For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Amphithéâtre de Saintes.

Amphithéâtre de Saintes

Amphithéâtre de Saintes
Vue aérienne.

Vue aérienne.

Lieu de construction Mediolanum Santonum
(Gaule aquitaine)
Date de construction entre 27 av. J.-C. et 54 apr. J.-C.
Sous le règne de Auguste et Claude
Dimensions externes 126,40 × 101,60 m
Dimensions de l’arène 66,20 × 39,20 m
Capacité 15 000 places (estimation)
Rénovations XXe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)[1]
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 45″ nord, 0° 38′ 38″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Amphithéâtre de Saintes
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Amphithéâtre de Saintes
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Amphithéâtre de Saintes
Liste d'amphithéâtres romains

L'amphithéâtre de Saintes, appelé localement les arènes de Saintes est un ancien amphithéâtre romain situé à Mediolanum Santonum (actuelle ville de Saintes), capitale de la civitas Santonum (la cité des Santons, subdivision administrative romaine) et de la province de Gaule aquitaine.

Sa construction commence peut-être sous le règne de l'empereur Auguste (27 av. J.-C.-14 apr. J.-C.) et se termine sous celui de Claude (41-54 apr. J.-C.), ce qui en fait probablement l'un des premiers édifices de ce type construit en Gaule. L'implantation de cet amphithéâtre mesurant 126,40 × 101,60 m tire au maximum profit du site naturel, un étroit vallon contre lequel il est appuyé, ce qui permet de limiter au maximum l'importance des maçonneries à mettre en œuvre. Après son abandon, sans doute dans la première moitié du IVe siècle, son arène se comble peu à peu, ses maçonneries sont récupérées mais il reste toujours visible dans le paysage urbain.

Ses vestiges, bien conservés, sont classés comme monuments historiques par la liste de 1840 mais ils nécessitent périodiquement des travaux de restauration car ils ont naturellement tendance à se dégrader.

Localisation

L'amphithéâtre est situé au sud-ouest de la ville antique, à la limite de la zone urbanisée desservie par la voirie. L'emplacement retenu pour l'implantation du monument est un vallon orienté est-ouest et ouvert à l'est vers la Charente. L'amphithéâtre bénéficie ainsi, pour ses parties nord et sud, de l'appui des flancs de la vallée, ce qui économise beaucoup de maçonneries. Il est longé à l'ouest par la voie de Saintes à Bordeaux qui passe au sommet du remblai supportant le monument[2].

L'amphithéâtre occupe une position centrale dans la ville moderne qui s'est peu à peu construite autour de lui depuis le XIXe siècle. À l'est, l'avenue des arènes prolonge l'entrée de l'amphithéâtre en direction de la Charente.

Historique

Dessin du XVIIIe siècle.
Dessin du XVIIIe siècle.
Inondations de 1982.
Inondations de 1982.

Peut-être commencé sous le règne de l'empereur Auguste (27 av. J.-C.-14 apr. J.-C.), il est terminé sous Claude (41-54 apr. J.-C.), comme en témoigne un fragment d'inscription retrouvé dans le monument lui-même et qui mentionne cet empereur[3] ; certaines caractéristiques architecturales du monument, typiques de l'époque julio-claudienne, confirment cette datation[2]. Un caniveau en bois, daté de la fin du IIIe siècle, ceinture l'arène, ce qui atteste que l'amphithéâtre est l'objet d'un vaste chantier de rénovation ou de réhabilitation et qu'il encore utilisé à cette époque[4].

Dans la première moitié du IVe siècle pourtant, le monument semble délaissé et son arène commence peu à peu à se combler. L'amphithéâtre est utilisé comme carrière après son abandon à la charnière des IIIe et IVe siècles, ses maçonneries étant réutilisées pour la construction de l'enceinte de Saintes[5], puis lors du Moyen Âge. Au VIIIe siècle, un habitat est installé dans sa cavea.

Il est reconnu dès le XVIIIe siècle comme édifice de spectacles antique, des relevés de ses ruines sont alors réalisés, et en 1840 l'amphithéâtre rejoint la première liste des monuments historiques, son classement étant confirmé en 1914[1]. Des fouilles ont lieu en 1877 en même temps que le monument est dégagé et restauré, ce qui lui permet de reprendre épisodiquement sa fonction de lieu de spectacles à partir de la fin du XIXe siècle[5] aux dépens de la préservation de ses vestiges[6].

Travaux de dégagement en 1906.
Travaux de dégagement en 1906.

Des travaux de déblaiement de l'arène, enfouie sous plusieurs mètres de sédiments, ont lieu en 1906[7]. En 1982, de graves inondations affectent le monument, envahissent l'arène et occasionnent des éboulements, notamment dans le vomitoire ouest[8].

Au XXIe siècle, seuls demeurent l'arène, les fondations de l'édifice et la plupart des murs rayonnants des caissons ainsi que des voûtes près de l'entrée orientale ; quelques gradins d'origine sont dégagés et mis en valeur tandis que d'autres sont reconstruits sur le même modèle. L'amphithéâtre de Saintes reste l'un des mieux conservés de l'ancienne province de Gaule aquitaine mais il se dégrade peu à peu et son arène est régulièrement inondée lorsque la Charente rentre en crue. En 2021, un programme est engagé sur trois ans qui vise à la préservation et la restauration du monument, opérations précédées de fouilles archéologiques[9].

Description

Architecture générale : structure pleine et structure creuse

Cavea nord, sol naturel et remblais.
Cavea nord, sol naturel et remblais.
Cavea est, voûtes rayonnantes.
Cavea est, voûtes rayonnantes.

La construction de l'amphithéâtre met à profit le relief naturel. Les flancs rocheux nord et sud du vallon sont retaillés pour accueillir une partie de la cavea. À l'ouest, le vallon est fermé par un remblai, peut-être antérieur à la construction du monument[10], qui supporte de la même manière les maçonneries ; des murs de soutènement radiaux délimitent des couloirs d'accès ainsi que des caissons remplis d'un remblai qui égalise la surface de la cavea (structure pleine). Seule la partie orientale de l'amphithéâtre, tournée vers la Charente, est intégralement construite sur des voûtes rayonnantes (structure creuse). C'est de ce côté seulement que la façade présente son développement maximal, avec deux niveaux d'arcades[11]. L'amphithéâtre de Saintes associe donc les caractéristiques d'un monument à structure pleine (comme à Senlis ou Tours) et d'un amphithéâtre à structure creuse (comme à Nîmes ou Arles)[12].

L'amphithéâtre de Saintes mesure 126,40 mètres de grand axe sur 101,60 mètres de petit axe et peut accueillir au moins 15 000 personnes, assises sur des gradins reposant directement sur le sol naturel ou les remblais[2]. L'arène mesure 65,20 mètres de long pour 39,20 mètres de large[6].

La plus grande partie des maçonneries sont réalisées en petit appareil de petits moellons calcaires (murs annulaires et rayonnants) ou de pierres plates montées sur chant (voûtes, arcatures). Les grands blocs ne sont utilisés que pour les gradins (au moins les rangées les plus proches de l'arène), le mur du podium, les escaliers et les piédroits des entrées[13].

Cavea et vomitoires

Entrées est (premier plan) et ouest (arrière-plan).
Entrées est (premier plan) et ouest (arrière-plan).

Deux grandes portes est et ouest font communiquer l'arène avec l'extérieur grâce à deux tunnels passant sous la cavea. La porte Sanavivaria ou « porte des vivants », s'ouvre à l'est. La porte Libitinensis, dite « porte des morts », s'ouvre à l'ouest mais elle est murée et comblée à l'époque contemporaine[14]. Le monument ne possède pas de galerie annulaire au rez-de-chaussée, ce dispositif n'existant qu'au premier étage et seulement près de la porte orientale ; cette galerie est accessible par des escaliers dans les travées voisines de cette porte[15]. D'autre part, une esplanade ceinture extérieurement l'amphithéâtre du nord à l'ouest à dix ou onze mètres au-dessous du couronnement de la cavea[16]. Depuis cette esplanade, les spectateurs peuvent gagner leurs places par vingt-huit escaliers qui descendent jusqu'aux gradins, ces escaliers étant bordés par des murs limitant les caissons des remblais[17].

Les spectateurs prennent place sur des gradins, en pierre pour les rangs les plus proches de l'arène — ils sont partiellement conservés — et plus probablement en bois pour les autres gradins, jusqu'en haut de la cavea[8].

À mi-pente des gradins, côté sud, coule une petite fontaine, dite fontaine Sainte-Eustelle[N 1] dont l'aménagement semble remonter au XIIe siècle[5]. À cette époque, les abords de l'amphithéâtre sont remblayés, ce qui oblige les eaux de la source à se frayer un chemin vers l'intérieur de la cavea[19].

Arène et mur de podium

Mur du podium et premiers gradins.
Mur du podium et premiers gradins.
Arène inondée (2007).
Arène inondée (2007).

L'accès à l'arène se fait par les deux entrées est et ouest. Chacun de ces couloirs semble bordé, au contact de l'arène, par des pièces de service, peut-être des cellules ou carceres, qui s'ouvrent à la fois dans le couloir et dans l'arène[20]. Diamétralement opposées sur le petit axe de l'amphithéâtre, à la base de la cavea, deux petites pièces sont peut-être des sacella ; ces édicules sont surmontés d'une loge d'honneur[19].

L'arène est entourée d'un mur en blocs de grand appareil de 2 mètres de haut et de 0,80 m de large, posés à joints vifs. Elle ne possède pas de sous-sol aménagé en locaux de service mais elle est traversée dans sa plus grande longueur par un égout, notamment chargé de recueillir et d'évacuer jusqu'à la Charente les eaux qui ruissellent sur la cavea et qui sont collectées par un caniveau annulaire à la base du podium[21],[22].

Notes et références

Notes

  1. Eustelle était la fille d’un gouverneur romain qui fut convertie au christianisme par saint Eutrope, premier évêque de Saintes[18].

Références

  1. a et b « Restes de l'amphithéâtre gallo-romain », notice no PA00105246, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a b et c Louis Maurin et al., « Saintes/Mediolanum, cité des Santons et Bordeaux/Burdigala, cité des Bituriges Vivisques : destins croisés », Gallia, t. LXXII, no 1 « Dossier : La naissance des capitales de cités en Gaule Chevelue »,‎ , p. 72 (DOI 10.4000/gallia.1411).
  3. Grenier 1958, p. 650.
  4. « Qu'ont révélé les dernières fouilles archéologiques ? », La Charente libre,‎ (lire en ligne).
  5. a b et c Antoine Nadeau, « Saintes – L'amphithéâtre », ADLFI. Archéologie de la France - Informations,‎ (lire en ligne).
  6. a et b Maurin 2007, p. 250.
  7. Charles Dangibeaud, « Les fouilles de l'amphithéâtre de Saintes en 1906 », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques,‎ , p. 207-209 (lire en ligne).
  8. a et b Maurin 2007, p. 254.
  9. « Saintes : quatre millions d'euros et trois ans de travaux pour sauvegarder l'amphithéâtre gallo-romain », sur France3 Nouvelle Aquitaine (consulté le ).
  10. Bedon, Pinon et Chevallier 1988, p. 252.
  11. Golvin 2012, p. 52.
  12. Coulon 2016, p. 78.
  13. Bedon, Pinon et Chevallier 1988, p. 66.
  14. « L'Amphithéâtre de Saintes », sur mediolanum-santonum.fr (consulté le ).
  15. Golvin 2012, p. 53.
  16. Maurin 2007, p. 250-251.
  17. Maurin 2007, p. 255.
  18. (en) « Eustella », sur britannica.com (consulté le ).
  19. a et b Maurin 2007, p. 256.
  20. Maurin 2007, p. 257.
  21. Maurin 2007, p. 257-258.
  22. Golvin 2021, p. 53.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Amphithéâtre de Saintes
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.