Auguste d'Anethan - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Auguste d'Anethan.

Auguste d'Anethan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Auguste d'Anethan
Fonctions
Ambassadeur de Belgique en France
-
Ambassadeur de Belgique aux Pays-Bas (d)
-
Gabriel Auguste Van der Straten-Ponthoz (d)
Ambassadeur de Belgique près le Saint-Siège
-
Henri Carolus (d)
Charles de Pitteurs-Hiegaerts (d)
Ambassadeur de Belgique au Portugal (d)
-
Gabriel Auguste Van der Straten-Ponthoz (d)
Jean-Michel Veranneman de Watervliet (d)
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père

Auguste, baron d'Anethan, né le et mort le à Paris, est un diplomate belge.

Carrière

Le baron Auguste d'Anethan est le fils de l'homme d'État catholique Jules Joseph d'Anethan. Il a épousé Isabelle Mosselman du Chenoy (1842−1876), fille d'Isabelle Coghen (1822−1891) et de Théodore Mosselman du Chenoy.

Le baron Auguste d'Anethan fut le premier ambassadeur belge accrédité auprès du Saint-Siège après la fin des États pontificaux, d'abord auprès de Pie IX, et à partir de 1878 auprès de Léon XIII, avec la mission de promouvoir auprès du Vatican les ambitions religieuses de Léopold II. Le , d'Anethan transmit à Alessandro Franchi, Préfet de la Congrégation pour l'évangélisation du peuple (Congrégation De Propaganda Fide) depuis 1874, le texte d'un discours du roi Léopold II adressé à l'Association internationale africaine. Dans sa lettre d'accompagnement, d'Anethan déclarait que l’évangélisation de l'Afrique était pour le roi une priorité de premier plan[1].

Le , d'Anethan obtint une audience auprès de Pie IX. Son rapport au ministre des Affaires étrangères Guillaume d'Aspremont Lynden rend compte de l'opinion favorable du Pape à l'égard de la politique africaine de Léopold II :

« J'approuve beaucoup les idées du Roi, m'a dit Pie IX, elles me semblent bonnes et très généreuses ; j'ai été moi-même en Amérique révolté de voir des marchés d'esclaves; ce serait une grande chose de détruire cet affreux trafic et d'ouvrir l'Afrique à la civilisation.[2] »

Auguste d’Anethan fut admis à la pension le , ainsi qu'il ressort d'un télégramme qu'il adressa à son cousin Albert d'Anethan, ministre plénipotentiaire et doyen du corps diplomatique à Tokyo[3].

Il est inhumé au Cimetière de Laeken[4].

Littérature

  • Thierry Denoël, Le nouveau dictionnaire des Belges, Bruxelles, Le Cri, 1992

Notes et références

  1. D'Anetha an Franchi, 10. November 1876, in Roeykens, La politique religieuse de l'État indépendant du Congo, Dok. 20, S. 40. Banning : L'Afrique et la Conférence géographique de Bruxelles, p. 141.
  2. Les origines et les débuts de la mission du Kwango (1879-1914), 1956
  3. May 15, 1903. — A. received a wire from his cousin Baron Auguste d’Anethan, Belgian Minister in Paris, saying he was retiring from the service. May 18, 1903.
  4. Thierry Luthers, Derniers Domiciles Connus


{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Auguste d'Anethan
Listen to this article