Consonne occlusive bilabiale sourde

son consonantique / De Wikipedia, l'encyclopédie encyclopedia

Cher Wikiwand IA, Faisons court en répondant simplement à ces questions clés :

Pouvez-vous énumérer les principaux faits et statistiques sur API p?

Résumez cet article pour un enfant de 10 ans

AFFICHER TOUTES LES QUESTIONS

La consonne occlusive bilabiale sourde est un son consonantique fréquent dans de nombreuses langues. Le symbole dans l'alphabet phonétique international est [p].

Davantage d’informations Symbole API, Numéro API ...
Consonne occlusive bilabiale sourde
Symbole API p
Numéro API 101
Unicode U+0070

X-SAMPA p
Kirshenbaum p
Fermer

Selon les langues, il peut être simple [p], aspiré [pʰ], palatalisé [pʲ], labialisé [pʷ], voisé [p̌], éjectif [pʼ], etc.

Caractéristiques

Voici les caractéristiques de la consonne occlusive bilabiale sourde :

  • Son mode d'articulation est occlusif, ce qui signifie qu'elle est produite en obstruant l’air du chenal vocal (son explosif).
  • Son point d’articulation est bilabial, ce qui signifie qu'elle est articulée avec les deux lèvres.
  • Sa phonation est sourde, ce qui signifie qu'elle est produite sans la vibration des cordes vocales.
  • C'est une consonne orale, ce qui signifie que l'air ne s’échappe que par la bouche.
  • C'est une consonne centrale, ce qui signifie qu’elle est produite en laissant l'air passer au-dessus du milieu de la langue, plutôt que par les côtés.
  • Son mécanisme de courant d'air est égressif pulmonaire, ce qui signifie qu'elle est articulée en poussant l'air par les poumons et à travers le chenal vocatoire, plutôt que par la glotte ou la bouche.

En français

Le français possède le [p], comme dans le mot papa[1]. Selon les variantes du français, il peut y avoir des différences de réalisation : par exemple, en Haïti, le phonème est articulé avec moins d'énergie que dans le français standard et peut donner une « impression de relâchement »[2].

Autres langues

  • L'arabe ne possède pas ce son : le [p] original des langues sémitiques (il est attesté en akkadien) s'est transformé en [f] dans des temps préhistoriques. Les locuteurs arabes se réfèrent au [p] comme un [b], à l'écrit comme à l'oral.
  • En grec ancien, le [p] et le [pʰ] se transcrivent différemment, respectivement pi (π) et phi (φ). En grec moderne, φ se prononce [f].
  • Le coréen possède ce son sous forme simple [p], aspirée [ph] et durcie [p͈] via les jamos , et , respectivement.

Cette consonne [p] est écrite ainsi, selon les alphabets :

Notes et références

  1. Maurice Grammont, Traité pratique de prononciation française, Paris, Delagrave, 1951, p. 81 et suiv. (en ligne).
  2. Pradel Pompilus, La langue française en Haïti, Éd. de l'IHEAL, 1961, p. 21 (en ligne).

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes