The Dictionary of Obscure Sorrows - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for The Dictionary of Obscure Sorrows.

The Dictionary of Obscure Sorrows

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

The Dictionary of Obscure Sorrows (en français, Dictionnaire des Douleurs Obscures) est un site Web et une chaîne YouTube, créé par John Koenig, qui définit les néologismes pour les émotions qui n'ont pas de terme descriptif[1].

Le dictionnaire comprend des entrées verbales sur le site Web avec des descriptions d'une longueur de paragraphe et des vidéos sur YouTube pour les entrées individuelles. Les néologismes, bien que complètement créés par Koenig, sont basés sur ses recherches sur les étymologies et les significations des préfixes, des suffixes et des racines de mots utilisés[2].

Les termes sont souvent basés sur des "sentiments d'existentialismes"[3] et sont destinés à "combler un trou dans la langue", souvent à partir des contributions des lecteurs, d'émotions spécifiques[4]. Certaines vidéos impliquent un grand nombre de photographies, comme la vidéo pour Vemödalen, qui utilise une «fusion presque épuisante - mais transparente - de 465 photos similaires de différents photographes». D'autres vidéos sont plus personnelles, comme Avenoir, qui implique un "collage de ses propres films pour reconstituer une exploration de la linéarité de la vie"[5],[6].

Un livre officiel du Dictionary of Obscure Sorrows devrait être publié en 2017[7].

Histoire

Le dictionnaire a commencé en 2006 quand John Koenig étudiant au Collège de Macalester (en) au Minnesota et essaye d'écrire de la poésie. Le Dictionary of Obscure Sorrows est l'idée d'inventer un dictionnaire contenant tous les mots dont il avait besoin pour sa poésie, y compris des émotions qui n'avaient jamais été décrites linguistiquement[8].

Le site commence à publier début décembre 2009[9] et la première vidéo sur YouTube est publié le 24 octobre 2014[10].

La popularité du site et des séries Web a commencé à croître en juin 2015 après qu'une liste de vingt-trois mots du dictionnaire commence à être partagée sur plusieurs sites de médias sociaux[11].

Mots notables

Plusieurs des néologismes présentés dans The Dictionary of Obscure Sorrows, en particulier ceux qui ont une vidéo d'accompagnement, ont suscité attention et intérêt.

Vemödalen n. the frustration of photographing something amazing when thousands of identical photos already exist—the same sunset, the same waterfall, the same curve of a hip, the same closeup of an eye—which can turn a unique subject into something hollow and pulpy and cheap, like a mass-produced piece of furniture you happen to have assembled yourself.

— John Koenig, The Dictionary of Obscure Sorrows

« Vemödalen n. la frustration de photographier quelque chose d'extraordinaire quand des milliers de photos identiques existent déjà - le même coucher de soleil, la même chute d'eau, la même courbe d'une hanche, le même gros plan d'œil - qui peut transformer un sujet unique en un sujet creux et banal, comme un meuble produit à la chaîne que vous assemblez vous-même. »

— The Dictionary of Obscure Sorrows

Le terme Vemödalen met l'accent sur le manque de créativité dans la photographie en raison de l'existence de photographies similaires prises dans le passé. Cependant, la vidéo se concentre également sur la façon dont il est "inévitable que la "même" image soit capturée par différents individus" alors qu'il est également correct que "juste parce que certaines choses semblent similaires, leur unicité n'est pas annulée"[12],[13]. À l'aide d'une citation de Walt Whitman, la vidéo souligne que quelque chose d'unique sera toujours basé sur l'ajout à ce qui précède et que chaque photo faite est ajoutée à l'histoire de photographies sur lesquelles tout le monde collabore[14].

Sonder n. the realization that each random passerby is living a life as vivid and complex as your own—populated with their own ambitions, friends, routines, worries and inherited craziness—an epic story that continues invisibly around you like an anthill sprawling deep underground, with elaborate passageways to thousands of other lives that you’ll never know existed, in which you might appear only once, as an extra sipping coffee in the background, as a blur of traffic passing on the highway, as a lighted window at dusk.

— John Koenig, The Dictionary of Obscure Sorrows

« Sonder n. la réalisation que chaque passant aléatoire vit une vie aussi vivante et complexe que la vôtre - peuplée de ses propres ambitions, amis, routines, soucis et folie héritée - une histoire épique qui se poursuit invisiblement autour de vous comme une fourmilière de passage vers des milliers d'autres vies que vous ne connaîtrez jamais, dans lesquelles vous pourriez apparaître seulement une fois, comme un café supplémentaire en arrière-plan, comme un flou de circulation passant sur l'autoroute, comme une fenêtre éclairée au crépuscule. »

— The Dictionary of Obscure Sorrows

Le terme Sonder est également noté pour sa relation avec d'autres personnes, sa définition signifiant "la réalisation que chaque passant aléatoire vit une vie aussi vivante et complexe que la vôtre"[15],[16]. Sonder a également été approprié par diverses entreprises pour être utilisé comme le nom d'une marque de vélo[17] et le titre d'un jeu vidéo[18]. Le troisième album de l'artiste indie pop Kaoru Ishibashi a été nommé Sonderlust d'après ce terme du dictionnaire et fait référence à la séparation avec sa femme ainsi que ses tentatives pour comprendre sa vie[19],[20].

Plusieurs mots du dictionnaire, tels que l'ellipisme, l'énouement et l'onisme, ont été utilisés comme titres pour divers cocktails servis dans le restaurant de Chicago, Knife[21]. De même, une exposition de galerie d'art pour les œuvres de Michael Sagato à Los Angeles utilise des mots du Dictionnaire des douleurs obscures pour intituler chacune de ses œuvres d'art et de faire référence à la signification

Réception et critique

Le Times of India a qualifié le dictionnaire de «site Web charmant pour les étymologistes et les faiseurs de mots»[22]. Sharanya Manivannan, écrivant pour The New Indian Express (en), a décrit le dictionnaire comme une "belle expérience sur la fine ligne entre babille et Babel"[23].

Voir aussi

Notes et références

  1. Cecily Trowbridge, « The Dictionary of Obscure Sorrows Tumblr Gives Us These 7 Words That Don't Exist In The English Language But Definitely Should », Bustle,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2015)
  2. Jake Christensen, « The Dictionary of Obscure Sorrows », Iowa State Daily,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2015)
  3. Victor Beigelman, « Ever Wonder If There's A Word For Your Existential Thoughts? This Guy Probably Invented It. », A Plus,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2015)
  4. Rachel Moss, « Dictionary of Obscure Sorrows: Man Creates Language To Describe Emotions We Have No Words For », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2015)
  5. Tom Harrington, « This new webseries is for the depressed neurotic in all of us », The Daily Dot,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2015)
  6. Josh Furlong, « Video shows photos taken by 465 different photographers of similar views », KSL,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2015)
  7. « [The Dictionary of Obscure Sorrows] 名前のない感情を定義する辞書 », Gizmodo Japan,‎ (lire en ligne, consulté le 18 janvier 2017)
  8. Rebecca Webber, « Odd Emotions », Psychology Today,‎ (lire en ligne, consulté le 24 février 2016)
  9. « The Dictionary of Obscure Sorrows: Archive », sur www.dictionaryofobscuresorrows.com (consulté le 23 décembre 2017)
  10. Dictionary of Obscure Sorrows, « The Dictionary of Obscure Sorrows: For Lack Of A Better World », (consulté le 23 décembre 2017)
  11. Nicola Byrne, « People are going crazy for this list of emotions people feel, but can’t explain », TheJournal.ie,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2015)
  12. Alexandra Arici, « Watch: Vemödalen Is the Fear of Capturing the Same Photographs as Everybody Else », Softpedia,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2015)
  13. Jackie Dove, « Is there any unique vision left in the world? », The Next Web,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2015)
  14. Aleena Chia, « Vemödalen and The Dictionary of Obscure Sorrows », sur Antenna, University of Wisconsin–Madison, (consulté le 2 octobre 2015)
  15. « Dictionary of Obscure Sorrows: Sonder », Poets & Writers,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2015)
  16. Franz Lichtenegger, « Meine Gefühle sind komisch », Vice,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2015)
  17. Matt Orton, « Sonder: a new bike brand from British outdoors experts Alpkit », BikeRadar,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2015)
  18. Julian Benson, « Sonder has you dive from one character’s head to another’s trying to save the day », PCGamesN,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2015)
  19. Sahana Rangarajan, « Reflections on ‘Sonderlust,’ a talk with Kishi Bashi », The Daily Californian,‎ (lire en ligne, consulté le 18 janvier 2017)
  20. Pearl Shin, « Kishi Bashi supports young musicians at Chicago concert », University of Illinois at Chicago,‎ (lire en ligne, consulté le 18 janvier 2017)
  21. Mike Sula, « For a small steak house, Knife is big on showmanship », Chicago Reader,‎ (lire en ligne, consulté le 18 janvier 2017)
  22. « The Dictionary of Obscure Sorrows », The Times of India,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2015)
  23. Sharanya Manivannan, « Obscure Interpretations of Human Reflections », The New Indian Express,‎ (lire en ligne, consulté le 24 février 2016)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
The Dictionary of Obscure Sorrows
Listen to this article