Yvonne Sergyl - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Yvonne Sergyl.

Yvonne Sergyl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yvonne Sergyl
Naissance
Constantine,
Algérie
Nationalité
Française
Décès date inconnue
lieu inconnu
Profession Actrice
Films notables L'homme n'est pas parfait
Le Périscope
Les Mystères de Paris
Le Miracle des loups
La Roche aux mouettes

Yvonne Sergyl née le à Constantine (Algérie française)[1] et morte à une date indéterminée après 1933, est une actrice française.

Biographie

On sait très peu de choses de la vie privée d'Yvonne Sergyl sinon qu'elle aurait été l'épouse d'un ministre[2].

Son parcours artistique en revanche est plus documenté. Dès 1914, Yvonne Sergyl, alors âgée de dix-huit ans, tourne de petits rôles dans les ciné-vaudevilles de Roger Lion, pour la Société française des films Éclair, créée en 1907 à Épinay-sur-Seine. La Société cinématographique des auteurs et gens de lettres (S.C.A.G.L) l'engage peu avant la guerre pour tourner Loin des yeux, près du cœur de Maurice Le Forestier, avec Aimé Simon-Girard, qui sort en 1915.

Elle tourne ensuite dans Alsace (1916) d'Henri Pouctal, tiré de la pièce de Gaston Leroux et Lucien Camille, créée par Réjane au théâtre Fémina en 1913. Cette même année, elle tourne dans L'homme n'est pas parfait de Georges Denola ainsi dans trois films d'Abel Gance, alors à ses débuts : Le Périscope, Le Fou de la falaise et Ce que les flots racontent.

L'année suivante, on la voit dans Le Chemineau d'Henry Krauss, d'après le drame en cinq actes, de Jean Richepin créé à l'Odéon-Théâtre de l'Europe, en 1897. On la voit ensuite dans diverses autres productions pour la société de production Le Film d'Art, fondée en 1908 par Paul Laffitte : Les Mouettes (1917) de Maurice Mariaud, Les Dames de Croix-Mort (1919) du même Maurice Mariaud aux côtés de Léon Mathot, Frivolité (1918) de Maurice Landais et Fanny Lear (1919) de Jean Manoussi et Robert Boudrioz, avec Gabriel Signoret.

En 1922 elle interprète le rôle court mais remarquable de Louise Morel, dans Les Mystères de Paris de Charles Burguet, d'après Eugène Sue. Un an plus tard elle est choisie pour jouer le principal rôle féminin — Jeanne Fouquet, future Jeanne Hachette, figure emblématique de la résistance beauvaisienne face à Charles le Téméraire, duc de Bourgogne — dans Le Miracle des loups de Raymond Bernard.

Elle termine sa carrière en 1933 avec La Roche aux mouettes de Georges Monca, avec qui elle avait déjà tourné trois films. On perd définitivement sa trace à partir de cette date. Elle avait alors 37 ans.

Filmographie

Bibliographie

  • Martius & Dimitriew : Une star algérienne, journal L'Écho d'Alger, 1922[3].
  • Pierre Henry : Yvonne Sergyl, revue Cinéa, Paris, 1924[4].

Notes et références

  1. Le registre des naissances de 1896 est un des rares document d'état-civil de Constantine qui ne figure pas sur le site des Archives nationales d'outre-mer (ANOM), ce qui ne permet pas de confirmer l'état-civil d'Yvonne Sergyl ni de connaître d'éventuelles mentions marginales.
  2. Le Miracle des Loups. Au Régent-Cinéma. L'Écho d'Alger, 25 mars 1925, p. 2, disponible sur Gallica.
  3. Échos cinégraphiques. L'Echo d'Alger, 13 décembre 1922, p. 3, disponible sur Gallica.
  4. Vedettes d'aujourd'hui. Cinéa, 15 décembre 1924, pp. 11-12, disponible sur Gallica.
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Yvonne Sergyl
Listen to this article