Les unités de mesure utilisées en vol et au sol en aviation font l'objet de l'annexe 5 à la Convention de Chicago par laquelle l'Organisation de l'aviation civile internationale adopte le Système international d’unités (SI), avec une dérogation pour d'autres unités qui peuvent être utilisées ou non par les différents États, à la place ou en complément des unités SI, en particulier pour « l'utilisation temporaire » des mille marin, pied et nœud[1].

Un variomètre exprimant une vitesse verticale en pieds par minute

Au début de l'aviation, les unités étaient celles en usage dans chaque pays (métriques ou anglo-saxonnes). De fait, les pays occidentaux, même ceux où le Système international est en vigueur, ont toujours utilisé des unités hors SI, milles marins, pieds et nœuds (entre autres) pour la navigation aérienne et l'instrumentation des avions de ligne. Cet usage s'est progressivement étendu à l'aviation légère, notamment sous l'influence des constructeurs américains. Cependant, l'ancien bloc soviétique utilisait les unités métriques, et c'est toujours le cas dans les pays non anglo-saxons pour les planeurs.

La transition vers un système unique reste toujours débattue au sein de l'OACI, l'informatisation des instruments de bord permettant théoriquement une transition facile entre les deux systèmes, mais non sans risque de confusion[2].