Dewoitine D.332 Émeraude - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Dewoitine D.332 Émeraude.

Dewoitine D.332 Émeraude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

D.332 Émeraude

Rôle Avion de transport de passagers
Constructeur
Dewoitine
Équipage 2
Premier vol
Retrait (crash)
Production 1
Dimensions
Longueur 18,95 m
Envergure 29 m
Hauteur 5,35 m
Aire alaire 96 m2
Masse et capacité d'emport
Max. au décollage 9,34 t
Passagers 8
Motorisation
Moteurs 3 moteurs Hispano-Suiza 9V
Puissance unitaire 423 kW
(575 ch)
Puissance totale 1 270 kW
(1 725 ch)
Performances
Vitesse de croisière maximale 250 km/h
Vitesse maximale 300 km/h
Autonomie 2 000 km
Plafond 6 500 m
Vitesse ascensionnelle 3,8 m/s

Le Dewoitine D.332 Émeraude est un trimoteur de transport 8 passagers, construit à un seul exemplaire par Émile Dewoitine en 1933. Il réalisa son premier vol le 11 juillet 1933. Sous le numéro 3528, son premier vol commercial est enregistré le 9 septembre 1933. L'immatriculation F-AMMY lui est attribuée. Il établit un record de vitesse entre Paris et Saïgon. Il s'écrasa lors de son voyage retour sur une colline du Morvan le .

Accident

Lors de son voyage retour, après une halte à Marignane, il dut se poser à Lyon après avoir lutté contre un vent violent, à la suite d'un problème d'altimètre. Il redécolla néanmoins pour Le Bourget en début de soirée, le . À 19 h 30, le radio Ferdinand Queyrel envoya un message indiquant que l'avion volait à 1 700 mètres d'altitude et que tout allait bien malgré une tempête de neige. André Launay était aux commandes. Quelques minutes plus tard, L'Émeraude s'écrasait sur une colline du Morvan, sur la commune de Corbigny (Nièvre) et l'épave prit feu. Les dix personnes à bord furent tuées : Maurice Noguès, pionnier de l'aviation et directeur général adjoint de la nouvelle compagnie Air France créée en 1933, Maurice Balazuc, le directeur technique de cette dernière, Emmanuel Chaumié, directeur de l'Aviation civile, son épouse Colette Chaumié, Pierre Pasquier gouverneur général de l'Indochine française, Jean-Jacques Larrieu, chargé de mission au ministère de l'Air, le capitaine Brusseaux, ordonnance du Gouverneur, André Launay, qui pilotait l'appareil, Ferdinand Queyrel, le radio-télégraphiste, Camille Crampel, le mécanicien-navigant.

Des obsèques officielles furent organisées par le gouvernement français quatre jours plus tard.

En 1938, un monument commémorant l'accident fut érigé non loin du lieu de l'accident. Il est constitué de quatre colonnes pointées vers le ciel adossé à une stèle inclinée. Sur celle-ci sont placés dix médaillons rappelant les noms de chacune des dix victimes. La stèle, large de 26 mètres, représente l'envergure de l'appareil.

Fin 1999, l'association « L'avion Émeraude » s'est créée pour commémorer le souvenir de l'avion, de son équipage et de ses passagers ainsi que pour participer à la restauration et l'entretien du monument. En mai 2004, une cérémonie qui a regroupé les descendants des victimes, a célébré le souvenir et la remise en état du monument.

Successeurs

Dewoitine D.333 "Cassiopée" F-ANQB, Algérie 1938.
Dewoitine D.333 "Cassiopée" F-ANQB, Algérie 1938.

Le Dewoitine D.333 en sera dérivé, dont 3 exemplaires seront construits en 1935 pour Air France. En seront également issues les évolutions suivantes : Dewoitine D.338 (1+30 exemplaires), Dewoitine D.342 (1 exemplaire exploité) et Dewoitine D.620 (exemplaire unique de développement).

Bibliographie

  • La Tragédie de l'Émeraude : 15 janvier 1934, Saigon - Paris, Michèle Kahn, éditions Le Rocher, octobre 2007

Sources

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Dewoitine D.332 Émeraude
Listen to this article