Thomas Papadoperakis - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Thomas Papadoperakis.

Thomas Papadoperakis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes » (août 2011). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.
Thomas Papadoperakis
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Thomas Papadoperakis (en grec moderne : Θωμάς Παπαδοπεράκης) est un artiste peintre d’origine grecque, né le à Spilia, province d’Héraklion en Crète, et décédé le à Nice en France. Il est le frère d'Aspasie Papadoperakis (el), elle-même sculpteur réputée en Grèce.

Études

Héraklion 1955-1960

Dès l’âge de 12 ans, à l’initiative de sa mère, il passe ses vacances d'été en apprentissage dans l’atelier de Stélios Kartakis, grand iconographe de la Crète à cette époque. Il y prend ses premiers cours de dessin et de peinture et est initié à la technique de l'icône byzantine de l'École Crétoise tout en participant à des chantiers d’églises, expériences uniques de mise à l’échelle de travaux sur maquette. En 1960, à l'âge de 16 ans, il réalise le buste de l'écrivain Níkos Kazantzákis qui se trouve aujourd'hui dans la fondation-musée qui lui est consacrée à Mirtia, à 20 km au sud d'Héraklion[réf. nécessaire].

Athènes 1960-1970

En 1960-61, Thomas Papadopérakis suit des cours de dessin chez Théodore Drossos, école réputée d'Athènes pour la préparation au concours d'entrée à l'École Supérieure des Beaux-Arts d'Athènes (ASKT). Il entre premier au concours de l'ASKT en 1961[réf. nécessaire] et suit pendant un an les cours préparatoires de peinture à l'atelier de Georges Mavroïdis. Il est reçu premier dans les ateliers de peinture et de gravure de l'école en 1962[réf. nécessaire]. Il choisit de suivre les cours de gravure du professeur Constantin Grammatopoulos, auquel peu d'élèves accèdent. Il reçoit alors une bourse de la Fondation des Bourses d’État (IKY). Il apprend avec bonheur les différentes techniques de gravure, lesquelles vont jouer un rôle déterminant par la suite dans sa production artistique, mais la peinture l'attire davantage. Parallèlement à ses cours de gravure, Thomas Papadopérakis entre en relation avec le peintre qui restera de nombreuses années son interlocuteur privilégié, Yannis Tsarouchis. [réf. nécessaire] 1964, année anniversaire des 350 ans de la disparition du Greco, lui donne l'occasion de réaliser avec Yannis Tsarouchis des copies grandeur nature d'œuvres du Gréco pour les décors de théâtre de la pièce El Greco du comédien Manos Katrakis à Héraklion. L'artiste poursuit ses études en s'inscrivant dans le cours de scénographie de Vassilis Vassiliadis en 1965 et réalise la même année trois copies grandeur nature d'œuvres de Botticelli pour la pièce Ιερό σφαγείο (en français, Victime Propitiatoire) de Pandelis Prevelakis au Théâtre National. Il est diplômé de gravure et d'études théoriques de l’École Supérieure des Beaux-Arts d'Athènes en 1966 avec une distinction pour l'épreuve de Nu et les honneurs du jury pour la composition en gravure sur bois. Il reçoit le diplôme de scénographie et les honneurs du jury pour l'épreuve d'affiche en 1969[réf. nécessaire].

Paris 1970-1977

Thomas entre à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris (Ensba) en 1970 dans l'atelier de peinture du professeur Gustave Singier et se voit accorder une bourse d'étude de trois ans du gouvernement grec en 1974. Il est diplômé de Peinture avec Mention Bien de l'Ensba en 1976[réf. nécessaire]. Pendant ces sept ans de séjour à Paris, il rencontre régulièrement Yannis Tsarouchis qui le guide dans sa problématique picturale.

Expositions personnelles (sélection)

  • 1974 – Athènes, Grèce à la Galerie "Ora"
  • 1988 – Héraklion, Grèce à la Basilique Saint Marc, à l'occasion de la remise du prix Níkos Kazantzákis pour sa contribution à l'art[réf. nécessaire].
  • 1989 – Athènes, Grèce à la Galerie "Tria"
  • 1999 – Nice, France à la Galerie Municipale "Sainte Réparate" pour la présentation de son manifeste L'Art de la Vie
  • 1999 – Thessalonique, Grèce à la Galerie "ArtForum", exposition organisée dans les locaux industriels du port, à "Vilka" avec présentation en Grèce du manifeste L'Art de la Vie
  • 2001 – Licovrissi, Grèce, au Centre Culturel de la Municipalité, petite rétrospective.
  • 2004 – Athènes, Grèce - Exposition honorifique sur la 11e Foire Internationale d'Art Contemporain "art-athina" avec la Galerie "Ersi"
  • 2012 - Héraklion, Musée d'Histoire de Crète (IMK Ιστορικό Μουσείο Κρήτης) [1]La peinture de Thomas Papadoperakis au MHC, inauguration de la donation Aspassia Papadoperakis.

Expositions de groupe (sélection)

Notes bibliographiques

Œuvres de l'artiste dans les collections permanentes :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Thomas Papadoperakis
Listen to this article