 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  12. Parienté et Billouin 2003, p. 385.
  13. (en) « 1952 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  14. Parienté et Billouin 2003, p. 387.
  15. (en) « 1956 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  16. Parienté et Billouin 2003, p. 388.
  17. (en) « 1960 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  18. (en) « 1964 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  19. (en) « 1968 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  20. Parienté et Billouin 2003, p. 390.
  21. (en) « 1972 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  22. (en) « 1976 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  23. Parienté et Billouin 2003, p. 401.
  24. (en) « 1980 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  25. (en) « 1984 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  26. (en) « 1988 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  27. (en) « 1992 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  28. Parienté et Billouin 2003, p. 404.
  29. (en) « 1996 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  30. (en) « 2000 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  31. (en) « 2004 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  32. (en) « 2008 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  33. (en) Jörg Wenig, « Marathon becomes the focus for Kemboi after second Olympic Steeplechase gold », sur iaaf.org, (consulté le )
  34. (fr) « Kemboi en or, Mekhissi en argent sur 3000 m steeple », sur lexpress.fr, (consulté le )
  35. (en) « 2012 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  36. (en) « 2016 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  37. « IAAF: Report: men's 3000m steeplechase final – Rio 2016 Olympic Games| News | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le )
  38. « Officiel : Mahiedine Mekhissi récupère le bronze en 3000m steeple ! », sur Eurosport, (consulté le )
  39. « Soufiane El Bakkali intouchable sur le 3 000 m steeple », sur L'Équipe (consulté le )
  40. (en) « Athletics at the 1900 Paris Summer Games:Men's 2,500 metres Steeplechase », sur sports-reference.com (consulté le )
  41. (en) « Athletics at the 1900 Paris Summer Games:Men's 4,000 metres Steeplechase », sur sports-reference.com (consulté le )
  42. (en) « Athletics at the 1904 St. Louis Summer Games:Men's 2,590 metres Steeplechase », sur sports-reference.com (consulté le )
  43. (en) « Progression du record olympique du 3 000 m steeple masculin », sur olympedia.org (consulté le )
  44. (en)« Progression du record olympique masculin du 3 000 m steeple », sur trackfield.brinkster.net (consulté le )
  45. (en) « 2008 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  46. « Le CIO sanctionne neuf athlètes pour contrôles de dopage positifs aux Jeux Olympiques de Beijing 2008 », sur www.olympic.org, (consulté le )
  47. (en) « 2012 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  48. (en) « London 2012 - 3000m steeplechase women », sur olympic.org (consulté le )
  49. « 3000m steeple féminin : Ruth Jebet remporte la médaille d'or » (consulté le )
  50. (en) « 2016 Summer Olympics - 3,000 metres Steeplechase, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  51. « Peruth Chemutai en or sur le 3 000 m steeple des JO de Tokyo », sur L'Équipe (consulté le )
  52. « Dopage : Ruth Jebet, championne olympique du 3 000m steeple, suspendue quatre ans », sur L'Équipe (consulté le )
  53. (en) « Progression du record olympique du 3 000 m steeple féminin », sur olympedia.org (consulté le )
  54. (en)« Progression du record olympique féminin du 3 000 m steeple », sur trackfield.brinkster.net (consulté le )

Voir aussi

Bibliographie

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Articles connexes

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Steeple aux Jeux olympiques
Listen to this article