For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Trévise.

Trévise

Trévise
Treviso
Blason de Trévise Treviso

Armoiries
Trévise

Vues de Trévise.
Administration
Pays
Drapeau de l
Italie
Région
Drapeau de la région de Vénétie
Vénétie 
Province Trévise  
Maire
Mandat
Mario Conte
2018-2023
Code postal 31100
Code ISTAT 026086
Code cadastral L407
Préfixe tel. 0422
Démographie
Gentilé Trevigiani en italien et Trévisan en français
Population 82 807 hab. (31-12-2010[1])
Densité 1 492 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 20″ nord, 12° 14′ 32″ est
Altitude 15 m
Min. 6 m
Max. 31 m
Superficie 5 550 ha = 55,5 km2
Divers
Saint patron Saint Liberal
Fête patronale 27 avril
Localisation
Localisation de TréviseTreviso

Localisation dans la province de Trévise.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d
City locator 14.svg
Trévise
Treviso
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d
City locator 14.svg
Trévise
Treviso
Géolocalisation sur la carte : Vénétie
Voir sur la carte administrative de Vénétie
City locator 14.svg
Trévise
Treviso
Liens
Site web site officiel

Trévise (Treviso en italien, Trévigny autrefois en français[2]) est une ville italienne de la province du même nom, en Vénétie.

Géographie

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg
Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique

Trévise, avec ses 80 000 habitants, est située au milieu de la plaine du Pô, à 28 km au nord de Venise, 50 km de Padoue et proche des collines de Asolo et Conegliano, des Préalpes, des Dolomites et aussi des plages de la Vénétie, soit l'Adriatique.

Histoire

La ville, d'origine romaine (Tarvisium), fut indépendante de 1183 à 1339 puis appartint à Venise. Occupée par les Français en 1797 et chef-lieu, sous Napoléon, du département du Tagliamento, elle revint à l'Autriche en 1814, puis devint italienne (1866).

La ville fut gravement bombardée vers la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le (vendredi saint), beaucoup des structures médiévales du centre-ville furent détruites, dont une partie du Palazzo dei Trecento, et environ 1 000 personnes furent tuées.

Économie

La ville est un important centre commercial du nord-est de l'Italie.

Culture

Ensemble monumental du Moyen Âge et de la Renaissance, et restauré après la Seconde Guerre mondiale, Trévise est complètement entourée de remparts construits au début du XVIe siècle par les Vénitiens qui firent de Trévise un des bastions de leur arrière-pays pour la défense contre la ligue de Cambrai. Le lion de la République de Venise est visible sur plusieurs points de ces remparts et sur les trois portes historiques de la ville. Au nord s'ouvre la monumentale Porta San Tomaso, édifiée en pierre d'Istrie. À l'ouest, en direction de Padoue et de Vicence, se trouve la Porta Santi Quaranta et vers Altino et Venise est située la Porta Altinia.

Le peintre baroque vénitien Andrea Celesti, qui avait un atelier à Brescia, y réalisa Le Jugement dernier et La Mort de Simon Magus en 1696.

À la fin du XVIIIe siècle, les Querini y avaient un palais pour lequel ils avaient acquis, auprès des Giustinian qui les avaient commandées, soixante-six œuvres de Gabriele Bella qui dépeignent la vie quotidienne dans la sérénissime au XVIIIe siècle. Elles sont aujourd'hui à demeure, à la Pinacothèque Querini-Stampalia depuis sa fondation[3].

Monuments et lieux remarquables

  • La Loggia dei Cavalieri : symbole du pouvoir politique pris en charge par les nobles et les chevaliers de la période de la Ville libre, la Loggia dei Cavalieri est un exemple de l'élégance byzantine romane. Elle a été construite sous le Podestat d’Andrea da Perugia (1276) comme un lieu de rencontres, les conversations, les jeux. Toutefois les gens du peuple ne pouvaient pas y accéder.
  • La Loggia dei Cavalieri.jpg
  • La Loggia dei Cavalieri dietro.jpg
  • La Loggia dei Cavalieri interno.jpg
  • La Piazza dei Signori et le Palazzo dei Trecento : La Piazza dei Signori est la plus grande place de Trévise. Située au centre de la ville, elle en est le centre culturel, social et historique. Le nom est dû à la présence ici du « Palais de la Seigneurie de Trévise ». Il se décompose en deux entités :
    • Le Palais de la Préfecture, qui était le siège de la Seigneurie, et la Tour Civique (1218) qui, édifiée au XIIIe siècle, a subi de nombreux changements au cours des siècles.
  • Le Palazzo dei Trecento, ancien siège du Grand Conseil qui date du XIIIe siècle.
  • Piazza dei Signori et la façade du Palazzo dei Trecento.
    Piazza dei Signori et la façade du Palazzo dei Trecento.
  • Le Palazzo dei Trecento vue de la Piazza dei Signori.
    Le Palazzo dei Trecento vue de la Piazza dei Signori.
  • Le Palazzo dei Trecento et le Monumento dell'indipendenza.
    Le Palazzo dei Trecento et le Monumento dell'indipendenza.
  • La Fontana delle Tette (Fontaine aux seins)
  • La Piazza Rinaldi
  • Le Monte di Pietà et la chapelle dei Rettori
  • Le théâtre municipal Mario Del Monaco, situé à l'endroit où s'élevait le Teatro Onigo
  • Le monument aux morts, Gloria par Arturo Stagliano, sur la Piazza della Vittoria, inauguré le .
  • Plaque en marbre avec portrait, à la mémoire de Felice Cavallotti. Le médaillon sculpté par A. Carlini a été inauguré à Trévise le . Détruit pendant la période fasciste, il est aujourd’hui replacé par un par une sculpture en bronze, Piazzetta Aldo Moro.


Les Canaux

Parfois appelée « la petite Venise », Trévise est traversée par plusieurs canaux, tous issus de la division en branches (appelées cagnani) de la Botteniga. La rivière entre dans la ville en passant sous le Ponte de Pria (pont de pierre) sur lequel se trouvent des écluses, conçues et construites par Fra 'Giocondo. Deux autres branches de la Botteniga bordent les murs de la ville pour ensuite entrer, comme le cagnani, dans la rivière Sile qui longe le côté sud du centre historique.

Le canal Cagnan Medio ou Buranelli, est l'une des branches les plus pittoresques de la Botteniga qui caractérisent le centre historique. Le toponyme fait référence à l'un des ponts qui traverse le cours d'eau, appelé le pont Buranelli, près duquel se trouve encore un bâtiment du XVIe siècle qui était autrefois la résidence et l'entrepôt des commerçants de l'île lagunaire vénitienne de Burano. Le Cagnan della Roggia ou le Silletto qui traverse la ville : il existe de nombreux moulins à eau qui parsèment la ville.

  • Cagnan et Buranelli vus du Ponte Pria.
    Cagnan et Buranelli vus du Ponte Pria.
  • Les écluses de Ponte Pria.
    Les écluses de Ponte Pria.
  • Canale dei Buranelli.
    Canale dei Buranelli.
  • Cagnan della Roggia.
    Cagnan della Roggia.
  • Le Moulin de Ponte San Francesco.
    Le Moulin de Ponte San Francesco.

Édifices religieux

  • Façade du Duomo.
    Façade du Duomo.
  • Les coupoles du Duomo.
    Les coupoles du Duomo.
  • Campanile du Duomo.
    Campanile du Duomo.
  • Le sommet du campanile vu de Calmaggiore.
    Le sommet du campanile vu de Calmaggiore.
  • L'église San Francesco
  • L'église San Nicolò, son ancien couvent et les quarante portraits de dignitaires de l'ordre des Dominicains (1352), œuvres de Tommaso da Modena, dans la salle du chapitre.
  • Les églises San Vito et Santa Lucia étroitement liées. San Vito date de 883 et a conservé des fresques romanes du XIIIe siècle, Santa Lucia (qui communique avec la première) date de 1385.
  • Église San Francesco.
    Église San Francesco.
  • La façade.
    La façade.
  • L'intérieur.
    L'intérieur.
  • Statue en bronze de saint François.
    Statue en bronze de saint François.
  • Chiese di San Vito e Santa Lucia.
    Chiese di San Vito e Santa Lucia.

Musées

  • Bailo
  • Santa Caterina
  • Ca' da Noal
  • Museo del Seminario
  • Museo Civico, dont la pinacothèque avec les fresques de la Légende de sainte Ursule de Tommaso da Modena

Dérivé culinaire

La trévise est une salade de la région vénitienne. Cette salade aux feuilles rouges sombres veinées de blanc (radicchio)[pas clair] est issue d'une variété de chicorée cultivée dans la région depuis l'Antiquité. Les Vénitiens apprécient son croquant et son amertume et la cuisinent en risotto. Elle bénéficie d'une appellation d'origine contrôlée. Elle se vend sur les marchés de novembre à mars.

Galerie

  • Le pont San Martino sur la Sile.
    Le pont San Martino sur la Sile.
  • Le Sile à Trévise.
    Le Sile à Trévise.
  • La via Calmaggiore artère principale de la vieille ville.
    La via Calmaggiore artère principale de la vieille ville.

Personnalités

Personnalités nées à Trévise

Autres

Administration

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1994 2003 Giancarlo Gentilini LN  
juin 2003 2013 Gian Paolo Gobbo LN  
2013 en cours Giovanni Manildo PD  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux

  • Aeroporto, Ai Sabbioni, Ansa del Sile, Borgo Mestre, Buca dell'Olio, Canizzano, Case Bellio, Case Bottere, Case Capitello, Case Gatto, Case Richetti, Case Sambugole, Case Semenzini, Case Zanatta, Case Zanibellato-Rizzato, Castagnole, Cimitero Monigo, Colombera, Confine, Crociera, Del Daino, Ferretto, Fiera, Fontanelle, Fornaci, La Monchia, Laghetto Antille, Le Cornare, Madonnetta, Maleviste, Molino Mandelli, Moncini, Monigo, Osteria Candelù, Paese, Pale del Cornaino, Preganziol, Quinto, Reinhart, Rossetto, Salomoni, San Trovaso, San Vitale, Sant'Agnese, Santa Bona Nuova, Santa Maria della Rovere, Selvana Bassa, Settecomuni, Stivale, Storga, Torre d'Orlando

Communes limitrophes

Carbonera, Casier, Paese, Ponzano Veneto, Preganziol, Quinto di Treviso, Silea, Villorba, Zero Branco

Évolution démographique

Habitants recensés


Transport

Transport ferroviaire

La gare de Trévise Centrale est l'une des plus importantes de la région.

Transport aérien

Trévise dispose d'un aéroport international.

Sports

Jumelages

Notes et références

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Francisco Sobrino, Jean Baptiste Delamollière - Nouveau dictionnaire de Sobrino, françois, espagnol et latin (Lyon) - 1791 - p.516
  3. Rafael Pic, « Toute la ville s’amuse », Muséart, no 78,‎ , p. 80-85
  4. Orléans-Trévise, un jumelage périlleux

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Trévise
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.