Correspondant local de presse - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Correspondant local de presse.

Correspondant local de presse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2018). Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?
Cet article est centré sur la France et nécessite une internationalisation (août 2016). Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les sections à internationaliser en utilisant ((section à internationaliser)).
Correspondant local de presse
Codes
ROME (France)
E1106

Le correspondant local de presse (connu sous le sigle CLP dans le jargon journalistique), est un journaliste, au sens large du terme, chargé de rendre compte de l'actualité d'une zone géographique qu'il couvre pour un journal, une station de radio ou une chaîne de télévision.

Définition

Dans le cadre de la presse régionale, le correspondant local couvre l'actualité d'une région différente de celle où est située la rédaction du journal.

Il rédige généralement des articles sur des sujets locaux (faits divers, événements voire portraits) mais peut aussi se contenter de livrer à sa rédaction une série d'informations et de photos, mises en formes et publiées par un rédacteur du journal[1]. Il peut également proposer les sujets de son choix.

Il n'est pas légalement responsable de ses écrits, qui doivent être vérifiés par des journalistes, qui eux, possèdent une carte de presse professionnelle[1].

Organisation de la profession en France

En France, « l’activité de correspondant local de presse est exercée à titre accessoire par rapport à une autre activité professionnelle », selon l'Urssaf[2]. Elle est régie par la loi no 87-39 du , complétée le [3].

En pratique, le correspondant local de presse a le statut de travailleur indépendant. Son activité est classée dans les activités professionnelles dites libérales, non réglementées. Il n'appartient donc pas à la même catégorie que le notaire, l'avocat, le géomètre-expert ou le médecin, mais son statut est comparable à celui de l'archéologue, de la cartomancienne ou de l'œnologue.

Le correspondant de presse n'est pas un journaliste, ni un journaliste pigiste, les journalistes étant des salariés en vertu de l'article L. 7112-1 du code du travail. Il arrive pourtant, bien souvent, que le travail effectué soit globalement le même. La loi prévoit pourtant que les contributions d'un correspondant local de presse soient soumises avant publication à un journaliste professionnel. En tant que contractuel, il n'a pas de lien de subordination avec l'entreprise et n'est ni salarié, ni protégé socialement. Les tribunaux peuvent toutefois, exceptionnellement, requalifier en contrat de travail la relation contractuelle, lorsqu'il est avéré que le correspondant local de presse exerce, dans les faits, les fonctions d'un journaliste et qu'il retire de cette activité l'essentiel de ses revenus[4].

Alors qu'un travailleur indépendant propose ses propres tarifs à ses clients, le CLP, lui, touche des honoraires (émoluments versés « à la pige » : article, photo, dessin, etc.) et remboursements de frais (fonctionnement, trajets, abonnements téléphoniques, Internet, etc.) en fonction de barèmes fournis par la société de presse pour laquelle il travaille. Ces barèmes sont différents selon l'entreprise éditrice.

À partir d'un certain plafond d'honoraires (15 %, puis 25 % du plafond de la sécurité sociale), le CLP doit obligatoirement cotiser à l'Urssaf (à peu près 20 % des honoraires perçus), ainsi qu'à l'assurance maladie et la caisse de vieillesse qui lui sont afférentes (à peu près 20 % des honoraires), sans oublier la CSG. Afin d'éviter ces affiliations, le CLP doit faire en sorte de s'en tenir à une moyenne de 400 euros d'honoraires mensuels. C'est pourquoi la profession de correspondant local de presse ne peut -en l'état actuel des choses- absolument pas se concevoir comme un emploi à temps plein.

Lors du remplissage annuel de la déclaration de revenus, le CLP doit additionner ses frais et ses honoraires, et remplir -outre le formulaire usuel- les fiches 2042C et 2042PK, qui établissent que ses revenus sont des bénéfices non commerciaux. Lors du calcul des impôts, le fisc procède à un abattement de 37 % sur la somme globale (honoraires + frais) déclarée par le CLP, pourcentage qui correspond aux frais perçus par le CLP.

Dans les autres pays

Notes et références

  1. a et b Alix Le Maut - Bombrun, « Mémoire de DEA », Correspondant local de presse : analyse de la constitution du groupe en sous champs journalistique,‎ (lire en ligne)
  2. [PDF] Correspondant local de presse, Urssaf Informations.
  3. Qu’est-ce qu’un correspondant local de presse ?, SNJ Est Républicain, .
  4. Lorsque le correspondant local de presse peut prétendre au statut de journaliste, [avocats.fr], Blog.

Article connexe

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Correspondant local de presse
Listen to this article